Castanet-Tolosan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Castanet-Tolosan
Castanet-Tolosan
L'hôtel de ville.
Blason de Castanet-Tolosan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Sicoval
Maire
Mandat
Xavier Normand
2020-2026
Code postal 31320
Code commune 31113
Démographie
Gentilé Castanéens
Population
municipale
13 811 hab. (2018 en augmentation de 11,49 % par rapport à 2013)
Densité 1 680 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 59″ nord, 1° 29′ 56″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 281 m
Superficie 8,22 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Toulouse
(banlieue)
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Castanet-Tolosan
(bureau centralisateur)
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Castanet-Tolosan
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Castanet-Tolosan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castanet-Tolosan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castanet-Tolosan
Liens
Site web Site officiel

Castanet-Tolosan est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Castanéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain sur le canal du Midi dans la Haute-Garonne, au sud-est de l'agglomération toulousaine. Elle se situe aux portes du Lauragais, sur l'axe routier RN 113 Toulouse-Carcassonne, à 12 km de la place du Capitole de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Castanet-Tolosan est limitrophe de sept autres communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Ruisseau de la Fage ou Ruisseau des Lacardes un affluent de l'Hers Mort et par le Canal du Midi.

Géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune de est de 822 hectares ; son altitude varie de 145 à 281 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Castanet-Tolosan est le terminus de la ligne de bus à haut niveau de service Linéo L6 du réseau Tisséo, qui relie le centre-ville à la station Ramonville du métro de Toulouse.

La ligne 81 du réseau Tisséo relie la commune à la station Université-Paul-Sabatier du métro de Toulouse, et la ligne L6 de Castanet-Tolosan au métro de Ramonville et la ligne 109 109 part de Malepère à Toulouse jusqu'au sud de la commune.

La ligne 350 du réseau Arc-en-Ciel relie la commune à la gare routière de Toulouse depuis Avignonet-Lauragais, et la ligne 383 relie la commune à la gare routière de Toulouse également depuis Salles-sur-l'Hers.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Castanet-Tolosan est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulouse, une agglomération inter-départementale regroupant 81 communes[6] et 1 004 747 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulouse est la cinquième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence et Lille (partie française)[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (60 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (43,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (56,8 %), zones agricoles hétérogènes (25,3 %), terres arables (7,9 %), forêts (6,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,2 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Catanesto en 1268[12].

Castanet : « châtaigneraie »[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Castanet vient du latin castanea qui signifie « châtaigne ». Les châtaigniers couvraient en effet autrefois ses coteaux. L'ajout officiel de « Tolosan » par le conseil municipal date seulement de 1918, ceci afin de se distinguer des autres communes portant le même nom dans la région.

Des traces de constructions très anciennes ont été repérées dans ce qui est aujourd’hui le quartier de Broc, tout autour du cimetière. C’est d’ailleurs à cet endroit stratégique que les Romains, au début de notre ère, ont commencé à s’installer afin de contrôler ainsi, et la voie narbonnaise (l’actuelle RN 113), et la voie des Pyrénées (l'actuel CD 79).

Au Moyen Âge, un fort s’élevait dans ce secteur. Le , Édouard de Woodstock, le duc d'Aquitaine, et ses troupes, incendièrent la ville au cours d'une chevauchée ravageant la région.

Le fort fut rasé en 1626 sur ordre de Richelieu. En 1814, après la bataille de Toulouse, l'armée du maréchal Soult fut battue par celle de Wellington, laquelle occupa Castanet.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Castanet-Tolosan

Son blasonnement est : De gueules au pal d'argent, au chef du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 10 000 habitants et 19 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de trente-trois[13],[14].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la dixième circonscription de la Haute-Garonne, du Sicoval et du canton de Castanet-Tolosan, dont elle est le bureau centralisateur.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1960 Damaze Auba Rad. Conseiller général
? septembre 1982 Hubert Vidal SFIO puis PS Professeur à l'école normale de Toulouse
Conseiller général
septembre 1982 1986 Pierre Boissin PS Cadre EDF
1986 1990 Alain Lesoin PS  
1990 2001 Louis Bardou DVG puis PS en 1998 Professeur puis conseiller général de 1998 à 2011
mars 2001 2020 Arnaud Lafon MoDem puis LR[15]  
juillet 2020 En cours Xavier Normand EELV  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Castanet-Tolosan est jumelée avec quatre villes européennes. Le comité de jumelage a été créé en 1988[16].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[17],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 13 811 habitants[Note 4], en augmentation de 11,49 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8538488469771 0641 1201 1561 1571 164
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1201 0841 050944915905903829848
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8437668087448068729011 0021 157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 5441 8472 9964 6687 69710 25010 32911 09012 963
2018 - - - - - - - -
13 811--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[20] 1975[20] 1982[20] 1990[20] 1999[20] 2006[21] 2009[22] 2013[23]
Rang de la commune dans le département 36 28 20 14 13 14 12 10
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

La société Coca-Cola possède une usine à l'est de la ville, dans la zone d'activité de Vic, chambre régionale d'agriculture.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Le marché de Castanet est très ancien puisqu'il a été créé par lettres patentes du roi Louis XIII, en 1641. Depuis, il se tient chaque mardi en plein centre-ville. Une partie du marché est abritée sous la halle.

