40th New York Infantry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

40th Regiment New York Volunteer Infantry
Image illustrative de l’article 40th New York Infantry
Drapeau de l'État de New York (1778-1901)

Création
Dissolution
Pays États-Unis
Allégeance Modèle:États Unis
Branche Flag of the United States Army.gif US Army
Type Infanterie
Rôle Brigade
Guerres Guerre de Sécession
Batailles

Le 40th New York Volunteer Infantry Regiment, aussi connu comme le « régiment Mozart » ou la « garde de la Constitution », est un régiment d'infanterie qui a servi dans l'armée de l'Union pendant la guerre de Sécession.

Le 40th New York subit également le deuxième plus grand nombre de victimes de tout régiment de New York, derrière le célèbre 69th New York Infantry de la brigade irlandaise.

Service[modifier | modifier le code]

Le 40th New York entre en service à Yonkers, New York, le , parrainé par le comité de défense de l'Union de la ville de New York par autorisation spéciale du département de la Guerre. À l'origine, le régiment est levé en tant que la garde de la Constitution des États-Unis par le colonel John S. Cocks du 2nd New York, mais l'organisation n'est pas été achevée. Avec de nouveaux parrainages du comité du Mozart Hal, il adopte le nom de régiment Mozart. En dépit d'être un régiment de l'État de New York Regiment, seule la garde de la Constitution d'origine est new-yorkaise. Le régiment est complété par quatre compagnies du Massachusetts et deux de Pennsylvanie. Le , le régiment absorbe les hommes du rang du 87th New York Infantry. Le , il absorbe les recrues de trois ans du 37th New York, du 38th New York, du 55th New York, et du 101st New York. Le , le régiment absorbe le 74th New York.

Deux hommes du 40th New York reçoivent la médaille d'honneur pendant la guerre de Sécession. Le sergent Robert Boody de la compagnie B reçoit la médaille pour avoir transporté des camarades blessés sur le terrain lors des batailles de Williamsburg et de Chancellorsville, et le soldat Henry Klein de la compagnie E l'obtient pour la capture d'un drapeau confédéré lors de la bataille de Sayler's Creek.

Le régiment quitte le service le , après avoir participé à la grande revue des armées.

Fair Oaks[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de Fair Oaks (Seven Pines) le 40th New York obtient une grande reconnaissance pour son action du 1 juin. Le commandant du régiment, le colonel Edward J. Riley, est frappé à la tête et emporté par son cheval avant la bataille, le retirant du front. Le lieutenant-colonel Thomas W. Egan mène le régiment lors de la bataille le et le commande une charge à la baïonnette contre les 5th et  8th Alabama. Le régiment Mozart subit 96 pertes, y compris tous les membres de la garde des couleurs tués ou blessés. À la suite de la mort porteur des couleurs, le sergent Joseph Conroy, le caporal des couleurs Robert Grieves, lui-même grièvement blessé, plante le drapeau loin devant le régiment, avant de recevoir l'ordre d'Egan de se retirer[1].

Chancellorsville[modifier | modifier le code]

Le régiment prend part à la bataille de Chancellorsville (-) au sein de la deuxième brigade de la première division du IIIe corps de l'armée du Potomac[2](p457),[note 3].

Gettysburg, deuxième jour[modifier | modifier le code]

Le 40th New York joue un rôle essentiel dans la défense du flanc gauche fédéral lors de la deuxième journée, à Gettysburg[note 4], retardant l'approche de la division de Law sur Little Round Top. Sous Devil's Den, les hommes du 40th New York sont appelés pour retarder à tout prix les éléments de la brigade de Géorgie de Benning et de la brigade de l'Alabama de Law, alors que les confédérés commencent à repousser la deuxième brigade d'Hobart Ward du troisième corps. Le 40th New York charge sept fois en aval du Plum Run, dans les rochers de Devil's Den et du Slaughter Pen[3].

Total de la force et nombre de victimes[modifier | modifier le code]

Le régiment subit la perte de 10 officiers et 228 soldats qui ont été tués ou mortellement blessés et 2 officiers et 170 soldats qui sont morts de la maladie, pour un total de 410 décès[4].

Les commandants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Floyd, pp. 153-154 ; Egan's Official Report.
  2. (en) Stephen W. Sears, Chancellorsville, Houghton-Mifflin Co, (ISBN 0395634172, 9780395634172 et 039587744X, OCLC 35008268, lire en ligne)
  3. Gottfried, pp. 205-206; Adelman and Smith, pp. 46-48.
  4. The Civil War Archive website after Dyer, Frederick Henry. A Compendium of the War of the Rebellion. 3 vols. New York: Thomas Yoseloff, 1959.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]