Saint-Aubin-des-Châteaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Aubin.
Saint-Aubin-des-Châteaux
La chapelle des Templiers.
La chapelle des Templiers.
Blason de Saint-Aubin-des-Châteaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Canton Châteaubriant
Intercommunalité communauté de communes Châteaubriant-Derval
Maire
Mandat
Daniel Rabu
2014-2020
Code postal 44110
Code commune 44153
Démographie
Gentilé Aubinois
Population
municipale
1 726 hab. (2014)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 15″ nord, 1° 29′ 06″ ouest
Altitude Min. 32 m
Max. 92 m
Superficie 47,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Châteaux

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Châteaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Châteaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Châteaux
Liens
Site web http://www.saint-aubin-des-chateaux.fr/

Saint-Aubin-des-Châteaux est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Aubin-des-Châteaux dans le département de la Loire-Atlantique.

Saint-Aubin-des-Châteaux est situé à 9 kilomètres à l'ouest de Châteaubriant.

Les communes limitrophes sont Ruffigné, Rougé, Châteaubriant, Louisfert, Saint-Vincent-des-Landes et Sion-les-Mines.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sanctus Albinus en 1287[1].

Saint-Aubin-des-Châteaux vient du nom de l'évêque Saint Aubin d'Angers, originaire de Languidic (Morbihan).

Saint-Aubin-des-Châteaux possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Saent-Aubein-dez-Chastèus (écriture ELG, prononcé [sɛ̃.to.bɛ̃.dɛ.ʃɒ.tɛw])[2].

En breton, elle a été dénommée Sant-Albin-ar-C'hestell par l'Office de la Langue Bretonne[3], nom sans valeur historique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , les vingt-sept victimes du camp de Choisel sont enterrées par groupe de trois dans neuf cimetières des environs : Jean-Pierre Timbaud dans celui de Saint-Aubin-des-Châteaux, où il repose encore, sa famille n'ayant pas souhaité le transférer ailleurs après la Libération. En , l'instituteur de Saint-Aubin est René Guy Cadou, qui assiste au passage du camion funéraire, et écrira ensuite un poème célèbre sur cette fusillade.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la croix ancrée accostée en chef à dextre d'une moucheture d'hermine et en pointe à senestre d'une fleur de lys, le tout de gueules.
Commentaires : La moucheture d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par l'héraldiste Michel Pressensé (délibération municipale en 1968).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2014 Michel Rétif[Note 1]    
2014 en cours Daniel Rabu Divers gauche laitier
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Saint-Aubin-des-Châteaux fait partie de l'aire urbaine, de la zone d'emploi et du bassin de vie de Châteaubriant. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[4]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « très peu dense » : 43 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 57 % dans des zones « très peu denses »[5].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 726 habitants, en augmentation de 9,45 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 551 1 171 1 377 1 771 1 810 1 866 1 883 2 009 2 062
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 095 2 152 2 213 2 204 2 219 2 223 2 468 2 403 2 476
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 416 2 333 2 277 2 027 1 974 1 830 1 740 1 682 1 587
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 520 1 472 1 387 1 351 1 346 1 314 1 437 1 615 1 726
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[10], pour le recensement 2005 : base Cassini de l'EHESS.)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[11],[12],[13]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[11],[12],[13].

Pyramide des âges à Saint-Aubin-des-Châteaux en 2013 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
0,9 
5,4 
75 à 89 ans
9,0 
14,4 
60 à 74 ans
13,6 
21,8 
45 à 59 ans
18,8 
19,7 
30 à 44 ans
20,3 
15,4 
15 à 29 ans
14,1 
22,6 
0 à 14 ans
23,3 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune recense deux monuments historiques.

Château et parc du Plessis[modifier | modifier le code]

Le bâtiment principal date des XVe (partie centrale appelée « manoir-porche ») et XVIIe siècles (les trois ailes du château). Le château, et ses dépendances, est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du [14]. Malgré des efforts de protection du château, le bâtiment est désormais à l'état de « ruine » mais ses propriétaires espèrent bien pouvoir entreprendre des travaux de rénovation dans les années futures. Régulièrement ouvert au public depuis 1993, le château du Plessis est une propriété privée située à la sortie de la commune de Saint-Aubin-des-Châteaux, en direction de Ruffigné[15]. Son propriétaire actuel, architecte-paysagiste, souhaite mettre en valeur les différents bâtiments implantés sur le site (pigeonnier, maison du jardinier, atelier, anciennes écuries, four à pain...) via la création de plusieurs jardins : jardin à la française et à l'anglaise, potager, roseraie...

Menhir des Louères[modifier | modifier le code]

Menhir érigé au Néolithique, classé au titre des monuments historiques par arrêté du [16]. Désormais isolé, il aurait fait partie d'un alignement. Cette présence, ajoutée à la découverte d'une hache-marteau confirme le peuplement ancien de Saint-Aubin-des-Châteaux.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle des Templiers, d'architecture caroligienne lors de sa construction, est remaniée au XIIe siècle par les Templiers[17] pour les besoins de leur commanderie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Fourny (1898-1941), avocat, homme politique et résistant, né à Saint-Aubin, est un des cinquante otages fusillés après la mort de Karl Hotz à Nantes en 1941.
  • Jean-Pierre Timbaud, résistant communiste fusillé à Châteaubriant en octobre 1941 est enterré dans la commune.
  • René Guy Cadou (1920-1951) a été instituteur à Saint-Aubin, où il se trouvait au moment de l'exécution des otages de Châteaubriant, écrivant ensuite le poème qui leur est dédié.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995, 2001 et 2008.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  2. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  3. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  4. « Commune de Saint-Aubin-des-Châteaux (44153) », Insee (consulté le 27 septembre 2017).
  5. « La grille communale de densité », Insee (consulté le 27 septembre 2017), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Saint-Aubin-des-Châteaux 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 15 décembre 2016).
  11. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Saint-Aubin-des-Châteaux - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  12. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  13. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  14. « Château du Plessis », notice no PA00108854, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Parc du Plessis », sur Site officiel de Saint-Aubin-des-Châteaux (consulté le 14 décembre 2014).
  16. « Menhir des Louères », notice no PA00108789, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « La chapelle des Templiers », sur saint-aubin-des-chateaux.fr.