Silurien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Silurien
Gothlandien, Silurien s.s.

Notation chronostratigraphique s (s1-4)
Équivalences Le Silurien s.l. inclut l'Ordovicien
Niveau Période (Système)
Ère correspondante Paléozoïque

Stratigraphie

Début Fin
Point stratotypique mondial 443,4 ± 1,5 Ma Point stratotypique mondial 419,2 ± 3,2 Ma

Subdivisions

Paléogéographie et climat

Description de cette image, également commentée ci-après

Reconstitution de la géographie terrestre du Silurien (430 Ma)

Taux de O2 atmosphérique env. 14 %vol[1]
(70 % de l'actuel)
Taux de CO2 atmosphérique env. 4 500 ppm[2]
(16 fois le niveau d'avant la révolution industrielle)
Température moyenne 17 °C[3]
(+°C par rapport à l'actuel)
Niveau moyen des mers +180 m (par rapport à l'actuel)[4]

Contexte géodynamique

Faune et flore

Description de cette image, également commentée ci-après

poissons du Silurien

Évolution

éon Phanérozoïque
Cénozoïque
Mésozoïque
Paléozoïque

Le Silurien est un système géologique qui s'étend de 443,4 à 419,2 Ma.

La datation de début et de fin, bien que définie avec précision par les couches stratigraphiques de référence, est connue à seulement quelques millions d'années près. Il est suivi par le Dévonien et est précédé par l'Ordovicien. Le début du Silurien est marqué par une extinction massive où près de 60 % des espèces marines ont disparu.

Le Silurien a été décrit par Roderick Murchison en 1839 (The Silurian System) se basant sur des terrains découverts en Galles du Sud. Il a été nommé en 1835 d'après une tribu celtique : les Silures. Cette classification est entrée en conflit avec celle d'Adam Sedgwick du Cambrien ; ce problème a été résolu par Charles Lapworth en ajoutant l'Ordovicien entre le Cambrien et le Silurien pour les couches géologiques contestées.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le Silurien est divisé en quatre époques bien que certains auteurs le découpent toutefois en trois (Silurien supérieur, moyen et inférieur). Les datations des subdivisions ont été revues par la Commission internationale de stratigraphie (ICS) en 2012[5].

Pridoli
  Pridolien (423,0 ± 2,3 – 419,2 ± 3,2 Ma)
Ludlowien
  Ludfordien (425,6 ± 0,9 – 423,0 ± 2,3 Ma)
  Gorstien (427,4 ± 0,5 – 425,6 ± 0,9 Ma)
Wenlockien
  Homérien (430,5 ± 0,7 – 427,4 ± 0,5 Ma)
  Sheinwoodien (433,4 ± 0,8 – 430,5 ± 0,7 Ma)
Llandovérien
  Télychien (438,5 ± 1,1 – 433,4 ± 0,8 Ma)
  Aéronien (440,8 ± 1,2 – 438,5 ± 1,1 Ma)
  Rhuddanien (443,4 ± 1,5 – 440,8 ± 1,2 Ma)

Paléogéographie[modifier | modifier le code]

Pendant le Silurien, le Gondwana reste dans les latitudes hautes de l'hémisphère sud mais la calotte glaciaire est moins étendue que pendant l'Ordovicien. Les autres continents se rapprochent pour commencer la formation d'un second supercontinent, Laurussia. Laurussia a été formé suite à la fermeture du grand océan Iapetus qui séparait les divers continents de l'hémisphère nord avant leur accrétion. Ceci a donné naissance à l'orogenèse calédonienne dont on retrouve les traces en Scandinavie. Cette grande chaine de montagnes se poursuit vers le Canada et les États-Unis où elle forme les Appalaches.

Les petits terranes accrétés au Gondwana pendant l'Ordovicien se détachent à nouveau pour former le superterrane Hun, appelé ainsi car constitué de la majeure partie des territoires dévastés par Attila[6].

Faune silurienne[modifier | modifier le code]

La vie est abondante. Les couches siluriennes ont produit du gaz et du pétrole dans certaines régions.[réf. souhaitée] Des couches d'hématite — un minerai de fer — ont été importantes pour l'économie coloniale en Amérique du Nord.

Le niveau des océans est élevé en Amérique du Nord-Est et en Europe. Des formes primitives de plantes multicellulaires envahissent les terres. Quelques rares arthropodes ont, semble-t-il, migré vers la terre. Les poissons se sont diversifiés considérablement et ont développé des écailles mobiles. Une faune diverse de scorpions de mer, certains longs de plusieurs mètres, se trouve en Amérique du Nord. Les Graptolites sont toujours abondants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) teneur en oxygène dans l'atmosphère au Phanérozoïque
  2. (en) dioxyde de carbone au Phanérozoïque
  3. (en) température de la Terre
  4. [:Fichier:Phanerozoic_Sea_Level-fr.svg (fr) variation du niveau des mers au Phanérozoïque]
  5. [PDF] (en) « International chronostratigraphic chart (2012) », sur http://www.stratigraphy.org/
  6. (en) Gérard M. Stampfli, « Tethyan oceans », Geological Society, London, Special Publications, vol. 173,‎ 2000, p. 1-23 (DOI 10.1144/GSL.SP.2000.173.01.01).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Paléozoïque Mésozoïque Cénozoïque
Cambrien Ordovicien Silurien Dévonien Carbonifère Permien Trias Jurassique Crétacé Paléogène Néogène