Foi musulmane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans l'islam, Al-Îmâne (arabe : إيمان) signifie littéralement : « Foi ». Elle est à la base de l'islam.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Dérivé nominal de la racine 'mn signifiant "étre en sécurité", le terme Al-Îmâne signifie "Foi". Le participe associé se trouve dans le Coran pour évoquer à la fois les adeptes de Mahomet mais aussi Dieu lui-même.[1]

Le sens coranique est associé à l'idée de « "foi mutuelle" que se sont jurée des "affidés" sous la garantie de Dieu. » Le terme signifie la confession et l'acceptation "de cœur" de la prédication de Mahomet[1]. L'antonyme de mum'in ("croyant") est kafir ("infidèle", "ingrat").

Définition[modifier | modifier le code]

Marie-Thérése Urvoy décrit la Foi musulmane par des négations. Elle n'est ni recherche de la connaissance de Dieu, ni la participation à la vie divine. « Pour la plupart des musulmans, la Foi demeure en un paradis concret largement décrit par le Coran, l'essence du bonheur n'étant pas la vision habituelle de Dieu. »[1]

Pour Louis Gardet, la Foi musulmane n'est pas une adhésion à une vérité mais avant tout un témoignage.[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

La question de la Foi musulmane « est née dès l’avènement de la dynastie ommeyyade dont la vie non conforme aux prescriptions coraniques a amené les musulmans à se demander si on pouvait les considérer comme de vrais "croyants". »[1] Cette Foi implique, pour les musulmans, la pratique de l'islam et des oeuvres prescrites. Selon les courants de l'islam, l'association entre la Foi, la pratique (et les vertus pour le soufisme) peuvent s'agencer différemment.[1]

Les points de la Foi[modifier | modifier le code]

Des discussions ont eu lieu parmi les musulmans afin de distinguer les croyances obligatoire pour être considéré comme musulman et celles qui ne le sont pas. Deux versets du Coran (v.6 S.60 et v.285 S.2) permettent de les définir. Ainsi, selon la Sourate 2, « le prophète croit en ce que le Seigneur lui a envoyé. Les fidèles croient en Dieu, à ses anges, à ses livres et à ses envoyés. »[3],[1] Plusieurs hadiths appuient la définition de la Foi musulmane en quatre points :

  • Croire en Dieu (Allah) et en son unicité
  • Croire que Mahomet est un envoyé de Dieu et croire en son message
  • Croire en la Resurrection après la mort
  • Croire au décret divin pour le bien et le mal, le doux et l'amer[1]

Selon les écoles, différents points sont rajoutés. Le chiisme en a rajouté liés à l'imam.[1]

Parmi d'autres points se trouvent "la croyance aux Prophètes [...], aux anges, aux Livres révélés [...] à la prédestination (qadar)". Ce dernier point pose la question de la liberté de l'homme.[4]

L'attestation de Foi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chahada.
Profession de foi musulmane gravée sur le fût d'une colonne ancienne dans la Grande Mosquée de Kairouan, Tunisie

L'attestation de la foi (Chahada) est le premier pilier de l'islam. Elle consiste à nier toute divinité existante en dehors de Dieu qui serait donc le seul Maître Créateur et la seule vraie Divinité, ainsi que de reconnaitre Mahomet en tant que « messager » de Dieu. On prononce alors la formule suivante :

« J'atteste qu'il n'y a de divinité (ﺇﻠﻪ) qu'Allah (ﺍﻟﻠﻪ) (Dieu), et que Muhammad (Mahomet) est son messager ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Amir-Moezzi, Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, article "Foi et infidélité", p.347 et suiv.
  2. Gardet, Louis. “Les Noms Et Les Statuts. Le Problème De La Foi Et Des Œuvres En Islām.” Studia Islamica, no. 5, 1956, pp. 61–123.
  3. « Le Koran (Traduction de Kazimirski)/2 - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le 9 juillet 2018)
  4. Mantran Robert, « De l'Arabie anté-islamique à la mort de Mohammed », dans L'expansion musulmane. VIIe-XIe siècle, sous la direction de Mantran Robert. Paris, Presses Universitaires de France, « Nouvelle Clio », 2001, p. 62-95. URL : https://www.cairn.info/l-expansion-musulmane-vii-xi-siecle--9782130441816-page-62.htm

Articles connexes[modifier | modifier le code]