Tokelau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis TKL)
Aller à : navigation, rechercher

8° 33′ 06″ S 172° 30′ 04″ O / -8.55167, -172.501 ()

Tokelau
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Tokelau
Administration
Statut politique Territoire de la Nouvelle-Zélande
Capitale Aucune. Chacun des trois atolls (Atafu, Nukunonu et Fakaofo) possède son propre centre administratif
Gouvernement
- Chef d’État
 - Administrateur
 - Chef du gouvernement

Élisabeth II
Jonathan Kings
Keli Hiano Kalolo
Démographie
Population 1 195 hab. (2013)
Densité 117 hab./km2
Langue(s) tokelau, anglais
Géographie
Coordonnées 9° 10′ 00″ S 171° 50′ 00″ O / -9.1666666666667, -171.83333333333 ()9° 10′ 00″ Sud 171° 50′ 00″ Ouest / -9.1666666666667, -171.83333333333 ()  
Superficie 10,2 km2
Divers
Monnaie Dollar néo-zélandais
Fuseau horaire UTC +14[1]
Domaine internet .tk
Hymne God Save the Queen
Devise Tokelau mo te Atua (Les Tokelau pour le Tout-Puissant)

Les Tokelau, anciennes îles de l'Union, sont un archipel de trois atolls polynésiens de l'océan Pacifique, sous souveraineté néo-zélandaise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des trois îles de Tokelau.

Les Tokelau constituent un archipel de trois îles polynésiennes, Fakaofo (2,6 km2), Nukunonu (5,4 km2) et Atafu (2,2 km2), qui s’étendent sur une distance de quelque 170 km dans le Pacifique-Sud, à mi-chemin entre Hawaii et la Nouvelle-Zélande.

Les États voisins sont les Kiribati au nord, les Samoa occidentales et les Samoa américaines au sud, Wallis et Futuna (France) au sud-ouest, les Tuvalu à l’ouest. Pour les situer dans l’espace, les Tokelau se trouvent à quelque 480 km au nord des Samoa. L’archipel n’a pas de capitale, chacun des atolls ayant la responsabilité des « services de proximité ». L’île la plus au sud, Fakaofo, est située à 65 km de Nukunonu et à 105 km d’Atafu, l’île la plus au nord.

Les Tokelau font partie intégrante de la Nouvelle-Zélande, tout en étant dotées d’un statut particulier et d’un système juridique autonome. Tokelau revendique l’île d’Olohega (ou Île Swains), qui fait officiellement partie des Samoa américaines.

Jusqu'en décembre 2011, le fuseau horaire de Tokelau était UTC-10, directement à l'est de la ligne de changement de date. Le 31 décembre 2011, Tokelau est passé de l'autre côté de cette ligne pour éviter tout décalage avec les Samoa voisines[2].


Localisations géographiques des atolls de Tokelau
Atoll Coordinates
Atafu 8° 33′ 06″ S 172° 30′ 03″ O / -8.55167, -172.50083 (Atafu)
Nukunonu 9° 10′ 06″ S 171° 48′ 35″ O / -9.16833, -171.80972 (Nukunonu)
Fakaofo 9° 21′ 55″ S 171° 12′ 54″ O / -9.36528, -171.215 (Fakaofo)

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Tokelau.

Il y a 5 000 ans (3000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s’installer à Taïwan. Vers 2000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Sulawesi et Timor et de là, les autres îles de l’archipel indonésien. Vers 1500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au-delà, les îles du Pacifique. Les Austronésiens sont sans doute les premiers navigateurs de l’histoire de l’humanité.

Bien que des preuves archéologiques indiquent que les atolls des Tokelau ont été occupés il y a environ 1 000 ans, les traditions orales et les généalogies reconstituées font remonter l’occupation à seulement quelques centaines d’années. Les trois atolls vivaient de façon assez indépendante les uns des autres tout en maintenant une grande cohésion sociale et linguistique. La société des Tokelau était dominée par des clans de chefs traditionnels (les aliki polynésiens) et il y a eu à la fois des escarmouches nombreuses et des mariages inter-îles. Fakaofo (608 habitants) a eu une légère prédominance sur Atafu (421 hab.) et Nukunoni (376 hab.). La vie sur les atolls était basée sur la subsistance, notamment le poisson et la noix de coco. Il n’y a pas de sol dans ces atolls et les fruits et les légumes ne sont pas disponibles.

