3rd Missouri Infantry (3 mois)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Troisième régiment d'infanterie des volontaires du Missouri

3rd Missouri Volunteer Infantry
(3 mois)
« Lyon's Fahnenwacht »
Image illustrative de l’article 3rd Missouri Infantry (3 mois)
Drapeau du Missouri

Création
Dissolution
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Branche Infanterie
Type Régiment
Surnom Lyon's Fahnenwacht (Lyon's Color Guard)[note 1]
Guerres Guerre de Sécession
Batailles
Commandant historique Franz Sigel

Le 3rd Missouri Volunteers émerge de l'une des unités de la milice officieuse pro-unioniste formées semi-secrètement à St. Louis dans les premiers mois de 1861 par le membre du congrès Francis Preston Blair, Jr et d'autres militants unionistes. L'organisation qui va devenir le troisième Missouri est en grande partie composée d'hommes d'origine germanique, qui sont généralement opposés à l'esclavage et fortement en faveur de la cause unioniste. Bien qu'initialement, sans statut officiel, commençant le , quatre régiments de la milice que Blair a aidé à organiser, entrent au service du fédéral à l'arsenal de St. Louis par ordre du capitaine John Schofield agissant sous l'autorité du président Lincoln[1],[note 2].

Lors de l'entrée en service fédéral, les membres du nouveau 3rd Missouri élisent Franz Sigel en tant que colonel du régiment[2]. Les nouveaux régiments de volontaires du Missouri choisissent par la suite (alors) le capitaine Nathaniel Lyon comme le général de la nouvelle brigade des volontaires du Missouri. Le président Lincoln confirmera ultérieurement la promotion de capitaine au grade de brigadier général de Lyon.

Le régiment, composé presque d'hommes entièrement d'origine allemande, est exceptionnellement grand, avec une dizaine de compagnies d'infanterie et deux compagnies de fusiliers.

Service[modifier | modifier le code]

Le , le 3rd Missouri sous les ordres du colonel Blair et du lieutenant-colonel Franz Hassendeubel[3] participe à l'arrestation de la milice de volontaires du Missouri s'entraînant au camp Jackson à Lindell Grove sur la frontière occidentale de la ville de St. Louis. Alors que les miliciens du Missouri retournent sous bonne garde à l'Arsenal, près de la rivière, une foule en colère s'attaque aux forces fédérales et la situation confuse dégénère rapidement en émeute et en échange de coups de feu. Plus de 27 personnes sont tuées et l'affaire du camp Jackson contribue à polariser l'État et à entraîner le Missouri sur le chemin de sa propre guerre civile interne.

Après le , le 3rd Missouri fait partie d'un mouvement complexe contre la garde de l'État du Missouri. La force, sous les ordres du brigadier général Lyon part jusqu'à la Rivière Missouri par bateau à vapeur, pour capturer la capitale de l'État à Jefferson City. Une deuxième brigade, composée des 3rd et 5th Missouri et deux batteries d'artillerie, se déplace dans le sud-ouest du Missouri, sous le commandement du colonel Sigel, pour isoler toute troupe de la garde de l'État de Missouri qui pourrait aller vers le sud, avant la progression de Lyon.

Le colonel Sigel amène sa force à Rolla, de là, à Springfield, dans le Missouri, arrivant le . Ils marchent sur Neosho (-) et sont contraints de se replier vers le Mt. Vernon face à une grande force de gardes de l'État. Deux compagnies du 3rd Missouri qui forment l'arrière-garde de Sigel sont capturées en couvrant la retraite.

Le , la force de Sigel de 1 100 hommes rencontre les 4 000 gardes de l'État (et 2 000 recrues non armées de la Garde) à la bataille de Carthage[note 3]. Confronté à la grande force des gardes, Sigel retraite en bon ordre dans Carthage et se dégage avec succès et retraite vers Sarcoxie dans la nuit.

Le 3rd Missouri rejoint la force du général de Lyon à Springfield, et participe à la bataille de Wilson's Creek le . Le 3rd Missouri fait de nouveau partie d'une brigade (avec le 5th Missouri) sous les ordres du colonel Sigel. La deuxième brigade de Sigel connaît d'abord un grand succès, attaquant la cavalerie confédérée sur le coin sud-est des camps méridionaux (à Sharp Farm). Après avoir repoussé ces troupes sudistes, Sigel stoppe sa brigade à travers la Wire Road, au-dessus de Skeeg's Branch (ruisseau). Cependant, Sigel positionne mal son artillerie (derrière la crête militaire de la crête) et met en garde ses hommes contre les tirs accidentels sur les troupes fédérales qu'il s'attend à voir progresser vers le sud par la Wire Road (le 1st Iowa Infantry est en uniforme gris). À ce stade, le brigadier général confédéré Ben McCulloch mène une attaque vers le sud par la Wire Road, avec le 3rd Louisiana Infantry respecté à l'avant. Les tirailleurs, les officiers et Sigel lui-même se méprennent prenant les troupes de Louisiane pour l'infanterie de l'Iowa d'infanterie, leur permettant d'avancer à bout portant, avant de tirer une terrible salve sur les troupes fédérales désorientées. Sigel crie : « ils font une erreur » alors que sa brigade est submergée.

La majorité du 3rd Missouri épuisé s'échappe, et rejoint finalement la force fédérale retraitant vers Springfield, et puis de nouveau vers Rolla. À partir de là, le régiment reçoit l'ordre de retourner à Saint-Louis pour être démobilisé.

L'ensemble des compagnies du régiment sont libérées du service le . Des éléments du 3rd Missouri Infantry (de 3 mois de service) sont incorporés dans le nouveau 3rd Missouri Infantry  (de 3 ans de Service) sous les ordres du colonel Isaac F. Shephard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les volontaires du 3rd Missouri Volunteers sont présentés avec les couleurs des États-Unis avec la devise « Lyon's Fahnenwacht » par une délégation de « ladies allemandes », Westliche Post,
  2. La désignation officielle des quatre premiers régiments organisés à l'arsenal de St. Louis Arsenal sont les 1st, 2nd, 3rd, et 4th Missouri Volunteers (3 mois de service).
  3. Cf. Ordre de bataille unioniste de Carthage

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis S. Gerteis, Civil War St. Louis, Lawrence, KS, University of Kansas Press, (ISBN 0-7006-1124-X), p. 94
  2. Rombaur, Robert Julius, The Union Cause in St. Louis in 1861, St. Louis, St. Louis Municipal Centennial Year, 1909, p380
  3. « Hassendeubel, Franz », Trans-Mississippi Theater (consulté le 9 septembre 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dyer, Frederick H. A Compendium of the War of the Rebellion (Des Moines, IA: Dyer Pub. Co.), 1908.
  • PD-icon.svg Cet article contient du texte dont le contenu se trouve dans le domaine public. Dyer, Frederick H. (1908). A Compendium of the War of the Rebellion. Des Moines, IA: Dyer Publishing Co.Dyer, Frederick H.PD-icon.svg Cet article contient du texte dont le contenu se trouve dans le domaine public. Dyer, Frederick H. (1908). A Compendium of the War of the Rebellion. Des Moines, IA: Dyer Publishing Co.
  • Piston, William Garrett and Richard W. Hatcher III, Wilson's Creek: The Second Battle of the Civil War and the Men Who Fought It. The University of North Carolina Press, 2000. (ISBN 978-0-8078-2515-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]