Géorgie durant la guerre de Sécession

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Géorgie est l'un des sept premiers États esclavagistes qui forment les États confédérés d'Amérique en , provoquant la guerre de Sécession. Le gouverneur de l'État, le démocrate Joseph E. Brown (en), veut lever des troupes localement pour être utilisées uniquement à la défense de la Géorgie, au mépris de Jefferson Davis qui veut les déployer sur d'autres fronts. Lorsque le blocus de l'Union empêche la Géorgie d'exporter son coton abondant en échange d'importations essentielles, Brown ordonne aux fermiers de produire plutôt des cultures vivrières, mais l'effondrement des systèmes de transports aboutit à des pénuries désespérées.

Il y a peu de combats en Géorgie jusqu'en , lorsque les confédérés commandés par Braxton Bragg défont William S. Rosecrans à Chickamauga Creek. En , William T. Sherman commence à poursuivre les confédérés vers Atlanta, qu'il capture en septembre, en préalable à sa marche vers la mer. Cette campagne de six semaines détruit une grande partie de l'infrastructure civil de la Géorgie, écourtant résolument la guerre. Lorsque les nouvelles de la marche atteint l'armée de Robert E. Lee en Virginie, des régiments entiers de Géorgie désertent, pensant que leur présence chez eux est nécessaire. La bataille de Columbus (en), livrée sur la frontière de la Géorgie et de l'Alabama le est reconnue selon certains critères comme la dernière bataille de la guerre.

Sécession[modifier | modifier le code]

En , le gouverneur de Géorgie Joseph E. Brown (en), un adepte passionné de l'esclavage et du droit des États du Sud, est d'avis que l'élection d'Abraham Lincoln, un républicain anti-esclavagiste, à la présidence des États-Unis aboutira à la fin de l'esclavage aux États-Unis. Il appelle les Géorgiens à résister aux interventions anti-esclavagistes, déclarant que l'échec à la faire résultera à l'émancipation de leurs esclaves :

« Quel sera le résultat de l'institution de l'esclavage, qui suivra la soumission à l'inauguration et l'administration de M. Lincoln en tant que président ... ce sera l'abolition totale de l'esclavage ... je ne doute pas, de plus, que cette soumission à l'administration de M. Lincoln aboutira à l'abolition finale de l'esclavge. Si nous échouons à résister maintenant, nous n'auront plus jamais la force de résister. »[1](pp145–159)

— Joseph E. Brown (en), lettre du

Le mois suivant, en , la convention de Sécession de Géorgie édite une ordonnance de sécession, dans laquelle sont soulignées les causes qui motivent l'État à déclarer sa sécession de l'Union. L'ordonnance cite les opinions du président des États-Unis élu Abraham Lincoln et le parti républicain contre l'esclavage africain, le sentiment anti-esclavagiste dans les États libres du nord et le soutien perçu par les nordistes pour l'égalité des Afro-Américains comme des raisons de la déclaration de sécession de la Géorgie :

« Le peuple de Géorgie ayant dissous son lien politique avec le gouvernement des États-Unis d'Amérique, présente ... les causes qui ont conduit à la séparation. Au cours des dix dernières années, nous avons eu de nombreuses et sérieuses causes de plaintes contre nos États confédérés non esclavagistes, en ce qui concerne le sujet de l'esclavage africain. ... Le parti de Lincoln, appelé le parti républicain, sous son nom actuel et dont l'organisation est d'origine récente. Il admet être un parti anti-esclavagiste ... l'anti-esclavage est sa mission et son but. ... L'interdiction de l'esclavage dans les territoires, son hostilité partout, l'égalité des races noires et blanches ... ont été hardiment proclamés par ses dirigeants et applaudis par ses partisans. ... L'interdiction de l'esclavage dans les territoires est le principe cardinal de cette organisation. ... Ce sont les hommes qui disent que l'Union sera préservée. ... Telles sont les opinions et telles sont les pratiques du parti républicain ... si nous nous soumettons à eux, ce sera notre faute et non la leur. »[2]

— Convention de sécession de Géorgie, Déclaration des causes de la sécession de la Géorgie du

Lors d'un discours de à la convention de Sécession de Virginie, le géorgien Henry Lewis Benning précise que la raison pour laquelle la Géorgie a déclaré la sécession de l'Union est due à {{citation|une conviction profonde de la part de la Géorgie, qu'une séparation du nord est la seule chose qui puisse empêcher l'émancipation de ses esclaves[3],[4](p62–75).

William L. Harris, un commissaire à la sécession du Mississippi, déclare lors d'une réunion de l'assemblée générale géorgienne que les républicains veulent appliquer « l'égalité entre les races blanches et nègres » et que la sécession est nécessaire pour que les États esclavagistes résistent à leurs efforts[5].

Les chefs religieux contemporains géorgiens soutiennent également l'esclavage. Un prédicateur géorgien condamne les républicains et les abolitionnistes, déclarant que leurs vues anti-esclavagistes sont contraires aux enseignements de la religion chrétienne, disant que les opinions de ces groupes sont « diamétralement opposées à la lettre et à l'esprit de la Bible et subversives la moralité, comme les pires délires de l'infidélité »[3].

Front intérieur[modifier | modifier le code]

Le gouverneur Joseph Emerson Brown (en), sécessionniste, dirige les efforts pour sortir l'État de l'Union et le faire entrer dans la Confédération. Croyant fermement aux droits des États, il défie les politiques de guerre du gouvernement confédéré. Il résiste à la conscription militaire confédéré et tente de garder autant de soldats dans l'État que possible pour combattre les forces d'invasion[6]. Brown défie la presse confédérée d'animaux, de biens et d'esclaves. Plusieurs autres gouverneurs suivent son exemple[7]. Pendant la guerre, la Géorgie envoie près de 100 000 hommes combattre pour la Confédération, pour la plupart dans les armées virginiennes. Malgré la sécession, beaucoup de citoyens du Nord de l'État restent loyaux à l'Union.

Unionisme[modifier | modifier le code]

Approximativement 5 000 Géorgiens servent dans l'armée de l'Union dans des unités telles que le 1st Georgia Infantry Battalion (en)[8], 1st Alabama Cavalry (en), et un nombre de régiments de l'est du Tennessee (en)[9].

Le comté de Rabun en Géorgie en particulier, qui n'a pas déclaré la sécession de l'Union[10], est hautement unioniste, et est décrit par certains comme « étant une unité contre la sécession ». Un des résidents du comté rappelle en 1865 que « vous ne pouvez pas trouver un peuple qui était plus opposé à la sécession que les gens de notre comté », déclarant que « j'ai consulté le comté en 1860-61 moi-même et je sais qu'il n'y avait pas vingt hommes dans ce comté qui étaient en faveur de la sécession »[11].

Les lignes de démarcation sont souvent pas aussi claires qu'on les voit parfois dans le comté de Rabun au cours de cette période. Dans A Separate Civil War: Communities in Conflict in the Mountain South (en), Jonathan Dean Sarris examine les expériences du temps de guerre des comtés de Fannin et de Lumpkin. Dans ces deux comtés, les factions unioniste et confédérée se combattent brutalement directement dans le front intérieur entre 1861 et 1865. Sarris affirme qu'il existe un « réseau complexe de loyautés locales, régionales et nationales qui relient les sociétés pré-industrielles de montagne » et que ces loyautés sont parmi les principaux facteurs qui déterminent les tendances de ces villes de montagne[12](pp2). Le massacre de Madden Branch dans le comté de Fannin est l'une des nombreuses atrocités commises lorsque les comtés de montagne se sont divisés en factions pro et anti-confédérées. Le , six Géorgiens essayant de s'enrôler dans l'armée américaine - Thomas Bell, Harvey Brewster, James T. Hughes, James B. Nelson, Elijah Robinson, Peter Parris et Wyatt J. Parton - sont exécutés par le tristement célèbre guérillero confédéré John P. Gatewood, « la bête aux cheveux longs et à la barbe rousse de Géorgie »[13](p679–710).

Bien que concentré dans les montagnes et les grandes villes, l'unionisme en Géorgie n'est pas limité à ces régions et peut être trouvé dans les régions à travers l'État[14].

Restrictions de nourriture[modifier | modifier le code]

À l'été 1861, le blocus naval de l'Union éteint virtuellement les exportations de coton et les importations de biens manufacturés. La nourriture qui arrive normalement par train des États du nord sont arrêtés. Le gouverneur et la législature implorent les planteurs de produire moins de coton et plus de nourriture. Les planteurs refusent d'abord parce qu'ils pensent que l'Union ne combattra pas ou ne pourra pas combattre. Les planteurs voient alors les prix du coton en Europe monter en flèche et ils espère que l'Europe interviendra rapidement et brisera le blocus. La législature impose des quotas de coton et rend la production excédentaire criminelle, mais les restrictions de nourriture continuent d'augmenter, spécialement dans les villes[15](p14-17, 22). Dans plus d'une douzaine de cas dans l'État, des femmes blanches et pauvres pillent des magasins et prennent les wagons de ravitaillement pour obtenir des denrée telles que du bacon, du maïs, de la farine, et du fil de coton[16](p49-83).

Dans quelques cas, les armées confédérées prennent par la force de la nourriture aux Géorgiens et aux Caroliniens du Sud. Le gouverneur géorgien regrette que de telles réquisitions de nourriture « sont ruineuses pour les personnes du nord-est de l'État »[11](p3).

Alors que les conditions intérieures s'aggravent à la fin de la guerre, les soldats désertent l'armée pour s'occuper de leurs fermes et de leurs familles[17].

Déserteurs et gang[modifier | modifier le code]

Au cours de la guerre, quelques Géorgiens se regroupent pour résister aux autorités confédérées. Certains sont des unionistes par conviction, mais d'autres sont hostiles à la conscription mise en place par le gouvernement confédéré. Les bandes de déserteurs étaient composées d'anciens soldats confédérés. Les gangs de déserteurs se composent de ceux qui se sont cachés lors de leur appel dans le cadre de la conscription. Les Géorgiens pro-confédérés se moquent souvent de ces groupes en tant que « Tories ». Certains groupes comprennent à la fois des déserteurs et des escrocs. Les montagnes de la Géorgie du nord constituent un endroit où beaucoup de ces groupes opèrent. D'autres opèrent dans les marais de la rivière Alapaha dans les comtés de Berrien, Coffee, Echols, et Irwin. Le marais d'Okefenokee est un autre endroit occupé par plusieurs forces anti-confédérées au cours de la guerre. Black Jack Island et Soldiers Camp Island sont deux endroits dans le marais où plus de 1 000 déserteurs se seraient cachés. En 1864, la région de Wiregrass (en) en Géorgie n'est plus contrôlée par le gouvernement confédéré en raison des gangs et des déserteurs[14].

Au même moment, l'arrière-pays des comtés de Pulaski, de Montgomery et de Telfair dans la région du Gum Swamp Creek (en), dans l'actuel comté de Dodge est devenu le foyer de groupes similaires[18](p222–223, 239, 276).

Débat sur l'utilisation des esclaves comme soldats[modifier | modifier le code]

Tard dans la guerre, quand on suggère que la Confédération utilise ses esclaves comme soldats, de nombreux journaux confédérés, comme l'« Atlanta Southern Confederacy » à Macon, s'opposent avec véhémence à l'idée d'hommes noirs armés dans l'armée confédérée, disant que c'était incongru avec les objectifs et les vues de la Confédération concernant les Afro-Américains et l'esclavage. Le journal déclare qu'utiliser des hommes noirs comme soldats serait un embarras pour les Confédérés et leurs enfants, disant que bien que les Afro-Américains devraient être utilisés pour le travail d'esclave, ils ne devraient pas être utilisés comme des soldats armés, indiquant que :

« Un tel acte de notre part serait un stigmate sur les pages impérissables de l'histoire, dont toutes les générations futures de Southrons auraient honte. Ce sont quelques-unes des considérations supplémentaires qui nous ont été suggérées. Mettons le nègre au travail, mais pas au combat. »

— Atlanta Southern Confederacy, , Macon, Géorgie[19](p156–58)

Les confédérés géorgiens tels que le démocrate Howell Cobb, soutiennent le point de vue du journal de Macon, disant que les confédérés utilisant des soldats noirs sont « suicidaires » et vont à l'encontre de l'idéologie de la Confédération. S'opposant à un tel mouvement, Cobb déclare que les Afro-Américains sont indignes de confiance et manquent par nature des qualités nécessaires pour devenir de bons soldats, et que leur utilisation entraînerait beaucoup de confédérés à quitter l'armée :

« La proposition de faire des soldats de nos esclaves est l'idée la plus pernicieuse qui ait été suggérée depuis le début de la guerre. C'est pour moi une source de mortification profonde ... Vous ne pouvez pas faire des soldats d'esclaves, ni des esclaves de soldats. Dès que vous aurez recours à des soldats nègres, vos soldats blancs vous seront perdus ; et un secret de la faveur avec laquelle la proposition est reçue dans des parties de l'armée est l'espoir que quand les nègres entreront dans l'armée ils seront autorisés à se retirer... Vous ne pouvez pas faire confiance aux nègres ... Ne les armez pas ... Si les esclaves font de bons soldats, toute notre théorie de l'esclavage est fausse... Ils manquent de toutes les qualifications d'un soldat. »

— Howell Cobb, lettre à James A. Seddon, [20],[21],[22],[23].

Malgré ces protestations, une loi pour lever des troupes dans la population esclave est adoptée par le Congrès confédéré le . À la mi-avril, quelques postes de recrutement sont établis à Macon, en Géorgie, mais les résultats de ces efforts sont inconnus[24].

Batailles en Géorgie[modifier | modifier le code]

La Géorgie est relativement épargnée par la guerre jusqu'à la fin de 1863. Un total de près de 550 batailles et escarmouches ont lieu au sein de l'État, la majorité ayant eu lieu au cours des deux dernières années du conflit. La première grande bataille en Géorgie est une victoire confédérée à la bataille de Chickamauga en 1863, qui est la dernière grande victoire confédérée dans l'ouest. En 1864, les armées du général William T. Sherman envahissent la Géorgie dans le cadre de la campagne d'Atlanta. Le général confédéré Joseph E. Johnston combat lors d'une série de batailles, la plus importante étant la bataille de Kennesaw Mountain, essayant de retarder les armées de l'Union aussi longtemps que possible alors qu'il se retire vers Atlanta. Le remplaçant de Johnston, le général John Bell Hood, tente plusieurs contre-attaques infructueuses à la bataille de Peachtree Creek et à la bataille d'Atlanta, mais Sherman s'empare d'Atlanta le .

Liste des batailles livrées en Géorgie[modifier | modifier le code]

Campagne d'Atlanta[modifier | modifier le code]

Article principal : Campagne d'Atlanta.

Le major-général William T. Sherman envahit la Géorgie depuis les environs de Chattanooga, dans le Tennessee, à partir de mai 1864, à laquelle s'oppose le général confédéré Joseph E. Johnston. L'armée de Tennessee de Johnston se retire vers Atlanta en raison des manœuvres de flanc successives du groupe d'armées de Sherman. En juillet, le président confédéré, Jefferson Davis remplace Johnston par John Bell Hood, plus agressif, qui commence à défier l'armée de l'Union dans une série d'assauts frontaux destructeurs. L'armée de Hood est finalement assiégée à Atlanta et la ville tombe le , ouvrant la voie à la marche de Sherman vers la mer et hâtant la fin de la guerre.

Marche de Sherman vers la mer[modifier | modifier le code]

Article principal : Marche de Sherman vers la mer.
Une carte montrant la marche de Sherman vers la mer de novembre à décembre 1864.

En novembre 1864, Sherman dépouille son armée d'éléments non essentiels, incendie la ville d'Atlanta et la laisse aux Confédérés. Il commence sa fameuse marche vers la mer, vivant de la terre puis brûlant des plantations, détruisant des chemins de fer, tuant du bétail et libérant des esclaves. Des milliers d'esclaves échappés le suivent alors qu'il entre dans Savannah le [25]. Après la perte d'Atlanta, le gouverneur retire la milice de l'État des forces confédérées pour faire les récoltes pour l'État et l'armée. La milice n'essaie pas d'arrêter Sherman[26](p207).

La marche de Sherman est dévastatrice pour la Géorgie et la Confédération en termes économique et psychologique. Sherman estime lui-même que la campagne a infligé des dommages de 100 millions de dollars (environ 1 565 millions de dollars actuels[27]), dont environ un cinquième est « à notre avantage » alors que le reste est de la simple perte et destruction[28](p82). Son armée détruit 300 milles (483 km) de voies ferrées et de nombreux ponts et des kilomètres de lignes télégraphiques. Elle saisit 5 000 chevaux, 4 000 mules et 13 000 têtes de bétail. Elle confisque 9,5 millions de livres de maïs et 10,5 millions de livres de fourrage, et détruit des filatures et des moulins de coton non comptés[29](p309).

La campagne de guerre totale de Sherman s'étend aux civils géorgiens. En , pendant la campagne d'Atlanta, Sherman ordonne qu'environ 400 ouvriers de l'usine de Roswell, pour la plupart des femmes, soient arrêtés comme traîtres et expédiés comme prisonniers dans le Nord avec leurs enfants. Il y a peu de preuves que plus d'une poignée de femmes soient retournées chez elles[30].

Le souvenir de la marche de Sherman devient emblématique et central du « mythe de la cause perdue » et des Néo-confédéré (en). La crise esr le cadre du roman de 1936 « Gone with the Wind » de Margaret Mitchell et du film de 1939 qui a suivi. Les plus importantes sont les nombreuses « histoires de salut » qui racontent non pas ce que l'armée de Sherman a détruit, mais ce qui a été sauvé par les femmes rapides et astucieuses sur le front intérieur, ou de l'appréciation des soldats de l'Union sur la beauté des maisons et le charme des femmes du Sud[31].

Dernières batailles[modifier | modifier le code]

En , Sherman s'empare de Savannah avant de quitter la Géorgie en pour commencer sa campagne des Carolines. Cependant, il y a encore plusieurs petits combats en Géorgie après son départ. Le , la bataille de Columbus se déroule à la frontière entre la Géorgie et l'Alabama. En 1935, la législature de l'État déclare officiellement que cet engagement est la « dernière bataille de la guerre entre les États »[32].

Retour dans l'Union[modifier | modifier le code]

La guerre a dévasté la plus grande partie de la Géorgie, avec de nombreux morts et blessés, et l'économie de l'État est en ruine. Les esclaves sont émancipés en 1865 et la reconstruction commence immédiatement après la fin des hostilités. La Géorgie ne rentre dans l'Union que le , en tant que dernier des anciens États confédérés à être réadmis.

L'État reste pauvre jusqu'au xxe siècle.

Sites de la guerre de Sécession en Géorgie[modifier | modifier le code]

Panneau des pistes

Beaucoup de champs de bataille de la guerre de Sécession en Géorgie, en particulier autour d'Atlanta, ont été perdus avec le développement urbain moderne. Cependant, un certain nombre de sites sont bien préservés, notamment le parc militaire national Chickamauga et Chattanooga (en) et le parc national du champ de bataille de Kennesaw Mountain (en). Stone Mountain, Fort Pulaski et l'Atlanta Cyclorama (en), ainsi que le parc commémoratif confédéré (en) sont d'autres sites liés à la guerre de Sécession[33].

