John Key

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Key
John P. Key, en 2013.
John P. Key, en 2013.
Fonctions
38e Premier ministre de Nouvelle-Zélande
En fonction depuis le 19 novembre 2008
(&&&&&&&&&&&020785 ans, 8 mois et 10 jours)
Monarque Élisabeth II
Gouverneur Anand Satyanand
Jerry Mateparae
Prédécesseur Helen Clark
Leader du Parti national
En fonction depuis le 27 novembre 2006
Prédécesseur Don Brash
Leader de l'Opposition
27 novembre 20068 novembre 2008
Prédécesseur Don Brash
Successeur Phil Goff
Représentant de la circonscription de Helensville
En fonction depuis le 27 juillet 2002
Prédécesseur Circonscription créé
Biographie
Nom de naissance John Philip Key
Date de naissance 9 août 1961 (52 ans)
Lieu de naissance Auckland (Nouvelle-Zélande)
Nationalité Néo-Zélandaise
Conjoint Bronagh Key
Enfant(s) Stephie
Max
Diplômé de Université de Canterbury
Profession Chef d'entreprise
Religion Agnosticisme
Résidence Premier House, Wellington

Signature

John Key
Premiers ministres de Nouvelle-Zélande

John Phillip Key, né le 9 août 1961 à Auckland, est un homme politique néo-zélandais, membre du Parti national ; il est Premier ministre de Nouvelle-Zélande depuis le 19 novembre 2008.

Il est également représentant pour la circonscription d'Helensville dans la banlieue nord d'Auckland depuis 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu modeste, orphelin de père à 6 ans, John Key est élevé avec ses deux sœurs par sa mère, une immigrante autrichienne d'origine juive, dans une State house (un logement social) à Christchurch dans l'île du Sud.

Il est titulaire d'un Bachelor of Commerce (Bcom) en comptabilité de l'Université de Canterbury à Christchurch en 1981[1] et a également suivi des cours de gestion à Harvard aux États-Unis, mais il n'en a obtenu aucun diplôme[2].

Après une carrière d'homme d'affaires jusqu'en 2001, il fait alors son entrée en politique au sein du Parti national. Élu député pour la première fois en 2002[1], il est réélu en 2005 et prend la tête du Parti en 2007[1].

Politique[modifier | modifier le code]

De l'opposition au gouvernement[modifier | modifier le code]

Il dirige l'opposition officielle au gouvernement de centre-gauche de la travailliste Helen Clark de 2006 à 2008 puis, après les élections législatives de 2008, il devient le 38e Premier ministre de Nouvelle-Zélande le 19 novembre 2008. Il forme une coalition gouvernementale de centre-droit avec les partis libéral ACT New Zealand, centriste United Future et le Parti māori, et dispose donc d'une majorité de 70 sièges sur 122 à la Chambre des représentants.

Il est reconduit à la tête du gouvernement après la victoire de son parti aux élections législatives de novembre 2011[3].

Positions[modifier | modifier le code]

En 2002, il déclare qu'il est favorable à un « degré de privatisation » des secteurs de la santé, de l'éducation et des retraites. En tant que député, il vote contre un projet de loi visant à créer des unions civiles pour personnes de même sexe[4], mais également contre un projet de loi qui vise à définir le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme[5]. Il vote pour un projet de loi qui cherche (en vain) à interdire la vente d'alcool aux personnes de moins de vingt ans[6]. Key affirme que la Nouvelle-Zélande doit combattre le réchauffement climatique en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre. En 2003, il se prononce pour la participation de la Nouvelle-Zélande à la guerre en Irak aux côtés des États-Unis. (Helen Clark, premier ministre, s'y oppose, et le pays ne participe donc pas à la guerre.)[7]

Au moment de la révolution égyptienne de 2011, John Key se positionne comme favorable au gouvernement Moubarak. Cette prise de position crée une polémique dans tout le pays[8].

Le 17 avril 2013, le Parlement adopte une proposition de loi autorisant le mariage homosexuel. La proposition avait été déposée par la députée travailliste Louisa Wall, et John Key y avait publiquement apporté son soutien. La Nouvelle-Zélande devient ainsi le treizième pays au monde (et le premier en Océanie) à légaliser le mariage pour les couples de même sexe[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) "John Key - A snapshot", Star Times, 3 février 2008
  2. (en) M. Tait, « Profile: John Key », The New Zealand Herald
  3. (en) "No rest for victorious John Key", New Zealand Herald, 27 novembre 2011
  4. (en) "MPs vote 65-55 in favour of Civil Union Bill", New Zealand Herald, 2 décembre 2004
  5. (en) Marriage (Gender Clarification) Amendment Bill: First Reading, Parlement néo-zélandais
  6. (en) "Drinking age stays at 18, review announced", New Zealand Herald, 9 novembre 2006
  7. (en) "All you wanted to know about John Key but were afraid to ask", Matt McCarten, New Zealand Herald, 26 août 2007
  8. (en) "John Key - Key rejects criticism over Mubarak comments"
  9. "La Nouvelle-Zélande dit «oui» au mariage pour tous", AFP, 17 avril 2013
  10. (en) "Gay marriage gets PM's full support", New Zealand Herald, 30 juillet 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]