Les premiers contacts avec les Européens apportèrent des changements importants dans la société des Tokelau. Les navires apportèrent de nouvelles nourritures, des vêtements, des outils ainsi que la connaissance de nouveaux modes de vie. Dans les années 1850, des missionnaires catholiques et protestants (de la London Missionary Society), introduisirent la chrétienté qui fut adoptée par tous. Actuellement, la majorité de la population d’Atafu est congrégationnaliste et la plupart des habitants de Nukunonu sont catholiques. À Fakaofo, 70 % sont protestants et le restant est catholique.

Vers 1860, les navires péruviens cherchant de la main-d’œuvre forcée pour les mines du Pérou, visitèrent les trois atolls, et forcèrent 253 hommes valides à se rendre au Pérou, soit la quasi-totalité de la population active masculine. La variole et la dysenterie décimèrent ces travailleurs forcés et très peu (une vingtaine) revinrent aux Tokelau. Avec la perte de ces hommes et de nombreux chefs, les Tokelau se reportèrent sur des conseils des anciens, les Taupulega afin de mieux gouverner les îles. Sur chaque île, les familles étaient représentées individuellement au sein du Taupulega.

Les Tokelau passèrent sous protectorat britannique en 1877 (notamment pour les protéger des navires étrangers), statut qui fut formalisé en 1889. Les îles de l’Union (Union Islands) furent annexées en 1916 et incluses dans la colonie des îles Gilbert et Ellice. Elles furent transférées administrativement de facto à la Nouvelle-Zélande en 1925. Il n’y a jamais eu de présence administrative résidentielle aux Tokelau, et, de ce fait, l’administration y a toujours été « légère », sans provoquer de changement substantiel dans la vie des atolls. La souveraineté formelle a été transférée à la Nouvelle-Zélande par le Tokelau Act de 1948 qui rétablit l’ethnonyme. Bien que les Tokelau furent déclarées faire partie de la Nouvelle-Zélande à partir du 1er janvier 1949, elles gardèrent leur culture distincte et leur système à part.

Depuis les trois dernières décennies, les Tokelau ont progressé vers une plus large autonomie. Il existe désormais un corps législatif national et un conseil exécutif. Un pouvoir judiciaire local existe ainsi que des services publics. Des navires et des télécommunications locales permettent à l’archipel d’être relié.

Population[modifier | modifier le code]

Rue principale du village d'Atafu.

La population des Tokelau en 2004 était estimée à quelque 2 000 habitants. La quasi-totalité des insulaires est d’origine austronésienne (polynésienne) avec 97 % de Tokelauiens, 2 % d’Anglo-Néo-Zélandais et 1 % de Samoans. Les Tokelauiens parlent le tokelauien, les Anglo-Néo-Zélandais, l’anglais, les Samoans, le samoan. Par ailleurs au moins 65 % des locuteurs du tokelauan (environ 4 500) vivent à l’extérieur de l’archipel, en Nouvelle-Zélande et aux Samoa américaines. Pour ce qui est de l’appartenance religieuse, les insulaires sont de confession chrétienne : 70 % appartiennent à l’Église chrétienne congrégationnaliste (surtout à Atafu), 28 % sont des catholiques romains (Nukunonu) et 2 % sont d’une autre confession. L’île de Fakaofo abrite les deux confessions religieuses importantes.

En raison des ressources naturelles très limitées et de la surpopulation (145 pers./km2), les insulaires ont tendance à quitter l’archipel pour s’installer en Nouvelle-Zélande.

Situation politique[modifier | modifier le code]

Voir aussi : Élections générales tokelauanes de 2014

Le 27 janvier 1994, les pouvoirs de l’administrateur des Tokelau qui détenait le pouvoir exécutif du gouvernement des Tokelau, ont été délégués au General Fono (assemblée générale). En juin 2004, ils ont été transférés aux trois conseils villageois qui sont désormais chargés de tous les services publics de leur atoll. Le Tokelau Amendment Act voté par le Parlement néo-zélandais en 1996 et qui est entré en vigueur le 1er août de cette année, a attribué au General Fono les pouvoirs pour légiférer pour la paix, l’ordre et le bon gouvernement des Tokelau, y compris en matière fiscale. Ses fonctions sont mises en œuvre par une délégation composée à partir des trois Taupulega.

Actuellement, il s’agit d’assurer les besoins modernes des Tokelau (c’est-à-dire l’éducation, la santé, les transports et le développement économique).

En juin 2003, les Tokelau assurent la pleine responsabilité de gérer leurs finances. En octobre 2003, par décision unanime du General Fono, il a été décidé d’étudier le choix d’autonomie interne en libre-association avec la Nouvelle-Zélande. Un accord conjoint sur les principes de partenariat a été signé en présence du gouverneur général en novembre 2003.

Selon Helen Clark, Premier ministre de Nouvelle-Zélande, il s’agissait alors pour les experts juridiques et constitutionnels de son cabinet de mettre la dernière main à un projet de traité à vocation constitutionnelle. Celui-ci devait, à terme, régir les nouvelles relations entre Wellington et Tokelau. L’idée était d’arriver à un traité de « libre-association » comparable à celui existant déjà entre la Nouvelle-Zélande et les îles Cook ou Niue. En effet, si Niue et les Îles Cook demeurent sous souveraineté néo-zélandaises, ils sont pleinement indépendants dans tous les domaines, à l’exception du domaine militaire et de celui des affaires étrangères (assurés par la Nouvelle-Zélande) ; Tokelau, à l’inverse, est toujours considéré par l’ONU comme une « colonie » à part entière.

Le processus de consultation, à Tokelau, débuta sous l’œil des Nations unies, soucieuses d’encourager le processus de décolonisation.

Système de gouvernement[modifier | modifier le code]

Chacun des trois villages, correspondant chacun à un atoll, élit tous les trois ans un maire (Pulenuku) qui dirige le village, et un chef de village (Faipule). L'élection du Fono (assemblée législative nationale) a également lieu tous les trois ans. Le conseil exécutif est constitué des trois Faipule et des trois Pulenuku. Le gouvernement est présidé par le Ulu-o-Tokelau ; les trois Faipule exercent cette fonction à tour de rôle pendant un an chacun (de février à février)[3]. En février 2012, c'est à Keli Hiano Kalolo que revint cette fonction[4].

Double rejet de l'autonomie[modifier | modifier le code]

Au cours des débats, notamment au sein du Parlement national (le Fono), les députés se sont montrés particulièrement soucieux de préserver un certain nombre d’acquis, dont les ressortissants de Tokelau jouissent du fait de leur dépendance vis-à-vis de Wellington : parmi ceux-là, les montants à venir de l’aide néo-zélandaise. « Ce que le Fono recherche actuellement, ce sont des assurances claires que le système en place va continuer et qu’il y aura aussi des dispositions prévues pour réévaluer le système régulièrement », déclarait en août 2005 Falani Aukuso, chef de la fonction publique de Tokelau. De par leur statut actuel, les quelque mille cinq cents Tokelauans obtiennent automatiquement la nationalité néo-zélandaise, ainsi que les droits qui s’y rattachent, y compris la scolarité, la sécurité sociale, la retraite et les soins médicaux gratuits.

Environ mille cinq cents personnes vivent dans ces atolls océaniens, contre une communauté de plus de six mille Tokelauans résidant de manière permanente en Nouvelle-Zélande (essentiellement à Auckland et dans ses environs). Lors de la dernière réunion bilatérale, en novembre 2004 à Wellington, Phil Goff, alors ministre néo-zélandais des affaires étrangères, évoquait la perspective d’un « accord concernant l’évolution politique et un processus à suivre » concernant l’avenir de ce territoire non-souverain. « Dans la pratique, l’autodétermination n’impliquera pas de changements significatifs (…) c’est essentiellement une formalisation du statu quo (…), car Tokelau se gouverne déjà dans bien des domaines : il possède son corps législatif, un conseil exécutif et un appareil judiciaire, il gère son propre budget et ses services publics (…) Mais cela permettra d’ouvrir la voie pour Tokelau, en matière d’aides accrues en provenance des partenaires régionaux et de la communauté internationale », nuançait alors M. Goff.

En prime : « les Tokelauans auront toujours droit à la citoyenneté néo-zélandaise et continueront à recevoir notre soutien économique et technique », selon le ministre, qui parle de « partenariat sur des bases plus égalitaires » avec ce territoire (le dernier à être sous tutelle néo-zélandaise) depuis près de quatre-vingts ans[5].

