Zeebruges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zeebruges
(nl) Zeebrugge
Église de Zeebruges
Église de Zeebruges
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Occidentale
Arrondissement Bruges
Commune Bruges
Géographie
Coordonnées 51° 20′ N 3° 12′ E / 51.33, 3.251° 20′ Nord 3° 12′ Est / 51.33, 3.2  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Flandre-Occidentale

Voir sur la carte administrative de Flandre-Occidentale
City locator 14.svg
Zeebruges

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Zeebruges

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Zeebruges

Zeebruges [ze.'bʁyʒ ] (en néerlandais : Zeebrugge [zeː.'brʏ.ʝə ]) est une localité belge appartenant à la ville de Bruges, située sur la côte belge, dans la province de Flandre-Occidentale en Région flamande.

La localité est connue pour son port maritime et sa base navale situées au bord de la mer du Nord, à proximité de la Manche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Zeebruges au nord de Bruges, sur la côte belge. Zeebruges étant relié à Bruges par le canal Baudouin.

Situation[modifier | modifier le code]

Zeebruges est située à quelques kilomètres au nord de Bruges, le long de la mer du Nord.

La localité est située dans la région des polders, qui était anciennement recouverte par la mer.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Zeebruges (en néerlandais Zeebrugge) vient du néerlandais zee qui veut dire mer et Bruges, nom francophone de la ville de Bruges (Brugge en néerlandais). En effet, Bruges était, au Moyen Âge, un grand port de commerce, ce qui fit d'ailleurs sa réputation et sa richesse. Mais le niveau de la mer baissa quelque peu et puisque les terres aux alentours sont plates (ce sont les polders), cela s'est traduit par un recul très net des eaux, privant Bruges de son accès maritime par le Zwin (et donc de sa principale source de revenus). Décision fut donc prise de construire un nouveau port là où la mer s'était « arrêtée », ainsi naquit Zeebruges, ou « Bruges-sur-Mer. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Zeebruges n'a jamais été une commune. En vue de créer Zeebruges, pour donner un port nouveau à la ville de Bruges, les terres nécessaires ont été annexées à la ville de Bruges en 1901. Le port devint réalité en 1907.

Il a été marqué par les deux guerres mondiales. Donnant à la fois l'accès de Bruges vers la Manche au sud et la mer du Nord. Il a été, lors de la Première Guerre mondiale, un enjeu stratégique pour les Allemands comme pour les Alliés, ce qui a justifié la bataille de l'Yser. L'armée allemande y avait de plus installé l'une de ses bases de sous-marins[1], Sur la jetée ouest, le St. George Memorial commémore la bataille de Zeebruges (23 avril 1918) lors de laquelle la Royal Navy détruisit la base des sous-marins allemande. Le port conserve d'ailleurs encore de cette époque un dangereux dépôt immergé de munitions.

Le port[modifier | modifier le code]

Le port de Zeebruges accueille aussi bien des navires de croisière, que des navires de commerce ainsi qu'une base navale de la marine belge et reste le premier port de pêche du Royaume.
Article détaillé : Port de Bruges-Zeebruges.

Après la Seconde Guerre mondiale, le port a renforcé son importance commerciale. Il est depuis la base de départ d'un important trafic maritime, notamment par ferry, en direction de l'Angleterre.

Le port de pêche est encore le premier port belge pour le tonnage débarqué de poissons et crevettes, avec une criée située dans l’arrière-port récemment modernisée.

Le port de plaisance (Omookaai) abrite une centaine de voiliers et bateaux à moteurs. Un sous-marin soviétique de classe Foxtrot de 100 mètres de long (75 hommes d’équipage) peut être visité dans un parc à thème (Seafront).

Zeebruges est aussi un port important en terme énergétique, puisqu'il dispose maintenant d'un terminal gazier maritime (accueil de méthaniers). Il fait néanmoins partie des ports qui sont vulnérables au risque de montée des océans.

Enfin, Zeebruges abrite l'unique base navale de la marine belge : la base navale de Zeebruges, où sont ancrés la plupart des navires de la flotte, dont les deux frégates Léopold Ier et Louise-Marie.

Réseau routier et de canaux[modifier | modifier le code]

Le canal Baudouin relie Zeebruges au réseau navigable intérieur belge (via Bruges) et au-delà aux réseaux néerlandais et français.
Zeebruges est reliée aux réseaux autoroutiers belge et européen.
Ces infrastructures contribuent à la fragmentation écologique de la région et pour les autoroutes au phénomène dit de pollution lumineuse.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Zeebruges est une des stations balnéaires de la côte belge, qui fut célèbre, jusqu'il y a peu, pour ses festivals de sculpture sur sable.

Sur 20 000 mètres carrés, le Seafront déroule l'histoire du premier port de pêche belge. En prime, les visites d'un chalutier, d'un bateau-phare ou encore d'un sous-marin soviétique de classe Foxtrot.

La catastrophe du Herald of Free Enterprise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Herald of Free Enterprise.

Le 6 mars 1987, le ferry britannique Herald of Free Enterprise, de la compagnie Townsend Thoresen, qui assurait la liaison entre zeebruges et Douvres (en Angleterre), prend l'eau juste à la sortie du port, en raison d'une porte mal fermée, qui l'a rendu instable. 189 passagers périssent dans le naufrage qui fut l'un des pires de l'histoire maritime belge.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L. Dumont-Wilden, 'Le Secteur des Dunes' La Belgique et le front de l'Yser. Revue Le Pays de France n° 146, 2 août 1917.
  2. Michel Nihoul, l’exilé, par Fréderic Delepierre, p. 24, jeudi 5 juillet 2012, Le Soir

Lien externe[modifier | modifier le code]