Armée du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armée du Sud (homonymie).

Armée du Sud
Image illustrative de l’article Armée du Sud
Joseph E. Johnston

Création février 1865
Dissolution
Pays Drapeau des États confédérés d'Amérique États confédérés
Branche Infanterie
Guerres Guerre de Sécession
Commandant historique Joseph E. Johnston

L'armée du Sud est une armée de campagne confédérée active au cours des derniers mois de la guerre de Sécession. Formée à partir de plusieurs commandements confédérés lors de la campagne des Carolines, elle est engagée que dans une seule bataille, la bataille de Bentonville, en mars 1865. Durant le mois suivant, elle est réorganisée sous le nom d'armée du Tennessee.

Histoire[modifier | modifier le code]

En février 1865, les armées de l'Union commandées par William T. Sherman avancent vers le nord à travers les Carolines en direction de la Virginie. Elles sont opposées aux troupes du département de la Caroline du Sud, de la Géorgie et de la Floride, commandées par William J. Hardee, et à la cavalerie, commandée par Wade Hampton ; les deux sont sous le commandement du général P. G. T. Beauregard, commandant de la division militaire confédérée de l'Ouest. Toutefois, le président confédéré Jefferson Davis et le général en chef Robert E. Lee s'interrogent sur la capacité de Beauregard à gérer la situation dans les Carolines, donc le , Lee nomme le général Joseph E. Johnston au commandement des forces de la Confédération dans les Carolines[1].

Johnston établit son quartier général à Smithfield, en Caroline du Nord et nomme sa force « l'armée du Sud ». Elle se compose de quatre forces de campagne présentes en Caroline du Nord :

Johnston a un total de moins de 25 000 hommes, avec un minimum de 1 300 hommes, sans fusils et avec une pénurie d'artillerie et de wagons[2].

Johnston espère initialement concentrer ses forces à Fayetesville, en Caroline du Nord et attaquer une partie des forces de Sherman alors qu'il est en train de traverser la rivière Cap Fear. Mais Sherman se déplace plus rapidement que Johnston ne l'a anticipé et une autre force de l'Union progresse de Wilmington vers Goldsboro, qui est sur le flanc de Johnston. Johnston décide que rester à Fayetesville est trop risqué, il recule vers Smithfield pour concentrer son armée. Pendant ce temps, il continue de chercher une opportunité pour attaquer une partie isolée de la force de l'Union, en espérant écraser cette partie avant que le reste de la force de Sherman ne puisse l'atteindre[3].

Le , Hampton et Wheeler rapportent que les deux ailes de la force de Sherman sont séparées par une vingtaine de kilomètres (douzaine de milles) et une journée de marche l'une de l'autre. Johsnton décide de tirer avantage de la distance entre les ailes de l'Union et attaque l'aile de Henry W. Slocum près de Bentonville. Selon ses plans, la cavalerie de Hampton doit de ralentir l'avance de l'Union tandis que l'infanterie confédérée est déployée derrière eux ; il croit que s'il peut vaincre l'aile de Slocum et détruire le wagon de train de l'Union avec elle, il peut avoir une chance de vaincre le reste de l'armée de l'Union[4]. L'infanterie confédérée arrive à Bentonville le , avec le déploiement de la force de Bragg sur la gauche et l'armée du Tennessee de Stewart sur la droite ; en raison de cartes erronées, Hardee ne réussit pas à arriver jusqu'à la fin de la matinée et est donc utilisé comme une force de réserve. L'attaque frappe le XIV corps de l'Union et met en déroute deux divisions sur la gauche de l'Union ; la division de James D. Morgan sur la droite tient son terrain contre plusieurs attaques confédérées. Les unités de l'Union se rallient à proximité de Harper House et, renforcées par le XX corps, réussissent à tenir contre d'autres charges confédérées. L'autre aile de Sherman arrive pendant la nuit et est placée sur la droite de l'aile de Slocum ; Johnston refuse à son aile gauche de protéger sa ligne de retraite. Il reste à Bentonville pendant deux jours, en espérant que Sherman fasse un autre assaut coûteux comme lors de la bataille de Kennesaw Mountain, mais Sherman ne le fait pas[5].

Au cours de la nuit du , Johnston se retire à Smithfield et attend le prochain mouvement de Sherman. Pendant ce temps, il tente d'obtenir des armes et des vivres pour ses hommes. Le moral parmi les hommes commence à tomber au début d'avril, en raison de nouvelles des retraites confédérées et les redditions qui ont lieu ailleurs et les désertions commencent à devenir un problème, mais Johnston a encore environ 28 000 hommes présents pour le service à la fin mars, qui augmentent à 30 000 d'ici le . Du au , Johnston réorganise l'armée, consolidant des dizaines de régiments et brigades réduits, et formant avec des divisions en trois corps d'armée commandés par Hardee, Stewart et Lee. Plusieurs commandants sont relevés de leur commandement, y compris de Bragg, McLaws, et Taliaferro. Le force réorganisée est appelée armée du Tennessee[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bradley (1996), pp. 24–26, 28.
  2. Hughes, pp. 23-24, 26.
  3. Hughes, pp. 28–29.
  4. Hughes, pp. 42-47.
  5. Hughes, pp. 57-58, 83-92, 114-116, 165-172.
  6. Bradley (2000), 57-63, 80.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bradley, Mark L. Last Stand in the Carolinas: The Battle of Bentonville. Campbell, California: Savas Publishing Company, 1996. (ISBN 1-882810-02-3).
  • Bradley, Mark L. This Astounding Close: The Road to Bennett Place. Chapel Hill, North Carolina: University of North Carolina Press, 2000. (ISBN 0-8078-2565-4).
  • Hughes, Jr., Nathaniel Cheairs. Bentonville: The Final Battle of Sherman & Johnston. Chapel Hill, North Carolina: University of North Carolina Press, 1996. (ISBN 0-8078-2281-7).