Dépendance de Ross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

75° 00′ S 175° 00′ O / -75, -175

Ross Dependency
Drapeau de Ross Dependency
Drapeau
Carte de la revendication néo-zélandaise en AntarctiqueLa revendication est suspendue par le traité sur l'Antarctique
Carte de la revendication néo-zélandaise en Antarctique
La revendication est suspendue par le traité sur l'Antarctique
Administration
Statut Dépendance de la Nouvelle-Zélande
Démographie
Population 1 000 hab. (est. max.)
Densité 0 hab./km2
Géographie
Superficie 450 000 km2
Limites 150° O à 160° E

La dépendance de Ross est une région de l'Antarctique revendiquée par la Nouvelle-Zélande. Elle est définie comme le secteur compris entre les longitudes 160° E à 150 ° O, depuis la latitude 60° S jusqu'au pôle Sud.

Son nom vient de Sir James Clark Ross, qui a découvert la Mer de Ross.

Géographie[modifier | modifier le code]

La dépendance de Ross est largement ouverte sur la mer de Ross et ne comprend qu'une petite partie du continent Antarctique, à savoir la terre Victoria à l'Ouest et la terre Marie Byrd à l'Est. Bien que couvrant des longitudes très larges, le secteur néo-zélandais est l'un des plus petits secteurs revendiqués sur l'Antarctique en termes de superficie des terres émergées, presque aussi petit que la terre Adélie.

L'île de Ross, l'île Roosevelt, l'île Scott (10 à 80 habitants) et les îles Balleny sont situées à l'intérieur de la dépendance de Ross.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni prit possession du territoire en 1923 et le plaça sous administration du dominium de la Nouvelle-Zélande et cette administration lui fut transmise lors de son indépendance. Le gouverneur général de Nouvelle-Zélande est de fait toujours officiellement gouverneur général de la dépendance de Ross.

Comme les autres revendications territoriales sur l'Antarctique, elle n'a jamais été officiellement reconnue par la communauté internationale et est actuellement suspendue par le traité sur l'Antarctique.

Stations de recherche[modifier | modifier le code]

Les bases scientifiques Scott (Nouvelle-Zélande) et McMurdo (États-Unis) sont les seuls endroits occupés par 200 à 1 000 habitants de manière permanente sur le territoire (si on ne prend pas en compte la base Amundsen-Scott située au pôle Sud) et toutes deux sont situées sur l'île de Ross, qui comprend également Williams Field, une piste d'atterrissage utilisable tout au long de l'année. Deux autres pistes sont ouvertes dans la dépendance selon les conditions météorologiques, garantissant un accès aux avions ravitailleurs tout le long de l'année.

La Nouvelle-Zélande maintint une base d'été dans la région des Vallées sèches de McMurdo de 1969 à 1995. Greenpeace utilisa de 1987 à 1992 sa propre base antarctique, World Park, sur l'île de Ross. Comme la base faisait partie d'une organisation non gouvernementale, la politique officielle des pays signataires du traité sur l'Antarctique était de ne pas lui fournir d'assistance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]