Khnoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Khnoum
Divinité égyptienne
Image illustrative de l’article Khnoum
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Χνούμ
Nom en hiéroglyphes
XnmwE10
Translittération Hannig H̱nmw
Représentation Homme à tête de bélier
Groupe divin Triade d'Éléphantine
Culte
Région de culte Égypte antique
Temple(s) Éléphantine
Lieu principal de célébration Esna

Khnoum (en grec ancien Χνούμ / Khnoúm, lui-même issu de l'égyptien ancien H̱nmw signifiant « le maître de l'eau fraîche ») est le dieu des cataractes et puissance créatrice dans la mythologie égyptienne. Il contrôlait la crue du Nil en ouvrant, à Éléphantine, la caverne de Hapy dans laquelle se trouvait l'Inondation. Il joue là un rôle majeur dans le quotidien des Égyptiens, préservant le peuple de la famine.

Description[modifier | modifier le code]

Khnoum est un dieu très ancien qui est paradoxalement surtout connu grâce aux textes assez récents (Ier siècle) gravés sur les parois du temple d'Esna.

Khnoum est le créateur de l'enveloppe corporelle des êtres vivants qu'il forme sur son tour de poterie. Selon la tradition, il dépose celui des nouveaux-nés dans leur berceau. Khnoum forme ses créations sur son tour de potier avec le limon du Nil, pour leur donner vie et façonner leurs Ka[1].

Il est représenté sous les traits d'un homme à tête de bélier, parfois surmontée d'une cruche, tenant la croix ansée (ânkh) dans la main.

Khnoum est particulièrement adoré sur l'île Éléphantine et à Esna. Un temple lui est également dédié sur l'île de Philæ. On le retrouve dans une dizaine de villes d'Égypte sous des formes variées.

Khnoum, Satis (Satet) et Anoukis (Anket) forment la triade d'Éléphantine.

Cultes contemporains[modifier | modifier le code]

En Bretagne, près des alignements de Carnac, les adeptes du culte de Garum et de Khnoum ont bâti pendant plusieurs années et de manière illégale un complexe à cinq mètres sous terre de 300 m2 avec un dolmen et deux menhirs en son centre[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sommes-nous tous des béliers ? », Nice Provence Info,‎ (lire en ligne)
  2. Claire Chartier et Jérôme Dupuis, « Les taupes de l'Apocalypse », L'Express,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Pages liées[modifier | modifier le code]