Fercé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fercé
L'église de Fercé en décembre 2014.
L'église de Fercé en décembre 2014.
Blason de Fercé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Canton Châteaubriant
Intercommunalité communauté de communes Châteaubriant-Derval
Maire
Mandat
Noël Jouan
2008-2014
Code postal 44660
Code commune 44058
Démographie
Gentilé Fercéens
Population
municipale
502 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 49″ nord, 1° 24′ 51″ ouest
Altitude Min. 42 m – Max. 117 m
Superficie 22,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Fercé

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Fercé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fercé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fercé
Liens
Site web http://www.cc-castelbriantais.fr/

Fercé est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

L'histoire du village est marquée par son appartenance à la Bretagne historique. Après 1202, Fercé est le siège d'une vicomté dépendante de la baronnerie de Vitré. L'exploitation d'une verrerie réputée à partir du XVIe siècle jusqu'au XIXe siècle est la seule activité économique s'écartant de la vocation agricole de la commune. Celle-ci a connu un déclin démographique depuis le milieu du XIXe siècle, enrayé à partir des années 1980.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Fercé dans le département de la Loire-Atlantique.

Fercé est situé à 9 km au nord de Châteaubriant, à 40 km au sud-est de Rennes, à 65 km au nord-est de Nantes et à 74 km au nord-ouest d'Angers[1], . Les communes limitrophes sont Soulvache, Rougé et Noyal-sur-Brutz en Loire-Atlantique, Martigné-Ferchaud et Thourie en Ille-et-Vilaine.

Communes limitrophes de Fercé
Thourie (Ille-et-Vilaine)
Semnon
Martigné-Ferchaud (Ille-et-Vilaine)
Semnon
Martigné-Ferchaud (Ille-et-Vilaine)
Soulvache Fercé Martigné-Ferchaud (Ille-et-Vilaine)
Anguillée
Rougé Rougé
Brutz
Noyal-sur-Brutz
Brutz

Relief[modifier | modifier le code]

Située sur la commune de Fercé, la colline de la Bretèche, d'une altitude de 116 mètres (source carte IGN), est le point culminant du département de la Loire-Atlantique. La forêt de Javardan culmine, et au nord comme au sud le terrain descend vers les vallées du Semnon et de la Brutz[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est longée au nord par le Semnon[3], au sud par la Brutz[4], à l'est par le ruisseau l'Anguillée. D'autres ruisseaux moins importants existent, et plusieurs étang parsèment le territoire de la commune[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Loire-Atlantique.

Le climat est de type océanique. Il est caractéristique des départements de l'ouest de la France situé en bordure Atlantique. Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les températures sont douces avec des variations relativement modérées. Les températures maximales moyennes annuelles sont voisines de 16 °C tandis que les températures minimales moyennes annuelles sont entre 6 et 7 °C[5].

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour l'année 2007 selon les données de la ville de Rennes, distante de 40 kilomètres à vol d'oiseau :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales (°C) 8,1 9,4 12,3 14,7 18,4 21,5 23,8 23,6 21,1 16,7 11,7 9
Températures minimales (°C) 2,2 2,5 4 5,4 8,5 11,2 13,1 13,1 11,2 8,3 4,9 3,2
Températures moyennes (°C) 5,2 5,9 8,2 10,1 13,4 16,4 18,5 18,3 16,2 12,5 8,3 6,1
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 61,3 52,3 49,3 45,1 58,1 46,4 42,6 47,3 56,6 63,8 68,4 69,1
Source: Météo France et Lameteo.org[6]

Le tableau ci-dessous indique les records de températures minimales et maximales :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales records (°C) 16,8 19,8 23,1 28,7 30,8 36,3 38,4 39,5 34,8 27,8 20,2 17,6
Années des températures maximales      2003 1990 1965 1945 1953 1976 1949 2003 1961 1945 1993 1953
Températures minimales records (°C) -14,7 -11,2 -7,3 -3,2 -1,2 2,2 5,5 4 1,9 -4,6 -7,5 -12,6
Années des températures minimales      1985 1948 2005 1984 1945 1962 1972 1956 1972 1947 1955 1964
Source: Insee et Lameteo.org[7]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fercé est désigné sous le nom de Fertiacum dans une charte de Louis VI le Gros, vers 1123[8].

Fercé possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Fèrczaé (écriture ELG, prononcé [fəʁ.sə])[9].

En breton, elle a été dénommée Ferreg par l'Office de la Langue Bretonne[10], nom sans valeur historique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vicomté de Fercé date de 1202. C'est une ancienne juveigneurie de la baronnerie de Vitré, qui dépend du duché de Bretagne. Les vicomtes de Fercé demeurent dans la maison de La Jaunière pendant plusieurs siècles. Les seigneurs de Fercé ont droit de haute, moyenne et basse justices. Leur juridiction s'étend sur les paroisses de Fercé, Noyal-sur-Brutz et Villepot. Les liens entre la vicomté et Vitré disparaissent peu à peu, et la seigneurie de Fercé rend directement hommage au duc de Bretagne puis au roi de France[F 1].

Vers le milieu du XVIe siècle les seigneurs de Fercé créent une verrerie dans le bois de Javardan[11].

Cet établissement a une belle réputation. Il ferme ses portes au milieu du XIXe siècle. Les Massari, famille de verriers, sont anoblis et prennent pour nom « de Massar ». Leur particule disparaît après la Révolution, pour devenir Massar[F 1].

Parmi les habitants remarquables de la commune, la famille Du Boispéan qui remonte au XIIIe siècle, ou le docteur Bonelle, de Fercé, qui fonde un hôpital à La Tourière, à Noyal-sur-Brutz[F 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Fercé est située dans le canton et l'arrondissement de Châteaubriant-Ancenis, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire)[12]. Comme pour toutes les communes françaises comptant entre 100 et 500 habitants, le conseil municipal est constitué de onze membres en 2011[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Yannick Massard Divers gauche  
mars 2008 en cours Noël Jouan   cadre commercial retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fercé est membre de la communauté de communes du Castelbriantais, qui est constituée de dix-neuf communes regroupées autour de Châteaubriant[14].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 5 mars 2011, Fercé n'est jumelée avec aucune ville[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Fercé est une commune rurale multipolarisée, notamment par l'aire urbaine de Châteaubriant, et qui fait partie de l'espace urbain de Rennes[16].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 502 habitants, en augmentation de 5,24 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
680 661 713 822 729 798 837 763 914
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
964 994 960 897 937 914 917 902 864
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
838 823 773 726 743 729 660 691 644
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
561 545 501 459 499 517 481 501 502
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,2 %) est en effet supérieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[22],[23],[24]. Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,7 % contre 48,4 % au niveau national et 48,7 % au niveau départemental)[22],[23],[24].

Pyramide des âges à Fercé en 2013 en pourcentage[22]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,7 
6,9 
75 à 89 ans
7,9 
14,3 
60 à 74 ans
15,3 
20,5 
45 à 59 ans
19,8 
18,1 
30 à 44 ans
16,9 
20,8 
15 à 29 ans
18,6 
18,9 
0 à 14 ans
19,8 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[23]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Économie[modifier | modifier le code]

En 2011, la Mairie recense 24 établissements actifs sont recensés à Fercé : deux dans l'industrie, cinq dans la construction, deux dans le commerce et quinze dans le service. La commune héberge une zone à vocation artisanale qui s’étend sur 2 hectares[25].

En 1er janvier 2009, l'Insee en recensait 22, trois dans l'industrie, cinq dans la construction, onze dans le commerce et le service et trois dans l'administration, l'enseignement[26].

L'Insee recensait à la même date trente exploitations agricoles. Ce nombre diminue régulièrement. En 1988 il était de 56, en 2000 de 36. À l'inverse la superficie exploitée est passée de 1 566 hectares en 1988 à 2 033 hectares en 2000. L'élevage bovin reste stable, passant de 1 921 bêtes en 1988 à 2 033 en 2000[26].

Depuis 1950 le grès est extrait sur la commune. En 1980, 600 tonnes sont extraites chaque jour. Le site de la Grée, épuisé, est devenu un centre d'enfouissement. Le gisement actif est situé à La Fourcherie[F 2].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin ou d'infirmier à Fercé, les plus proches sont situés à Rougé[27]. Un centre hospitalier est installé à Châteaubriant[28].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fercé dépend de l'académie de Nantes. Il a une école publique dans la commune, l'école Jean-de-La-Fontaine[29]. Les collèges et les lycées se situent à Châteaubriant[30],[31],[32],[33],[34],[35].

Vie sociale[modifier | modifier le code]

La petite taille démographique de la commune n'empêche pas qu'il s'y déroule plusieurs manifestations : un vide-grenier, un concours de pêche (à l’étang du Boispéan), du théâtre amateur, et des randonnées pédestres hebdomadaires encadrées de mai à mi-août[25].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts

Le château du Boispéan à toujours appartenu à la famille du même nom. Il a été bâti au XVIIe siècle en grès et en schiste[F 1]. Y figure un blason sculpté très ancien[F 3].

En 1893 des douves sont comblées autour du logis de la Héraudière, ce qui laisse à penser qu'un château a dû précéder l'actuelle bâtisse. Celle-ci, en pierre et schiste, est caractéristique du XVIIe siècle. Elle présente en effet des portes basses, des murs épais élargis à la base et des fenêtres à meneaux[F 3].

L'église, reconstruite en 1702 et agrandie en 1850, est dotée d'un clocher du XVIIe siècle qui abrite une cloche de 1572. Ce clocher, d'architecture différente de celle habituellement rencontrée dans la région, possède une charpente ouvragée. Dans l'église, la chaire (début XVIIIe siècle) est de style baroque, en bois peint et sculpté. Le retable (début XVIIIe siècle), orné de deux tableaux datant de 1828 de François Donné, représentant l'assomption de la Vierge et le baptême du Christ (il existe un autre baptême du Christ du même auteur dans la cathédrale de Nantes). Le chœur (XVIIIe siècle) dispose d'un baldaquin baroque en bois, décoré de guirlandes et de volutes[F 4].

Le monument aux morts, la lanterne des morts, érigé en 1921 à la mémoire des morts de la guerre 1914-1918. En forme de lanterne ou d'obus pour certains[F 2].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Juigné-des-Moutiers

De gueules fretté d'hermine. Armoiries de la famille de Coësmes (sceau de 1270), puis de la vicomté de Fercé. L'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason (délibération municipale du ) enregistré le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Gilbert Massard, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-pont, Flohic éditions, , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 1017-1021. 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Éric Brochard et Véronique Daboust, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, (voir en bibliographie).
  1. a, b, c et d p. 1017
  2. a et b p. 1021
  3. a et b p. 1018
  4. p. 1018-1019
  • Autres références.
  1. « Fercé », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 7 avril 2011)
  2. a et b Carte IGN de Fercé sur Géoportail.
  3. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Cours d'eau : rivière le Semnon (J76-030-) » (consulté en 6 mars janvier 2011)
  4. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Cours d'eau : rivière la Brutz (J7614000) » (consulté en 6 mars janvier 2011)
  5. « Climat de la Loire-Atlantique », Météo France (consulté le 23 février 2008)
  6. Lameteo.org et Météo France, « Base de données météo et observations en temps réel », sur http://www.lameteo.org, lameteo.org, (consulté le 4 octobre 2008)
  7. Insee et Lameteo.org, « Températures records de Chambéry », sur http://www.linternaute.com, L'internaute, (consulté le 4 octobre 2008)
  8. Jean-Pierre Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1049 », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t.LXI, 1984, p. 34.
  9. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  10. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  11. Voir la publication d'Édouard Frain de la Gaulayrie:Livre de raison d’un gentilhomme verrier vicomte de Fercé (le dernier des Massari maîtres de la verrerie de Javardan 1754-1769. (Extrait du Bulletin de l’Association Bretonne), Saint-Brieuc, René Prud’homme, 1905. In-8, 24 pages.
  12. « Fiche de la commune de Fercé », sur insee.fr (consulté le 7 avril 2011)
  13. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  14. « Fercé », sur Communauté de communes du Castelbriantais (consulté le 7 avril 2011)
  15. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 5 mars 2011)
  16. « Carte thématique », sur Insee (consulté le 7 avril 2011) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  21. « Fercé 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 13 décembre 2016).
  22. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Fercé - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  23. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  24. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  25. a et b « Fercé », sur communauté de communes du Castelbriantais (consulté le 5 mars 2011)
  26. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Insee.
  27. « Recherche », sur Les pages jaunes (consulté le 7 avril 2011)
  28. « Liste des hôpitaux et cliniques de la Loire-Atlantique », sur Annuaire sanitaire et social (consulté le 7 avril 2011)
  29. « Les écoles de l'académie », sur Académie de Nantes (consulté le 6 mars 2011)
  30. « Les collèges publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  31. « Les collèges privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  32. « Les lycées publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  33. « Les lycées privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  34. « Les lycées publics professionnels publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  35. « Les lycées professionnels privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)