Aéroport de Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aéroport de Rennes
Aérogare de l'aéroport de Rennes.
Aérogare de l'aéroport de Rennes.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Ville Rennes
Date d'ouverture 28 juillet 1933
Coordonnées 48° 04′ 19″ nord, 1° 43′ 56″ ouest
Altitude 37 m (121 ft)

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
RNS
RNS

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
RNS
RNS
Pistes
Direction Longueur Surface
10/28 2 100 m (6 890 ft) Béton bitumineux
14/32 820 m (2 690 ft) Béton bitumineux
Informations aéronautiques
Code AITA RNS
Code OACI LFRN
Nom cartographique RENNES
Type d'aéroport Civil
Militaire
Gestionnaire Société d'Exploitation des Aéroports de Rennes et Dinard (SEARD)
Site web gestionnaire Consulter
Site web aéroport Consulter

L'aéroport de Rennes ou Rennes Saint-Jacques (code AITA : RNS • code OACI : LFRN) est un aéroport situé dans la commune française de Saint-Jacques-de-la-Lande, dans le département d'Ille-et-Vilaine. Il est la propriété du Conseil régional de Bretagne.

Cet aérodrome est ouvert au trafic national et international commercial, régulier ou non, aux avions privés, aux IFR et aux VFR.

En 2017, l'aéroport de Rennes-Saint-Jacques est le 14e aéroport de France métropolitaine (hors Corse et région parisienne) en nombre de passagers transportés avec 724 566 voyageurs[1]. L'année 2017 constitue un record historique avec une croissance de 13,1%[2]. Il est aussi le 9e aéroport régional en termes de fret (hors Paris) avec 10 196 tonnes de marchandises transportées en 2017[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Si le besoin d'un aérodrome est pressenti dès le milieu des années 1920, ce n'est que fin 1931 que commencent les travaux d'aménagement d'un aérodrome d'une surface de 38 ha, à Saint-Jacques-de-la-Lande, au sud-ouest de Rennes, sur des terrains achetés par la Chambre de commerce et d'industrie de Rennes.

Auparavant les quelques avions passant par Rennes se posent au nord-est de la ville, sur l'hippodrome des Gayeulles aujourd'hui transformé en parc urbain.

L'inauguration commence le en présence du ministre de l'Air, Pierre Cot et dure trois jours[3]. L'emprise de l'aérodrome est largement étendue par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale au cours de laquelle les installations militaires sont bombardées. En août 1944, le premier aéroport allié hors de Normandie est ouvert à Rennes, peu de temps après la libération de la ville. Après guerre, l'armée de l'Air s'y installe quelques années en formant la Base aérienne 271 Rennes Saint Jacques. Elle y utilise entre autres des North American T-28 Trojan, des hélicoptères Vertol H-21 « banane volante » et Alouette II y sont également stationnés à leur retour de la Guerre d'Algérie jusque vers 1970.

Une nouvelle aérogare est inaugurée en 1953, côté bourg de Saint-Jacques mais le trafic commercial ne concerne d'abord que des escales techniques de vols Dublin-Lourdes de la compagnie Aer Lingus, puis des vols réguliers Dublin-Jersey-Rennes l'été et, à partir de 1961 une liaison postale nocturne avec Paris.

La gestion de l'aérodrome est concédée à la Chambre de commerce et de l'industrie par l'État en , avec l'aviation civile et commerciale comme affectataire principal et l'armée comme affectataire secondaire. Il faut attendre pour la mise en service d'une ligne régulière intérieure Rennes-Orly et 1973 pour la construction d'une nouvelle aérogare passagers sur le site de l'actuelle.

À partir de 1973, des lignes avec Lyon, puis avec d'autres villes sont mises en place sur initiatives de la chambre de commerce et d'industrie avec les soutiens financiers de la DATAR, de la Région Bretagne, du Conseil général d'Ille-et-Vilaine et de la Ville de Rennes. En 1990 le trafic passagers atteint 200 000 et dépasse le chiffre de 530 000 en 2007.

Actuellement, l'Aviation légère de l'armée de terre (ALAT) utilise les installations militaires, avec des avions Reims-Cessna F406 et des mono-turbopropulseurs de liaison Socata TBM-700.

Conséquence de l'abandon, annoncé le , du projet d'aéroport du Grand Ouest (dit aussi de Notre-Dame-des-Landes), le gouvernement envisage non seulement la modernisation de l'aéroport de Nantes Atlantique, mais aussi le développement de celui de Rennes[4].

Situation[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Aéroport de Rennes.
Vue aérienne de l'aéroport.

L'aérogare moderne est équipée d'installations permettant un accès aisé aux personnes à mobilité réduite. La capacité annuelle de traitement est estimée à près de 800 000 passagers (bien que ce trafic n'ait pas encore été atteint). La structure dispose de 12 banques d'enregistrement et de 5 portes d'embarquement. L'aéroport est en mesure de recevoir des avions d'une capacité de 190 passagers.

D'importants travaux de rénovation ont été réalisés en 2014 afin de moderniser l'aérogare (du hall d'accueil principal à la salle d'embarquement) et offrir plus de confort aux passagers avec notamment une nouvelle boutique de presse et souvenirs qui propose un service bar et restauration.

L'aérogare de fret permet de traiter des avions plus gros tels que des Boeing 767 ou Illiouchine 76.

L'aéroport dispose de 2 pistes en béton : 28/10 (2 100 m) et 32L/14R (850 m). Ainsi qu'une piste en herbe 32R/14L qui mesure 550 m de long.

Un resurfaçage de la piste est prévu pour 2019, avec une possible extension de 150 m de chaque côté, qui porterait sa longueur totale à 2400 m.

Propriété et gestion[modifier | modifier le code]

Propriété du Conseil régional de Bretagne, l'aéroport est géré par la Chambre de commerce et d'industrie de Rennes et VINCI Airports dans le cadre d'une délégation de service public pour 15 ans.

Principaux opérateurs[modifier | modifier le code]

Transport de passagers[modifier | modifier le code]

Les appareils exploités pour desservir Rennes sont de taille moyenne ; de l'Embraer 145 vers Bruxelles à l'A320 pour Barcelone, Madrid ou Lyon, jusqu'au petit Beechcraft 1900 vers Bordeaux, en passant par le CRJ700, le CRJ1000 ou le B737.

En 2016, l'aéroport de Rennes est relié à 12 villes l'hiver : Barcelone, Southampton, Londres, Paris (CDG), Marseille, Nice, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Madrid et Amsterdam. On observe plus de 30 mouvements commerciaux par jour pour les passagers et plus de 12 mouvements de fret en semaine.

En été, les mêmes destinations sont desservies auxquelles s'ajoutent de nombreux vols saisonniers parmi lesquelles Ajaccio, Bastia, Figari, Palma de Majorque, Exeter, Manchester, Cork, Dublin. De nouvelles liaisons directes voient le jour en 2016 : Amsterdam (Air France), Madrid (Iberia Express), Nice et Marseille (Volotea), Londres-City (FlyBe), ou encore Fuerteventura (TUIfly). En 2017, des lignes vers Corfou (TUI) et Malaga (TUI) sont ouvertes en offre séjours.

Le , la compagnie Hop! annonce le lancement d'une nouvelle ligne saisonnière entre Rennes et Strasbourg. Les vols directs sont assurés par des avions de 70 à 100 sièges et opérés le lundi, mercredi, vendredi et dimanche toute l'année. 2018 marque également l'arrivée de la compagnie EasyJet avec des premiers vols vers Lyon-Saint-Exupéry (4 vols par semaine dès le et 5 vols hebdomadaires à partir du 04 avril 2019). D'avril à septembre 2018, la compagnie aérienne TUI propose des vols hebdomadaires vers Palerme.

Le , Hop! a annoncé l'ouverture d'un nouvelle ligne vers Bruxelles-National. Les vols seront opérés six fois par semaine en Embraer 145 de 50 sièges[5]. En 2018, on observe plus de 40 mouvements commerciaux par jour pour les passagers.

Le 09 août 2018, la low-cost EasyJet annonce l'ouverture d'une seconde ligne à Rennes. Elle desservira Genève-Cointrin dès le 29 octobre 2018 à raison de 3 vols par semaine (en Airbus A319 ou A320).

CompagniesDestinations
Drapeau de l'Irlande Aer Lingus Regional opéré par Drapeau du Royaume-Uni Stobart AirEn saison: Cork, Dublin
Drapeau de la France Air France opéré par Drapeau de la France Hop ! Air FranceAmsterdam-Schiphol, Lyon-Saint-Exupéry, Marseille-Provence, Nice-Côte d'Azur, Paris-Charles de Gaulle, Toulouse-Blagnac, Strasbourg, Bruxelles-National

En saison: Ajaccio, Bastia-Poretta, Figari Sud Corse

Drapeau de la France ChalairBordeaux-Mérignac
Drapeau du Royaume-Uni EasyJetLyon-Saint-Exupéry, Nice-Côte d'Azur (dès le 31 mars 2019)
Drapeau de la Suisse EasyJet Switzerland Genève-Cointrin
Drapeau du Royaume-Uni FlybeSouthampton

En saison: Exeter, Londres-City, Manchester

Drapeau du Royaume-Uni Flybe opéré par Drapeau du Royaume-Uni Stobart AirLondres-Southend
Drapeau de l'Espagne Iberia ExpressMadrid-Barajas[6]
Drapeau de la Belgique TUI fly Belgium
En saison: Corfou-I. Kapodístrias, Palma de Majorque, Palerme Falcone-Borsellino
Drapeau de l'Espagne Volotea
En saison:Marseille-Provence, Nice-Côte d'Azur
Drapeau de l'Espagne VuelingBarcelone-El Prat

En saison: Palma de Majorque

Édité le 12/6/2018

Transport de fret[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
CompagniesDestinations
UPS opéré par Star Air (en) (décollage vers 21h45)Cologne
TNT opéré par ASL Airlines Belgium (décollage vers 00h20)Liège, Porto, Séville, Vitoria, Madrid

Plus rarement, on peut observer la présence des compagnies DHL et FedEx, qui relient Cologne, Liège, Leipzig, Stuttgart, Hahn, Frankfurt ou encore Oslo.

L'aéroport de Rennes Bretagne affiche une progression stable en termes de trafic fret. Les opérateurs de fret express ont une activité quotidienne 5 jours sur 7. Des vols cargos ponctuels s'ajoutent à cette activité.

Depuis la création de la plateforme, l'aéroport de Rennes a accueilli un très grand nombre d'avions cargos, du Saab 340 au Boeing 767 en passant par des Antonov An-12 et An-26, Airbus A300, Boeing 757 ou McDonnell Douglas MD-11. La plateforme fret peut accueillir des avions allant du Metro III au Boeing 767 et Airbus A320.

Accès[modifier | modifier le code]

L'aéroport ne bénéficie pas d'un accès direct en transport en commun, l'arrêt de bus le plus proche, Aire Libre Aéroport desservi par la ligne 57 du STAR, est situé à 460 m de l'entrée de l'aérogare. Un projet d'amélioration de la desserte, d'abord par autobus — le prolongement de la ligne C6 est annoncée en octobre 2017[7] — puis par transport en commun en site propre (prolongement de la ligne B du métro, tramway ou RER) est, selon Rennes Métropole, une priorité, renforcée par l'abandon du projet d'aéroport du Grand Ouest[8].

Trafic[modifier | modifier le code]

Année Nombre de passagers Fret (tonnes)
1998 344 112 1 457
1999 384 716 4 060
2000 421 580 5 634
2001 399 373 8 366
2002 376 452 8 252
2003 378 699 8 494
2004 377 325 12 620
2005 407 678 12 250
2006 465 723 11 415
2007 536 000 12 542
2008 497 679 14 534
2009 432 247 11 051
2010 411 841 11 178
2011 433 832 13 507
2012 454 336 13 449
2013 481 271 12 094
2014 501 218 12 984
2015 539 552 10 266
2016 640 768 11 044
2017 724 566 10 196

L'aéroport de Rennes est le deuxième de la région Bretagne en termes de trafic, derrière l'aéroport de Brest Bretagne (environ 1 000 000 de passagers en 2016) et devant l'aéroport de Lorient - Bretagne Sud (146 002 passagers en 2015).

Pour 2016, le cap des 600 000 passagers a été atteint le 9 décembre. En 2018, ce cap était franchit dès le 10 septembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « UAF », sur www.aeroport.fr
  2. « Aéroport de Rennes. En 2017, record historique avec 725 000 passagers », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  3. Evanno, Yves-Marie, « Trois jours de fêtes aériennes pour l’inauguration de l’aéroport de Rennes (28-30 juillet 1933) », En Envor, consulté le 29 juillet 2013, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6593542/f6.item, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659355f/f6.item, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659356t/f6.item.
  4. « L'aéroport de Nantes-Atlantique sera « modernisé » selon Edouard Philippe », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  5. « Aéroport de Rennes. Bruxelles, nouvelle destination dès la rentrée », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  6. https://www.iberiaexpress.com/
  7. « Transports en commun : renouvellement de la convention avec Keolis », sur http://www.letelegramme.fr, (consulté le 18 janvier 2018).
  8. « Après l’abandon de NDDL, un métro pour rejoindre l’aéroport de Rennes ? », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 18 janvier 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]