Service public[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Castanet-Tolosan fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune de Castanet-Tolosan depuis la crèche jusqu'au collège Jean Jaurès, en passant par les groupes scolaires (écoles maternelles et élémentaires) Danton Cazelles, Damase Auba, Françoise Dolto, et des Fontanelles. Il y a aussi une école associative, sous-contrat, laïque, bilingue Français/Occitan : la Calandreta, affiliée à la fédération des Calandretas de Midi-Pyrénées[26]. L'école maternelle et élémentaire alternative Montessori, La Découverte.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Secours populaire, secours catholique, bibliothèque, théâtre, danse, cinéma[27],

Manifestations citoyennes[modifier | modifier le code]

En , en réponse aux murs érigés entre Castanet-Tolosan et la ville voisine Pechabou par le maire Arnaud Lafon[28], des citoyens de ces deux villes se sont réunis en collectif afin de faire pression sur le maire et la préfecture pour faire cesser cet arrêté abusif. Une manifestation officielle a eu lieu le [29],[30] en rassemblant entre 150 et 200 citoyens. La demande avait été déposée en mairie de Castanet-Tolosan et transmise à la préfecture[31]. Il s'agit certainement de la première manifestation officielle et d'ampleur de l'histoire de Castanet-Tolosan.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

L'Avenir castanéen rugby, équipe de rugby à XV, l'USC, l'équipe de football, pétanque, karting, billard, handball, escalade, badminton[32], etc. une partie de ces activités est proposée par la MJC[33]. La ville de Castanet-Tolosan a également sur son territoire une piscine (Georges Vallery), avec à la fois un bassin intérieur de 25 mètres et un bassin extérieur de 25 mètres[34].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté d’agglomération du Sicoval[35].

La Rafistolerie, une ressourcerie associative (association fondée en 2018) ouvre en 2021 dans les anciens locaux de La Poste, place Guillaume Fourès.[36]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Danton Cazelles (1867-1961) Instituteur à Castanet pendant près de 30 ans. Poète, majoral du félibrige, il avait pour nom de plume Jean Pitchou. La plupart de ses poèmes furent réunis dans un recueil intitulé Terre d'Oc. Il publia une étude historique et géographique du canton de Castanet-Tolosan, en 1929. Il légua à la commune un manuscrit en 1945 Le Livre de Castanet.
  • Emmanuel Arin (1904-1948), pilote. École Blériot, pionnier de l'Aéropostale, pilote à Air France, pilote d'essais sur le SE 161. Se tue le au cours d'un vol d'essais. Chevalier de la Légion d'honneur, médaille de l'Aéronautique.
  • Florane (Louis Blanchard, dit), artiste peintre et illustrateur (1869-1939).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Toulouse », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 avril 2021)
  12. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, page 1231.
  13. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  14. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020 (consulté le 27 octobre 2020).
  15. Arnaud Lafon quitte le Modem pour rejoindre Les Républicains
  16. « Accueil », Site officiel de la mairie (consulté le 18 juin 2009).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  21. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  22. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  23. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  24. « - Église de Castanet-Tolosan | Toulouse Les Orgues », sur www.toulouse-les-orgues.org (consulté le 25 septembre 2018).
  25. « Bienvenue [Association des Amis des Orgues de Castanet-Tolosan] », sur orgues-castanet-tolosan.org (consulté le 25 septembre 2018).
  26. Calandretas de Midi-Pyrénées
  27. http://www.castanet-tolosan.fr/restez-informes/annuaire-castanet-tolosan/associations?tid=74
  28. Marie Martin (France3), « Castanet-Tolosan (31) : la mairie condamne une route pour soulager les riverains, la commune voisine proteste », France 3 Occitanie,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018).
  29. Florian Moutafian, « Blocs de béton entre Castanet et Péchabou : le collectif monte un mur en carton devant la mairie », Voix du Midi Lauragais,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2018).
  30. « Un maire ferme une rue aux voitures de la ville voisine près de Toulouse : des habitants protestent », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2018).
  31. Paul Halbedel, « Blocs de béton séparant Castanet et Péchabou : une manifestation sous les fenêtres du maire », La voix du midi,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018).
  32. http://www.castanet-tolosan.fr/restez-informes/annuaire-castanet-tolosan/associations?tid=78
  33. « La MJC de Castanet Tolosan - Retrouvez toutes les informations de la MJC de Castanet Tolosan », sur La MJC de Castanet Tolosan (consulté le 25 septembre 2018).
  34. « Piscine municipale | Mairie de Castanet Tolosan », sur www.castanet-tolosan.fr (consulté le 25 septembre 2018).
  35. http://www.sicoval.fr/fr/mon-logement/dechets.html
  36. « Lauragais. Une ressourcerie ouvrira ses portes en 2021 à Castanet-Tolosan », sur actu.fr (consulté le 13 avril 2021)