Inmarsat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Inmarsat plc

Création 1979
Personnages clés Andrew Sukawaty (Chairman); Rupert Pearce (CEO)
Siège social Drapeau de Grande-Bretagne Londres (Royaume-Uni)
Activité Satellite de télécommunications
Site web www.inmarsat.com
Chiffre d’affaires US$1,408.5 million (2011)[1]
Résultat net US$249.5 million (2011)[1]
Inmarsat3

Inmarsat (pour International maritime satellite organization) est une compagnie de télécommunication. Inmarsat était au départ une organisation internationale fondée en 1979. Elle a été privatisée en avril 1999. Cotée à la Bourse de Londres, elle est présente dans l'indice FTSE 250.

Inmarsat exploite 11 satellites, assurant les fonctions téléphonie, données, télex et télécopie par l'intermédiaire de 37 stations terrestres. Il reste à l'heure actuelle des satellites de trois générations en opération : Inmarsat 2 (quatre satellites), Inmarsat 3 (4 satellites) et Inmarsat 4 (trois satellites). Inmarsat a annoncé travailler avec Boeing sur une nouvelle génération (Inmarsat 5) qui exploitera la bande de fréquences Ka et qui permettrait de fournir des débits bien supérieurs à ceux actuels (jusqu'à 50 Mbits/s) à l'horizon 2014.

Plusieurs systèmes sont disponibles :

  • A (analogique)
  • B (premier système numérique)
  • C (version miniaturisée n'assurant pas la voix) et Mini-C
  • D+ (version miniaturisée conçue principalement pour les alertes)
  • M et Mini-M
  • ClassicAero
  • GAN
  • BGAN (Pour stations mobiles autres que maritimes)
Couverture satellite Inmarsat-3
Téléphone satellite Inmarsat

Le système Inmarsat utilise des satellites géostationnaires, il offre des systèmes qui sont approuvés pour le SMDSM, mais aussi d'autres non approuvés pour ce système mais facilitant les communications commerciales et privées. Il est composé de : satellites, stations terrestres (LES et LESO), stations mobiles (MES). Il fournit aux stations mobiles un confort de communication proche de celui à terre, chaque système ayant ses particularités et son coût.

Le segment spatial[modifier | modifier le code]

Inmarsat exploite exclusivement des satellites en orbite géostationnaire, c’est-à-dire qui se déplacent exactement à la même vitesse de rotation que la terre.

Inmarsat-3[modifier | modifier le code]

La constellation Inmarsat-3 est composee de 4 satellites :

  • F1 : Océan Indien (IOR) - 64 degrés Est
  • F2 : Océan Atlantique Est (AOR-E) - 15.5 degrés Ouest
  • F3 : Océan Pacifique (POR) - 178 degrés Est
  • F4 : Océan Atlantique Ouest (AOR-W) - 54 degrés Ouest

Un cinquième satellite Inmarsat-3 (F5) situé à une longitude de 25 degrés Est existe, mais ne possède qu'une capacité limitée et n'est utilisé que pour des cas très spéciaux. Il couvre la zone Europe - Moyen-Orient - Afrique.

Inmarsat-4[modifier | modifier le code]

La constellation Inmarsat-4 est composée de trois satellites :

  • F1 : Asie - Pacifique (APAC) - 143.5 degres Est
  • F2 : Europe - Moyen orient - Afrique (EMEA) - 25 degres Est
  • F3 : Amerique (AMER) - 98 degres Ouest

Le segment terrestre[modifier | modifier le code]

Le segment terrestre comprend un réseau global de LES (Land Earth Station), de NCS (Network Coordination Station), et de NOC (Network Operation Center).

Les LES réparties dans le monde entier sont en contact avec les satellites et avec le réseau de télécommunication terrestre. Elles forment le lien. Chaque système (A, B, C etc.) a son réseau particulier de LES. Les NOC (une principale et une réserve par région) coordonnent le trafic.

Le domaine mobile[modifier | modifier le code]

Il s'agit des stations mobiles terrestres, émetteurs récepteurs: Avions, Navires, etc.

Systèmes[modifier | modifier le code]

Système A[modifier | modifier le code]

Le plus ancien, il a été supprimé le 31 décembre 2007. Il consistait en une antenne parabolique directionnelle stabilisée et une unité centrale, couplée généralement à un ordinateur, un combiné téléphonique et un facsimilé. Il était également fourni avec un système de génération d'alerte de détresse.

Système B[modifier | modifier le code]

Haute qualité il a bénéficié de l'expérience du système A. Inmarsat B a été le premier service de télécommunication numérique maritime, lancé en 1993. Il transmet phonie, telex, fac-simile et données à des vitesses allant de 9,6 kbit/s à 64 kbit/s, il est compatible SMDSM.

Système C[modifier | modifier le code]

Petit, beaucoup moins cher, mais ne possède pas de possibilité de téléphonie. Vitesse limitée à 600 bits/s, son antenne est omnidirectionnelle et de petite taille. Il inclut une carte de positionnement par satellite. Inmarsat C est le plus petit système conforme au système mondial de détresse et de sécurité en mer.

Système Mini-C[modifier | modifier le code]

Le système est très petit et a une consommation électrique très faible, il cible les petits navires. Il est compatible avec le dernier système SSAS qui concerne l'alerte silencieuse en cas de piraterie.

Système D+[modifier | modifier le code]

Inmarsat D+ est le dernier petit système sorti. Il inclut un système de positionnement par satellite et est étudié principalement pour le SSAS

  • Applications :
    • données
    • SSAS

Système M[modifier | modifier le code]

Inmarsat M fournit la voix et une vitesse de 2,4 kbit/s, son antenne est de taille moyenne.

  • Applications :
    • phonie
    • données
    • fac-simile

Système mini-M[modifier | modifier le code]

C'est le plus petit système qui offre voix, fax et data à une vitesse allant jusqu'à 2,4 kbit/s, sa couverture mondiale n'est pas complète. La transmission de la voix, bien que compressée, est de qualité moyenne.

Système ClassicAero[modifier | modifier le code]

C'est un système réservé au monde aéronautique. Il fournit des services de téléphonie et de données bas débit à bord des aéronefs. Le système fournit plusieurs niveaux de priorité ce qui lui vaut d'être certifié par les autorités aériennes (ICAO) pour les communications d'urgence du cockpit. Un système ClassicAero peut fournir jusqu'à 7 canaux. Un des canaux est systématiquement utilisé pour l'enregistrement du terminal au réseau satellite. Les autres canaux peuvent être utilisés au choix pour passer un appel voix, ou pour transmettre des données à bas débit, la plupart du temps pour le système ACARS, lorsque l'avion est hors de portée du réseau VHF. C'est le système qui est utilisé par la plupart des téléphones qui sont disponibles en cabine dans les avions de ligne.

Le système se décline en 4 types selon l'installation (principalement le type d'antenne) :

  • Aero-L : Antenne Low-Gain, pas de voix, données jusqu'à 1.2kb/s
  • Aero-I : Antenne Intermediate-Gain, multiples canaux voix et données jusqu'à 4.8kb/s
  • Aero-H : Antenne High-Gain, multiples canaux voix et données jusqu'à 10.5kb/s
  • Aero-H+ : Comme Aero-H mais à cout moindre, car utilise des ressources satellites locales alors qu'Aero-H utilise une ressource globale

Le service ClassicAero est fourni par les satellites I-3 et aussi par les satellites I-4, soit un total de 7 satellites.

L'identifiant d'un terminal ClassicAero est directement dérivé de l'immatriculation de l'avion (plus précisément son code ICAO, ou Mode-S) sous sa forme octale. Le numéro de téléphone permettant de joindre un terminal ClassicAero est également directement dérivé de cet identifiant. Ainsi il est possible d'appeler tout avion équipé d'un système ClassicAero en composant le numéro :

+870 5 <code ICAO en octal>

Système GAN[modifier | modifier le code]

Le système GAN fournit 3 principaux services :

  • Téléphonie : Possibilité de placer des appels voix du même type que ceux du système mini-M
  • Mobile ISDN : Le système fournit une liaison de type ISDN (64kb/s full duplex garantis) permettant de placer des appels voix de haute qualité, ou des appels données via un modem ISDN
  • Mobile Packet Data : Souvent appelé MPDS, ce service fournit un canal de données à débit partagé de 64kb/s.

Le service GAN est fourni uniquement par les satellites I-3, soit un total de 4 satellites.

Le système GAN possède plusieurs dénominations commerciales :

GAN ou M4[modifier | modifier le code]

C'est le nom du service lorsqu'il est appliqué à des terminaux terrestres mobiles. Principalement utilisés par les militaires et les journalistes ayant besoin de communiquer sans dépendre d'infrastructures locales. Les terminaux GAN se présentent sous la forme d'un assez gros téléphone avec sa base, accompagné d'une antenne et fonctionnant avec une batterie.

Système Fleet F77[modifier | modifier le code]

Ce système est la plus complète des solutions basées sur GAN pour le marché maritime. C'est le premier qui fournisse 4 niveaux de priorité d'appels : Détresse (P3) – Urgence (P2) – Sécurité (P1) – Routine (P0). Les autorités SAR peuvent à travers ce système joindre une station mobile même si cette dernière est déjà en communication en niveau "routine". Sa vitesse de transfert est de 128 kbit/s

  • Applications :
    • données
    • Internet
    • Messagerie électronique
    • fac-simile
    • SMS texte
    • phonie
    • vidéoconférence
    • prévisions météo
    • télémédecine
    • SMDSM

Fleet F55[modifier | modifier le code]

Ce système est également destiné au marché maritime. C'est une réduction du F77, son antenne est de plus petite dimension, non approuvé SMDSM. La vitesse est limitée à 64 kbit/s.

Fleet F33[modifier | modifier le code]

Ce système est également destiné au marché maritime. C'est une deuxième réduction de F77, la vitesse est réduite à 9,6 kbit/s. L'équipement diminue en taille que ce soit l'antenne ou l'équipement de passerelle. Non approuvé SMDSM.

  • Applications :

Swift64[modifier | modifier le code]

Swift64 est le nom de la technique Inmarsat GAN pour le marché aéronautique. Il fournit un canal circuit de 64kb/s. Inmarsat autorise jusqu'à 4 canaux Swift64 par aéronef, ce qui permet des connexions ISDN agrégées jusqu'à 256kb/s

  • Applications :
    • données
    • Internet
    • phonie
    • fax

Compte tenu du coût élevé, ce système n'est pas utilisé sur les avions de ligne, et reste plutôt réservé à l'aviation d'affaires et aux militaires.

Système BGAN[modifier | modifier le code]

Ce système représente la dernière génération mise en service par Inmarsat. Il s'agit d'un réseau beaucoup plus orienté IP que les services précédents. Il fournit le même type de services que le GAN, mais la partie Mobile Packet Data est très différente puisqu'au lieu d'un simple canal partagé de 64kb/s, BGAN propose 432kb/s par canal, que l'on peut utiliser au choix en mode Background (débit partagé entre les terminaux, facturation au volume) ou en mode Streaming (débit garanti, facturation à la durée). Ce réseau s'inspire très fortement des principes des réseaux GSM 3G.

Le service BGAN est fourni uniquement par les satellites I-4, soit un total de trois satellites.

Tout comme pour GAN, il existe différentes appellations selon l'usage :

BGAN[modifier | modifier le code]

En plus d'être le nom de la technologie, BGAN est également le nom commercial utilisé pour les terminaux mobiles terrestres.

FleetBroadband[modifier | modifier le code]

FleetBroadband est le nom commercial de la technologie BGAN lorsqu'elle est mise en œuvre dans le domaine maritime.

SwiftBroadband[modifier | modifier le code]

SwiftBroadband est le nom commercial de la technologie BGAN lorsqu'elle est mise en œuvre dans le domaine aéronautique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Preliminary Results 2011 » (consulté le 11 April 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]