Marine égyptienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pavillon de la marine égyptienne

La marine égyptienne est l'ensemble des forces navales de l'Égypte, et la composante la plus faible des Forces armées égyptiennes. Elle assure la protection des 2 000 kilomètres de côtes de l'Égypte sur la mer Méditerranée et la mer Rouge, et le contrôle du canal de Suez.

Historique[modifier | modifier le code]

Le destroyer d'escorte Ibrahim al-Awwal touché par la marine française puis capturé par les forces Israéliennes durant la crise de Suez.

Le 22 octobre 1948 pendant la guerre d'indépendance d'Israël, durant la bataille d'El-Magdel, un canot israélien rempli d'explosifs frappe au large Ashdod la frégate Emir Farouk, navire amiral de la Marine égyptienne, qui coule corps et biens en quatre minutes.

Durant la crise de Suez, dans la nuit le 29 et 30 octobre 1956, l'escorteur d'escadre Kersaint de la marine nationale française engage le combat contre destroyer égyptien Ibrahim el Awal au large l'Haïfa. L’escorteur français sort victorieux de cette confrontation en tirant 65 coups de 127 mm tirs d’artillerie dont seulement cinq ont touché le bâtiment égyptien. Celui-ci est ensuite attaqué par l'aviation puis la marine israélienne qui réussissent à le capturer le 30 octobre.

La présence de la Sixième flotte des États-Unis à Alexandrie, officiellement envoyée afin d’évacuer les ressortissants étrangers présents, a empêché le bombardement de la flotte égyptienne par la flotte franco-britannique comprenant cinq porte-avions (dont les français Arromanches et La Fayette).

Le 2 novembre 1956, le destroyer El-Nasr et l'escorteur Tarek tentèrent de s'approcher de l’Arromanches mais durent à leur tour faire retraite derrière un rideau de fumée pour échapper à l'aviation[1],[2].

La première attaque de missiles antinavire a eu lieu le 21 octobre 1967 vers 17 h 30 lorsque deux missiles P-15 Termit (code OTAN : SS-N-2 Styx) tiré par une vedette lance-missiles de classe Komar de la marine égyptienne tiré depuis le port de Port-Saïd touchèrent le destroyer Eilat de la marine israélienne à 14,5 milles marins de distance. Une autre salve de deux missiles tiré par une seconde vedette acheva le destroyer une heure et quart après le premier tir.

Le 9 octobre 1973 pendant la bataille de Damiette lors guerre du Kippour, trois patrouilleurs lance-missile de classe Osa I furent coulés par la marine israélienne.

Flotte[modifier | modifier le code]

En 2001, elle compte 18 500 hommes (dont 2 000 dans les gardes-côtes) et sa flotte totalisent 40 430 tonnes[3].

Frégates[modifier | modifier le code]

Corvettes[modifier | modifier le code]

  • 2 corvettes lance-missiles de la classe El Suez qui sont en fait des Descubierta espagnoles
  • 4 corvettes Classe Gowind de 2 400 tonnes auraient été commandé à la France début 2014[4].

Patrouilleurs[modifier | modifier le code]

Vedettes rapides[modifier | modifier le code]

Auxiliaires[modifier | modifier le code]

Sous-marins classiques[modifier | modifier le code]

  • 4 Sous-Marins de type U-209 allemands
  • 4 Sous-Marins de la Classe Roméo russes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) 1956 - Suez, Ciel de Gloire
  2. (en) Peter B. Mersky, From the flight deck: an anthology of the best writing on carrier warfare, Wing over Suez, p. 199 et suite
  3. Bernard Prézelin, Les Flottes de combat 2002, Rennes, Éditions maritimes et d'outre-mer,‎ novembre 2001, 1153 p. (ISBN 2-7373-2887-X), p. 334
  4. Michel Cabirol, « Armement : DCNS décroche un contrat de 1 milliard d'euros en Egypte », sur La Tribune,‎ 3 juin 2014 (consulté le 4 juin 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]