Muret (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Muret
Muret (Haute-Garonne)
Allée Niel.
Blason de Muret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
(sous-préfecture)
Arrondissement Muret
(chef-lieu)
Intercommunalité Le Muretain Agglo
(siège)
Maire
Mandat
André Mandement (PS)
2020-2026
Code postal 31600
Code commune 31395
Démographie
Gentilé Muretains, Muretaines
Population
municipale
24 797 hab. (2019 en augmentation de 0,29 % par rapport à 2013)
Densité 429 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 40″ nord, 1° 19′ 36″ est
Altitude Min. 152 m
Max. 305 m
Superficie 57,84 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Toulouse
(banlieue)
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Muret
(bureau centralisateur)
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Muret
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Muret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Muret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Muret
Liens
Site web mairie-muret.fr

Muret (Murèth en occitan gascon) est une commune française située dans le nord du département de la Haute-Garonne, dont elle est une des sous-préfectures, en région Occitanie.

Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Pays toulousain, qui s’étend autour de Toulouse le long de la vallée de la Garonne, bordé à l’ouest par les coteaux du Savès, à l’est par ceux du Lauragais et au sud par ceux de la vallée de l’ Ariège et du Volvestre. Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par la Garonne, la Louge, le canal de Saint-Martory, le Touch, l'Ousseau, le Roussimort, le ruisseau de la Saudrune et par divers autres petits cours d'eau. le ruisseau de l'AussauLa commune possède un patrimoine naturel remarquable : un site Natura 2000 (« Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste »), un espace protégé (« la Garonne, l'Ariège, l'Hers Vif et le Salat ») et cinq zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Muret est une commune urbaine qui compte 24 797 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1962. Elle est dans l'agglomération toulousaine et fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse. c'est la 4e commune la plus peuplée de Haute-Garonne. Ses habitants sont appelés les Murétains ou Murétaines.

Muret est généralement connue pour la bataille de Muret (1213) et comme le lieu de naissance de Clément Ader (1841-1925), inventeur et pionnier de l'aviation. C'est aussi sur les terres de cette commune que vécut longtemps la famille Niel dont Adolphe Niel, maréchal de France et ministre de la Guerre, est issu.

Le patrimoine architectural de la commune comprend cinq immeubles protégés au titre des monuments historiques : l'église Saint-Jacques, classée en 1928 puis inscrit en 1935, puis en 2005, une maison, inscrite en 1940, le château de Rudelle, inscrit en 1979, le parc Clément-Ader, inscrit en 1999, et le château de Cadeilhac, inscrit en 1999.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Muret se trouve dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[I 1].

Elle se situe à 19 km à vol d'oiseau et à 23 km par la route[Note 1] de Toulouse[1], préfecture du département.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[2] : Saubens (2,8 km), Seysses (4,3 km), Villate (4,5 km), Eaunes (4,9 km), Pins-Justaret (5,1 km), Roquettes (5,4 km), Saint-Hilaire (5,7 km), Labarthe-sur-Lèze (6,1 km).

Sur le plan historique et culturel, Muret fait partie du pays toulousain, une ceinture de plaines fertiles entrecoupées de bosquets d'arbres, aux molles collines semées de fermes en briques roses, inéluctablement grignotée par l'urbanisme des banlieues[3].

Muret est limitrophe de douze autres communes.

Communes voisines.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est établie sur la première terrasse de la Garonne dans sa partie rive gauche et sa rive droite est surplombée par un talus abrupt qui entaille profondément la molasse de l’ère tertiaire. Elle a une superficie de 5 784 hectares ce qui en fait la troisième plus grande superficie de la Haute-Garonne et a une altitude qui varie entre 152 et 305 mètres[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Muret.

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[6]. Elle est drainée par la Garonne, la Louge, le canal de Saint-Martory, le Touch, l'Ousseau, le Roussimort, le ruisseau de la Saudrune, le ruisseau de l'Aussau, le ruisseau du Haumont, l'Ousse, le ruisseau de la Grange, le ruisseau des Barradous, le ruisseau du houssat, et par un petit cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 83 km de longueur totale[7],[Carte 1].

La Garonne est un fleuve principalement français prenant sa source en Espagne et qui coule sur 529 km avant de se jeter dans l’océan Atlantique[8].

La Louge, d'une longueur totale de 100 km, prend sa source dans la commune de Villeneuve-Lécussan et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Elle se jette dans la Garonne sur le territoire communal, après avoir traversé 34 communes[9].

Le canal de Saint-Martory, d'une longueur totale de 71,2 km, prend sa source dans la commune de Saint-Martory et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Toulouse, après avoir traversé 19 communes[10].

Le Touch, d'une longueur totale de 74,5 km, prend sa source dans la commune de Lilhac et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Blagnac, après avoir traversé 29 communes[11].

L'Ousseau, d'une longueur totale de 26,2 km, prend sa source dans la commune de Lherm et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il traverse la commune et se jette dans le Touch à Tournefeuille, après avoir traversé 10 communes[12].

Le Roussimort, d'une longueur totale de 15,8 km, prend sa source dans la commune et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il traverse la commune et se jette dans le ruisseau de la Saudrune à Portet-sur-Garonne, après avoir traversé 6 communes[13].

Le ruisseau de la Saudrune, d'une longueur totale de 18,5 km, prend sa source dans la commune et s'écoule vers le nord-est. Il traverse la commune et se jette dans la Garonne à Toulouse, après avoir traversé 7 communes[14].

Le ruisseau de l'Aussau, d'une longueur totale de 11,9 km, prend sa source dans la commune de Lavernose-Lacasse et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il se jette dans la Louge sur le territoire communal, après avoir traversé 4 communes[15].

Le ruisseau du Haumont, d'une longueur totale de 11,5 km, prend sa source dans la commune d'Eaunes et s'écoule du sud-ouest vers le nord-est. Il traverse la commune et se jette dans l'Ariège à Pins-Justaret, après avoir traversé 5 communes[16].

Climat[modifier | modifier le code]

Muret connaît un climat tempéré océanique, à influences méditerranéenne et continentale, caractérisé par un été sec et chaud, un hiver doux et un printemps marqué par de fortes pluies et des orages violents. Les vents dominants sont, par ordre d'importance, le vent d'ouest (amenant généralement l'humidité de l'océan Atlantique), le vent de sud-est (aussi appelé vent d'autan, plutôt chaud et sec) et le vent du nord, nettement moins fréquent et généralement froid et sec (amenant l'air de masses anticycloniques froides placées sur le nord de l'Europe)[17].

Tableau comparatif des données climatiques
Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Nice 2 694 h / an 767 mm / an 1 j / an 31 j / an 1 j / an
Toulouse 2 047 h/an 655 mm/an 7 j/an 26 j/an 44 j/an
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Muret connaît en moyenne 24 jours de fortes chaleurs et 33 jours de gel par an. Les mois les plus pluvieux sont les mois d'avril, mai et juin. Les températures normales minimales interviennent en janvier avec en moyenne 5 °C, et les températures normales maximales en août avec 23 °C.

Températures relevées à Toulouse
Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales 1961-1990) °C 5,4 6,8 8,7 11,3 14,8 18,4 21,3 20,8 18,5 14,4 8,9 5,9 12,9
Précipitations (hauteur moyenne en mm, période 1961-1990) 55,1 55,2 57,5 64,4 73,1 57,8 41 47,4 47,7 51,5 48,8 55,9 655,7
Source: Météo France

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[18],[19].

Un espace protégé est présent sur la commune : « la Garonne, l'Ariège, l'Hers Vif et le Salat », objet d'un arrêté de protection de biotope, d'une superficie de 1 658,7 ha[20].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 3]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste »[22], d'une superficie de 9 581 ha, un réseau hydrographique pour les poissons migrateurs (zones de frayères actives et potentielles importantes pour le Saumon en particulier qui fait l'objet d'alevinages réguliers et dont des adultes atteignent déjà Foix sur l'Ariège[23].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 1 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Quatre ZNIEFF de type 1[Note 4] sont recensées sur la commune[24] :

  • les « falaises de la Garonne, de Muret à Carbonne » (525 ha), couvrant 8 communes du département[25] ;
  • la « forêt d'Eaunes » (377 ha), couvrant 3 communes du département[26] ;
  • « la Garonne de Montréjeau jusqu'à Lamagistère » (5 075 ha), couvrant 92 communes dont 63 dans la Haute-Garonne, trois dans le Lot-et-Garonne et 26 dans le Tarn-et-Garonne[27] ;
  • la « ripisylve et lac du Four de Louge » (54 ha)[28] ;

et une ZNIEFF de type 2[Note 5],[24] : « la Garonne et milieux riverains, en aval de Montréjeau » (6 874 ha), couvrant 93 communes dont 64 dans la Haute-Garonne, trois dans le Lot-et-Garonne et 26 dans le Tarn-et-Garonne[29].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Muret est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[30],[I 2],[31]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulouse, une agglomération inter-départementale regroupant 81 communes[I 3] et 1 035 280 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulouse est la cinquième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence et Lille (partie française)[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[I 6],[I 7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (68,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (52,1 %), zones urbanisées (17,2 %), zones agricoles hétérogènes (9,5 %), forêts (6,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,5 %), eaux continentales[Note 8] (2,4 %), prairies (2,3 %), mines, décharges et chantiers (0,9 %)[32].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est assez dense (près de 450 habitants par km2) pour la troisième plus grande superficie de la Haute-Garonne. Cela signifie donc qu'il n'y a que peu d'espaces inhabités sur le territoire communal. Celui est composé d'un centre-ville, ainsi que de plusieurs hameaux, tels que :

  • Ox, ancienne commune située au sud-ouest du centre-ville, aujourd'hui rattachée à Muret ;
  • Estantens, hameau situé au sud-est de la ville en rive droite de la Garonne;
  • Cupidou, hameau du nord-est de la ville ;
  • Les Carrètes, hameau situé en face d'Estantens en rive gauche de la Garonne.
  • ...

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 11 904, alors qu'il était de 10 745 en 2009[I 8].

Parmi ces logements, 91,3 % étaient des résidences principales, 0,7 % des résidences secondaires et 8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 53,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 45,9 % des appartements.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 49,2 %, en hausse par rapport à 2009 (46,1 %). La part de logements HLM loués vides était de 19,6 % en 2014, en baisse par rapport à 2009 (24 %), leur nombre diminuant de 2 405 à 2 126.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Porte des Pyrénées un projet de pôle d’activités diverses situés au sud de la commune sur plusieurs hectares ainsi qu'un nouveau collège[33].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est située en zone inondable, du fait du passage de la Garonne et de certains de ses affluents (Louge, ruisseau de l'Aussau...) sur la commune. On compte également un risque important de mouvements de terrain, de retrait-gonflement des sols argileux, ainsi qu'un risque très faible de séismes (1/5)[34].

Des canalisations de gaz naturel passent sur la commune et peuvent représenter un risque. On compte quelque 15 installations industrielles sur la commune, dont une classée Seveso. Il existe également de nombreux anciens sites industriels sur la commune, ceux-ci pouvant également représenter un risque.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Muret est accessible par les sorties Sortie 33 - Muret Z. I. Sud, Sortie 34 - Muret et Sortie 35 - Muret-nord de l'autoroute A64, traversant la commune du nord au sud et reliant Toulouse à Bayonne.

La commune est traversée par la route départementale 817 (ex-route nationale 117), qui relie sur son parcours historique Toulouse à Bayonne via Tarbes. On compte également la route départementale 15, qui relie Toulouse à Gratens, ainsi que la route départementale 3, qui relie le centre-ville au département du Gers au niveau de la commune de Monès. On compte également les routes départementales 12, 19, 23, 50 et 56 qui traversent la commune.

Transports[modifier | modifier le code]

Muret compte une gare SNCF, la gare de Muret, située sur la ligne de Toulouse à Bayonne, desservie par le réseau TER Occitanie.

La gare de Muret, située en centre-ville, est le terminus de quatorze lignes du réseau Tisséo : la ligne 117 vers la station Basso Cambo du métro de Toulouse, les lignes 301 à 306 vers les différents quartiers de Muret, la ligne 310 vers le lieu-dit Estantens, la 311 vers la gare de Portet via Villate, la 312 vers Saint-Clar-de-Rivière, la 313 vers Le Fauga, la 314 vers Eaunes, la 315 vers Saint-Lys, la 316 vers la gare de Portet via Labarthe-sur-Lèze et le 317 vers la gare de Portet via Roquettes. La gare est également le terminus de la ligne 321 du réseau Arc-en-Ciel qui mène à Fonsorbes, de la ligne 324 qui mène à Pouy-de-Touges et de la ligne 325 qui mène à Auterive.

Le centre-ville de Muret est également desservi par la ligne 58 du réseau Tisséo qui mène à la station Basso Cambo du métro de Toulouse en partant du lycée Pierre-d'Aragon, et par les lignes 359, 361, 364 et 380 du réseau Arc-en-Ciel qui mènent à la gare routière de Toulouse depuis respectivement Montesquieu-Volvestre, Le Fousseret, Rieumes et Cazères.

Muret est située à 26 km de l'aéroport Toulouse-Blagnac. La commune compte l'aérodrome de Muret-Lherm (avions de tourisme) et l'aéroport de Francazal (avions d'affaires) est situé à 9 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

« Le petit rempart » ou « la petite place-forte »[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Différentes découvertes d’archéologues locaux permettent de penser que le territoire de Muret était peuplé dès la période du néolithique : un fond de cabane datant environ de ayant été mis au jour au nord de la cité. Différents objets de l’âge du cuivre, environ 3 000 à  ; puis du bronze, à partir de indiquent ici la permanence du peuplement. Une série de fours à briques gallo-romains datant du Ier siècle de notre ère est implantée le long de la rive droite de la Garonne. Une villa occupait le site de l’actuel centre-ville ; entourée de murs de protection elle avait pris le nom de Murellum qui est devenu Murel puis Muret au Moyen Âge.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 1213, Muret entre dans l'Histoire. Ce jour-là, une bataille changea les horizons de part et d'autre de la frontière pyrénéenne et vit basculer le destin de l'Occitanie. À une époque où les entités féodales (notamment le comte de Toulouse et ses alliés) croient encore pouvoir jouer un rôle dans la maîtrise des espaces méridionaux sur les deux versants des Pyrénées, les seigneurs du Nord de la France, lancés dans la croisade contre les Albigeois, tentent de s'imposer dans le sud et d'éradiquer le Catharisme.

C'est à Muret, le , que le roi Pierre II d'Aragon venu en renfort des forces occitanes locales, perd la vie. Cette défaite des troupes occitano-aragonaises annonça l'annexion du Languedoc à la couronne de France et la fin du catharisme.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Muret servit de base aux forces contre-révolutionnaires pendant l'Insurrection royaliste de thermidor/fructidor an VII[35].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pour la période 1939-1945 voir :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Muret Blason
Écartelé d'argent à deux fasces crénelées d'azur, et de gueules à quatre otelles d'argent adossées et posées en sautoir[36].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Muret.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 20 000 habitants et 29 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de trente-cinq[37],[38].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la Septième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté d'agglomération du Muretain et du canton de Muret.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1925 1940 Vincent Auriol[39] SFIO Avocat et journaliste ; fondateur du Midi Socialiste
Député (1914-1940)
Conseiller général du canton de Carbonne (1925-1940)
1940 1944 Henri Peyrusse
(1897-1970)
SFIO Nommé membre du Conseil départemental en 1943
1944 1947 Vincent Auriol SFIO député (1943-1947)
Conseiller général du canton de Carbonne (1945-1946)
président de la République de 1947 à 1954
1947 1953 Henri Peyrusse SFIO  
1953 1989 Jacques Douzans DVD Ancien Sous-Préfet
Conseiller général du canton de Muret (1955-1979)
député (1958-1962, 1968-1973)
1989 1995 Hélène Mignon PS Docteur en médecine spécialisée en dermatologie
Ancienne adjointe au maire de Seysses
Conseillère générale du canton de Muret (1979-1992)
Députée (1988-1993 et 1997-2007)
1995 2008 Alain Barrès UDF-UMP Cardiologue
Ancien député (1995-1997), président de la CAM (2004-2008)
Conseiller général du canton de Muret (1992-1998)
2008 En cours André Mandement PS Président du Muretain Agglo depuis 2008

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a renouvelé son attribution de deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[40].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Les juridictions compétentes pour la commune de Muret sont le tribunal d'instance de Muret, le tribunal de grande instance de Toulouse, la cour d'appel de Toulouse, le tribunal pour enfants de Toulouse, le conseil de prud'hommes de Toulouse, le tribunal de commerce de Toulouse, le tribunal administratif de Toulouse et la cour administrative d'appel de Bordeaux[41].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[42],[Note 9]

En 2019, la commune comptait 24 797 habitants[Note 10], en augmentation de 0,29 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +7,81 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0003 2583 2843 2863 7873 9724 0004 3084 196
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 1254 1304 0503 8523 9564 0564 1454 1424 064
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 9113 7123 6543 2183 4823 7254 0134 3685 204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6 69313 03914 77815 84418 13420 73523 62224 08525 207
2019 - - - - - - - -
24 797--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[43] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[45] 1975[45] 1982[45] 1990[45] 1999[45] 2006[46] 2009[47] 2013[48]
Rang de la commune dans le département 2 3 3 3 4 4 4 4
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 10 984 ménages fiscaux[Note 11], regroupant 24 664 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 21 280 [I 9] (23 140  dans le département[I 10]). 49 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 12] (55,3 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 11] 8,6 % 10,4 % 11,5 %
Département[I 12] 7,7 % 9,6 % 9,3 %
France entière[I 13] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 15 825 personnes, parmi lesquelles on compte 72,5 % d'actifs (61 % ayant un emploi et 11,5 % de chômeurs) et 27,5 % d'inactifs[Note 13],[I 11]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Toulouse, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 3],[I 14]. Elle compte 12 734 emplois en 2018, contre 12 490 en 2013 et 11 203 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 9 765, soit un indicateur de concentration d'emploi de 130,4 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 56,4 %[I 15].

Sur ces 9 765 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 3 613 travaillent dans la commune, soit 37 % des habitants[I 16]. Pour se rendre au travail, 78 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 9 % les transports en commun, 8,4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 4,5 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 17].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

2 546 établissements[Note 14] sont implantés à Muret au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 15],[I 18].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 2 546 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
128 5 % (5,7 %)
Construction 337 13,2 % (12 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
642 25,2 % (25,9 %)
Information et communication 61 2,4 % (4,1 %)
Activités financières et d'assurance 93 3,7 % (3,8 %)
Activités immobilières 86 3,4 % (4,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
395 15,5 % (19,8 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
584 22,9 % (16,6 %)
Autres activités de services 220 8,6 % (7,9 %)

Centre de détention de Muret

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 25,2 % du nombre total d'établissements de la commune (642 sur les 2546 entreprises implantées à Muret), contre 25,9 % au niveau départemental[I 19].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[49] :

  • Societe Etienne Lacroix Tous Artifices, fabrication de produits explosifs (68 815 k€)
  • Clinique D'occitanie, activités hospitalières (42 976 k€)
  • Alliance Auto Industrie, commerce de gros d'équipements automobiles (41 629 k€)
  • Generale Automobile Muretaine - Gam, commerce de voitures et de véhicules automobiles légers (39 986 k€)
  • Auto Real RN 20, commerce de voitures et de véhicules automobiles légers (32 042 k€)

Muret constitue une véritable centralité dans le bassin de vie et d'activité du Muretain, à proximité de Toulouse. Son tissu économique stable est composé principalement de petites et moyennes entreprises et industries couvrant de nombreux secteurs d'activités. La compétence Développement économique est exercée par la Communauté d’Agglomération du Muretain, qui développe et consolide le tissu économique local, aide à la création d’entreprises au profit de l’emploi.

Muret possède des réserves foncières importantes essentiellement situées sur les zones d’activités du territoire.

Porte de Muret : 20 hectares situés au nord de la ville, à la sortie de l'échangeur de l'A64.

  • Cap Clément Ader / Les Bonnets : attenante à l'aérodrome d'affaires de Muret-Lherm, avec en son centre, le karting international.
  • Joffrery : 97 hectares à l'entrée nord de Muret.
  • Marclan : 35 hectares au nord de la ville.
  • Sans soucis : 16 hectares en limite nord de la ville.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans « les Vallées », une petite région agricole consacrée à la polyculture sur les plaines et terrasses alluviales qui s’étendent de part et d’autre des sillons marqués par la Garonne et l’Ariège[50]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 16] sur la commune est la culture de céréales et/ou d'oléoprotéagineuses[Carte 4].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 112 60 45 43
SAU[Note 17] (ha) 2 519 2 334 nd 2 615

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 112 lors du recensement agricole de 1988[Note 18] à 60 en 2000 puis à 45 en 2010[52] et enfin à 43 en 2020[Carte 5], soit une baisse de 62 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 57 % de ses exploitations[53],[Carte 6]. La surface agricole utilisée sur la commune a quant à elle augmenté, passant de 2 519 ha en 1988 à 2 615 ha en 2020[Carte 7]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 22 à 61 ha[52].

Industrie[modifier | modifier le code]

Services[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Eglise Saint-Jacques

La Liste des monuments historiques de la Haute-Garonne les recense, organisée par commune.

Autres monuments et sites[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Muret possède une sous-préfecture, un service départemental d'incendie et de secours, une gendarmerie, une poste, un centre des impôts, un centre de la DDE affecté à l'autoroute A64 et un office de tourisme

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède un centre hospitalier[62] (gériatrie, handicap), une clinique polyvalente avec (IRM et un service de radio médicale) un centre communal d'action sociale, des maisons de retraite type Ehpad[63], un hôpital de jour, des laboratoires d'analyses médicales, des services d'ambulances, des infirmiers, des sages-femmes, des médecins généralistes, des professionnels de la rééducation, de l'appareillage, des pédicures-podologues, des dentistes, des pharmacies,

Enseignement[modifier | modifier le code]

Muret fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune de Muret de la crèche, en passant par l'école maternelle, l'école élémentaire et le collège jusqu'au lycée, et lycée technique le tout étant complémenté par la bibliothèque municipale et un centre aéré. La ville abrite également une antenne de l'École nationale de l'aviation civile.

Culture[modifier | modifier le code]

Muret dispose de multiples dispositifs culturels.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Muret propose plus d'une centaine de manifestations sportives et de loisirs par an. Ses équipements sont multiples et variés : des gymnases, des terrains de tennis, une base de loisirs avec parcours de santé, deux lacs aménagés, un karting international, un aérodrome, une base de canoë-kayak, trois boulodromes, un skate parc, deux stand de tir, un vélodrome, un club hippique et Aqualudia, le centre aqualudique du Muretain avec ses six bassins intérieurs et extérieurs.

Muret compte plus de 50 associations sportives[70].

Tour de France 2015 : départ de la 13e étape.
Tour de France 2021 : départ de la 17e étape.

Cultes[modifier | modifier le code]

Catholique[modifier | modifier le code]

La ville fait partie du secteur pastoral de Muret, qui comprend les paroisses de Saint-Jacques, Saint-Jean, et les paroisses des villages : Estantens, Ox, Le Fauga, Eaunes, St Hilaire.

Monsieur l'abbé Joseph Coltro est le curé-doyen de ce secteur pastoral[71]. Il existe aussi sur la commune une communauté des Carmelites.

Protestant[modifier | modifier le code]

L'association cultuelle de l'Église évangélique de Muret[72] occupe des locaux situés au 12 chemin de la Pyramide, inaugurés en novembre 2012[73] après un an de travaux[74]. Le pasteur est Bernard Gisquet[75].

Musulman[modifier | modifier le code]

L’Association Franco-Musulmane Culturelle et Cultuelle de Muret (AFMCCM)[76] acquiert en 2000 les locaux d'une ancienne serrurerie[77], rue Marclan, dans une zone industrielle au nord de Muret, pour fonder la mosquée de Muret.

Orthodoxe[modifier | modifier le code]

Église orthodoxe : paroisse orthodoxe de la Nativité de la Mère de Dieu, (162 Avenue du Pic du Ger, 31600 Muret).

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté d'agglomération du Muretain[78].

Sur la commune il existe une déchèterie.

Solidarité[modifier | modifier le code]

La ville de Muret possède diverses associations aidant la population matériellement et immatériellement[79]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

. Guy Bertrand et Francis Cevennes, Documents sur l'insurrection royaliste de l'An VII (1799) dans le Muretain, Collège-Nord, Muret, 1989.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[21].
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  11. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  12. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  13. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  14. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  15. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  16. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  17. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  18. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[51].
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Muret » sur Géoportail (consulté le 5 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune de Muret » (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition » (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Toulouse » (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. « Dossier complet - Commune de Muret (31395) | Insee » (consulté le ).
  9. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Muret » (consulté le ).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).
  11. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Muret » (consulté le ).
  12. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).
  13. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  15. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Muret » (consulté le ).
  16. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  17. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  18. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Muret » (consulté le ).
  19. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Muret et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. « Communes les plus proches de Muret », sur www.villorama.com (consulté le ).
  3. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 378-379.
  4. Carte IGN sous Géoportail
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  6. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  7. « Fiche communale de Muret », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  8. Sandre, « la Garonne »
  9. Sandre, « la Louge »
  10. Sandre, « le canal de Saint-Martory »
  11. Sandre, « le Touch »
  12. Sandre, « l'Ousseau »
  13. Sandre, « le Roussimort »
  14. Sandre, « le ruisseau de la Saudrune »
  15. Sandre, « le ruisseau de l'Aussau »
  16. Sandre, « le ruisseau du Haumont »
  17. « CAPITOUL, Météorologie de Toulouse », Météo France (consulté le ).
  18. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  19. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  20. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  22. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Muret », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « site Natura 2000 FR7301822 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  24. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Muret », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF les « falaises de la Garonne, de Muret à Carbonne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « ZNIEFF la « forêt d'Eaunes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF « la Garonne de Montréjeau jusqu'à Lamagistère » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF la « ripisylve et lac du Four de Louge » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « ZNIEFF « la Garonne et milieux riverains, en aval de Montréjeau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  32. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  33. David Saint-Sernin, « Voici le gros pôle commercial et d'activités qui va bientôt ouvrir près de Toulouse », sur Actu.fr, .
  34. « Géorisques | Mieux connaître les risques sur le territoire », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le ).
  35. Jean Odol, « L'insurrection royaliste d'août - septembre 1799 en Lauragais », sur couleur-lauragais.fr, (consulté le ).
  36. Villate. Un blason «en chef» pour Muret
  37. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  38. https://elections.interieur.gouv.fr/municipales-2020/031/031395.html
  39. https://maitron.fr/spip.php?article10509, notice AURIOL Vincent [AURIOL Jules, Vincent] par Gilles Morin, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 19 avril 2020.
  40. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  41. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  45. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  46. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  47. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  48. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  49. « Entreprises à Muret », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  50. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  51. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  52. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Muret - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  53. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de la Haute-Garonne » (consulté le ).
  54. a b et c Chronologie de l'affaire Bertrand Cantat « Copie archivée » (version du 2 octobre 2009 sur l'Internet Archive), article du Nouvel Observateur.
  55. [PDF] « Patrimoine et architecture - Chiffres clés 2010 », Ministère de la Culture et de la Communication (consulté le ).
  56. Raynal, Cécile, « Renaissance de Montégut-Ségla et de ses sources », Revue d'Histoire de la Pharmacie, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 92, no 343,‎ , p. 497–501 (lire en ligne, consulté le ).
  57. http://www.lepetitjournal.net/011016-185519-Montegut-Segla-un-chateau-endeuille-1.html
  58. Le Patrimoine des Communes de la Haute-Garonne - Tome 2 (ISBN 9782842340810), p. 1096.
  59. « La Chapelle de Saint-Amans d'Estantens », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  60. « Carmel La Combe Sainte-Marie à Muret Service des Moniales », sur Services des Moniales de France, (consulté le ).
  61. « Carmel de Muret – Fédération des Carmélites France-Sud » (consulté le ).
  62. http://etablissements.hopital.fr/annuaire_structure.php?id=730 Centre Hospitalier de Muret
  63. https://www.capgeris.com/ehpad/occitanie/haute-garonne/muret/
  64. Médiathèque François-Mitterrand
  65. Musée Clément-Ader
  66. Cinéma
  67. [1]
  68. https://www.mairie-muret.fr/39-la-ville/vie-economique-ville-de-muret/68-salle-horizon-pyrenees
  69. Xavier Hurtevent, « Muret. La nouvelle salle de spectacle s'appellera Horizon Pyrénées », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. plus de 50 associations sportives
  71. Secteur pastoral de Muret sur le site officiel du diocèse de Toulouse
  72. « Église Évangélique de Muret »
  73. La Dépêche du Midi, « Muret. «Happy day» au temple protestant », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  74. Recueilli par Evelyne Encoyand, « Muret. Un temple de culte chemin de la Pyramide », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  75. http://fpf-midipyrenees.protestants.org/index.php?id=33014
  76. http://afmccm.fr Site officiel de l'AFMCCM
  77. « La mosquée de Muret, de la serrurerie à la maison de Dieu », sur Trouve Ta Mosquée (consulté le ).
  78. http://www.agglo-muretain.fr/fr/habiter-vivre/environnement-dechets/l-actualite-dechetteries.html
  79. http://www.mairie-muret.fr/vie-associative/solidaritessolidarites