Ruffigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ruffigné
Ruffigné
Rue principale du bourg.
Blason de Ruffigné
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Canton Châteaubriant
Intercommunalité communauté de communes Châteaubriant-Derval
Maire
Mandat
Louis Simoneau
2008-2014
Code postal 44660
Code commune 44148
Démographie
Gentilé Ruffignolais
Population
municipale
714 hab. (2015 en diminution de 0,7 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 28″ nord, 1° 29′ 32″ ouest
Altitude Min. 33 m
Max. 98 m
Superficie 33,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Ruffigné

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Ruffigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ruffigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ruffigné
Liens
Site web cc-castelbriantais.fr/

Ruffigné est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Commune rurale, Ruffigné est traditionnellement orientée vers l'élevage. Son histoire est associée à celle de Châteaubriant. Le déclin démographique observé à partir du début du XXe siècle semble enrayé depuis le début du XXIe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Ruffigné dans le département de la Loire-Atlantique.

Ruffigné est située à 5 km à l'ouest de Rougé, à 10 kilomètres au nord-ouest de Châteaubriant, à 41 km au sud de Rennes et à 60 km au nord de Nantes[1]. Les communes limitrophes sont Rougé, Saint-Aubin-des-Châteaux et Sion-les-Mines en Loire-Atlantique, Teillay, Ercé-en-Lamée et Saint-Sulpice-des-Landes en Ille-et-Vilaine.

Communes limitrophes de Ruffigné
Saint-Sulpice-des-Landes, Ercé-en-Lamée (Ille-et-Vilaine) Teillay (Ille-et-Vilaine)
Ruffigné Rougé
Sion-les-Mines Saint-Aubin-des-Châteaux

La forêt occupe la partie nord-ouest (limitrophe de l'Ille-et-Vilaine) de la commune (chemin de randonnée des chênes et châtaigniers avec liaison sur la voie verte).

Relief[modifier | modifier le code]

Situé à l'extrémité est du Massif armoricain, dans la Bretagne centrale. Le territoire de la commune est légèrement vallonné, le bourg de Ruffigné est sur une colline[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Au nord, le ruisseau d'Aron, au cours accidenté, traverse la forêt de Teillay d'est en ouest avant de se jeter dans l'écran de la Pille à Saint-Sulpice-des-Landes (Ille-et-Vilaine). Ce ruisseau sert de délimitation avec le département voisin. À l'ouest c'est le ruisseau des Bouillonnais, orienté sud-est - nord-ouest qui délimite Ruffigné et Sion-les-Mines. Au sud, coulant vers le sud, le ruisseau de Néguery prend sa source à Ruffigné. Au sud-est du bourg, le ruisseau de la Pintotais, d'axe nord-ouest - sud-est, se jette dans le ruisseau de Beauchêne (nord-est - sud-ouest) qui sert de limite avec Rougé, et se jette dans la Chère[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Ruffigné est sous un climat océanique relativement doux. Les hauteurs annuelles de précipitations sont inférieures à 700 mm. Les hivers sont humides et en moyenne doux. Les étés sont relativement secs, modérément chauds et ensoleillés.

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour l'année 2007 selon les données de la ville de Rennes, distante de 41 kilomètres à vol d'oiseau :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales (°C) 8,1 9,4 12,3 14,7 18,4 21,5 23,8 23,6 21,1 16,7 11,7 9
Températures minimales (°C) 2,2 2,5 4 5,4 8,5 11,2 13,1 13,1 11,2 8,3 4,9 3,2
Températures moyennes (°C) 5,2 5,9 8,2 10,1 13,4 16,4 18,5 18,3 16,2 12,5 8,3 6,1
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 61,3 52,3 49,3 45,1 58,1 46,4 42,6 47,3 56,6 63,8 68,4 69,1
Source: Météo France et Lameteo.org[3]

Le tableau ci-dessous indique les records de températures minimales et maximales :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales records (°C) 16,8 19,8 23,1 28,7 30,8 36,3 38,4 39,5 34,8 27,8 20,2 17,6
Années des températures maximales      2003 1990 1965 1945 1953 1976 1949 2003 1961 1945 1993 1953
Températures minimales records (°C) -14,7 -11,2 -7,3 -3,2 -1,2 2,2 5,5 4 1,9 -4,6 -7,5 -12,6
Années des températures minimales      1985 1948 2005 1984 1945 1962 1972 1956 1972 1947 1955 1964
Source: Insee et Lameteo.org[4]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Rufine au XIIe siècle, Rouffigne en 1287[5].