Un certain nombre de manoirs et de plantations d'avant guerre en Géorgie sont préservés et ouverts au public, en particulier autour d'Atlanta et de Savannah. Certaines parties du hemin de fer occidental et atlantique (en)de l'époque de la guerre de Sécession ont des repères historiques commémorant les événements de la guerre, y compris plusieurs sites associés au raid d'Andrews. Un autre secteur près d'Atlanta lié à l'histoire de guerre de Sécession est le parc d'État de Sweet Water Creek (en) dans le comté de Douglas. L'un des derniers bâtiments debout incendiés par l'armée du général Sherman se trouve à cet endroit, le moulin de New Manchester.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Secession Debated (lire en ligne)
  2. (en) State of Georgia, « Georgia Declaration of Causes of Secession » [archive du ], sur Journal of the public and secret proceedings of the Convention of the people of Georgia, Géorgie, State of Georgia, (consulté le 13 février 2015)
  3. a et b (en) Gordon Rhea, « Why Non-Slaveholding Southerners Fought » [archive du ], sur Civil War Trust, Civil War Trust, (consulté le 21 mars 2011)
  4. (en) Henry L. Benning, « Speech of Henry Benning to the Virginia Convention », sur Proceedings of the Virginia State Convention of 1861,
  5. (en) Charles B. Dew, Apostles of Disunion (lire en ligne), p. 29
  6. (en) William R. Scaife et William Harris Bragg, Joe Brown's Pets: The Georgia Militia, 1862-1865, Mercer University Press, (ISBN 9780865548831, lire en ligne)
  7. (en) Joseph H. Parks, Joseph E. Brown of Georgia, Louisiana State University Press, (ISBN 9780807124659, lire en ligne)
  8. (en) David Seibert, « Georgians in the Union Army », sur GeorgiaInfo: an Online Georgia Almanac, Digital Library of Georgia (consulté le 14 novembre 2016)
  9. (en) The Georgia Historical Society, « Georgians in the Union Army » (consulté le 6 août 2015)
  10. « Rabun County Comprehensive Plan - Chapter 7 - Historical Cultural »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  11. a et b (en) Eric Foner, « The South's Inner Civil War: The more fiercely the Confederacy fought for its independence, the more bitterly divided it became. To fully understand the vast changes the war unleashed on the country, you must first understand the plight of the Southerners who didn't want secession », American Heritage, American Heritage Publishing Company, vol. 40, no 2,‎ , p. 2 (lire en ligne[archive du ])
  12. (en) Jonathan Dean Sarris, A Separate Civil War: Communities in Conflict in the Mountain South, Charlottesville and London, University of Virginia Press, (ISBN 0-8139-2549-5)
  13. (en) Jonathan D. Sarris, « Anatomy of an Atrocity: The Madden Branch Massacre and Guerrilla Warfare in North Georgia, 1861-1865 », The Georgia Historical Quarterly, vol. 77, no 4,‎ (lire en ligne)
  14. a et b (en) David Williams, Teresa Crisp Williams et David Carlson, Plain Folk in a Rich Man's War: Class and Dissent in Confederate Georgia, Gainesville, Florida, University of Florida Press, (ISBN 978-0813028361)
  15. (en) Clara Mildred Thompson, Reconstruction In Georgia: Economic, Social, Political 1865-1872, Columbia University Press, (lire en ligne)
  16. (en) Teresa Crisp Williams et David Williams, « 'The Women Rising': Cotton, Class, and Confederate Georgia's Rioting Women », Georgia Historical Quarterly, Georgia Historical Society, vol. 86, no 12,‎ (JSTOR 40584640)
  17. (en) Mark A. Weitz, A Higher Duty: Desertion among Georgia Troops during the Civil War, University of Nebraska Press, (ISBN 9780803298552, lire en ligne)
  18. (en) Mark V. Wetherington, Plain Folk's Fight: The Civil War and Reconstruction in Piney Woods Georgia, Chapel Hill, North Carolina, The University of North Carolina Press,
  19. (en) Robert F. Durden, The Gray and the Black: The Confederate Debate on Emancipation, Baton Rouge, Louisiana, Louisiana State University,
  20. (en) Howell Cobb, « Letter to James A. Seddon », (consulté le 8 mars 2016)
  21. (en) Andy Hall, « Real Confederates Didn't Know About Black Confederates » [archive du ], sur Dead Confederates: A Civil War Blog, WordPress, (consulté le 8 mars 2016)
  22. (en) Hugh Chisholm, Encyclopædia Britannica, Cambridge University Press, (lire en ligne[archive du ])
  23. (en) Kevin Levin, « The Most Pernicious Idea: 150 Years Later » [archive du ], sur Civil War Memory, (consulté le 9 janvier 2015)
  24. Clarence L. Mohr, On The Threshold of Freedom: Masters and Slaves in Civil War Georgia (LSU Press edition, 2001), pp. 283-284.[1]
  25. (en) Noah Andre Trudeau, Southern Storm: Sherman's March to the Sea, HarperCollins, (ISBN 9780061860102, lire en ligne)
  26. (en) Mark V. Wetherington, Plain Folk's Fight: The Civil War and Reconstruction in Piney Woods Georgia, University of North Carolina Press, (ISBN 9780807877043, lire en ligne)
  27. Chiffres de l'inflation aux États-Unis basé sur les données de la Federal Reserve Bank of Minneapolis Consumer Price Index (Estimate) 1800-. Dernière visite le 25 octobre 2016.
  28. (en) James M. McPherson, Drawn with the Sword:Reflections on the American Civil War: Reflections on the American Civil War, Oxford University Press, (ISBN 9780199727834, lire en ligne)
  29. (en) Lee Kennett, Marching through Georgia: The Story of Soldiers and Civilians During Sherman's Campaign, HarperCollins, (ISBN 9780062028990, lire en ligne)
  30. (en) Caroline Matheny Dillman, « Deportation of Roswell Mill Women », sur New Georgia Encyclopedia, (consulté le 30 août 2013)
  31. (en) Janice Hume et Amber Roessner, « Surviving Sherman's March: Press, Public Memory, and Georgia's Salvation Mythology », Journalism & Mass Communication Quarterly, Association for Education in Journalism & Mass Communication, vol. 86, no 1,‎ , p. 119–137 (DOI 10.1177/107769900908600108, lire en ligne)
  32. (en) « ACTS AND RESOLUTIONS OF THE GENERAL ASSEMBLY OF THE STATE OF GEORGIA 1935 » [doc], Georgia Legislative Documents, (consulté le 30 août 2013)
  33. (en) Jim Miles, Civil War Sites in Georgia, Thomas Nelson Incorporated, (ISBN 9781558539044, lire en ligne)

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Brady, Lisa M. Brady. War upon the Land: Military Strategy and the Transformation of Southern Landscapes during the American Civil War (University of Georgia Press, 2012)
  • Brown, Barry L. and Gordon R. Elwell. Crossroads of Conflict: A Guide to Civil War Sites in Georgia (2010)
  • Bryan, T. Conn. Confederate Georgia (1953), the standard scholarly survey
  • Davis, Stephen, What the Yankees Did to Us: Sherman's Bombardment and Wrecking of Atlanta. (Macon, GA: Mercer University Press, 2012). (ISBN 0881463981)
  • DeCredico, Mary A. Patriotism for Profit: Georgia's Urban Entrepreneurs and the Confederate War Effort (1990).
  • Ecelbarger, Gary The Day Dixie Died: The Battle of Atlanta (2010), (ISBN 978-0312563998).
  • Fowler, John D. and David B. Parker, eds. Breaking the Heartland: The Civil War in Georgia (2011)
  • Frank, Lisa Tendrich. The Civilian War: Confederate Women and Union Soldiers During Sherman's March (LSU Press, 2015)
  • Gourley, Bruce T. Diverging Loyalties: Baptists in Middle Georgia During the Civil War (2011)
  • Harrington, Hugh T. Civil War Milledgeville: Tales from the Confederate Capital of Georgia (2005)
  • Hill, Louise Biles. Joseph E. Brown and the Confederacy. (1972)
  • (en) Inscoe, John C., The Civil War in Georgia: A New Georgia Encyclopedia Companion, University of Georgia Press, (lire en ligne)
  • Johnson, Michael P. Toward A Patriarchal Republic: The Secession of Georgia (1977)
  • Jones, Charles Edgeworth (1909). Georgia in the War: 1861–1865. Augusta, Georgia: Foote and Davies.
  • Miles, Jim. To the Sea: A History and Tour Guide of the War in the West, Sherman's March Across Georgia and Through the Carolinas, 1864–1865 (2002)
  • Mohr, Clarence L. On the Threshold of Freedom: Masters and Slaves in Civil War Georgia (1986)
  • Parks, Joseph H. Joseph E. Brown of Georgia Louisiana State University Press (1977) 612 pages; Governor of Georgia
  • Savas, Theodore P., and David A. Woodbury. The Campaign for Atlanta and Sherman's March to the Sea Volume 1. Casemate Publishers, 2013, covers Atlanta campaign
  • Smith, Derek. Civil War Savannah. Savannah, Ga: Frederic C. Beil, 1997. (ISBN 0-913720-93-3).
  • Wallenstein, Peter. "Rich Man's War, Rich Man's Fight: Civil War and the Transformation of Public Finance in Georgia," Journal of Southern History (1984) 50#1 pp 15–42 in JSTOR
  • Wetherington, Mark V. Plain Folk's Fight: The Civil War and Reconstruction in Piney Woods Georgia (2009) excerpt and text search
  • Whelchel, Love Henry. Sherman's March and the Emergence of the Independent Black Church Movement: From Atlanta to the Sea to Emancipation (Palgrave Macmillan, 2014)
  • Whites, Lee Ann. The Civil War as a Crisis in Gender: Augusta, Georgia, 1860–1890 (2000) excerpt and text search

Sources primaires s[modifier | modifier le code]

  • Bailey, Anne J. and Walter J. Fraser. Portraits of Conflict: A Photographic History of Georgia in the Civil War (1996)
  • Myers, Robert Manson, ed. The Children of Pride: A True Story of Georgia and the Civil War (1972)
  • "Rebel Yell: The Civil War Diary of John Thomas Whatley, CSA", edited by John Wilson Cowart, is the diary of a confederate soldier whose work included preparing for the defense of Savannah, Georgia. The diary documents his life from March 2, 1862, till November 27, 1864.

Liens externes[modifier | modifier le code]