83e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 8e bataillon de chasseurs)
Aller à : navigation, rechercher
83e Régiment d'Infanterie de ligne
Insigne régimentaire du 83e Régiment d’Infanterie.
Insigne régimentaire du 83e Régiment d’Infanterie.

Période 16841940
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Devise Fidelis - Felix - Fortis
Fidéle - Heureux - Fort
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Gênes 1800
Wagram 1809
Moskowa 1812
Lützen 1813
Champagne 1915
Verdun 1916
Flandres 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 83e Régiment d’infanterie de ligne est une unité militaire française. Régiment à double héritage Foix et 8e léger, créé en 1684.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le 83e régiment d’infanterie a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 99e, d’être l’héritier des traditions de deux régiments : le 83e, et le 8e d’infanterie légère.

Historique du 83e RI[modifier | modifier le code]

Historique du 8e léger[modifier | modifier le code]

  • 1788 : création du 8e bataillon de chasseurs des Vosges.
  • 1791 : renommé 8e bataillon d’infanterie légère.
  • 1795 : renommé 8e demi-brigade d’infanterie légère.
  • 1803 : renommé 8e régiment d’infanterie légère.
  • 1816 : renommé Légion de la Loire. Cette dénomination ne subsiste que jusqu'en 1821.
  • 1821 :à cette date il reprend son drapeau et son nom "8e léger" jusqu'en 1855

En 1823, il fait la campagne d'Espagne, en 1831 celle de Belgique et en 1832 participe au siège d'Anvers. de 1847 à 1852 il est en Algérie. En 1855, comme tous les régiments d'infanterie légère il est transformé en infanterie de ligne sous le no 83.(sources extraites par JO de l'historique du 83e imprimé en 1896 chez Edouard Privat à Toulouse)

Historique du 83e après la suppression de l’infanterie légère[modifier | modifier le code]

  • 1855 : l’infanterie légère est dissoute, et ses régiments sont convertis en unités d’infanterie de ligne, prenant un numéro à la suite des 75 déjà existants. Le 8e prend le nom de 83e régiment d’infanterie de ligne

Il ne prend part ni à la Campagne de Crimée, ni à celle d'Italie. En revanche il revient en Algérie de 1864 à 1867. Il participe néanmoins à la guerre de 1870. Il commence à se battre le 30/08/1870 à Raucourt, puis le 01/09 son 1er bataillon défend la gare de Sedan. La bataille perdue, le régiment est envoyé en captivité dans des villes du Nord de l'Allemagne. Auparavant, son drapeau a pu être remis à M. Mahulot ancien militaire habitant Sedan, sans être capturé par les Allemands. À la conclusion de paix, le régiment est reformé à Clermond-Ferrand avec les débris du 83e et ceux du 3e voltigeurs de la garde. Le 83e sera affecté aux garnisons successives de Marseille, Albi, Lyon, Saint-Gaudens et Toulouse. Le 14/07/1880 le Président de la République remet au colonel de Coulanges son drapeau qui porte les noms de Gênes, Wagram, la Moskowa, Lutzen. 1881 : Pour la campagne de Tunisie, les 3e et 4e bataillon entrent au Kef avec la colonne Logerot. Le pays pacifié, le 4e bataillon rentre en France. Le 3e reste sur place pour mater les insurrections épisodiques et ne rentre en France qu'en 1886. (sources extraites par JO de l'historique du 83e imprimé en 1896 chez Edouard Privat à Toulouse)

  • 1882 : renommé 83e régiment d’infanterie.
  • 1914 : à la mobilisation, donne naissance au 283e régiment d’infanterie
  • 1928 : dissous (traditions gardées par le 14e RI).
  • 1939 : recréation du 83e régiment d’infanterie.
  • 1940 : dissous.
insigne de béret d'infanterie

Colonels/Chef de brigade[modifier | modifier le code]

8e régiment d'infanterie légère[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles du 83e RI[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

  • Ligue d'Augsbourg 1688-1697.
  • Succession d'Espagne 1701-1713.
  • Parme 1734.
  • Guerre de Sept Ans 1756-1763.
  • Amérique 1779.

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Le no 83 restera vacant jusqu'en 1814, ou il sera rétabli momentanément, jusqu'en 1815. À cette date il est de nouveau supprimé.
Il n'est recréé qu'en 1855 quand le 83e est formé avec le 8e régiment d'infanterie légère.

1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

  • Algérie 1864-1867.

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Le 17 novembre 1870, durant la guerre franco-allemande eut lieu le combat de Torçay ou fut engagé une compagnie de marche du 83e RI qui composait le 36e régiment de marche.
Le 24 novembre 1870, les 8e compagnies des 2e et 3e bataillons du 83e régiment d'infanterie de ligne qui composaient le 29e régiment de marche furent engagés dans les combats de Chilleurs, Ladon, Boiscommun, Neuville-aux-Bois et Maizières dans le Loiret
Le 6 janvier 1871, la compagnie de marche du 83e RI qui composait le 36e régiment de marche est engagé dans l'affaire du Gué-du-Loir.

Tunisie 1881.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914 casernement: Toulouse, Saint Gaudens; 67e Brigade d'Infanterie; 34e Division d'Infanterie; 17e Corps d'Armée.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

" Une fois de plus, le 83e a mérité d'être appelé l'un des meilleurs régiments du Corps d'Armée." Citation, 1915.bataille de loos en gohelle soldat enterre au cimetière britannique maroc a grenay dep 62

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Dissolution du régiment en 1928 les traditions sont gardées par le 14e R.I.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Reformé le sous le nom de 83e R.I, il appartient à la 59e DLI ( 59e Division Légère d'Infanterie). Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie; Active ; il est mis sur pied par le CMI 51.


Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2]:

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

texte=

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 texte= avec deux palmes (deux citations à l'ordre de l'armée).

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Devise[modifier | modifier le code]

(Fidelis - Felix - Fortis)_(Fidéle - Heureux - Fort)

Insigne[modifier | modifier le code]


Uniformes d’Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Uniformes sous la Révolution et le Premier Empire[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 83e RI[modifier | modifier le code]

  • Pierre Barois, ( - Cuy-Saint-Fiacre (Seine-Maritime) ✝ - Auxerre (Yonne), volontaire de l'An UN, engagé le 14 juillet 1793. Capitaine (le 10 juillet 1809, après la bataille de Wagram) de la compagnie de carabiniers du 4e bataillon du 8e reg. d'inf. légère. Retraité en septembre 1814. Chevalier de la Légion d'honneur (1850), médaille de Sainte-Hélène (1857), inhumé au cimetière St-Amâtre à Auxerre. Sa tombe (236) est toujours entretenue et visible à quelques dizaines de mètres de celle d'un autre ancien de la Grande Armée, le Capitaine Jean-Roch Coignet. Pierre Barois eut 2 enfants. L'un, Eugène Barois, fut professeur de mathématiques au lycée de Chartres - il a laissé dans cette ville un excellent souvenir. Il eut aussi 5 petits-enfants dont 2 médecins militaires et un major de polytechnique, Julien Barois. Ce dernier fit une belle carrière en France et en Égypte. La biographie de Pierre Barois est accessible dans les sites mentionnés ci-dessous.


Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sources extraites par JO de l'historique du 83e imprimé en 1896 chez Edouard Privat à Toulouse
  2. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]