Cyzique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 23′ 59″ N 27° 48′ 00″ E / 40.399836, 27.799873 ()

Bas-relief funéraire de marbre, 2e quart du IIe siècle av. J.-C. retrouvé dans les ruines de Cyzique.
Cyzique était une ville côtière de Mysie.

Cyzique (en grec ancien Κύζικος / Kýzikos) était une cité grecque de Mysie, sur la Propontide (l'actuelle mer de Marmara).

Mythologie[modifier | modifier le code]

Elle fut fondée par les Grecs d'Ionie de la cité de Milet en 756 avant notre ère. Selon la légende la cité aurait été bâtie par Cyzique, fils d'Apollon, venu de Thessalie en compagnie de Pélasges. Ceux-ci auraient été ensuite chassés par les Lydiens, et ceux-ci à leur tour par les citoyens de Milet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Longtemps rivale de Byzance elle fit partie de la ligue de Délos. Alcibiade y remporta une victoire sur la flotte spartiate avec l'aide de Thrasybule et de Théramène. Elle appartint ensuite au royaume de Pergame avant de passer sous administration romaine lorsque ce royaume hellénistique fur légué à Rome. Elle devint une cité commerciale maritime importante. Elle était alors célèbre pour sa beauté et sa richesse.

En 75 avant notre ère, elle subit un siège de Mithridate VI, roi hellénistique du Pont. En récompense de sa fidélité, Rome lui accorda l’indépendance.

Elle était la patrie d'origine d’Eudoxe de Cyzique, navigateur du IIe siècle av. J.-C. Selon Pline l'Ancien, il aurait fait le tour de l’Afrique.

En 543 elle subit un un séisme et qui voit son influence régionale supplantée par la capitale de l’Opsikion, Nicée. Toutefois elle conserve un rôle stratégique par sa proximité avec Constantinople. Au VIe siècle, la population, grecque, est entièrement christianisée et la ville est le siège d'un évêché orthodoxe. Occupée, pillée et vidée de ses habitants pendant dix ans par les Arabes de l’émir Farid-al-Ash (ou Phardalas, en grec) en 668, elle leur sert de base navale contre la capitale impériale jusqu’en 678. C’est une ville complètement ruinée que Justinien II repeuple en 690-691 avec des réfugiés chypriotes. La ville est brièvement tenue par l’usurpateur Artabasde en 743. La correspondance de Photios en 873-875 avec Amphilochios, métropolite de la ville, montre la pauvreté de l’église locale, reflet du contexte de l’époque, aggravé par un nouveau séisme en 1063.

Les événements de la fin du XIe siècle ramènent la région sur le devant de la scène, et voient la ville changer de mains plusieurs fois en quelques décennies : la révolte de Nicéphore Bryennios contre Michel VII Doukas y est défaite par une flotte impériale ; les Turcs s’en emparent brièvement en 1080-1081, puis de nouveau en 1112. Villehardouin décrit la ville en 1206 comme une forteresse ruinée que les Croisés entreprennent de relever : au XIIe siècle la presqu’île a cessé d’avoir un rôle stratégique au profit de Lopadion, dont les fortifications sont en meilleur état, tandis que le site côtier d’Artakè (Erdek), sur un éperon rocheux barré à l’ouest de la ville, simple faubourg au VIe siècle, finit par supplanter, comme principal établissement à l’époque mésobyzantine, le centre antique de Cyzique, ruiné et devenu une réserve de pierres à bâtir.

Sous la domination turque, définitive depuis 1330, la population, initialement chrétienne et grecque, se convertit progressivement à l’islam et passe à la langue turque, pour ne plus payer le haraç (double-capitation sur les non-musulmans) et pour ne plus subir la παιδομάζωμα - pédomazoma (enlèvement des garçons pour le corps des janissaires) ; les dernières populations encore chrétiennes au XXe siècle en ont été expulsées en 1923 en application du Traité de Lausanne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geyer et Lefort 2003, 387-389.
  • Oxford Dictionary of Byzantium, vol. 2, 1164-1165.