Ruffigné est latinisé sous la forme Rufiniacum composé à partir du nom d'une personne, Rufinius, auquel s'ajoute le suffixe -acum[6].

La commune possède aussi un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Rufinyaé (écriture ELG, prononcé [ʁy.fi.ɲə])[7].

En breton, elle a été dénommée Ruzinieg par l'Office de la Langue Bretonne[5], nom sans valeur historique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières occupations humaines[modifier | modifier le code]

Le fer a été exploité dès la préhistoire sur le territoire de la commune. Un ensemble de 950 haches pré-monétaires datant de 725 à 625 av. J.-C. ont été découvertes à la Forgerais[8].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le territoire est intégré au royaume puis au duché de Bretagne.

Lorsque les seigneurs de Châteaubriant s'installent, ils prennent leurs terres sur des possessions de l'évêché de Nantes et du comté de Rennes, comme c'est le cas pour la paroisse de Ruffigné. Au XIIe siècle, le seigneur du lieu est nommé Hervé de Ruffine[6]. Dans la forêt de Teillay, qui occupe la partie Nord de la commune de Ruffigné, existe au XIIe siècle la chapelle Saint-Martin : un couvent y est fondé en 1428 et converti plus tard en verrerie.

Au Moyen Âge, les seigneurs de Châteaubriant perçoivent des droits notamment sur la forêt de Teillay.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'union de la Bretagne avec la France a lieu en 1532. Le duc d'Aumale figure sur les matrices cadastrales de Ruffigné comme propriétaire de la forêt de Teillay.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Comme toute la France, la commune compte des hommes morts au front durant la Première Guerre mondiale. Durant la Seconde Guerre mondiale, la région est occupée par les troupes allemandes jusqu'en août 1944.


Les vingt-sept fusillés, de la carrière de la Sablière à Châteaubriant, le

1re Sépulture : Ruffigné

Henri Barthélémy : 58 ans, né au Longeron (49), militant communiste. Son corps a été transféré dans le cimetière de Thouars (79).

Émile David : 19 ans, de Nantes, militant communiste. Son corps a été transféré dans le cimetière de Nantes-Doulon.

Désiré Granet : 37 ans, né à Ivry-sur-Seine. Secrétaire général de la Fédération C. G. T. des papiers et cartons. Inhumé au carré des fusillés, cimetière d’Ivry-sur-Seine.


La principale activité de la commune reste, à la fin du XXe siècle, l'élevage[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Ruffigné est situé dans le canton de Châteaubriant, arrondissement de Châteaubriant, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire)[9]. Comme pour toutes les communes françaises comptant entre 500 et 1 500 habitants, le Conseil municipal est constitué de quinze membres en 2011[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Joseph Jardin    
mars 2008 en cours Louis Simoneau   retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ruffigné est membre de la Communauté de communes du Castelbriantais[11], puis de la communauté de communes Châteaubriant-Derval.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Ruffigné fait partie de l'aire urbaine, de la zone d'emploi et du bassin de vie de Châteaubriant. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[12]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « très peu dense » : 47 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 53 % dans des zones « très peu denses »[13].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2015, la commune comptait 714 habitants[Note 1], en diminution de 0,7 % par rapport à 2010 (Loire-Atlantique : +6,49 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
883 829 764 928 975 1 020 952 979 1 085
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 104 1 118 1 101 1 049 1 080 1 117 1 135 1 204 1 195
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 205 1 203 1 145 1 055 1 037 1 006 1 025 1 037 902
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
806 723 684 671 624 602 681 692 702
2013 2015 - - - - - - -
711 714 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,4 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[18],[19],[20]. Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,7 % au niveau départemental)[18],[19],[20].

Pyramide des âges à Ruffigné en 2013 en pourcentage[18]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,9 
6,5 
75 à 89 ans
10,0 
13,2 
60 à 74 ans
14,2 
20,2 
45 à 59 ans
19,2 
20,4 
30 à 44 ans
20,1 
14,5 
15 à 29 ans
13,9 
25,0 
0 à 14 ans
21,8 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

École les Magnolias.

Ruffigné dépend de l'académie de Nantes. Il a une école publique primaire dans la commune, l'école les Magnolias[21]. Les collèges et les lycées se situent à Châteaubriant[22].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin ou d'infirmier à Ruffigné, les plus proches sont situés à Saint-Aubin-des-Châteaux et Rougé[23]. Un centre hospitalier est installé à Châteaubriant[24].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 686 , ce qui plaçait Ruffigné au 29 693e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[25].

Emploi, entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'élevage est le secteur économique principal de la commune. Selon l'Agreste, entre 1988 et 2000 le cheptel bovin est passé de 3 014 à 3 425 bêtes puis à 3 824 bêtes en 2010. Parallèlement, le nombre d'exploitations a baissé de 66 à 41 puis 28. Parallèlement, la surface agricole utilisée est passée de 1 790 à 1 960 hectares, puis à 2 136 hectares[26].

Au 1er janvier 2015, l'Insee recensait 60 établissements dans la commune : 25 dans l'agriculture, 3 dans l'industrie, 6 dans la construction, 21 dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, le commerce et les services, et 5 dans l'administration publique, l'enseignement, la santé, et l'action sociale[27].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade ouest de l'église.
Façade sud de l'église.

L'église Saint-Pierre est bâtie au XVIIe siècle en moellons de grès et lamelles de schiste. L'appellation de l'église indique que la paroisse est une des plus anciennes du pays de Châteaubriant. En 1752 un clocher est construit. Situé au milieu de l'église, il est abattu en 1858 lors d'un agrandissement. Le nouveau clocher, construit l'année suivante, mal conçu, s'effondre en 1916[8]. La partie de l'église construite en 1859 comporte le transept et l'abside, dont la composition donne un caractère original à l'édifice[28].

Dans la forêt de Teillay se trouvent deux tombes, témoignage de la période troublée de la Révolution française : la « tombe à Rabu », dernière demeure d'un officier municipal exécuté par les Chouans, et la tombe à la fille, sépulture d'une jeune républicaine torturée et pendue par les Chouans ; cette jeune fille est parfois évoquée sous le nom de sainte Pataude, pataud signifiant républicain en patois[28].

La vocation agricole de la commune a entraîné au fil du temps la construction de bâtiments remarquables : longères, porcherie en brique rouge, fermes en schiste[29].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Armes de Ruffigné

De gueules au chevron d'argent accosté de deux fleurs de lys, et d'un arbre coupé en pointe, le tout d'or ; au chef d'hermine.

L'arbre évoque la forêt de Teillay ; les fleurs de lys sont empruntées aux Châteaubriant. Le champ de gueules rappelle le sous-sol riche en minerai de fer de Ruffigné. Le chef d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par Eugène Charron (délibération municipale du ), enregistré le .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Éric Brochard et Véronique Daboust, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 1, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 274-278. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ruffigné », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 23 avril 2011)
  2. a et b Carte IGN de Ruffigné sur Géoportail.
  3. Lameteo.org et Météo France, « Base de données météo et observations en temps réel », sur http://www.lameteo.org, lameteo.org, (consulté le 4 octobre 2008)
  4. Insee et Lameteo.org, « Températures records de Rennes », sur http://www.linternaute.com, L'internaute, (consulté le 4 octobre 2008)
  5. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  6. a, b et c Flohic, Brochard et Daboust 1999, p. 274.
  7. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  8. a et b Flohic, Brochard et Daboust 1999, p. 275.
  9. « Fiche de la commune de Ruffigné », sur insee.fr (consulté le 23 avril 2011)
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  11. « Ruffigné », sur Communauté de communes du Castelbriantais (consulté le 23 avril 2011)
  12. « Commune de Ruffigné (44148) », Insee (consulté le 22 septembre 2017).
  13. « La grille communale de densité », Insee (consulté le 22 septembre 2017), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Ruffigné - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  19. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  20. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  21. « Les écoles de l'académie » [archive du ], sur Académie de Nantes (consulté le 11 mars 2011)
  22. « Annuaire des établissements », sur Académie de Nantes (consulté le 11 mars 2011)
  23. « Recherche », sur Les pages jaunes (consulté le 23 avril 2011)
  24. « Liste des hôpitaux et cliniques de la Loire-Atlantique », sur Annuaire sanitaire et social (consulté le 1er avril 2011)
  25. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur insee.fr (consulté le 6 novembre 2010)
  26. « recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune (fichier excel) », ministère de l'Agriculture (consulté le 23 juin 2017).
  27. « Dossier complet - Commune de Ruffigné (44148) - CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2014 », Insee (consulté le 23 juin 2017).
  28. a et b Flohic, Brochard et Daboust 1999, p. 276.
  29. Flohic, Brochard et Daboust 1999, p. 276-277.