Saint-Orens-de-Gameville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Orens.
Saint-Orens-de-Gameville
La mairie.
La mairie.
Blason de Saint-Orens-de-Gameville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Castanet-Tolosan
Intercommunalité Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Dominique Faure
2014-2020
Code postal 31650
Code commune 31506
Démographie
Gentilé Saint-Orennais
Population
municipale
11 581 hab. (2014en augmentation de 6.27 % par rapport à 2009)
Densité 887 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 06″ nord, 1° 32′ 02″ est
Altitude Min. 144 m
Max. 219 m
Superficie 13,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Orens-de-Gameville

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Orens-de-Gameville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Orens-de-Gameville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Orens-de-Gameville
Liens
Site web ville-saint-orens.fr

Saint-Orens-de-Gameville, souvent appelée Saint-Orens dans le langage courant, est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Orennais et les Saint-Orennaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain. Au nord la rivière de la Saune sépare la commune de celle de Quint-Fonsegrives. La commune est également traversée par la rivière de la Marcaissonne. Saint-Orens se trouve à environ 10 km du centre de Toulouse.

Altitude du point culminant : l’Escaudou 214 m

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Orens-de-Gameville
Quint-Fonsegrives
Toulouse Saint-Orens-de-Gameville Lauzerville
Labège Escalquens Auzielle

Transport[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L’origine de Saint-Orens de Gameville vient du nom d’un évêque espagnol du Ve siècle, Orentius à qui fut attribuée la délivrance de Toulouse de l’emprise des romains en 438. Ses prières répétées auraient provoqué un épais nuage entourant le général romain Litorius, l’égarant aux portes de la ville de Toulouse où il fut fait prisonnier. Après sa mort en 439, Orentius fut canonisé saint Orens. En son hommage, on fit construire l’église en son nom sur le site même de la bataille.

La création de la commune provient de la fusion, le 31 décembre 1790, de trois communautés : Cayras, Gameville et Lantourville qui faisaient partie du diocèse de Toulouse. Le premier maire de la ville s’appelait Jean Bellières qui a donné son nom à l'actuel place où se situe l’espace culturel Altigone.

On note qu'en 1791, le conseil municipal vota une somme destinée à payer un chirurgien pour les pauvres et en 1818 la création d'un bureau particulier de charité.

Pour certains, Orens ne se prononce pas "orince" comme le font traditionnellement les Toulousains mais "Oran" comme le font les vieux Saint-Orennais. Pierre Founaud instituteur à Saint-Orens (marié à Marie-Jeanne Mailhol fille d'Alphonse Maihlol, Maire du village de 1938 à 1941) en avait fait la démonstration en son temps. La raison réside dans l'origine du nom propre qu'est Orens. Selon la définition du Larousse, il y a historiquement trois prononciations possibles pour Saint Orens : Saint "Orient", Saint "Orance", Saint "Oran".

La prononciation "orince" de "orens" correspond au "in" que l'on entend dans "pentagone" ou 'benjamin".

C'est la prononciation de langue d'oc héritée directement du latin "Orentius" se prononçant "Orinssiuss".

La prononciation "Oran", accentuée d'un "r" roulé, ne doit pas faire illusion ; elle est le fruit de l'embarras des instituteurs méridionaux, tenaillés entre le "bon français" et la phonétique locale.

D'autres exemples, comme "Graulhet" prononcé '"Groyé", "Muret" prononcé "Murèth", Laguiole prononcé "Layole", témoignent de la difficulté à retranscrire les noms occitans en français.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Orens-de-Gameville

Son blasonnement est : Coupé au premier d'or à une croix retranchée chargée de la Sainte Eponge sur son roseau en bande, et de la Sainte Lance en barre, le tout de sable, au second d'argent à deux pals de gueules, mi-parti de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or[1].

Ce blason fait référence à une croix du XIIe siècle[2], classée Monument historique, qui se trouve au rond-point devant l'église de Saint-Orens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 10 000 habitants et 19 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de trente trois[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la dixième circonscription de la Haute-Garonne, de Toulouse Métropole et du canton de Castanet-Tolosan.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Dominique Faure REM (UDI jusqu'en octobre 2017) Cadre supérieure
Vice-Présidente de Toulouse-Métropole
2001 2014 Christian Sempé PCF  
1968 2001 Gustave Plantade MRG  
1944 1968 Henri Puis    
1941 1944 Paul Vignes    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 11 581 habitants, en augmentation de 6,27 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
385 451 490 554 607 687 746 704 676
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
570 588 677 570 596 600 589 592 609
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
631 597 620 584 589 611 687 667 674
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
815 1 349 4 738 7 638 9 703 10 991 10 782 11 196 11 581
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[8] 1975[8] 1982[8] 1990[8] 1999[8] 2006[9] 2009[10] 2013[11]
Rang de la commune dans le département 49 17 11 11 11 12 14 13
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

D’un village de moins de 1 500 habitants jusque dans les années 1970, Saint-Orens a connu une explosion démographique à partir de 1980, la population passant de 4 500 à 10 000 habitants en moins de 20 ans.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Centre commercial Saint-Orens (E.Leclerc)
  • Zone d'activité des Champs-Pinsons.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le lycée Pierre-Paul-Riquet, créé en 1991 et appelé aussi "lycée de l'Espace". C'est un lycée général et technologique
  • Le collège Jacques-Prévert
  • Le collège René-Cassin
  • Écoles élémentaires et maternelles d'Henri-Puis, de Catala, et du Corail.

Culture[modifier | modifier le code]

  • La médiathèque municipale [12]
  • La salle de spectacle Altigone [13]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Roller Skating Saint-Orens (RSSO), club de Roller ayant le plus grand nombre de licenciés en Midi-Pyrénées (disciplines rando, hockey, course et artistique)[14].
  • Saint-Orens rugby féminin club de rugby à XV féminin plusieurs fois championne de France.
  • Saint-Orens FC : club de football de la ville créé en 1964 sous le nom de Jeunesse Sportive Saint-Orennaise (JSSO) avant d'être renommé, en 2000, Saint-Orens Football Club. Il est, depuis de nombreuses années, composé de plusieurs équipes dans toutes les catégories, de débutants à vétérans.
  • Saint-Orens XV: club de rugby à XV de la ville dont l'équipe sénior évolue actuellement en honneur.
  • Saint-Orens Badminton : Saint-Orens Badminton, SOBAD, est un club qui a été créé en 1987 en tant que section badminton au sein de la Jeunesse Sportive Saint-Orennaise (JSSO) puis devint SOBAD en 2000. Plusieurs équipes composent le club. Ce sport est pratiqué en loisirs ou en compétition de 7 à 77 ans.
  • Tour de France 1995.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la métropole de Toulouse Métropole[15].

  • Les jardins familiaux d'En Prunet [16]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château Catala du XVIIe siècle entièrement rénové
  • Église paroissiale Saint-Orens du XVe siècle
  • Croix du XVIe siècle, inscrite monument historique depuis 1965[17].
  • Moulin de Quint
  • L’ancienne poste (1912)
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Par décision du conseil municipalNB : le blason ancien : « Fascé d'argent et de gueules de six pièces », attribué par d'Hozier à la suite de l'édit de 1696 n'est pas utilisé.
  2. Cette croix est présentée sur le site de la paroisse
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031506.html.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. [1]
  13. [2]
  14. RSSO
  15. http://www.toulouse-metropole.fr/missions/dechets-proprete
  16. [3]
  17. « Croix de Saint-Orens », notice no PA00094471, base Mérimée, ministère français de la Culture