Côté Tokelau, un « Conseil de Gouvernement permanent » a notamment estimé que « le temps est venu pour Tokelau d’envisager un acte d’autodétermination basé sur l’auto-gouvernement, en libre association avec la Nouvelle-Zélande », précisait alors M. Goff, qui ajoutait que son gouvernement était « pleinement d’accord ».
Lors des visites des missions du Comité spécial de la décolonisation des Nations unies, dont une en 2002, les habitants du petit archipel de Tokelau (à environ 500 kilomètres au nord-est de Wallis) ont voulu être clairs : ils ont martelé le message selon lequel l’indépendance est hors de question et que leur préférence allait au maintien du lien privilégié qui les unit à la Nouvelle-Zélande dans le cadre d’un pacte de « libre-association ». Soucieuse de répondre aux attentes des Nations unies, la Nouvelle-Zélande affirma à plusieurs reprises que Tokelau « s’acheminait vers l’autonomie », tout en insistant sur le fait que rien ne se ferait sans l’accord de la population tokelauane.

Un premier référendum eut lieu en février 2006. Pour que le statut de Tokelau fût modifié, il fallait que le référendum recueillit l’approbation des deux-tiers des citoyens tokelauans. Or, celui-ci n’obtint que 349 voix sur 581 suffrages exprimés (60,07 %). Malgré cela, un deuxième référendum fut organisé en octobre 2007. Les autorités locales s’investirent en faveur du « oui », et affirmèrent que la population cette fois soutiendrait très largement l’autonomie[6],[7] ; la presse néo-zélandaise suggéra que la majorité des deux tiers, nécessaire pour le succès du référendum, serait probablement acquise[8]. Pourtant, le référendum de 2007, qui se déroula en présence d’observateurs de l’ONU[9][réf. incomplète], fut également un échec, manquant d’assez peu il est vrai les deux-tiers exigés : il n’y eut « que » 446 « oui » sur 692 suffrages exprimés (64,4 %)[10][réf. incomplète].

En conséquence, le gouvernement néo-zélandais annonça qu’il respecterait la décision du peuple tokelauan[11], et que le statut de Tokelau ne serait pas modifié dans l’immédiat. L’un des porte-paroles de la communauté tokelauane résidant en Nouvelle-Zélande a néanmoins demandé un troisième référendum, où 50 % des suffrages suffiraient[12][réf. incomplète]. Cette demande n’a pas eu de suite à ce jour. David Payton, Administrateur de Tokelau, déclara que « un temps de réflexion de plusieurs années s’impose, à mon avis »[13][réf. incomplète]. John Hayes, ancien diplomate néo-zélandais, suggéra que les Nations Unies devraient « laisser Tokelau tranquille ». D’après lui, les Tokelauans ne souhaitaient pas modifier le statut de leur territoire, et subissaient une pression de la part du gouvernement néo-zélandais et de l’ONU[14],[15].

En avril 2008, s'exprimant au nom du Parti national, le futur premier ministre néo-zélandais John Key déclara que la Nouvelle-Zélande avait « imposé deux référendums aux habitants des îles Tokelau », et remit en question « la conviction selon laquelle les petits États devraient être soumis à un processus de décolonisation »[16].

Sport[modifier | modifier le code]

En raison de sa petite taille, Tokelau n'est pas affilié à la plupart des organismes sportifs internationaux, et participe très rarement aux événements sportifs internationaux. La seule compétition importante auquel le pays prend part sont les Jeux du Pacifique. Tokelau y remporta ses premières médailles d'or aux Jeux de 2007, à Apia, obtenant au total cette année cinq médailles (trois en or, une en argent, une en bronze), toutes en boulingrin, et termina en douzième place (sur vingt-deux) au classement des médailles. Ce total inclut deux médailles d'or pour Violina Linda Pedro (dans les épreuves dames en paire et individuelle), faisant d'elle la sportive tokelauane individuelle la plus titrée à ce jour[17].

En octobre 2010, le tennis de table devint « le premier sport à Tokelau à obtenir un statut de membre à un niveau continental ou mondial », lorsque l'Association tokelauane de Tennis de Table, nouvellement créée, devint la vingt-troisième association membre de la Fédération océanienne de Tennis de Table[18].

Tokelau devait prendre part, pour la première fois, aux Jeux du Commonwealth de 2010, à Delhi[19], mais finalement le pays fut absent, pour des raisons inconnues[20].

Tokelau a toutefois une Fédération nationale sportive, et l'événement sportif le plus important à l'intérieur du pays est sans doute les Jeux de Tokelau (Tokelau Games), qui ont lieu chaque année. Lorsqu'ils ont lieu, « plus de 50 % de la population y prend part, et tout travail s'arrête, de même que les écoles ». Les Jeux de 2010 inclurent des compétitions de rugby à sept, de netball et de kilikiti (adaptation samoane du cricket, avec des règles plus flexibles et un nombre de joueurs illimité par équipe) ; ils inclurent également « une soirée culturelle […] où chaque atoll met en scène ses chants et ses danses traditionnels »[18].

Domaine internet[modifier | modifier le code]

Les Tokelau sont connues (par les internautes) comme un pays qui a décidé de ne pas faire payer la création et la maintenance des noms de domaine (SLD) finissant en .tk, cette position étant strictement à l’opposé de la démarche très commerciale qui entoure les autres noms de domaine[21].

En 2007, le domaine .tk était considéré comme un des noms de domaines le plus dangereux pour les internautes d’après les analyses de McAfee avec 10,1 % de sites à risque[22]. Toutefois, en 2008, selon la même source, on peut lire : « Tokelau (.tk) et les îles Samoa (.ws) se sont considérablement améliorés en 2008… »

Énergie[modifier | modifier le code]

Alimenté jusqu'alors par des générateurs diesel[23], l'archipel se déclare le 7 novembre 2012 comme le premier territoire au monde approvisionné à 100 % en électricité d'origine solaire[24]. Le coût de cette installation est de 7 millions de dollars américains, soit 5,4 millions d'euros[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 29 décembre 2011, les Tokelau change de fuseau en passant de UTC-10 à UTC+14 : « Samoa, Tokelau jump international dateline »,‎ 21 décembre 2011
  2. Communiqué de presse du gouvernement de Tokelau
  3. (en) "Tokelau", ministère néo-zélandais des Affaires étrangères
  4. (en) "Tokelau’s new leader in New Zealand for ferry talks", Radio New Zealand International, 4 mars 2012
  5. Cf. article de Tahitipresse
  6. (en) Scoop Video Documentary: Tokelau – Tides of Change, www.scoop.co.nz, publié le 22 novembre 2007.
  7. (en) Tokelau might become new micro-nation after voting , www.stuff.co.nz, publié le 22 novembre 2007.
  8. (en) Tokelau looks to independence , www.stuff.co.nz, publié le 21 novembre 2007.
  9. (en) 404 Not found, publié le .
  10. (en) 404 Not found, publié le .
  11. (en) New Zealand Prime Minister says her Government respects wishes of people of Tokelau, Radio New Zealand International, publié le 25 octobre 2007.
  12. (en) 404 Not found, publié le .
  13. (en) 404 Not found, publié le .
  14. (en) Congratulations Tokelau, scoop.co.nz, publié le 26 octobre 2007.
  15. (en) Pacific Radio News - NiuFM.
  16. (en) discours de John Key devant le New Zealand Institute of International Affairs, 8 avril 2008
  17. (en) Médailles aux Jeux du Pacifique de 2007, site officiel
  18. a et b (en) « Tokelau, a Speck in the Ocean but an Important New Member for Oceania », International Table Tennis Federation, 7 octobre 2010
  19. (en) "SPORT: OUR QUEST FOR GOLD", Islands Business
  20. (en) des Participants, Jeux du Commonwealth de 2010
  21. Site web qui publie les conditions exactes
  22. Noms de domaine à risque (2007-2008)
  23. « Les Tokelau, premier territoire au monde converti 100% à l'énergie solaire », Sciences & Avenir, 7 novembre 2012
  24. « Un archipel du Pacifique 100 % solaire », sur le site Batiactu
  25. (en) PowerSmart "TOKELAU - 100% SOLAR POWERED"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) (no) Ingjerd Hoëm, A way with words: language and culture in Tokelau society, Institute for Comparative Research in Human Culture, Oslo, 1995, 232 p. (ISBN 974-89272-0-2)
  • (en) Judith Huntsman et Antony Hooper, Tokelau: a historical ethnography, Auckland University Press, Auckland, N.Z., 1996, 355 p. (ISBN 1-86940-153-0)
  • (en) Judith Huntsman et Kelihiano Kalolo, The future of Tokelau: decolonising agendas, 1975-2006, University of Hawaiʹi Press, Honolulu, 2007, 296 p. (ISBN 978-0-8248-3254-4)
  • (en) Peter McQuarrie, Tokelau: people, atolls and history, First Ed., Wellington, 2007, 266 p. (ISBN 9781877449413)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Our Small World, film documentaire de Peta Carey et George Andrews, Nouvelle-Zélande, 2000, 51'

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :