Tonnerre (L9014)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tonnerre (homonymie).
Tonnerre
Image illustrative de l'article Tonnerre (L9014)
Le Tonnerre (L9014), dans l'Adriatique.

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Commanditaire Délégation générale pour l'armement
Lancement 26 juillet 2005
Mise en service 1er août 2007
Statut En service
Caractéristiques techniques
Type Bâtiment de projection et de commandement (Landing Helicopter Dock)
Navire-école
Longueur 199 mètres
Maître-bau 32 mètres
Tirant d'eau 6,2 mètres
Tirant d'air 64,3 mètres
Déplacement 16 500 tonnes (lège)
21 300 t (à pleine charge)
32 300 t (ballasté)
Propulsion 3 moteurs Diesel Wärtsilä 16V32 de 6,4 MW
1 moteur Diesel auxiliaire Wärtsilä 18V200 de 3,3 MW
2 pods Alstom Mermaid de 7 MW
Puissance Total 20 400 ch (15 MW)
Vitesse 18,8 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 systèmes de missiles sol-air SIMBAD
2 canons de 30 mm Breda-Mauser (en projet)
4 mitrailleuses Browning M2-HB de 12 7 mm
Aéronefs 16 hélicoptères stockés en hangar
Rayon d'action 10 800 miles à 18 nœuds, 19 800 miles à 15 nœuds
Autres caractéristiques
Électronique 1 système de commandement SIC 21 et de gestion de combat SENIT 9
2 radars de navigation Thales DRBN-38
1 radar tridimensionnel de veille air et surface Thales MRR-3 NG
1 détecteur radar ARBR-21 (prévu)
1 intercepteur-goniomètre de transmissions Elite
1 conduite de tir optronique Sagem Vigy
1 système de leurres anti-torpilles EuroSlat SLAT
Liaison 11
Liaison 16
récepteurs satellitaires Inmarsat, Syracuse III-A et -B, Fleetsatcom, RITA 2G
Brouilleurs Simplifiés Marine (BSM) (prévus)
Équipage 160 à 177 officiers, officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots ; possibilité d'embarquement de 450 marins ou 250 marins plus un état-major de 200 hommes
Chantier naval DCNS-Chantiers de l'Atlantique
Port d'attache Toulon
Indicatif L9014

Le Tonnerre (L9014) est un porte-hélicoptères d’assaut amphibie de la Marine nationale française de la classe Mistral. Son appellation OTAN est Landing Helicopter Dock (LHD). Au sein de la marine nationale, il est appelé bâtiment de projection et de commandement (BPC).

Il peut être intégré soit au groupe aéronaval français, soit à une NATO Response Force (force de réaction de l’OTAN) ou à des missions de maintien de la paix sous mandat de l’ONU ou dans le cadre de l’Union européenne.

Au total, la Marine nationale prévoit de se doter de trois autres bâtiments de ce type : le Mistral (L9013) qui a été admis au service actif en janvier 2006, le Dixmude (L9015), qui doit entrer en service en 2012[1], et un quatrième dont la date de construction n'a pas été fixée.

Construction[modifier | modifier le code]

À la DCN de Brest a lieu, le 13 décembre 2002, la découpe de la première tôle de la partie arrière du Tonnerre. De leur côté, les Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire découpent la première tôle de la partie avant du Tonnerre. Le premier bloc de la coque arrière du Tonnerre est mis en cale sèche le 26 août 2003.

Ces méthodes d’ingénierie marquent le début d’un renouveau de l’ingénierie navale militaire française puisque, à Brest comme à Saint-Nazaire, la construction se fait en parallèle et plus précisément face à face dans le même bassin, un ascenseur permettant l’accès rapide des ouvriers aux bâtiments.

La mise sur cale du premier bloc de la partie avant du Tonnerre a lieu le 5 mai 2004 et arrive à Brest le 2 mai 2005 pour jonction.

En accord avec le calendrier, le Tonnerre est mis à flot le 26 juillet 2005.

La livraison du Tonnerre, prévue respectivement au 1er trimestre 2006[2] est retardée de un an à un an ½ à cause de problèmes industriels survenus lors la mise au point du système SENIT 9 (DCN) et de détériorations rencontrées sur 8 000 m2 des planchers en linoleum de la partie avant (Chantiers de l'Atlantique).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Au sein de la Force d’action navale de la Marine nationale, le Mistral est le plus important bâtiment en tonnage après le porte-avions nucléaire (PAN, CVN selon l’OTAN) Charles-de-Gaulle, qu’il dépasse d’ailleurs en hauteur d’un mètre au niveau du pont d’envol. Déplaçant 21 300 tonnes à pleine charge, il a une longueur de 199 mètres, une largeur de 32 m et un tirant d’eau de 6,2 m.

Article détaillé : Classe Mistral.

Essais et exercices[modifier | modifier le code]

Vérification des capacités militaires[modifier | modifier le code]

Anciennement appelée traversée de longue durée (trois mois), la vérification des capacités militaires (VCM) a pour objectif de certifier les BPC à la conduite d’une opération amphibie.

La VCM du Tonnerre a eu lieu en mer Méditerranée, dans l’océan Atlantique et dans la mer des Caraïbes du 10 avril au 24 juillet 2007 (départ et retour à Toulon) et a compris des escales à Saint-Pierre-et-Miquelon (TOM, France) le 21 avril, à Halifax (Canada) du 23 au 27, à Norfolk (États-Unis) du 30 avril au 7 mai, à Fort-de-France (DOM, France) du 25 au 28, à Rio de Janeiro (Brésil) du 8 au 13 juin, au Cap (Afrique du Sud) du 25 au 30 et à Dakar (Sénégal) du 14 au 17 juillet.

Interopérabilité OTAN[modifier | modifier le code]

Le Tonnerre est certifié comme navire membre de la composante maritime (CATF) de la NATO Response Force (NRF) 8, leur permettant d’intervenir au sein d'une Combined Joint Task Force (CJTF). Le premier tour d’alerte de la France au sein de la NRF 8 (sous commandement espagnol avec participations anglaise et italienne) a débuté en janvier 2007 pour 6 mois. La Marine nationale a alors mis à disposition un état-major de commandement amphibie (Commander Amphibious Task Force (CATF) selon l’OTAN) et 8 bâtiments. Le prochain tour d’alerte de 6 mois de la France au sein de la NRF 10 est prévu le 1er janvier 2008, à l’issue des exercices Noble Midas[3] et Steadfast Jaw de l’OTAN. Selon le commandant René-Jean Crignola, « nous devons être capables de rassembler la force en 5 à 30 jours. »[4]

Exercices d’appontage d’aéronefs[modifier | modifier le code]

À peu près tous les types d’hélicoptères en service dans l’Armée française, soit ceux de l’Aviation légère de l'armée de terre (ALAT), de l’Armée de l'air et de la Marine nationale, ont apponté sur un BPC.

Le 19 avril 2007, un nombre indéterminé d’Eurocopter SA 330 Puma, Eurocopter L’AS-550/555 Fennec de la BA 365 (Martinique), un Eurocopter AS 565 SA Panther de la Marine appontent sur le Tonnerre ;

Le 10 mai 2007, un Sikorsky CH-53E Super Stallion de l’US Navy se pose sur son spot avant renforcé au large de Norfolk (États-Unis) ;

Le 30 juin 2007, un hélicoptère sud-africain de type Oryx (produit sous licence à partir du Puma) apponte sur le Tonnerre. Le 9 juillet, au large du golfe de Guinée, une dizaine d’hélicoptères de combat Gazelle et Cougar de l’ALAT et de l’armée de l’Air s’y posent et/ou déposent des hommes à la corde sur le pont dans le cadre de l’opération Licorne, découlant de la crise politico-militaire en Côte d'Ivoire ;

Le 12 septembre 2007, lors de l’exercice trimestriel Gabian qui met en œuvre les frégates Cassard (D614) et Jean Bart (D615) puis un E-3 F AWACS de l’armée de l’Air française, 6 hélicoptères Alouette III de la BAN de Hyères Le Palyvestre appontent simultanément sur le Tonnerre[5],[6] ;

Du 15 au 31 mai 2008 a lieu l'exercice franco-marocain Chebec 2008. Le Tonnerre, la frégate de surveillance Germinal (F735) de classe Floréal et son sistership Hassan II de la Marine royale marocaine et leurs hélicoptères s'entraînent notamment les 21 et 22 mai à proximité de Marseille à l’assistance aux victimes d’un tremblement de terre fictif. Les équipes de sauvetage-déblaiement et médicales des marins pompiers sont sollicitées[7] ;

En février 2009, un Sikorsky CH-53E Super Stallion et un AH-1 Cobra de l’US Navy se posent sur le Tonnerre au large de Norfolk (États-Unis) ;

Exercices amphibies[modifier | modifier le code]

Un exercice crucial avec la 2e flotte US se déroule du 9 au 11 mai 2007 au large de la base amphibie de Little Creek (la plus importante de ce type au monde), située à Virginia Beach (États-Unis). Kent Taylor, chef de programme du Naval Sea Systems Command de l’US Navy enradie et déradie à l’occasion un LCAC du Tonnerre et rappelle que « ce test d’interopérabilité avait été planifié durant la définition du navire, il y a plus de huit ans. »[8]

Un exercice de débarquement amphibie du Tonnerre a lieu le 24 mai 2007 en mer des Caraïbes sur la plage du Carbet en Martinique avec le 33e régiment d’infanterie de marine (RIMa) puis un autre, le 9 juillet, sur une zone lagunaire au large d’Abidjan (Côte d'Ivoire), avec des marins du bâtiment et des hommes du 43e bataillon d'infanterie de marine (43e BIMa).

Le 30 juin 2007, 144 hommes avec quelques véhicules d’un régiment d’infanterie motorisée de la (en)South African Army embarquent par TCD à bord du Tonnerre.

Du 1er au 16 octobre 2007, le Tonnerre est le navire amiral de l’exercice Noble Midas de l’OTAN, aux côtés de 40 bâtiments de surface dont les porte-aéronefs SPS Príncipe de Asturias et HMS Illustrious ainsi que les LHD San Giorgio et San Marco de classe San Giorgio, de 5 sous-marins et de 20 aéronefs provenant de 12 nations[9]. Le scénario met en scène « le Mapleland, qui borde la mer Adriatique, dans lequel le parti conservateur du pays (CPM) a l’intention de créer un nouvel état autonome, indépendant du Mapleland. Le gouvernement du Mapleland fait appel aux Nations unies pour empêcher le sud de son pays de faire sécession et obtenir le déploiement d’une force de maintien de la paix. En outre, les différents pays bordant le Mapleland craignent les impacts d’un développement du conflit dans plusieurs domaines : échanges commerciaux et perturbation économique, perturbation importante du trafic maritime en mer Adriatique. Devant la détérioration de la situation, les Nations unies votent une résolution donnant mandat à l’OTAN pour intervenir afin d’assurer le maintien de la paix dans la région[10],[11] ». Cet exercice a donné lieu à des déradiages et des enradiages d’EDIC et des opérations héliportées à terre.

Du 9 au 12 mai 2008, le Tonnerre participe avec le TCD Foudre et de l’aviso Commandant Ducuing (F795) à l'exercice ANVIL 08 organisé conjointement par la 6e brigade légère blindée (6e BLB) de Nîmes et la Force d'action navale (FAN) à Toulon. ANVIL 08 a pour but d’entraîner les forces (1 500 hommes de l’armée de terre et environ 1 000 marins) et les états-majors à des opérations amphibies de grande envergure en zone urbaine avec un débarquement sur les plages de Fréjus et une évacuation de ressortissants. Cet exercice s’inscrit en outre dans la perspective de la prise d’alerte de la NATO Response Force (NRF) assurée par la France en janvier 2010 ;

Le Tonnerre appareille de Toulon le 18 septembre 2008, fait escale à Lisbonne (Portugal) du 22 au 27 septembre 2008 pour une visite de représentation[12] puis à La Rochelle du 29 au 30, où il embarque 2 SA 341 F Gazelle et 2 SA.330B Puma du 1er Régiment d'Hélicoptères de Combat de l'ALAT et 72 véhicules et 300 hommes de la 9e brigade légère blindé d’infanterie de marine[13]. Ainsi gréé, il participe du 6 octobre au 17 octobre 2008 en compagnie des bâtiments-école Jaguar (A750) et Lion (A755) à l'exercice interallié (8 marines, dont la Royal Navy, la Composante Maritime belge, la Koninklijke Marine néerlandaise, la Marine royale danoise, l’US Navy) Joint Warrior 082[14] aux côtés de 29 bâtiments et 4 sous-marins, à Fastlane au nord-ouest de l'Écosse[15],[16]. À forte dominante amphibie, la manœuvre consistera à projeter des forces depuis la mer vers la terre, dans un contexte de gestion d’une crise armée dans une région sous menace terroriste. Des avions de patrouille maritime Dassault Atlantique ATL 2 participent également à l'exercice à partir de la base de Kinloss[17] ;

Le Tonnerre appareille de Toulon le 12 janvier 2009 pour participer du 3 au 15 février à un exercice amphibie américano-français (Composite Unit Training Exercise, COMPTUEX) au large de la base amphibie de Little Creek (Virginie). Y participent le LHD de la Cinquième flotte américaine USS Bataan de classe Wasp, le LPD USS Ponce de classe Austin, le LSD USS Fort McHenry de classe Whidbey Island, le croiseur USS Anzio de classe Ticonderoga, les destroyers USS Porter, USS James E. Williams, USS Carney, USS Cole et USS Bulkeley de classe Arleigh Burke, les frégates USS Carr, USS Doyle, USS Hawes, USS Kauffman, USS Nicholas et USS Simpson de classe Oliver Hazard Perry, la frégate française La Motte-Picquet, les sous-marins nucléaires d'attaque USS San Juan et USS Boise de classe Los Angeles et le pétrolier ravitailleur USS Kanawha[18]. À l'occasion, un LCAC est enradié et déradié du Tonnerre.

Autres exercices[modifier | modifier le code]

Le 19 juillet 2007 à 03h GMT, Le Tonnerre qui a reçu un appel du Maritime Regional Coordination Centre (MRCC) de Tenerife, îles Canaries (Espagne), infléchit sa route de 8 heures vers l’ouest à vitesse maximale et dépêche 2 Gazelles pour une mission de recherche et sauvetage de naufragés venus d’Afrique subsaharienne (Mauritanie), perdus dans des creux de 5 mètres et des vents de 80 km/h[19].

Le 23 octobre 2008, le Tonnerre participe avec la frégate Bayern de la Bundesmarine à un exercice au large de Zeebruges (Belgique)[20], en fait une journée de présentation au profit des ambassadeurs au Comité Politique et de Sécurité, ainsi que les représentants du Comité Militaire de l'Union européenne. L'objectif de cette journée est de présenter les capacités maritimes et aéroterrestres d'une force maritime européenne de réaction rapide en simulant notamment une opération d'évacuation et de prise en charge de ressortissants à bord d'un groupe amphibie européen (Belgique, France, Allemagne)[21],[22]. À l'issue, le Tonnerre fait escale à Cadix (Espagne) du 30 octobre au 4 novembre 2008 avant de regagner Toulon le 7 novembre.

Au 13 novembre 2013, le navire était en préparation opérationnelle à Toulon[23].

Opérations[modifier | modifier le code]

Mission Corymbe 92 (2008- )[modifier | modifier le code]

Du 9 janvier au 19 avril 2008, le Tonnerre participe à la mission Corymbe 92 dans le golfe de Guinée, où il remplace le Bougainville (L9077), présent dans la région depuis novembre 2007. Cette mission, « résolument orientée sur le soutien humanitaire et sur des actions de coopération concrète avec les pays de la région »[24] comprend des escales à Dakar (Sénégal) du 18 au 23 janvier, à Conakry (Guinée) du 25 au 27 janvier, à Dakar du 4 au 7 février puis du 19 au 25 à Lomé (Togo)[25], une escale technique à Dakar les 2 et 3 mars, des mouillages à Limbé (Cameroun) du 9 au 13 mars, à São Tomé (Sao Tomé-et-Principe) les 14 et 15 mars, à Libreville les 17 et 18 mars[26] puis à Port-Gentil (Gabon) du 22 au 24 mars, à Pointe-Noire (République du Congo) les 27 et 28 mars, Dakar (Sénégal) du 10 au 13 avril puis Toulon.

Le 29 janvier à l'aube, sur sollicitation du Centre européen d'analyse et d'opérations contre le trafic maritime de stupéfiants (Maritime Analysis Operation Center – Narcotics) en accord avec l'Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS), le Tonnerre intercepte 2,5 tonnes de cocaïne sur un bateau de pêche, à 520 km de Monrovia (Liberia) puis, le 7 février, 3,2 tonnes sur un cargo Ro-Ro à 300 kilomètres au sud-ouest de Conakry[27].

Article détaillé : Trafic de stupéfiant.

Du 19 au 22 février 2008, le Tonnerre participe à l'exercice Zio 2008 qui rassemble 5 sections représentant environ 1 200 militaires togolais, béninois et français visant à exfiltrer des ressortissants étrangers et des réfugiés menacés au « Monoland », territoire fictif où se déroulent les combats entre rebelles et armée loyaliste. L'assaut final contre les rebelles a lieu le 21 février près de Tsévié à environ 35 kilomètres de Lomé avec largage de parachutistes togolais d'un Transall de l'Armée de l'air française[28]. Cet exercice a pour but de préparer les troupes de ces pays qui seront déployées au Darfour dans le cadre de la Mission conjointe des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (Minuad). Le Tonnerre appareille de Toulon le 12 janvier 2009 pour un déploiement de deux mois et demi en Atlantique pour un exercice amphibie aux États-Unis. Sur son transit retour, le Tonnerre participe en février 2009 à la mission Corymbe, assurant la relève du transport de chalands de débarquement Foudre.

Intervention militaire de 2011 en Libye[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'opération Harmattan, nom de code de la participation français à l'intervention militaire de 2011 en Libye, un détachement d'hélicoptères composé, en août 2011, de 18 hélicoptères de l'ALAT (8 Gazelle Viviane/Hot, 2 Gazelle Canon, 2 Gazelle Mistral, deux Tigre et 4 SA330 Puma IMEX[29] provenant de toutes les différentes unités ALAT (1er RHC, 3e RHC, 5e RHC, etc.[30]) a été embarqué à bord du porte-hélicoptères d’assaut amphibie Tonnerre (L9014) le 17 mai après la décision officielle du président de projeter un groupe aéromobile sur un BPC, prise le 12 mai au soir[31].

Le Tonnerre est arrivé sur la zone d’opérations le 19 mai, et les hélicoptères ont été engagés à partir de la nuit du 3 au 4 juin 2011[32].Le groupe aéromobile est transféré entre le 12 et 14 juillet sur le Mistral (L9013).

Fin juillet 2011, la presse évoque le tir d'environ 250 Euromissile HOT par les Gazelle[33].

Le groupe aéromobile a effectué au 25 août 2011 au total une trentaine de raids impliquant généralement moins de dix hélicoptères tirant en moyenne une quinzaine de missiles HOT, environ 150 roquettes et autant d'obus de 30 mm, un Puma embarquant systématiquement une équipe du Commando parachutiste de l'air n° 30 pour aller récupérer immédiatement les équipages qui auraient été abattus[34], soit deux ou trois raids par semaine. Au total, 250 sorties opérationnelles ont été réalisées et 450 objectifs été traités[35].

Autour du navire[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Son fanion est décoré de la Croix de la Valeur militaire avec 1 palme pour sa participation aux opérations Licorne et Harmattan au large de la Côte d'Ivoire et de la Libye [36].

Histoire et traditions[modifier | modifier le code]

Les bâtiments ayant porté le nom de Tonnerre[modifier | modifier le code]

Du XVIIe siècle à aujourd’hui, pas moins de neuf navires de la Royale ont porté le nom de Tonnerre, essentiellement des navires à voile de petit à moyen tonnage. Du XIXe siècle au XXe siècle, le 1er des six bâtiments garde-côtes cuirassé Type 1872 porte ce nom, comme le chaland de débarquement Foudre, qui participe à la guerre d'Indochine et sera rebaptisé Tonnerre quelques années avant son décommissionnement à la moitié des années 1950.

Héraldique[modifier | modifier le code]

L’écusson du Tonnerre est un motif circulaire représentant sur fond indigo un dragon japonais à trois orteils aux yeux et fibrisses dorés, surplombant le navire vu de proue battant les flots. L’inscription, sommée en lettres capitales de couleur or, est entourée d’un cordage de même teinte, qui englobe l’insigne de la Légion étrangère accompagné d’éclairs. Limoges, qui était la ville marraine du TCD Orage, aujourd'hui désarmée, a pour filleul le BPC Tonnerre.

Culture[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Perchoc, Renaissance navale : les nouveaux navires de surface français, Marines éditions, Brest, 2007 (ISBN 978-2915379907)
    Ouvrage utile.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.defense.gouv.fr/marine/base/breves/apres_le_mistral_et_le_tonnerre_le_dixmude
  2. Communiqué de presse de DCN du 13 décembre 2002 [lire en ligne][PDF]
  3. Cet exercice a été l’occasion de mettre en œuvre « la liaison 16 et la cellule SECSAT, qui est chargée du contrôle opérationnel des sous-marins », selon Étienne Gaillard, « Un équipage du Tonnerre », dans Cols bleus (ISSN 0010-1834), no 2847 (10 novembre 2007) [lire en ligne]
  4. Christina Mackenzie, « HLD Proves Large Naval HQ Can Be Embarked » dans Aviation Week (18 octobre 2007) [lire en ligne]
  5. Brève du ministère français de la Défense du 19 septembre 2007 [lire en ligne]
  6. « Emploi du temps chargé pour la FAN », dans Cols bleus (ISSN 0010-1834), no 2842 (29 septembre 2007) [lire en ligne]
  7. Communiqué de presse du ministère de la Défense français [lire en ligne]
  8. Communiqué de presse de l’OTAN du 14 mai 2007 [lire en ligne]
  9. France, Bulgarie, Allemagne, Grèce, Italie, Pays-Bas, Norvège, Roumanie, Espagne, Turquie, Royaume-Uni, États-Unis
  10. Dossier de presse du ministère de la Défense français [lire en ligne]
  11. Bernard Bombeau, « L’OTAN embarque sur le Tonnerre », dans Air & Cosmos (ISSN 1240-3113), no 2096 (19 octobre 2007)
  12. Notamment d'une délégation du Centre d'opération et d'analyse maritime de lutte contre le trafic de drogue
  13. (fr) « Le Tonnerre fait halte à la Rochelle », sur defense.gouv.fr, Ministère de la Défense (France) (consulté le 3 octobre 2008)
  14. (en) « Exercise Joint Warrior 2008 », sur raf.mod.uk, Royal Air Force (consulté le 7 octobre 2008)
  15. (en) « Scotland prepares for Joint Warrior », sur mod.uk, Ministère de la Défense (Royaume-Uni),‎ 26 septembre 2008 (consulté le 2 octobre 2008)
  16. (fr) « Exercice Joint Warrior 082 vu du BPC Tonnerre, jour après jour », sur defense.gouv.fr, Ministère de la Défense (France),‎ 14 octobre 2008 (consulté le 14 octobre 2008)
  17. (en)Steven Cookson, « Overseas aircraft to join up with the Nimrod Force, French and US planes at Moray war games base », The Press and Journal,‎ 3 octobre 2008 (lire en ligne)
  18. (en)« French ships to arrive Tuesday to train with sailors, Marines », The Virginian Pilot,‎ 26 janvier 2009 (lire en ligne)
  19. Brève du ministère de la Défense français du 20 juillet 2007 [lire en ligne]
  20. Selon le site Sea Waves [lire en ligne]
  21. (fr) « Un impressionnant navire français en visite à Zeebrugge », sur levif.be, Le Vif/L'Express,‎ 20 octobre 2008 (consulté le 21 octobre 2008)
  22. (fr) « Le BPC Tonnerre... de Toulon à Zeebrugge », sur defense.gouv.fr, Ministère de la Défense français,‎ 22 octobre 2008 (consulté le 22 octobre 2008)
  23. Cols bleus, le magazine de la Marine Nationale no 3023 du 23 novembre 2013 pages 4 et 5
  24. Brève du ministère de la Défense français [lire en ligne]
  25. Communiqué de presse de l'Agence de presse africaine du 17 février 2008 [lire en ligne]
  26. Un exercice, dit Zalang (« Tonnerre » en dialecte fang) est mené du 19 au 21 mars 2008 afin de coordonner une opération aéroportée et amphibie de 220 commandos-parachutistes visant à sécuriser l'aéroport de Port-Gentil et neutraliser des « factions rebelles », selon Étienne Gaillard, « Tonnerre sur Mangrove», dans Cols bleus (ISSN 0010-1834), no 2869 (17 mai 2008)
  27. Dossier de la Préfecture maritime de l'Atlantique du 30 janvier 2008 [lire en ligne]
  28. Communiqué de presse du ministère des Affaires étrangères et de l'intégration régionale togolais du 19 février 2008 [lire en ligne]
  29. « Guerre en Libye », Navire & Histoire, vol. 67,‎ août/septembre 2011, p. 67
  30. Patrick Forestier, « Libye : les Tigre attaquent », Paris Match,‎ 16 juin 2011 (consulté le 21 août 2011)
  31. Jean-Dominique Merchet, « Libye : les hélicoptères de l'ALAT ont-ils été en retard ? », Secret Défense,‎ 24 août 2011 (consulté le 24 août 2011)
  32. « Libye : engagement des hélicoptères français depuis le BPC Tonnerre », État-major des armées,‎ 7 juin 2011 (consulté le 21 août 2011)
  33. Nathalie Guibert, « L'ALAT en Libye : Près de deux mois de frappes intensives », Le Monde,‎ 27 juillet 2011
  34. Jean-Dominique Merchet, « Libye : "Ces chiens de Français..." », Secret Défense,‎ 1er septembre 2011 (consulté le 1er septembre 2011)
  35. Jean-Dominique Merchet, « Libye : les hélicos de l'Alat ont effectué une trentaine de raids », Secret Défense,‎ 25 août 2011 (consulté le 26 août 2011)
  36. Attribution de Croix de la valeur militaire
  37. Actualités ESAG Penninghen.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :