2nd Vermont Infantry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2nd Vermont Infantry
Image illustrative de l’article 2nd Vermont Infantry
Drapeau du Vermont, 1837-1923

Création
Dissolution
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance Union
Branche Flag of the United States Army.gif US Army
Rôle Régiment
Fait partie de Armée du Potomac
Guerres Guerre de Sécession
Commandant historique Henry H. Whiting
James H. Walbridge
John S. Tyler (mb)
Amasa Tracy

Le 2d Regiment, Vermont Volunteer Infantry (ou 2d VVI) est un régiment d'infanterie d'une durée de trois ans, de l'armée de l'Union pendant la guerre de Sécession. Il sert sur le théâtre oriental, principalement dans le VIe corps, de l'armée du Potomac, à partir de juin 1861 jusqu'en juillet 1865. Il fait partie de la célèbre brigade du Vermont.

Organisation[modifier | modifier le code]

En juillet 1861, le Congrès des États-Unis autorise le président Abraham Lincoln à appeler 500 000 hommes, pour servir pendant trois ans, sauf s'ils sont libérés plus tôt. Le 2d Vermont Infantry est le premier régiment de trois ans de l'État à être envoyé sur le terrain à la suite de cet appel, et il sert plus longtemps que tous les autres unités du Vermont sauf une, le 7th Vermont Infantry. Il est organisé de dix compagnies de la milice de Brattleboro, Burlington, Castleton, Fletcher, Ludlow, Montpelier, Tunbridge, Vergennes et Waterbury[1](p6).

Le poste de colonel du régiment est initialement offert à Israel B. Richardson, originaire du Vermont, mais il a accepté le commandement du 2nd Michigan Infantry. Richardson recommande un camarade de promotion de l'académie militaire de West PointHenry H. Whiting, et il reçoit une commission par le gouverneur Erastus Fairbanks, le [1](p7). George J. Stannard, de St. Albans, est nommé lieutenant-colonel, et Charles H. Joyce, un jeune avocat de Northfield, est nommé commandant[1](p8).

Service[modifier | modifier le code]

Le régiment rejoint à Burlington et entre au service des États-Unis [2](p66). Quatre jours plus tard, le régiment part pour Washington, DC, arrivant le . Il est d'abord inséré dans une brigade avec trois régiments du Maine sous le commandement du colonel Oliver O. Howard[1](p20),[note 1]. Le régiment est envoyé le à Alexandria en Virginie[1](p21). Le lendemain, deux compagnies du régiment effectuent leur première opération de la guerre en effectuant une reconnaissance sur le chemin de fer d'Orange et Alexandria[1](p21-2).

Première bataille de Bull Run[modifier | modifier le code]

À ce moment de la guerre, les hommes du régiment portent des uniformes gris, à l'instar de plusieurs autres régiments de l'Union. La similarité avec la couleur des uniformes confédérés va être la source de plusieurs incidents au cours de la bataille. Le régiment part pour Manassas le [1](p25-6). La division d'Heintzelman est envoyée à l'extrême gauche du dispositif de l'Union et le 2d Vermont Infantry est à l'arrière de la colonne. La marche est retardée par la franchissement de ponts brûlés et d'autres obstacles[2](p69-70). L'ensemble est officiers supérieurs, à l'exception du commandant Joyce, est à pied. Le lendemain, avec le reste de la brigade, le régiment atteint Sangster's Station. Comme beaucoup de troupes inexpérimentées, les troupes ont épuisé les rations de trois jours en une journée et demi et la fatigue de la marche se fait sentir. À 17 heures, le , la brigade d'Howard part pour Little Rocky Run à 1 milles (1,6 kilomètres) au sud de Centreville. Le lendemain, les hommes du 2d Vermont Infantry partent fourrager dans les environs pour compléter son ravitaillement, en contradiction avec les ordres de McDowell[1](p25-6). Le , la brigade participe à la première bataille de Bull Run. La division d'Heintzelman doit traverser le Bull Run à un guet non gardé de Sudley Springs pour prendre par surprise la gauche confédérée et la repousser[2](p71). Cependant, comme le régiment ferme la marche de la division, il ne se met en mouvement à 7 heures du matin. Les hommes laissent leurs tentes sur place avec leur sac à dos à l'intérieur et emportent 40 cartouches et leur couverture. Alors que la brigade d'Howard quitte la route à péage à 3 milles (4,8 kilomètres) de Centreville, il est stoppé par McDowell. Elle est arrêté pendant quatre heures. Entre midi et treize heures, la brigade d'Howard est rappelée et revient par le gué de Sudley Springs sous une chaleur de plomb. Elle arrive sur le lieux des combats vers quinze heures. Alors que le 2d Vermont Infantry monte sur une colline, il est pris sous le feu des batteries confédérées et subit ses premières pertes de la guerre. Le colonel Howard forme sa brigade en deux lignes, composées du 2d Vermont Infantry et du 3rd Maine Infantry. Le régiment est le premier de la brigade à atteindre la crête de la colline et s'arrête à environ 300 mètres de la ligne ennemie positionnée à l’orée des bois. Il ouvre le feu, avec dix à quinze salves par hommes , repoussant les confédérés. Le régiment tient la position pendant une demi-heure avant que le colonel Whiting ordonne au régiment de partir sur la droite. Mais seulement, une partie du régiment suit l'ordre. Puis, le régiment, qui garde son organisation, se replie et traverse de nouveau la route à péage et se retrouve sur la route embouteillée par les ambulances, les wagons de munitions et d'artillerie[2](p73-81). Le régiment subit 68 pertes : 2 tués, 35 blessés et 31 disparus.

