Balma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Balma
Lotissements du sud de la commune de Balma en 2006.
Lotissements du sud de la commune de Balma en 2006.
Blason de Balma
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Toulouse-10
Intercommunalité Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Vincent Terrail-Novès
2014-2020
Code postal 31130
Code commune 31044
Démographie
Gentilé Balmanais, Balmanaises
Population
municipale
15 319 hab. (2014en augmentation de 15.32 % par rapport à 2009)
Densité 923 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 40″ nord, 1° 29′ 58″ est
Altitude Min. 135 m – Max. 218 m
Superficie 16,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Balma

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Balma

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balma

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balma
Liens
Site web Site officiel

Balma (Balmar en occitan) est une commune française située près de Toulouse, dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Balmanais et les Balmanaises[1].


Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain, en banlieue à l'est de Toulouse, sur l'Hers-Mort.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Balma
Toulouse L'Union Montrabé
Toulouse Balma Pin-Balma
Toulouse Quint-Fonsegrives Flourens

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le lac Saint-Clair.

La commune est arrosée par l'Hers-Mort, le Riou Gras et son sous-affluent la Seillonne.

Transports[modifier | modifier le code]

Accès par le Périphérique de Toulouse, sorties sortie 15, sortie 16 et sortie 17.

Plusieurs lignes de bus Tisséo relient la commune au métro toulousain :

  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse20​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'à Montrabé et Beaupuy en passant par la zone commerciale de Montredon ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse35​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'à Flourens et Drémil-Lafage en passant par les coteaux de Balma ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse51​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'au quartier de La Terrasse à Toulouse en passant par le centre de Balma ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse72​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'au quartier Lasbordes en passant par le centre de la commune ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse74​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'à Saint-Jean et Rouffiac-Tolosan en passant par la zone commerciale de Montredon et à certains services par le siège de la Banque Populaire ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse77​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'à Quint-Fonsegrives en passant par le BSP Est et le sud de la commune ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse83​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'à Saint-Orens-de-Gameville en passant par le BSP Est et le sud de la commune ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse84​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'au quartier Lasbordes en passant par le centre de la commune.

Aérodrome de Toulouse - Lasbordes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vie connue sur la commune de Balma commence dès la préhistoire (partie terminale du Paléolithique inférieur), comme en témoignent les récoltes de mobilier préhistorique faites au XIXe siècle et déposées au muséum de Toulouse.

Au Moyen Âge c'est un petit fief appartenant, au moins en partie, à l’évêché de Toulouse, elle est érigée en baronnie épiscopale en 1279. C’est donc l’évêque qui est à cette époque seigneur et baron de Balma. La baronnie de Balma a deux consulats, celui du Pin et celui de Balma. Les consuls sont nommés chaque année par le seigneur évêque, le jour de la Toussaint. Ils sont les intermédiaires entre la noblesse de robe ou d’épée, la grande bourgeoisie et les représentants des ordres religieux d’une part, le peuple de la campagne balmanaise d’autre part.

Leur rôle principal est d’administrer les deniers communaux. Ils lèvent les impôts et les tailles. Ils veillent à l’entretien des chemins, au bon état des ponts et des arbres bordant les routes. Ils assurent l’ordre et la tranquillité dans leur communauté en veillant sur les bonnes mœurs et en faisant respecter les propriétés et les récoltes.

Sous l’Ancien Régime, la population de Balma se compose alors surtout de familles d’agriculteurs. Un petit nombre d’artisans demeure à Lasbordes.

La baronnie épiscopale de Balma est vendue au marquis Guillaume de Castelpers le 17 novembre 1770. En 1789, de nombreuses propriétés ou pièces de terre changent de mains, par la confiscation et la vente des biens du clergé et de la noblesse. Cependant, le mode de vie des balmanais, petits propriétaires, brassiers ou métayers en général, ne change nullement.

  • La commune de Balma est créée par un décret de l’Assemblée nationale constituante le 1er décembre 1790. La commune occupe, à quelques variantes près, le territoire du consulat de Balma. Le premier maire est Henri Lassalle-Preserville.
  • Au cours du XIXe siècle et jusqu’à la grande guerre, la commune de Balma construit ses chemins, se dote d’une mairie et d’un bureau de poste, bâtit presque seule une église au centre de son territoire et reconstruit presque entièrement l’église Saint-Martin de Boville. C’est également au cours de ce siècle que les institutions municipales s’affermissent par le suffrage universel et que l’instruction générale élémentaire est dispensée à tous les enfants.

C’est seulement dans la seconde moitié du XXe siècle que Balma, du village rural, devient la ville résidentielle qu’elle est aujourd’hui. Sa population passe de 1 724 habitants en 1954 à 6 530 en 1970 avec les premières constructions de type pavillonnaire. Le premier lotissement d’habitations est élaboré en 1954 au Clos Saint Pierre. Institutions militaires et entreprises s’implantent. Balma se dote d’infrastructures, lance un projet de ville, se donne tous les atouts pour entrer sereinement dans le troisième millénaire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Balma

Son blasonnement est : De gueules à la crosse d'or posée en barre, accompagnée d'une mître d'argent garnie d'or en chef et d'une croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or en pointe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 10 000 habitants et 19 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de trente trois[2],[3].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne jusqu'au redécoupage législatif de 2010, puis de la troisième circonscription de la Haute-Garonne.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1995 Eugène Bonnet RPR Conseiller général
Sénateur
1995 2014 Alain Fillola PS Conseiller général
2014 en cours Vincent Terrail-Novès UMP-LR Conseiller régional

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a renouvelé son attribution de deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 15 319 habitants, en augmentation de 15,32 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
546 544 603 635 790 802 785 863 883
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
840 835 795 797 877 893 944 916 965
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
913 909 886 821 868 937 966 1 276 1 724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
2 890 4 276 7 127 8 117 9 506 11 944 12 793 13 829 15 319
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[8] 1975[8] 1982[8] 1990[8] 1999[8] 2006[9] 2009[10] 2013[11]
Rang de la commune dans le département 12 10 10 12 9 8 8 8
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Aérodrome de Toulouse - Lasbordes, DGA Techniques aéronautiques, Akerys, Crédit mutuel

Service public[modifier | modifier le code]

Vie militaire[modifier | modifier le code]

La commune accueille l'état-major de la 11e brigade parachutiste au quartier Balma-Ballon. Jusqu'en 1999, elle accueillait à la place le 14e régiment parachutiste de commandement et de soutien.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Balma fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par ?

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la métropole de Toulouse Métropole[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Balma comporte 3 monuments à découvrir :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B. Cabanis, M. Barat, R. Pradelles et J. Pramil, Eglise Saint-Martin de Boville ou Beauville à Lasbordes : éléments de l'histoire de l'église de Lasbordes pour une visite commentée, Histoire vivante de Balma, , 19 p.
  • Guy Eché, Histoire de Balma : l'urbanisation, vol. 2, Editions universitaires du Sud, , 443 p. (ISBN 9782722701380)
  • Guy Eché, Histoire de Balma : Jusqu'à l'urbanisation, vol. 1, Editions universitaires du Sud, , 262 p. (ISBN 9782722701373)
  • Histoire vivante de Balma, Balma : deux mille ans d'histoire, Histoire vivante de Balma, , 93 p. (ISBN 2952041008)
  • Christian Bressan, Balma : terre aéronautique, Signes du monde, , 86 p. (ISBN 2-909635-15-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]