Institut agronomique et vétérinaire Hassan II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut agronomique et vétérinaire Hassan II
Logo iav
Logo iav
Nom original معهد الحسن الثاني للزراعة والبيطرة
Informations
Fondation 1966
Fondateur Hassan II
Type École d'ingénieurs publique
École vétérinaire
Localisation
Ville Rabat
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Campus Madinat Al Irfane
Direction
Directeur Pr. Fassi fihri
Administrateur Pr Noursaid TLIGUI(secrétaire général)
Pr Saad Amrani (Directeur Adjoint Responsable des Etudes et des Affaires Académiques)
Mohamed Ettarid(Directeur Adjoint )
Mme. Sanaa ZEBAKH (La Directrice adjointe)
Chiffres clés
Personnel 492
Enseignants 259
Niveau Bac + 5 : Ingénieur d'État
Bac + 6 : Docteur d'État
Diplômés/an environ 400
Divers
Site web www.iav.ac.ma

L'Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV Hassan II) (en arabe : معهد الحسن الثاني للزراعة والبيطرة) est une école d'ingénieurs marocaine située à Rabat et créée en 1966.

L'école est chargée d'assurer la formation d'ingénieurs dans le domaine des sciences de la nature.

Elle est membre de la Conférence des Grandes Écoles[1]

Historique[modifier | modifier le code]

Les principales dates ayant marqué l’historique de l'IAV :

1963 : Discours du Trône de Feu S.M. le Roi Hassan II annonçant la création de l'Institut.

1966 : Admission de la première promotion d'agronomie.

1970 : Admission de la première promotion de vétérinaires et des autres filières.

1971 : Création de l'Année Préparatoire aux Études Supérieures en Agriculture (APESA).

1972 : Première promotion d'agronomes.

1975 : Doublement des effectifs (600 en APESA). Première promotion de vétérinaires.

1979 : Démarrage du troisième cycle en sciences du milieu.

1980 : Démarrage de la formation en Horticulture, Phytiatrie, Espaces verts et Halieutique au Campus d'Agadir et de Machinisme Agricole à Rabat.

1981 : Promotion d'ingénieurs d'État ayant complété toute leur formation à l'IAV.

1982 : Soutenance, devant un jury international, de la première thèse de doctorat ès Sciences -Agronomiques à l'Institut.

1985 : Citation de l'Institut dans le Discours Royal de la fête de la jeunesse.

2004 : Démarrage du nouveau cursus de formation ingénieur bac+5 dans le cadre de la réforme introduite par la loi 01-00.

2009 : Accréditation du Centre des Études Doctorales (CEDoc -IAV) et de 4 Formations Doctorales : Sciences Agronomiques et Agroalimentaires, Sciences Économiques et Sociales Appliquées à l'Agriculture, Sciences Vétérinaires, Sciences de l'Ingénieur

2010 : Nouvel organigramme portant organisation de l’IAV Hassan II sur la base de la loi 01-00

Mission[modifier | modifier le code]

Créé en 1966, l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV Hassan II) est un établissement supérieur de formation et de recherche.

Considéré comme établissement chef de file dans les sciences de la nature, il assure trois missions fondamentales intégrées : formation, recherche et développement. Depuis sa création, il a évolué sur le plan institutionnel et a su élargir son rayonnement national, régional et international. Devenu centre polytechnique d’expertise multidisciplinaire, il assure la formation initiale et la formation continue des spécialistes en sciences et technologies du vivant et de la Terre (ingénieurs, vétérinaires, etc.) pour répondre aux besoins en cadres de haut niveau.

Formation[modifier | modifier le code]

L'IAV Hassan II comprend actuellement 6 filières de formation et plusieurs options :

  • Agronomie :
    • Ressources naturelles et environnement:

Les ingénieurs formés ont pour vocation d’occuper des emplois de nature scientifique, technique, économique, administrative et pédagogique, tant au plan national qu'international. Ils interviennent sur tous les aspects liés à l’environnement, à la gestion et la préservation des ressources naturelles et à l’optimisation de leur exploitation. Cette formation offre pour le marché de l’emploi des ingénieurs de haut niveau et de compétences étendues qui pourront proposer une réponse globale à un problème d'environnement. En effet, grâce aux bases scientifiques et techniques sur les nouvelles approches dans un domaine large de l'environnement (domaines de l'eau, des sols, de l'air et aspects institutionnels et socioéconomiques), les ingénieurs formés dans cette filière permettront d’accompagner une grande diversité d’institutions, d’organismes et d’entreprises.

    • Économie et gestion :

Cette formation a pour objectifs de fournir des bases scientifiques et méthodologiques solides ainsi que les outils de réflexion nécessaires à la formation des ingénieurs agronomes spécialisés dans le management des entreprises agroalimentaires ainsi que dans les sciences économiques et sociales appliquées à l'agriculture et au développement rural. Grâce à une formation économique, managériale, juridique et technique de base ainsi qu’à une connaissance empirique de la réalité du secteur agroalimentaire et du milieu agricole et rural, les spécialisations dans les sciences économiques et sociales permettent à ces ingénieurs de maitriser les approches, méthodes et outils scientifiques permettant d'aborder les problématiques de gestion des entreprises agroalimentaires, celles du développement économique et social, d'évaluer et d'analyser les stratégies de production et des interventions de gestion et de soutien au secteur, comme d'identifier et de proposer des alternatives socialement et économiquement profitables.

    • Biotechnologie
    • Ingénierie de production
  • Génie rural :
    • Énergie et Agroéquipements
    • Irrigation et environnement
    • Infrastructure eau potable et assainissement

L’objectif de la formation d'ingénieur GR est de former des cadres supérieurs capables d'occuper des postes dans le public, le privé et dans les organisations nationales et internationales en ingénierie/conseil, expertise, gestion/management, planification et suivi-évaluation dans les domaines s'articulant autour de :

- L’hydraulique agricole : techniques d’irrigation et de drainage, gestion des périmètres irrigués, … ;

- La gestion des ressources en eau et environnement: hydrologie, hydrogéologie, eau de surface, eau souterraine, gestion intégrée, qualité de l’eau et pollution, impacts sur l’environnement …;

- L’hydraulique urbaine : AEP, Assainissement, épuration et recyclage des eaux usées, … ;

- Infrastructures : améliorations foncières, assainissement, constructions, ouvrages de génie civil, voirie et réseaux divers, routes et pistes rurales, collecte, traitement et stockage des déchets solides, etc.

- Agroéquipements et procédés de transformation des produits agricoles : conception, gestion et suivi-évaluation de projets de mécanisation agricole et rurale, circuit du froid, système de manutention, de transport, de séchage, de stockage et accessoirement transformation primaire des produits agricoles; utilisation et gestion de la maintenance des équipements agricoles, communaux et de génie civil et des unités industrielles para- agricoles.

- Énergie et environnement : production à petites échelles de l'énergie, électrification rurale, installations électriques, énergies renouvelables, carburants de substitution, gestion et distribution de l'énergie en milieu rural, bilan énergétique et maitrise de l'énergie, étude d'impacts environnementaux

  • Industries agroalimentaires :

L’objectif global de la formation en Industries Agricoles & Alimentaires (IAA) est la mise en place d’un dispositif de diplomation d’ingénieurs polyvalents pour le secteur agroalimentaire, qui soit en mesure d’offrir aux entreprises les compétences qu’elles recherchent dans les domaines de la production, de la maitrise et l’optimisation des procédés et des procès de la commercialisation, de développement de nouveaux procédés et produits, de la gestion et assurance de la qualité et de la maintenance des équipements.

La mise en place de la formation d’ingénieurs en industries agricoles et alimentaires se situe dans le contexte général de mise à niveau de la compétitivité des entreprises du secteur agroalimentaire.

La formation des ingénieurs en IAA couvre les domaines suivants:

    • maitrise de la conduite des postes clés de la chaine de fabrication,
    • maitrise des méthodes de contrôle et d’implantation des systèmes d’assurance qualité,
    • maitrise des méthodes de gestion des rejets industriels,
    • avoir des connaissances approfondies en outils informatiques notamment l’informatique de gestion,
    • avoir des connaissances approfondies en mercatique, communication et gestion des entreprises.
  • Sciences géomatiques et ingénierie topographique :

L’objectif essentiel de la formation est de préparer le futur ingénieur à l’exercice de sa profession dans ses diverses composantes dont les principales sont l’équipement géodésique et l’établissement de la carte du pays à différentes échelles, le cadastre et l’expertise foncière, la collecte et le traitement de l’information géographique spatiale pour les besoins de la gestion des ressources et de l’aménagement du territoire et des espaces urbains et ruraux.

La formation dispensée s’est adaptée progressivement, au cours de ces dernières années, aux mutations technologiques qui ont bouleversé les modes de production traditionnels. Elle a introduit les enseignements théoriques et pratiques pour intégrer ces nouvelles technologies : géodésie spatiale, topographie électronique, techniques modernes d’acquisition, de traitement et de présentation des données à référence spatiale (Télédétection, Photogrammétrie analytique et digitale, Cartographie numérique, Systèmes d’information géographique).

  • Halieutique
  • Cette formation a pour objectifs de former les cadres du secteur, dans l'optique d'une pêche responsable, d'une aquaculture durable, d'une gestion intégrée des zones côtières et des milieux aquatiques.
  • Médecine vétérinaire

Accès et études[modifier | modifier le code]

L'accès à l'IAV se fait après passage par l'APESA[2]: Année préparatoire aux études supérieures agronomiques. Les étudiants sont sélectionnés premièrement sur la base de leurs dossiers. Un baccalauréat avec mention est obligatoire (modalités d'accès à l'IAV par les bacheliers)[3]. Le nombre d'admis ne dépasse pas les 500 chaque année. Toutefois, le taux de réussite est entre 70 et 80 % à l'APESA.

Les études à l'IAV se font en trois cycles. Un nouveau système vient d'être adopté ramenant les études à 5 ans au total au lieu de 6 ans (exception faite de la formation vétérinaire qui se fait toujours en 6 ans) dans un esprit de concordance avec les changements européens (accords de Bologne) dans les systèmes des études universitaires.

Le corps enseignant est formé de 335 professeurs-chercheurs (200 docteurs d'État) dans leur grande majorité marocains (99 %). Ils assurent l'encadrement et la recherche dans 70 disciplines différentes.

Débouchés[modifier | modifier le code]

Les lauréats de l'IAV ne se concentrent pas dans un seul domaine malgré leur vocation agronomique. Ils forment l'ossature de plusieurs établissements publics ou privés dans plusieurs domaines. Les différents ministères marocains (agriculture, pêches, industrie, commerce, finances, intérieur, etc.). Les grandes sociétés privées nationales ou multinationales (Groupe ONA, Groupe BMCE, CNCA, Maroc Telecom, Attijariwafa bank, Les Domaines, ANAPEC, etc.). Ils sont aussi implantés comme chercheurs dans plusieurs universités prestigieuses internationales avec une concentration en France et au Canada ou aux États-Unis.

Aussi, beaucoup ont choisi de monter leurs propres projets qui vont des cabinets de topographes aux autres cabinets de conseils, écoles privées d'enseignement technique, exploitations agricoles, cabinets vétérinaires, etc.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

  • Mohamed Abbou, Ex-ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la modernisation des secteurs publics, et patron du Groupe Abbou & Fils
  • Dr Ahmed Driouchi, Directeur de l'Institute of Economic Analysis and Prospective studies (IEAPS) à Al Akhawayn University (AUI), Doyen Fondateur de School of Business Administration à AUI
  • Abdellah Baha, ex-ministre d'État
  • Abdelkader Amara, Ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement
  • Taoufiq Marzouki Zerouali, Directeur Général de NOVEC CDG Développement
  • Aziza Lacham, Directrice générale de Chaabi Lil Iskane
  • Mohssine Semmar, Membre du Directoire de MEDZ CDG Dévelopemment
  • Ben El Ahmar Mustapha, Directeur Général de la société Tamwil El Fellah (groupe Crédit Agricole du Maroc)
  • Fouzi Lekjaa, Directeur du Budget au Ministère de l'Économie et des Finances
  • Aziz Hilali, Président de l'Ordre national des ingénieurs géomètres topographes du Maroc (ONIGT), et président de l'Union méditerranéenne des géomètres (UMG)
  • Jamal Attari, Directeur du Centre régional d'investissement Région Gharb-Chrarda-Béni Hssen
  • Mohamed Badraoui, Directeur Général de l'Institut National de la Recherche Agronomique
  • Abdelaâli Gour, Directeur du cabinet du Ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement
  • Mohamed Sadiki, secrétaire général du Département de l'Agriculture au Ministère de l'Agriculture et de la Pêche Maritime
  • Chakib Jenane, Chef de l'Unité d'Industrie Agroalimentaire à l'Organisation des NU pour le développement Industriel (UNIDO)
  • Youssef Draiss, Directeur Général de la société Casa transport en Site Aménagé SA, Maitre d'ouvrage du tramway de Casablanca

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]