Louisiane durant la guerre de Sécession

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Avant la guerre de Sécession, la Louisiane est un État esclavagiste, où les esclaves afro-américains constituent la majorité de la population au cours de la période coloniale française et espagnole du XVIIIe siècle. Lorsque les États-unis acquièrent le territoire (1803) et que la Louisiane devient un État (1812), l'institution de l'esclavage est implantée. En 1860, 47 % de la population de l'État est réduit en esclavage, mais l'État a aussi l'une des plus grandes populations libres noires des États-Unis. Une grande partie de la population blanche, en particulier dans les villes, soutient le droits des États du Sud et l'esclavage, tandis que les poches de soutien pour les États-Unis et son gouvernement existent dans les zones plus rurales.

La Louisiane déclare faire sécession de l'Union, le . La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, la plus grande ville dans l'ensemble du Sud, est stratégiquement importante, en tant que ville portuaire la plus au sud sur le fleuve Mississippi et son accès au golfe du Mexique. Le département de la Guerre prévoit très tôt sa capture. La ville est prise par les forces de l'armée des États-Unis le . Parce qu'une grande partie de la population a des sympathies pour l'Union (ou des intérêts commerciaux compatibles), le gouvernement des États-Unis prend l'initiative inhabituelle de désigner les domaines de la Louisiane alors sous contrôle des États-Unis comme un État de l'Union, avec ses propres représentants élus au Congrès des États-Unis. Pour la dernière partie de la guerre, les États-Unis et la Confédération reconnaissent leur propre gouverneur de la Louisiane distinct[1].

Politique et stratégie en Louisiane[modifier | modifier le code]

Sécession[modifier | modifier le code]

Le , le gouverneur de Louisiane Thomas Overton Moore ordonne à la milice de Louisiane d'occuper l'arsenal des États-Unis, à Baton Rouge et les forts des États-Unis qui gardent la Nouvelle-Orléans, le fort Jackson et le fort Saint-Philippe. Un riche planteur et propriétaire d'esclaves, Moore réagit de manière agressive au vote de la sécession de la Louisiane hors de l'Union par une convention le . Seulement cinq pour cent de la population est représentée à la convention, et les actions militaires de l'État sont ordonnés avant l'établissement de la sécession - au mépris de la constitution de l'État qui réclame un référendum populaire pour établir une convention. Moore tente de justifier ces actions, en disant : « je ne pense pas que cela s'accorde avec l'honneur et le respect de soi de la Louisiane en tant qu'État esclavagiste de vivre sous le gouvernement d'un président républicain noir », utilisant une épithète pour les Républicains employée par de nombreux démocrates de l'époque.

Les stratégies avancées pour défendre la Louisiane et les autres États du Golfe de la Confédération sont en premier lieu l'idée du King cotton (roi coton) ; qu'un embargo officieux sur le coton vers l'Europe forcerait la Grande-Bretagne à utiliser sa marine pour intervenir dans la protection de la nouvelle Confédération. La deuxième est une flotte corsaire établie par l'émission de lettres de marque et de représailles par le président Jefferson Davis, qui doit nettoyer la mer de la marine des États-Unis et des navires de commerce, et dans le même temps de maintenir l'économie portuaire en plein essor de l'économie de la Louisiane. La troisième est une dépendance sur l'anneau des forts en maçonnerie d'avant guerre du troisième système de la défense côtière américaine, combinée avec une flotte de nouveaux cuirassés révolutionnaires, pour protéger de l'embouchure du Mississippi de la marine des États-Unis. Toutes ces stratégies sont des échecs[2].

En mars 1861, George Williamson, le commissaire du gouvernement de Louisiane, s'adresse à la convention de Sécession du Texas, où il appelle les États esclavagistes des États-Unis à déclarer la sécession de l'Union, afin de continuer à pratiquer l'esclavage :

« Avec la roue de l'équilibre social de l'esclavage pour réguler son mécanisme, nous pouvons encourager l'espoir que notre gouvernement du Sud sera perpétuel... La Louisiane regarde la formation de la confédération du Sud pour préserver les bienfaits de l'esclavage africain... »

— George Williamson, discours lors de la convention de Sécession du Texas, (mars 1861)[3]

.

Un artilleur de Louisiane donne ses raisons de son choix de combattre pour la Confédération, en déclarant que « je ne veux jamais voir le jour où un nègre sera mis sur un pied d'égalité avec un homme blanc. Il y a trop de nègres émancipés. . . maintenant selon moi, et encore moins s'il en a quatre millions de personnes »[4].

Plans de l'Union[modifier | modifier le code]

La réponse de l'Union au coup de force de Moore pour la sécession est incarnée par la conception stratégique d'Abraham Lincoln faisant du fleuve Mississippi « l'épine dorsale de la Rébellion ». Le contrôle de la rivière devient alors un objectif stratégique et politique, la plus grande ville de la Confédération contrôlée par l'Union, la Confédération se trouve scindée en deux. Conseillé par l'amiral David Dixon Porter, Lincoln se montre partisan d'une opération navale destinée à conquérir La Nouvelle-Orléans.

La Marine des États-Unis joue alors le rôle d'une force d'invasion et de moyen de transport des forces de l'Union, victorieusement le long du fleuve Mississippi et de ses affluents[5],[6].

Dirigeants célèbres de la guerre de Sécession de la Louisiane[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de dirigeants célèbres sont associés à la Louisiane pendant la guerre de Sécession, dont certains généraux supérieurs de l'armée confédérée, ainsi que plusieurs hommes qui dirigent des brigades et des divisions. Des résidents d'avant guerre de la Louisiane P. G. T. Beauregard, Braxton Bragg, et Richard Taylor commandent tous des armées indépendantes d'importance pendant la guerre. Les forces de Taylor ont été parmi les dernières armées confédérées actives sur le terrain vers la fin de la guerre[7].

Henry Watkins Allen commande une brigade au milieu de la guerre, avant de devenir le gouverneur confédéré de la Louisiane à partir de 1864-65. Randall L. Gibson, un autre commandant compétent de brigade, devient un sénateur des États-Unis après guerre en tant que démocrate. D'autres brigadiers notables comprennent Alfred Mouton (tué à la bataille de Mansfield), Harry T. Hays, Chatham Roberdeau Wheat (commandant des célèbres « Louisiana Tigers » de l'armée de Virginie du Nord), et Francis T. Nicholls (commandant de la « Pelican Brigade » jusqu'à ce qu'il perde son pied gauche à Chancellorsville). St. John Lidell est l'un des commandants de brigade éminents de l'armée du Tennessee[8],[9].

Henry Gray, un riche propriétaire d'une plantation de Bienville Paroisse, est brigadier général sous les ordres de Richard Taylor avant d'être élu au deuxième Congrès confédéré tard lors de la guerre. Leroy A. Stafford est parmi la poignée de généraux de Louisiane à être tués pendant la guerre. Albert Gallatin Blanchard est une rareté un général confédéré né dans le Massachusetts.

Le gouverneur Thomas Overton Moore, reste en fonction de 1860 jusqu'au début de 1864. Lorsque la guerre éclate, il fait vainement pression sur le gouvernement confédéré à Richmond pour une solide défense de la Nouvelle-Orléans. Deux jours avant que la ville se rende en avril 1862, Moore, et la législature abandonne Baton Rouge comme la capitale de l'État, la déplaçant à l'Opelousas en mai. Thomas Moore militaire organise la résistance au niveau de l’état, ordonne de brûler le coton, de cesser le commerce avec les forces de l'Union, et recrute massivement des troupes pour la milice de l'État[10].

Batailles en Louisiane[modifier | modifier le code]

Batailles en Louisiane pendant la guerre de Sécession.

Les batailles de la Louisiane ont tendance à être concentrées le long des cours d'eau importants, comme la campagne de la Red River.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Abréviations utilisées dans ces notes
Officiels de l'atlas : Atlas pour accompagner les documents officiels des armées de l'Union et confédérées.
ORA (documents officiels, armées) : War of the Rebellion: a compilation of the official records of the Union and Confederate Armies.
ORN (documents officiels, de la marine): documents officiels de l'Union et des Confédérés par les Marines dans la Guerre de la Rébellion.
  1. Hearn, Chester G. (1995) p. 1-9.
  2. Hearn, pp. 2-31.
  3. (en) E.W. Winkler, Journal of the Secession Convention of Texas, Texas, (lire en ligne)
  4. McPherson, James M. (1997).
  5. Chester G. Hearn, The Capture of New Orleans, 1862 (LSU Press, 1995)
  6. Johnson, Ludwell H. (1993). p. 10-78
  7. Hearn, pp. 22-31.
  8. Davis, William C. (1991) p. 166.
  9. Hearn, p. 129.
  10. Hearn, pp. 2-3.

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • (en) Ayres, Thomas. Dark and Bloody Ground: The Battle of Mansfield and the Forgotten Civil War in Louisiana (2001)
  • (en) Campbell, Anne (2007). Louisiana: The History of an American State. Clairmont Press. (ISBN 978-1567331356).
  • (en) Dew, Charles B. "Who Won the Secession Election in Louisiana?." Journal of Southern History (1970): 18-32. in JSTOR
  • (en) Dew, Charles B. "The Long Lost Returns: The Candidates and Their Totals in Louisiana's Secession Election." Louisiana History (1969): 353-369. in JSTOR
  • (en) Dimitry, John. Confederate Military History of Louisiana: Louisiana in the Civil War, 1861-1865 (2007)
  • (en) Dufrene, Dennis J. Civil War Baton Rouge, Port Hudson and Bayou Sara: Capturing the Mississippi. Charleston, South Carolina: The History Press, 2012. (ISBN 9781609493516).
  • (en) Hearn, Chester G. (1995). The Capture of New Orleans 1862. Louisiana State University Press. (ISBN 0-8071-1945-8).
  • (en) Hollandsworth Jr, James G. The Louisiana Native Guards: The Black Military Experience During the Civil War (LSU Press, 1995)
  • (en) Johnson, Ludwell H. Red River Campaign, Politics & Cotton in the Civil War Kent State University Press (1993). (ISBN 0-87338-486-5).
  • (en) Lathrop, Barnes F. "The Lafourche District in 1861-1862: A Problem in Local Defense." Louisiana History (1960) 1#2 pp: 99-129. in JSTOR
  • (en) McCrary, Peyton. Abraham Lincoln and Reconstruction: The Louisiana Experiment (1979)
  • (en) Peña, Christopher G. Touched by War: Battles Fought in the Lafourche District. Thibodaux, Louisiana: C.G.P. Press, 1998.
  • (en) Peña, Christopher G. Scarred By War: Civil War in Southeast Louisiana (2004)
  • (en) Pierson, Michael D. Mutiny at Fort Jackson: The Untold Story of the Fall of New Orleans (Univ of North Carolina Press, 2008)
  • (en) Ripley, C. Peter. Slaves and Freedmen in Civil War Louisiana (1976)
  • (en) Sledge, Christopher L. "The Union's Naval War in Louisiana, 1861-1863" (Army Command and General Staff College, 2006) online
  • (en) Winters, John D. The Civil War in Louisiana. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1963. (ISBN 0-8071-0834-0).
  • (en) Wooster, Ralph. "The Louisiana Secession Convention." Louisiana Historical Quarterly (1951) 34#1 pp: 103-133.
  • (en) Winters, John D. (1963). The Civil War in Louisiana. Baton Rouge: Louisiana State University Press. (ISBN 0-8071-0834-0).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]