Niue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Niue (/nju.e/), plus rarement Niué ou Nioué[1], en anglais Niue, en niuéen Niuē, est un pays insulaire de l’océan Pacifique sud. Il est situé à 2 400 km au nord-est de la Nouvelle-Zélande, au centre d'un triangle formé par les îles Tonga, Samoa et Cook.

Découverte en 1774 par le capitaine James Cook, l'île devint un protectorat britannique en 1900 et administrée à ce titre par la Nouvelle-Zélande. Le 19 octobre 1974, Niue, à l'instar des îles Cook, a conclu un accord de libre association avec la Nouvelle-Zélande et par conséquent[réf. nécessaire] ne dispose pas encore de la souveraineté internationale, bien que le pays ait commencé à établir sa propre politique étrangère et soit reconnu comme État non-membre par l'ONU.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peuplement de l'Océanie.

Il y a 5 000 ans (3000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan. Vers 2000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Célèbes et Timor et de là, les autres îles de l'archipel indonésien. Vers 1500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au-delà, les îles de l'océan Pacifique.

Article détaillé : Histoire de Niue.

Les premiers habitants de Niue sont des polynésiens venus des iles Samoa qui s'y installent vers l'an 900. Une seconde vague migratoire provient des îles Tonga au XVIe siècle[2].

Jusqu'au début du XVIIIe siècle, il semble n'y avoir eu aucun gouvernement national à Niue. Des chefs (iki) et chefs de famille dirigeaient chacun une partie de la population. Puis, vers l'an 1700, le concept de monarchie semble avoir été importé à travers des contacts avec les Samoa ou les Tonga, et une succession de patu-iki (rois) gouverne dès lors l'île.

Le premier contact avec les Européens eut lieu en 1774 lorsque le capitaine James Cook aperçut ce qu'il appela l’île Sauvage. Cook fit trois tentatives de débarquement sur l'île, mais ne fut pas autorisé à le faire par les habitants polynésiens. Celui-ci nomma le territoire « île sauvage » car, selon la légende, les indigènes l'ayant accueilli lui et son équipage étaient peints avec ce qui semblait être du sang. Cependant, la substance qu'ils utilisaient pour colorer leur visage, ainsi que leur bouche et leurs dents était celle de la hulahula, une banane rouge indigène. Pour les deux siècles suivants, l'île sera connue comme l'île Sauvage, jusqu'à ce que son nom d'origine, Niu, ce qui pourrait se traduire par « contempler la noix de coco », redevienne sa dénomination.

Les visiteurs européens suivants seront des notables de la London Missionary Society arrivés en 1846 sur le Messager de la paix. Après des années d'efforts pour installer un missionnaire européen à Niue, un natif nommé Nukai Peniamina fut emmené aux îles Samoa et suivit une formation au Collège Pasteur Malua Theological. Peniamina retourna comme missionnaire à Niue avec l'aide de Toimata Fakafitifonua. Il fut autorisé à s'installer dans le village de Uluvehi Mutalau, après plusieurs tentatives dans d'autres villages. Les chefs du village Mutalau permirent à Peniamina d'accéder à la terre et affectèrent plus de 60 guerriers pour le protéger jour et nuit au fort Fupiu.

Le christianisme a d'abord été enseigné au peuple de Mutalau avant qu'il ne soit étendu à d'autres villages de Niue. À l'origine plusieurs villages importants furent opposés à l'introduction du christianisme et cherchèrent à tuer Peniamina. Les habitants du village de Hakupu, furent les derniers à demander l'enseignement du christianisme, ce qui explique le renommage de celui-ci en « Ha Kupu Atua », qui signifie « toute parole de Dieu », ou « Hakupu » en abrégé.

Tui-toga, qui régna de 1875 à 1887, fut le premier roi chrétien du pays[3].

En 1887, le roi Fata-a-iki, qui régna de 1887 à 1896, proposa de demander protection à l'Empire britannique, craignant les conséquences de l'annexion par une puissance coloniale moins bienveillante. La même année, celui-ci écrivit à la reine Victoria, et lui demanda d'établir un protectorat britannique sur l'île. Sa lettre demeura sans réponse, de même qu'une seconde en 1895. En 1900, le Royaume-Uni consentit enfin à établir un protectorat.

Niue fut annexé l'année suivante, en 1901, par la Nouvelle-Zélande, et administrée par celle-ci au nom de l'Empire britannique jusqu'en 1974. Pendant toute la durée de l'administration néo-zélandaise, Niue resta un territoire marginal et sous-développé, ce qui peut expliquer l'émigration de nombreux niuans en Nouvelle-Zélande.

L'autonomie, sous forme de libre association, fut accordée le 19 octobre 1974 par le parlement néo-zélandais à la suite d'un référendum[4], lors duquel la population refusa l'indépendance. Le référendum à Niue en 1974 offrait trois options : l'indépendance, l'autonomie ou la poursuite en tant que territoire néo-zélandais. La majorité choisit l'autonomie et la Constitution écrite de Niue [16] fut promulguée comme loi suprême. Robert Rex, natif de l'île mais d'origine ethnique européenne, a été nommé premier premier ministre du pays, un poste qu'il a occupé jusqu'à sa mort, 18 ans plus tard. Rex est devenu le premier Niuean à recevoir le titre de chevalier en 1984.

En janvier 2004, le pays a été frappé par le cyclone Heta, qui a tué deux personnes et causé d'importants dégâts à toute l'île, notamment au sud de la capitale, Alofi. La ville comptait 614 habitants en 2001. Alofi est située au centre de la baie d’Alofi, sur la côte ouest de l’île de Niue, proche du seul point de passage dans la barrière de corail qui entoure l’île. En 2004, Un nombre élevé d’immeubles d’Alofi furent détruits, y compris son hôpital. Les bâtiments du gouvernement ont été déplacés depuis vers un lieu moins exposé plus à l’intérieur de l’île.

La Nouvelle-Zélande assure de fait la sécurité extérieure de l'ile et le financement son budget, compte tenu de la quasi-absence de ressources sur l'ile, autre que la noix de coco et la pêche et les ressources envoyées au pays par les émigrés. L'activité financière off-shore est une des rares ressources de l'ile.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique de Niue.

Le pouvoir exécutif à Niue est détenu de jure par la reine de la Nouvelle-Zélande, c'est-à-dire la reine Élisabeth II qui occupe le trône depuis le 6 février 1952 et son représentant le gouverneur général de Nouvelle-Zélande. Toutefois, la Constitution confie le soin de gouverner l'île à un gouvernement composé d'un Premier ministre et de trois autres ministres, issus du Parlement de Niue, dont les membres sont élus par les citoyens niuéens. L'actuel chef du gouvernement est le Premier ministre Toke Tufukia Talagi, et ce depuis les élections législatives de 2008[5].

Le Royaume de Nouvelle-Zélande comprend la Nouvelle-Zélande proprement dite ; il est en libre association avec les États auto-gouvernés des Îles Cook et de Niue.

Bien qu'étant reconnu par la communauté internationale (y compris l'ONU elle-même), Niue est représenté par la Nouvelle Zélande à l'assemblée générale de l'ONU. Par contre, elle est membre à part entière de plusieurs de ses agences. Niue a commencé à établir sa propre politique étrangère en établissant des relations avec ses voisins et en particulier l'Inde et la Chine.

Des élections législatives se sont tenues à Niue le 7 mai 2011. Il s'agissait d'élire les vingt membres de l'Assemblée nationale. Quatorze députés furent élus en tant que représentants des villages, et six furent élus hors circonscription. Il y avait environ 600 électeurs inscrits ; Niue est l'un des plus petits état indépendant du monde. Depuis 2003, il n'y a pas de parti politique à Niue, et les candidats étaient donc inscrits à titre indépendant.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de Niue.

Niue est une île située dans l'océan Pacifique sud, entre l'équateur et le tropique du Capricorne, à environ 480 km à l'est des Tonga, 930 km à l'ouest de l'île Rarotonga, l'île principale des îles Cook, et à 2 400 km au nord-est d'Auckland, la plus grande ville de Nouvelle-Zélande.

Topographie[modifier | modifier le code]

Carte topographique de Niue.

Avec une superficie de 261,46 km2, Niue est une des plus grandes îles coralliennes au monde. Le terrain est constitué d'un plateau central d'une altitude moyenne de 60 mètres diminuant au centre entouré de falaises de calcaire de 25 mètres délimitant une bande côtière d'environ 500 mètres, appelée terrasse d'Alofi[Note 1], d'une altitude moyenne de 20 à 25 mètres. L'île est également entourée d'une barrière de corail.

Cette configuration est le résultat de l'émergence d'un volcan sous-marin, il y a 3 millions d'années, qui s'est ensuite éteint, et dont le sommet s'est recouvert d'un récif corallien pour former un atoll, il y a 1,2 millions d'années. Puis, par les montées et descentes successives du niveau de la mer (au gré des différents épisodes de glaciation), d'autres dépôts coralliens se sont formés plus ou moins loin du sommet, créant le palier actuellement observé[6].

De nombreuses grottes, telle la grotte d'Avaiki, parsèment Niue.

Profil de la côte de Niue.

Climat[modifier | modifier le code]

Niue a un climat tropical marqué par le passage occasionnel de cyclones tropicaux. Ainsi en janvier 2004, le cyclone Heta a durement frappé le pays, faisant deux morts et endommageant une bonne partie des constructions[7],[8],[9],[10].

Relevé météorologique de Alofi, Niue
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 23 24 24 23 22 21 20 20 21 21 22 23 22
Température moyenne (°C) 26 27 26 25 25 23 22 23 23 24 25 26 25
Température maximale moyenne (°C) 28 29 28 27 26 26 25 25 26 26 27 28 27
Record de froid (°C) 20 20 20 14 15 13 11 11 15 15 11 17 11
Record de chaleur (°C) 38 38 32 36 30 32 35 37 36 31 37 36 38
Précipitations (mm) 260 250 300 200 130 80 90 100 100 120 140 190 2 070
Source : Weatherbase[11]


Subdivisions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Subdivisions de Niue.
Municipalités de Niue.

Niue est divisée en 14 municipalités. Ces municipalités envoient chacune un représentant au parlement de Niue. Les municipalités d'Alofi-Nord et Alofi-Sud forment la capitale de l'île, Alofi.

  1. Makefu
  2. Tuapa
  3. Namukulu
  4. Hikutavake
  5. Toi
  6. Mutalau
  7. Lakepa
  8. Liku
  9. Hakupu
  10. Vaiea
  11. Avatele
  12. Tamakautoga
  13. Alofi-Sud
  14. Alofi-Nord

Transports[modifier | modifier le code]

En 2008, Niue comptait 120 kilomètres de routes et un aéroport, situé au sud-ouest de l'île, près d'Alofi. Niue ne possède pas de port en eau profonde, mais des bateaux légers peuvent accoster à Alofi[12].

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Écosystème de Niue.

Flore[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Flore de Niue.

Niue abrite 629 espèces de plantes vasculaires, dont 175 sont locales. L'île peut être divisée en deux grandes zones de végétation : la forêt tropicale dans l'arrière-pays, et la zone côtière. La plupart de la superficie est peuplée d'arbustes et seuls quelques hectares sont couverts de forêt vierge.

L'occupation humaine a modifié la végétation de Niue de façon significative. La forêt vierge, constituée de grands arbres et d'arbustes, n'est plus présente que dans la partie centrale de l'île, appelée forêt d'Huvalu, où toute activité humaine est strictement interdite. Une grande partie du territoire restant est parsemé d'une forêt secondaire.

Faune[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Faune de Niue.

Les mammifères terrestres ne sont représentés à Niue que par les espèces introduites par l'homme : chiens, porcs et chats. La seule exception est le Renard volant des Tongas (Pteropus tonganus), une espèce de chauve-souris, qui joue un rôle important dans l'écosystème de l'île : il pollinise une proportion importante de plantes indigènes. Cependant, la déforestation et le braconnage a conduit à une diminution de sa population.

Niue abrite 31 espèces d'oiseaux dont la plupart ne sont pas endémiques. Les sous-espèces endémiques sont l'Échenilleur de Polynésie (Lalage maculosa whitmeei) et le Stourne de Polynésie (Aplonis tabuensis brunnescens)

Les eaux de Niue abritent une grande quantité d'espèces, notamment le serpent venimeux Laticauda schystorhyncha, ainsi qu'un grand nombre d'anémones de mer et de petits poissons, qui trouvent refuge dans la barrière de corail entourant l'île.

Protection[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de Niue consacre une attention considérable à la protection de l'environnement[13], et le pays dispose de plusieurs réserves naturelles. La plus grande d'entre elles, la zone de conservation de la forêt d'Huvalu, est située dans la partie orientale de l'île entre les villages de Liku et Hakupu et sa superficie de 54 km2 abrite environ 188 000 animaux.

Au sud de l'île est situé la réserve marine d'Anaunau (anciennement connu sous le nom Namoui) d'une superficie de 27 67 hectares.

Économie[modifier | modifier le code]

La Zone Économique Exclusive de Niue. Les quatre points noirs représentent des récifs appartenant à Niue.
Article détaillé : Économie de Niue.

L'économie niuéenne est totalement dépendante de l'aide officielle néo-zélandaise, qui avec environ 15 millions de dollars néo-zélandais assure les trois quarts du budget local. La plus grosse partie de ce budget est utilisé pour les infrastructures. La plupart des services publics sont gratuits.

Les importations sont 45 fois plus importantes que les exportations. C'est l'une des balances commerciales les plus déséquilibrées du monde[14].

Le tourisme, la vente de timbres aux philatélistes et les royalties des compagnies de pêche assurent un apport d'argent. L'attribution des noms de domaine de premier niveau du pays est également une important ressource financière, celui-ci (.nu) ayant une prononciation proche des mots anglais, néerlandais ou suédois signifiant « nouveau » ou « maintenant ».

En 1993, Niue créa un centre financier afin d'accueillir les compagnies off-shore fuyant leurs taxes locales. Depuis, plus de 6 000 sociétés se sont enregistré, assurant 10 % des revenus du pays. En 2002, à la suite de rumeurs sur le transit de capitaux appartenant à des cartels sud-américains, puis des menaces de sanctions, Niue mit un terme aux activités bancaires (mais pas aux enregistrements de sociétés), ce qui lui permit d'éviter d'être listé sur la liste noire des paradis fiscaux non coopératifs.

En 1996, le gouvernement néo-zélandais dépensa 10 millions de dollars pour agrandir la piste de l'aéroport et construire l'hotel Matavai afin de promouvoir le tourisme, sans grand succès. Sur les 3 000 visiteurs annuels, la moitié sont des niuéens expatriés, 7 % sont des néo-zélandais.

L'agriculture est marginale (8 % de l'île consiste en des cultures permanentes) et son produit (noix de coco, fruit de la passion, miel, taro, igname, manioc, patate douce, vanille[15]) peu exporté. L'usine de fabrication de noix de coco a fermé en 1989 à la suite d'un cyclone tandis que le cyclone Ofa détruisit en 1990 les cultures de citrons et de fruits de la passion. Une nouvelle usine a ouvert ses portes en 2004[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Niue.

On remarque que Niue souffre d'une chute démographique importante. Celle-ci est due à un solde migratoire très négatif. En effet, de nombreux niuéens en âge de travailler préférant s'expatrier à l'étranger (généralement en Nouvelle-Zélande). Alors que la population niuéenne a chuté de près de 35 % en huit ans, passant de 2 145 habitants à 1 398, la population niuéenne ou d'origine niuéenne vivant à l'étranger est d'environ 20 000 personnes[16]. L'espérance de vie des hommes comme des femmes est de 69,5 ans et la mortalité infantile est de 17,5‰[17]. Sa population ne dépasse guère la barre des 1 500 habitants, ce qui fait de Niue le second pays le moins peuplé de la planète après le Vatican.

Sa densité de population, elle aussi est très faible (~8 hab./km2). En effet, Niue est aussi l'un des pays les moins densément peuplé du Monde.

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
2 134 2 145 2 156 2 166 1 625 1 492 1 444 1 398 1 354 1 311 1 269
Source : www.indexmundi.com[18]

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de Niue.
Danseurs au Pasifika Festival

La langue indigène, le niuéen, est une des langues polynésiennes, appartenant donc au groupe des langues océaniennes, apparentée au tongien.

On compte trois journaux à Niue. Ils sont tous en anglais : Niue Business News, Niue News et Talanet News. L'hebdomadaire The Niue Star est publié en anglais et en niuéen.

Niue est connu pour être le seul pays au monde entièrement couvert par un réseau Wi-Fi libre et gratuit, grâce à The Internet Users Society-Niue.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bien qu'elle porte le nom de la capitale, cette bande fait tout le tour de l'île.

Références[modifier | modifier le code]

(ru) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en russe intitulé « Ниуэ » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]