Classe Arleigh Burke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arleigh Burke (homonymie).
Classe Arleigh Burke
Image illustrative de l'article Classe Arleigh Burke
Le USS Oscar Austin (DDG-79)
Caractéristiques techniques
Type Destroyer
Longueur de 154 à 156 mètres
Maître-bau 20 m
Tirant d’eau 9,5 m
Déplacement de 8 300 à 9 217 tonnes
Propulsion 4 turbines à gaz, 2 hélices
Puissance 100 000 ch
Vitesse 31 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage 70 tonnes de kevlar
Armement variable selon les tranches. tranche 2 : 90 cellules de lancement verticales chargée avec un panachage de missiles anti-aériens SM-2, Tomahawk BGM-109 et torpilles VLASROC RUM 139; deux lance-torpilles triples; un canon de 127 mm calibre 54 multi-usages, 2 Phalanx CIWS pour la défense rapprochée anti-missiles, 2 lanceurs quadruples de missiles RGM-84 Harpoon antinavires.
Aéronefs 2 hélicoptères Sikorsky SH-60 Seahawk
Rayon d’action 4 400 km à 20 noeuds
Autres caractéristiques
Électronique Liaison 11, Liaison 16
Équipage 22-32 officiers, plus de 300 matelots
Histoire
Constructeurs Bath Iron Works, Chantier naval Ingalls de Pascagoula
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commanditaire Congrès des États-Unis
Période de
construction
1989 - en cours
Période de service 1991 - en cours
Navires prévus 93 (en 2012)
Navires en activité 49 en service en 2006, 61 fin 2011[1]
Précédent Classe Kidd Classe Zumwalt Suivant

La classe Arleigh Burke (nommée aussi DDG-51 suite à l'immatriculation du navire tête de série) est la plus récente des classes de destroyers américains. Ce navire multi-rôles équipé du système de combat Aegis a progressivement remplacé l'ensemble des destroyers américains. À partir des années 2020, les navires de la classe doivent être progressivement remplacés par ceux de la nouvelle classe Zumwalt[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le secrétaire à la Défense Dick Cheney donnant un discours en 1991 à l'occasion d'une cérémonie de mise à flot du premier Aegis de classe Arleigh Burke.

La première unité est entrée en service en juillet 1991 et la série devait comprendre, selon les planifications en 2012, au moins 93 unités constituant la classe de destroyers la plus importante depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le navire le plus connu de cette classe est l'USS Cole, qui fut endommagé suite à une attaque suicide au Proche-Orient.

Fin août 2008, l'US Navy demande huit Arleigh Burke supplémentaires d'une version améliorée Flight IIIB portant éventuellement une pièce d'artillerie navale Advanced Gun System de 155 mm développé pour la classe Zumwalt[3], cette demande fut acceptée portant le nombre de navires prévus à 70 exemplaires.

En octobre 2009, 58 bâtiments sont livrés[4] et alors, qu'à l'origine, la série devais s'arrêter avec le DDG-112, les premiers contrats concernant la 63e unité, le DDG-113 William S. Sims, ont été signés en décembre 2009[5]. En juin 2013, la marine américaine à 62 destroyers à flot, 4 en construction et 10 autres sont en commande.

La Force maritime d'autodéfense japonaise a, en 2011, 4 Kongo et 2 Atago dérivés de la classe Arleigh Burke.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le USS Mustin (DDG-89), unité de la deuxième tranche.

C'est sur cette classe que l'United States Navy a mis en œuvre pour la première fois les techniques de furtivité. C'est également la première classe de navires américains bénéficiant d'une protection NBC.

Les navires de cette classe sont chargés principalement de la défense antiaérienne dans les escadres mais peuvent également attaquer des cibles terrestres et navales à l'aide de missiles de croisière et de Harpoons, ces derniers n'étant, dans les années 2000, plus embarqués.

Environ 70 tonnes de kevlar servent au blindage notamment des compartiments propulsion.

Le coût de ces navires dont les contrats ont été signés entre 1985 et 2002 varie, en dollars courants, entre 162 millions (contrat pour le DDG-52 en 1987 ) et 562,4 millions de dollars (contrat pour le DDG-112 en 2002)[6],[7]

En 2008, les dépenses de fonctionnement annuelles par navire sont estimées à 25 millions de dollars, dont 13 sont alloués à l’équipage de 300 personnes.

Le coût total du programme pour 75 navires est estimé, fin 2010, à 88,4 milliards de dollars jusqu'en 2017[8].

La classe Arleigh Burke, qui se décline en 2012 en trois versions Flight I et Flight II pour les 28 premiers, Flight IIA pour les suivants, verra 6 Flight IIA mod qui serviront d’intermédiaire vers la prochaine évolution de ce type de bâtiment. Il s’agira du Flight III, doté d’une propulsion électrique et de nouveaux radars, pour lequel 22 destroyers doivent être construits d’ici 2030.

Les radars AN/SPY-1D en service depuis l'entrée en service de cette classe émettent sur bande S et bande X de 3,1 à 3,5 GHz, avec une puissance crête de 4 à mégawatt, pour une puissance moyenne de de 58 à 66 kW selon les versions. Ils doivent remplacés sur les Flight III par des AMDR (Air and Missile Defense Radar) d'un cout, pour la production en série, de 300 millions de dollars l'unité[9]. Cela nécessite une augmentation de la puissance du générateur du navire de 3 à 4 mégawatt et une augmentation de 50 % de l'installation d'air conditionné[10].

Cela portera donc la série des Burke à 93 bâtiments, l'une des classes les plus nombreuses de l'histoire de la marine de guerre des États-Unis.

Le Département de la Défense réfléchit déjà à la suite puisque, pour remplacer les croiseurs de la classe Ticonderoga, un Flight IV est annoncé, avec 21 destroyers livrables à compter de 2032. Toutefois, même si, pour l’heure, ces navires sont présentés comme une continuité des Arleigh Burke, ils devraient être quand même très différents puisque 40 ans les sépareront de la tête de série[11].

Liste des navires[modifier | modifier le code]

Nom Immatriculation Chantier Date de lancement Mise en service Port d'attache Statut
Flight I
Arleigh Burke DDG-51 Bath Iron Works Norfolk En service
Barry DDG-52 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
John Paul Jones DDG-53 Bath Iron Works San Diego En service
Curtis Wilbur DDG-54 Bath Iron Works Yokosuka (Japon) En service
Stout DDG-55 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
John S. McCain DDG-56 Bath Iron Works Yokosuka (Japon) En service
Mitscher DDG-57 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Laboon DDG-58 Bath Iron Works Norfolk En service
Russell DDG-59 Ingalls Shipbuilding Pearl Harbor En service
Paul Hamilton DDG-60 Bath Iron Works Pearl Harbor En service
Ramage DDG-61 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Fitzgerald DDG-62 Bath Iron Works Yokosuka (Japon) En service
Stethem DDG-63 Ingalls Shipbuilding Yokosuka (Japon) En service
Carney DDG-64 Bath Iron Works Mayport En service
Benfold DDG-65 Ingalls Shipbuilding San Diego En service
Gonzalez DDG-66 Bath Iron Works Norfolk En service
Cole DDG-67 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
The Sullivans DDG-68 Bath Iron Works Mayport En service
Milius DDG-69 Ingalls Shipbuilding San Diego En service
Hopper DDG-70 Bath Iron Works Pearl Harbor En service
Ross DDG-71 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Flight II
Mahan DDG-72 Bath Iron Works Norfolk En service
Decatur DDG-73 Bath Iron Works San Diego En service
McFaul DDG-74 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Donald Cook DDG-75 Bath Iron Works Norfolk En service
Higgins DDG-76 Bath Iron Works San Diego En service
O'Kane DDG-77 Bath Iron Works Pearl Harbor En service
Porter DDG-78 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Flight IIA: variante avec canon de 5"/54
Oscar Austin DDG-79 Bath Iron Works Norfolk En service
Roosevelt DDG-80 Ingalls Shipbuilding Mayport En service
Flight IIA: variante avec canon de 5"/62
Winston S. Churchill DDG-81 Bath Iron Works Norfolk En service
Lassen DDG-82 Ingalls Shipbuilding Yokosuka (Japon) En service
Howard DDG-83 Bath Iron Works San Diego En service
Bulkeley DDG-84 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Flight IIA: variante avec canon de 5"/62 et CIWS [12]
McCampbell DDG-85 Bath Iron Works Yokosuka (Japon) En service
Shoup DDG-86 Ingalls Shipbuilding Base navale de Everett En service
Mason DDG-87 Bath Iron Works Norfolk En service
Preble DDG-88 Ingalls Shipbuilding San Diego En service
Mustin DDG-89 Ingalls Shipbuilding Yokosuka (Japon) En service
Chafee DDG-90 Bath Iron Works Pearl Harbor En service
Pinckney DDG-91 Ingalls Shipbuilding San Diego En service
Momsen DDG-92 Bath Iron Works Everett, Washington En service
Chung-Hoon DDG-93 Ingalls Shipbuilding Pearl Harbor En service
Nitze DDG-94 Bath Iron Works Norfolk En service
James E. Williams DDG-95 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Bainbridge DDG-96 Bath Iron Works Norfolk En service
Halsey DDG-97 Ingalls Shipbuilding San Diego En service
Forrest Sherman DDG-98 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Farragut DDG-99 Bath Iron Works Mayport En service
Kidd DDG-100 Ingalls Shipbuilding San Diego En service
Gridley DDG-101 Bath Iron Works San Diego En service
Sampson DDG-102 Bath Iron Works San Diego En service
Truxtun DDG-103 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Sterett DDG-104 Bath Iron Works San Diego En service
Dewey DDG-105 Ingalls Shipbuilding San Diego En service
Stockdale DDG-106 Bath Iron Works San Diego En service
Gravely DDG-107 Ingalls Shipbuilding Norfolk En service
Wayne E. Meyer DDG-108 Bath Iron Works San Diego En service
Jason Dunham DDG-109 Bath Iron Works Norfolk En service
William P. Lawrence DDG-110 Ingalls Shipbuilding San Diego En service
Spruance DDG-111 Bath Iron Works San Diego En service
Michael Murphy DDG-112 Bath Iron Works Pearl Harbor En service

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Deux de ces bâtiments de guerre sont présent au casting du film Battleship sorti en avril 2012 sur les écrans dont l'histoire se déroule durant l'exercice RIMPAC 2012 avec la participation de la Flotte du Pacifique dont l'USS John Paul Jones (DDG-53), le navire du personnage principal et le cuirassé USS Missouri (BB-63).

Bâtiments similaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'US Navy met en service son 61ème destroyer du type Arleigh Burke », sur Mer et marine,‎ 3 octobre 2011 (consulté le 8 octobre 2011)
  2. (en) Resource Implications of the Navy’s 2008 Shipbuilding Plan, Congressional Budget Office, 23 mars 2007
  3. (en) The U.S. Navy's Arleigh Burke class destroyers are likely to be upgraded, 27 août 2008, RFDesign
  4. (fr) À défaut de DDG 1000, l'US Navy rallonge la classe Arleigh Burke
  5. (en) Silobreaker: Navy contracts for DDG 113 lead materials
  6. (en) Recent and Current U.S. Navy and U.S. Coast Guard Shipbuilding Programs
  7. (en) Current U.S. Shipbuilding Contracts
  8. (en)« DOD Announces Selected Acquisition Reports », sur Département de la Défense,‎ 15 avril 2011 (consulté le 8 octobre 2011)
  9. (en) « GAO-13-294SP DEFENSE ACQUISITIONS Assessments of Selected Weapon Programs », US Government Accountability Office,‎ mars 2013 (consulté le 26 mai 2013), p. 117-8
  10. (en) Kris Osborn, « Navy to Equip Destroyers with Next-Gen Radar », sur defensetech,‎ 11 juin 2013 (consulté le 13 juin 2013)
  11. « La série des Arleigh Burke américains n’est pas prête de s’arrêter », sur Mer et Marine,‎ 10 octobre 2012 (consulté le 10 octobre 2012)
  12. Quelques unités ont un CIWS ajouté à la poupe, comme évoqué plus haut (les DDG-88 et DDG-89 sont des exemples qui ont reçu le Phalanx CIWS après la mise en service)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :