Germinal (frégate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Germinal (homonymie).
Germinal
Image illustrative de l'article Germinal (frégate)

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Commandé 17 août 1992
Lancement 14 mars 1993
Armé 17 mai 1994
Statut En service
Caractéristiques techniques
Type Frégate, classe Floréal
Longueur 93,51 m
Maître-bau 13,99 m
Tirant d'eau 4,29 m
Tirant d'air 33,40 m
Déplacement 2 600 - 2 950 t
Propulsion 4 diesels SEMT Pielstick 6-PA6-L280, 2 hélices
Puissance 6 500 kW
Vitesse 20 nœuds (37,04 km/h)
Caractéristiques militaires
Aéronefs 1 hélicoptère Alouette III
Rayon d'action 10 000 milles à 15 nœuds (18 520 km à 27,78 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 86 hommes
Chantier naval Chantiers de l'Atlantique Saint-Nazaire
Port d'attache Fort-de-France Drapeau de la France France
Indicatif F735

Le Germinal (numéro de coque F.735) est une frégate française, sixième de la classe Floréal. La frégate Germinal est parrainée par la ville La Rochelle depuis le 20 mai 1994[1].

Armement[modifier | modifier le code]

  • 2 × 1 Aérospatiale MM.38 Exocet
  • 1 Matra Simbad
  • 1 DCN mod.68 CADAM de 100/55 mm
  • 2 × 1 GIAT 20.F2 de 20 mm
  • 1 hélicoptère Alouette III

Électronique[modifier | modifier le code]

  • Un radar de veille combiné Thomson CSF Mars (DRBV.21A)
  • 2 radars de navigation Racal Decca 1229 (DRBN.34A)
  • 1 contrôle d'armes CSEE Najir
  • 1 système Syracuse 2
  • 1 × 10 lance leurres CSEE Dagaie Mk.2
  • 1 détecteur radar Thomson CSF ARBR.17

Missions opérationnelles[modifier | modifier le code]

En 1997, la frégate Germinal participe à l'opération Espadon, au Sierra Leone[2].

Au second semestre 2008, elle est affectée à la surveillance des côtes du Liban dans le cadre de la Finul maritime. Le 23 janvier 2009, l'État major des armées reprend le commandement de la frégate et annonce son envoi durant une quinzaine de jours au large des côtes de Gaza dans les eaux internationales pour une mission de lutte contre la contre-bande d'armes sans toutefois que celle-ci ne participe directement à des interventions conjointes avec la marine israélienne[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Roche, « Site internet netmarine.net »
  2. Présentation du vice-amiral Laborde qui commandait la frégate.
  3. Quand la marine française surveillait les côtes de Gaza dans Le Monde du 3 juin 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :