Timor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Timor (homonymie).
Timor
vue par satellite de l'île
vue par satellite de l'île
Géographie
Pays Drapeau du Timor oriental Timor oriental
Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Archipel Îles de la Sonde
Localisation Mer de Timor
Mer de Banda
Coordonnées 9° 13′ 59″ S 124° 55′ 59″ E / -9.233, 124.933 ()9° 13′ 59″ S 124° 55′ 59″ E / -9.233, 124.933 ()  
Superficie 30 777 km2
Point culminant Gunung Tata Mailau (2 986 m)
Géologie Île continentale
Administration
Drapeau du Timor oriental Timor oriental
Districts 12 districts
+Oecussi-Ambeno (exclave)

Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Province Petites îles de la Sonde orientales
Démographie
Population 2 220 000 hab. (2000)
Densité 72,13 hab./km2
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Timor
Timor
Géographie de l'île

Timor est une île de l'archipel indonésien, dans l'est des petites îles de la Sonde. Elle est bordée au sud par la mer de Timor et séparée au nord de la mer de Banda par les autres îles orientales des îles de la Sonde. En malais, timur signifie « orient », mais ce n'est pas nécessairement l'étymologie du nom de l'île.

La moitié orientale de Timor forme la République du Timor oriental, tandis que la moitié occidentale fait partie de la province indonésienne des petites îles de la Sonde orientales couvrant quatre kabupaten (Belu, Kupang, Timor central Sud et Timor central Nord), ainsi une kota (Kupang).

Géographie de l'île[modifier | modifier le code]

Maison traditionnelle dans le district de Bobonaro, sous-district de Maliana (Timor oriental)

Sa superficie de 30 077 km2 en est équivalente à la taille de la Belgique. Elle est la 43e plus grande île du monde.

Population[modifier | modifier le code]

Les populations de Timor parlent des langues qui appartiennent à deux groupes distincts :

Cette situation linguistique laisse supposer qu'il a pu y avoir deux types de peuplement de l'île.

Il y a environ 21 000 ans, la Nouvelle-Guinée était reliée à l'Australie, formant la masse continentale appelée « Sahul ». L'Australie avait été peuplée il y a au moins 40 000 ans par des migrations depuis l'actuel continent asiatique. Ces migrations avaient été possibles car à l'époque, le niveau des mers était plus bas qu'actuellement, et le continent australien était alors relié au continent asiatique.

Des migrations avaient également pu avoir eu lieu directement de l'Asie vers la Nouvelle-Guinée et les îles Salomon.

Il y a 5 000 à 6 000 ans, le niveau des mers est remonté pour atteindre la situation actuelle, coupant ces populations du continent asiatique et empêchant d'autres migrations pour un certain temps. Ceci pourrait expliquer la présence à Timor de langues que l'on classe comme papoues.

Par ailleurs, il y a 5 000 ans (3000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du sud commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan. Vers 2 000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Sulawesi et Timor et, de là, vers les autres îles de l'archipel indonésien. Les Austronésiens sont sans doute les premiers grands navigateurs de l'histoire de l'humanité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Timor est attesté dès le XIVe siècle après J.-C. Le Nagarakertagama, un poème épique écrit en 1365 dans le royaume javanais de Majapahit, mentionne en effet « Timur » parmi les quelque cent « contrées tributaires » du royaume. En réalité, le territoire contrôlé par Majapahit ne s'étendait que sur une partie de l'est et du centre de Java. Les contrées tributaires étaient en fait des comptoirs formant un réseau commercial dont Majapahit était le centre. Majapahit y envoyait des dignitaires dont le rôle était de s'assurer que ces comptoirs ne s'adonnaient pas à un commerce privé qui échapperait au royaume.

Tomé Pires, un apothicaire portugais qui, de 1512 à 1515, a habité Malacca, conquise en 1511, note dans sa Suma Oriental que le bois de santal provient de Sumba et Timor. Au XVIIe siècle, c'est toujours le cas de Timor, mais plus de Sumba. Florès, Roti et Savu ont peu d'intérêt pour la VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie ou « Compagnie hollandaise des Indes orientales »).

Les Portugais établissent un fort à Kupang dans l'ouest de l'île, puis l'abandonnent. La VOC occupe Kupang en 1653, mais doit faire face, pour le commerce du santal, à des marchands de Florès. Les Portugais se sont entre temps retirés à Timor oriental. L'île est donc divisée en deux :

Au moment de la révolution des œillets au Portugal en 1974, l'Indonésie envahit le Timor oriental, alors que le FRETILIN, le principal mouvement indépendantiste, venait d'en déclarer l'indépendance. Suit une période d'occupation violente qui ne prendra fin qu'avec l'arrivée en 1999 de troupes internationales sous l'égide des Nations-Unies, à la suite d'un référendum organisé par le gouvernement indonésien, par lequel quelque 80 % de la population du Timor oriental refuse le maintien dans l'Indonésie. En 2002, le Timor oriental a été officiellement reconnu État indépendant par la communauté internationale.

En 2012, le retrait définitif des casques bleus a été annoncé pour l'année 2013, et le gouvernement a officiellement annoncé un relèvement économique (source http://www.lepoint.fr/monde/le-timor-fete-dix-ans-d-independance-devenu-mature-20-05-2012-1463213_24.php) léger mais optimiste.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :