Tournefeuille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tournefeuille
Tournefeuille
L'église Saint-Pierre.
Blason de Tournefeuille
Blason
Tournefeuille
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Dominique Fouchier (PS)
2020-2026
Code postal 31170
Code commune 31557
Démographie
Gentilé Tournefeuillais, Tournefeuillaise
Population
municipale
27 688 hab. (2018 en augmentation de 5,66 % par rapport à 2013)
Densité 1 524 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 07″ nord, 1° 20′ 39″ est
Altitude 167 m
Min. 146 m
Max. 190 m
Superficie 18,17 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Toulouse
(banlieue)
Aire d'attraction Toulouse
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Tournefeuille
(bureau centralisateur)
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Tournefeuille
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Tournefeuille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tournefeuille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tournefeuille
Liens
Site web Site officiel

Tournefeuille (en occitan Torna(h)uelha prononcé [ˌturna'weʎɔ]) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Elle est située l'ouest de l'agglomération toulousaine et dans l'aire d'attraction de Toulouse, c'est la 3e commune la plus peuplée de Haute-Garonne.

Ses habitants sont les Tournefeuillais et Tournefeuillaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Tournefeuille se trouve dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 8 km à vol d'oiseau de Toulouse[2], préfecture du département, bureau centralisateur du canton de Tournefeuille dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1] La commune fait en outre partie du bassin de vie de Toulouse[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[3] : Colomiers (3,2 km), Plaisance-du-Touch (4,3 km), Cugnaux (5,2 km), La Salvetat-Saint-Gilles (5,9 km), Pibrac (6,0 km), Villeneuve-Tolosane (6,8 km), Blagnac (6,8 km), Cornebarrieu (7,4 km).

Sur le plan historique et culturel, Tournefeuille fait partie du pays toulousain, une ceinture de plaines fertiles entrecoupées de bosquets d'arbres, aux molles collines semées de fermes en briques roses, inéluctablement grignotée par l'urbanisme des banlieues[4].

Tournefeuille est limitrophe de quatre autres communes.

Carte de la commune de Tournefeuille et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Tournefeuille[5]
Colomiers
Plaisance-du-Touch Tournefeuille[5] Toulouse
Cugnaux

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 817 hectares ; son altitude varie de 146 à 190 mètres[6].

Le livre Terrier de 1600 réparties les terres en trois qualités :

- Les "bonnes terres" constituées par la "rivière de Touch" et surtout formées de prairies.

- Les "terres moyennes " correspondant à la terrasse de 150m.

- Les "terres infirmes" situées sur le coteau et la terrasse de 180m

La limite entre ces deux dernières catégories suit en gros la courbe de niveau de 165m[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[8]. Elle est drainée par le canal de Saint-Martory, le Touch, l'Ousseau, Fossé de Larramet et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 26 km de longueur totale[9],[Carte 1].

Le canal de Saint-Martory, d'une longueur totale de 71,2 km, prend sa source dans la commune de Saint-Martory et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Toulouse, après avoir traversé 19 communes[10].

Le Touch, d'une longueur totale de 74,5 km, prend sa source dans la commune de Lilhac et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Blagnac, après avoir traversé 29 communes[11].

L'Ousseau, d'une longueur totale de 26,2 km, prend sa source dans la commune de Lherm et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il se jette dans le Touch sur le territoire communal, après avoir traversé 10 communes[12].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[13]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[14].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[15]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[13]

  • Moyenne annuelle de température : 13,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 10,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 16,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 682 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[16] complétée par des études régionales[17] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Toulouse-Francazal », sur la commune de Cugnaux, mise en service en 1922[18] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[19],[Note 3], où la température moyenne annuelle évolue de 14,1 °C pour la période 1971-2000[20], à 14,1 °C pour 1981-2010[21], puis à 14,3 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 1 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 4] sont recensées sur la commune[23] : le « bois de la Ramée » (47 ha)[24] et « le Touch et milieux riverains en aval de Fonsorbes » (870 ha), couvrant 7 communes du département[25].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tournefeuille est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[26],[27],[28]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulouse, une agglomération inter-départementale regroupant 81 communes[29] et 1 019 460 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulouse est la cinquième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence et Lille (partie française)[30],[31].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune du pôle principal[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[32],[33].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (79,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (63,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (62,1 %), zones agricoles hétérogènes (13,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (12 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,4 %), forêts (4,8 %), eaux continentales[Note 7] (2,3 %)[34].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A624 Sortie 01, la RD 632.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne de Bus à Haut Niveau de Service Linéo L3 du réseau Tisséo dessert la commune d'est en ouest via le centre-ville, en la reliant à la station Arènes du métro de Toulouse depuis Plaisance-du-Touch. Le terminus Tournefeuille Lycée, situé à l'ouest de la ville, accueille les autobus des lignes : 48 vers la station Basso Cambo via les quartiers sud et la Ramée, 63 vers la station Compans-Caffarelli via le centre-ville de Tournefeuille, 116 vers Saint-Lys. La ville est également desservie par la ligne 21, qui relie les quartiers nord et est de la commune à la station Basso Cambo et aux usines Airbus de Colomiers, la ligne 47 qui relie la base de loisirs de la Ramée à la station Basso Cambo depuis Portet-sur-Garonne, la ligne 67 qui relie le sud de la commune à la station Arènes depuis Plaisance-du-Touch, la ligne 363 du réseau Arc-en-Ciel qui relie la commune à la gare routière de Toulouse depuis Rieumes et la ligne 365 qui relie la commune à la gare routière de Toulouse depuis Boulogne-sur-Gesse.

Ancienne ligne de Toulouse à Boulogne-sur-Gesse et la gare de Tournefeuille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'onomasticien Jacques Astor postule un ancien occitan torn, « enceinte fortifiée », qui serait un élargissement en -n- du latin turris, « tour », et qu'on retrouve par ailleurs dans les toponymes Le Tournel, Tournoël, Tournissan, Tournefort, liés à une tour, un donjon[35].

La transposition de Tournefeuille en occitan gascon Tornahuelha (Tornafuèlha en languedocien) est semble-t-il un contresens, qui résulterait de la francisation erronée de Tornauelha (torna-auelha), tornar: ramener, auelha : brebis comme ouaille en français.

Tournefeuille se traduirait par Virahuelha, du verbe virar.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'habitation datent de la Préhistoire, comme le montrent des fouilles effectuées le long du Touch. Mais le village se forme réellement pendant le Moyen Âge. Tournefeuille est une seigneurie et l’annexe de la paroisse de Saint-Nicolas de Toulouse dès 1503, la seigneurie devient un marquisat sous Louis XIV[36].

En 1600, il y a, à Tournefeuille, deux coseigneurs : Guy de Mansencal, seigneur de Grépiac et sa tante Catherine de Bonail (ou de Bonald)[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 20 000 habitants et 29 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de trente-cinq[37],[38].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la sixième circonscription de la Haute-Garonne, de Toulouse Métropole et du canton de Tournefeuille.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1933 1945 Antonin Balancy    
1945 1969 Roger Panouse    
1969 1997 Bernard Audigé PS Conseiller général (1973-1992)
1997 28 juin 2015[39] Claude Raynal PS Conseiller général (1998-2014), Sénateur depuis 2014
28 juin 2015[40] En cours Dominique Fouchier PS Conseiller départemental depuis 2015

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Tournefeuille est jumelée avec Drapeau de l'Espagne Graus (Espagne) depuis 1989, commune espagnole appartenant à la province de Huesca, en Aragon. Elle compte 4 250 habitants en hiver, plus de 10 000 en été. Chaque année de nombreux échanges sont organisés, qu'ils soient d'ordre culturel, sportif ou scolaire[41].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a renouvelé son attribution de trois fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[42].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[43],[Note 8]

En 2018, la commune comptait 27 688 habitants[Note 9], en augmentation de 5,66 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
535522530706737725737764769
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
682720735702799761791775771
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8088247858298649729991 2951 577
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 2093 4385 2918 54116 66922 75825 44425 76326 436
2018 - - - - - - - -
27 688--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[46] 1975[46] 1982[46] 1990[46] 1999[46] 2006[47] 2009[48] 2013[49]
Rang de la commune dans le département 16 12 9 5 3 3 3 3
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Tournefeuille reste un petit village jusque dans les années 1960, atteignant péniblement le millier d'habitants. De 1960 à 1990, la ville s'agrandit de façon exponentielle : profitant du dynamisme de Toulouse, elle passe de 2 200 à 17 000 habitants. En 1999, elle comptait près de 23 000 habitants et plus de 25 000 habitants en 2008, et presque 26 000 habitants en 2011.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 41 262 €, ce qui plaçait Tournefeuille au 1 947e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[50].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Art contemporain et galerie d'art[modifier | modifier le code]

Créée en 1994, l'Usine est un lieu voué aux esthétiques liant l'art et l'espace public. C'est le premier lieu finalisé de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Dirigée depuis 2003 par Mathieu Maisonneuve, elle s'inscrit dans un nouveau lieu depuis 2008.

Depuis 2006, le Festival Marionnettissimo rayonne depuis Tournefeuille vers l'agglomération toulousaine, la Haute-Garonne et Midi-Pyrénées.

Associations[modifier | modifier le code]

  • Amicale Laïque de Tournefeuille (A.L.T.): fédération de 18 clubs (découverte de l'ordinateur, photo-vidéo, cycles de conférences, théâtre, scrabble, échec, chant, occitan, peinture sur porcelaine et sur soie, danse, randonnée...)
  • Association Retina France, qui lutte contre la DMLA, la rétinite pigmentaire, etc., qui touche 1 million de personnes en France[51]
  • Association des jardiniers de Tournefeuille (jardins familiaux)[52]
  • Association Culture et Loisirs de Pahin
  • Club de géologie, minéralogie et fossiles de Tournefeuille (« le Béryl »)[53]
  • ACPL, association des Artisans, Commerçants et Professions Libérales de Tournefeuille[54]

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

Tournefeuille dispose d'une médiathèque comprenant plus de 54 000 documents étalés sur 2 125 m2[55].

Cinémas[modifier | modifier le code]

Tournefeuille est doté d'un cinéma Utopia, un cinéma indépendant, situé Impasse du château, derrière la Mairie.

Salles[modifier | modifier le code]

Tournefeuille dispose d'une salle de concert polyvalente pouvant accueillir 3 500 spectateurs : Le Phare. Elle est destinée à tous les styles de musique, aux évènements organisés par la commune et aux colloques d'entreprises.

Depuis , l'ancien foyer communal Roger Panouse, situé Place de l’Hôtel de Ville a été réhabilité en salle culturelle de 500 places. Cette salle, dénommée l'Escale, est vouée au théâtre, à la danse, à la musique (jazz notamment) et à la retransmission sur grand écran de spectacles d'opéra, de danse des plus grandes salles internationales.

Structure culturelle d'agglomération[modifier | modifier le code]

  • La Boutique d'écriture du Grand Toulouse située à Tournefeuille est un centre de ressources des ateliers d'écriture, qui propose des ateliers de création aux 25 communes du Grand Toulouse[56]. Tournefeuille a accueilli de 1987 à 2005 le Scriptorium, atelier-école de création typographique et calligraphique.
  • « Tournefeuille » est aussi le nom d'une maison d'édition qui a publié notamment Yves Le Pestipon, avec des illustrations de Patrick Guallino. Cette maison d'édition se trouve désormais à Montolieu, village du livre, dans l'Aude.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Tournefeuille

Les armes de Tournefeuille[59] se blasonnent ainsi : Tranché : au premier d'azur aux deux clés d'or en sautoir, au second de sinople à la chapelle muette d'argent, à la bande d'argent chargée de deux coquilles de pourpre brochant sur le trait de la partition ; sur le tout, à l'écusson de gueules chargé d'une croix cléchée, vidée, pommetée de douze pièces d'or


Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Tournefeuille possède une poste, un commissariat de police,

Enseignement[modifier | modifier le code]

Tournefeuille dépend de l'académie de Toulouse (zone C).

L'éducation est assurée sur la commune par 6 groupes scolaires (écoles maternelles et élémentaires), 2 collèges, le collège Pierre Labitrie et le collège Léonard de Vinci, et un lycée Marie-Louise Dissard[60].

Un organisme de formation spécialisé dans le médico-social y est présent << TSA apprendre autrement >>[61].

Culte[modifier | modifier le code]

Église Catholique : Paroisse de Tournefeuille.

Le culte protestant se célèbre à l'Église Réformée Evangélique de Toulouse Ouest[62].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Zone de loisirs de la Ramée où on trouve plusieurs lacs, dont un de 13,5 ha. On peut y pratiquer le vélo, le golf, la voile.

Sports[modifier | modifier le code]

Espace sportif Quéfets

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la métropole de Toulouse Métropole[64].

Les jardins de Tournefeuille espace dédié au jardinage (jardin partagé) en bordure du Touch.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Tournefeuille » sur Géoportail (consulté le 5 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Tournefeuille », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Tournefeuille et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Communes les plus proches de Tournefeuille », sur www.villorama.com (consulté le ).
  4. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 378-379.
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  7. a et b Jean Rousseau, Tournefeuille au XVIème siècle : du livre terrier à l'histoire, Toulouse, Association des Amis des Archives de la Haute-Garonne, , 86 p., p. 16
  8. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  9. « Fiche communale de Tournefeuille », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  10. Sandre, « le canal de Saint-Martory »
  11. Sandre, « le Touch »
  12. Sandre, « l'Ousseau »
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  14. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  15. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  16. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  17. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  18. « Station météofrance Toulouse-Francazal - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  19. « Orthodromie entre Tournefeuille et Cugnaux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Toulouse-Francazal - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Station météorologique de Toulouse-Francazal - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  22. « Station météorologique de Toulouse-Francazal - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. « Liste des ZNIEFF de la commune de Tournefeuille », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF le « bois de la Ramée » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF « le Touch et milieux riverains en aval de Fonsorbes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Unité urbaine 2020 de Toulouse », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  30. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  31. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  32. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  33. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  34. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  35. Jacques Astor, Dictionnaires des noms de familles et noms de lieux et du Midi de la France, Éditions du Beffroi, 2002, pp.769-770 (rubrique Tournemire).
  36. a et b Page Histoire du site officiel de la Mairie.
  37. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  38. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020 (consulté le ).
  39. https://www.ladepeche.fr/article/2015/06/19/2127991-apres-tournefeuille-claude-raynal-vise-plus-haut.html ,
  40. https://www.ladepeche.fr/article/2015/06/29/2133987-dominique-fouchier-nouveau-maire-de-tournefeuille.html ,
  41. Page Jumelage sur le site officiel de la mairie.
  42. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  46. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  47. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  48. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  49. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  50. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  51. Retina France.
  52. jardin.
  53. géologie.
  54. ACPL 31170.
  55. « Accueil », sur tournefeuille-pom.c3rb.org (consulté le ).
  56. La Boutique d'écriture du Grand Toulouse.
  57. Anne Le Stang, Histoire de Toulouse illustrée, Toulouse, Le pérégrinateur, , 224 p. (ISBN 2-910352-44-7), p. 185.
  58. « Page du Quid »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  59. Histoire du blason
  60. « Les écoles / Ville de Tournefeuille », sur mairie-tournefeuille.fr (consulté le ).
  61. « ACCUEIL », sur apprendre-autrement- (consulté le ).
  62. « ERE Toulouse Ouest »
  63. « Tournefeuille Rugby », sur tournefeuille-rugby.com (consulté le ).
  64. « Déchets / Propreté - Toulouse Métropole », sur toulouse-metropole.fr (consulté le ).