Le , le régiment est transféré à Chain Bridge, où il campe avec le 3rd Vermont Infantry, 6th Maine Infantry et 33rd New York Infantry. En septembre, le 4th, le 5th et le 6th Vermont Infantry rejoignent le 2d et le 3rd pour former la célèbre « vielle brigade du Vermont », sous le commandement du nouvellement promu brigadier général William Farrar Smith, précédemment commandant du 3rd Vermont Infantry. Smith est bientôt affecté au commandement de la division à laquelle la brigade du Vermont fait partie, et William T. H. Brooks, originaire de l'Ohio, mais fils d'un vermonter, prend le commandement.

Camp du ''2nd Vermont Infantry'' au camp Griffin en Virginie.

L'histoire du régiment à partir de ce point est essentiellement celle de la brigade du Vermont, sauf pour les nombreux changements de personnes.

Le colonel Whiting démissionne le , et est remplacé par James H. Walbridge, qui commande le régiment jusqu'à ce qu'il démissionne le . Il est remplacé par Newton Stone, qui est tué au combat lors de la bataille de la Wilderness, le . Son successeur, John S. Tyler, est blessé le , et meurt de ses blessures le . Amasa Tracy, son remplaçant, commande le régiment jusqu'à sa dissolution.

Le lieutenant-colonel George J. Stannard est promu colonel du 9th Vermont Infantry le , et, plus tard, commande la 2nd Vermont Brigade, qui gagne des honneurs pour avoir participé à repousser de la charge de Pickett lors de la bataille de Gettysburg, le .

Les membres d'origine du régiment, qui ne se sont pas réengagés, quittent le service le . Des recrues pour une année et d'autres dont le terme doit expirer avant le 1 octobre 1865, quittent le service le . Les officiers et les hommes restants quittent le service le .

Pertes[modifier | modifier le code]

Au cours du conflit, le régiment subit 751 victimes (morts au combat ou blessés) soit 40% des 1 858 officiers et hommes du rang engagés[2](p62).

Médaille d'honneur[modifier | modifier le code]

Cinq membres du régiment reçoivent la médaille d'honneur.

  • Dayton P. Clarke, capitaine, de la compagnie F, est crédité d'une « conduite distinguée, dans un combat au corps à corps désespéré tout en commandant le régiment », à la bataille de Spotsylvania, le .
  • Éphraim W. Harrington, sergent, dans la compagnie G, « a porté les couleurs au sommet des hauteurs et presque jusqu'à la gueule des canons ennemi », à la bataille de Fredericksburg, le .
  • William W. Noyes, soldant, dans le compagnie F, « debout sur le sommet du parapet, [il] a délibérément visé et tiré pas moins de 15 coups dans les lignes ennemies, mais à seulement quelques mètres », à Spotsylvania, le .
  • Augustus J. Robbins, second Lieutenant, dans la compagnie B, « tandis que servant volontairement en tant qu'officier d'état-major a fait retraiter avec succès un régiment à travers et autour d'une position fortement exposée jusqu'à la fin du commandement ; a été grièvement blessé », à Spotsylvania, le .
  • Amasa S. Tracy, lieutenant-colonel, servant avec le lieutenant H. E. Farrell « a pris le commandement et a dirigé la brigade lors de l'assaut contre les ouvrages ennemis », à la bataille de Cedar Creek, le .

Combats[modifier | modifier le code]

Combats
Première bataille de Bull Run 21 juillet 1861
Bataille de Warwick Creek 6 avril 1862
Bataille à Lee's Mills 16 avril 1862
Bataille de Garnett's & Golding's Farm 26 juin 1862
Bataille de Savage's Station 29 juin 1862
Bataille de White Oak Swamp 30 juin 1862
Bataille de Crampton's Gap 14 septembre 1862
Bataille d'Antietam 17 septembre 1862
Bataille de Fredericksburg 13 décembre 1862
Bataille de Marye's Heights 3 mai 1863
Bataille de Salem Church 4 mai 1863
Bataille de Fredericksburg 5 juin 1863
Bataille de Gettysburg 3 juillet 1863
Bataille de Funkstown 10 juillet 1863
Bataille de Rappahannock Station 7 novembre 1863
Bataille de la Wilderness 5-10 mai 1864
Bataille de Spotsylvaniat 10-18 mai 1864
Bataille de Cold Harbor  1-12 juin 1864
Bataille de Petersburg 18 juin 1864
Bataille de Charlestown 21 août 1864
Bataille d'Opequon (Gilbert's Ford) 13 septembre 1864
Bataille de Winchester (Opequon)[note 2] 19 septembre 1864
Bataille de Fisher's Hill 21 septembre 1864
Bataille de Mount Jackson 24 septembre 1864
Bataille de Cedar Creek[note 3] 19 octobre 1864
Bataille de Petersburg 25 mars 1865
Bataille de Petersburg 2 avril 1865
Bataille de Sailor's Creek[note 4] 6 avril 1865

Décompte final[modifier | modifier le code]

DÉCLARATION FINALE
Membres d'origine 866
Gain (recrues et transferes) 992
--- Agrégation 1858
--- Pertes ---
Tués au combat 139
Mort des blessures 84
Mort de maladie 136
Mort dans les prisons confédérées 22
Mort d'un accident 3
Exécuté 1
Total des décès 385
Promus dans d'autres régiments 8
Démobilisés 446
Démobilisés sans les honneurs 24
Désertions 170
Disparus 5
Transféré dans le corps de réserve des vétérans et d'autres organisations 120
--- Total des pertes 773
Libérés à divers moments 700
Total des blessés 692
Total des faits prisonniers 129

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vermont durant la guerre de Sécession

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benedict, G. G., Vermont in the Civil War. A History of the part taken by the Vermont Soldiers And Sailors in the War For The Union, 1861-5. Burlington, VT.: The Free Press Association, 1888.
  • Crockett, Walter Hill, Vermont The Green Mountain State, New York: The Century History Company, Inc., 1921.
  • Fox, William F., Regimental Losses In The American Civil War 1861-1865. Albany: Albany Publishing Company. 1889.
  • Peck, Theodore S., compiler, Revised Roster of Vermont Volunteers and lists of Vermonters Who Served in the Army and Navy of the United States During the War of the Rebellion, 1861-66. Montpelier, VT.: Press of the Watchman Publishing Co., 1892.

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Coffin, Howard, Full Duty: Vermonters in the Civil War. Woodstock, VT.: Countryman Press, 1995.
  • -----. The Battered Stars: One State's Civil War Ordeal during Grant's Overland Campaign. Woodstock, VT.: Countryman Press, 2002.
  • Dyer, Frederick Henry, A Compendium of the War of the Rebellion. New York: T. Yoseloff, 1908. 3 vol.
  • Poirier, Robert G., By the Blood of our Alumni: Norwich University Citizen-Soldiers in the Army of the Potomac. Mason City, IA: Savas Publishing Co., 1999.
  • Rosenblatt, Emil and Ruth Rosenblatt, editors. Hard Marching Every Day: The Civil War Letters of Private Wilbur Fisk, 1861-1865. Lawrence: University Press of Kansas, 1983.
  • U.S. War Department, The War of the Rebellion: A Compilation of the Official Records of the Union and Confederate Armies, 70 volumes in 4 series. Washington, D.C.: United States Government Printing Office, 1880-1901.
  • Zeller, Paul G., The Second Vermont Volunteer Infantry Regiment, 1861-1865. Jefferson, NC: McFarland & Company, 2002.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le colonel Oliver O. Howard commande le 3rd Maine Infantry lorsqu'il est choisi pour prendre le commandement de la troisième brigade de la division du colonel Samuel P. Heintzelman. Outre le 3rd Maine Infantry, la brigade est composée du 4th Maine Infantry, du 5th Maine Infantry et du 2d Vermont Infantry.
  2. Cf. Ordre de bataille unioniste d'Opequon
  3. Cf. Ordre de bataille unioniste de Cedar Creek
  4. Cf. Ordre de bataille unioniste de la campagne d'Appomattox

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) Paul G. Zeller, The Second Vermont Infantry Regiment, 1861-1865, McFarland & Co, (ISBN 9780786443451 et 0786443456, OCLC 866011794, lire en ligne)
  2. a b c d et e (en) George Greenville Benedict, Vermont in the Civil War : A history of the part taken by Vermont Soldiers and Sailors in the War for the Union, 1861-5, vol. 1, Burlington, VT, The Free Press Association,