God Defend New Zealand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
God Defend New Zealand (en)

Dieu défend la Nouvelle-Zélande

Hymne national de Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Autre(s) nom(s) Aotearoa (mi)
Paroles Thomas Bracken
Musique John Joseph Woods
1876
Adopté en 1940
Fichiers audio
Fichier audio externe God Defend New Zealand (Instrumental)

God Defend New Zealand (Dieu défend la Nouvelle-Zélande) est l'un des hymnes nationaux de la Nouvelle-Zélande, l'autre étant God Save the Queen (Dieu protège la Reine). Les deux sont à titre égal, mais God Defend New Zealand est celui le plus souvent utilisé.

Historique[modifier | modifier le code]

Les paroles de God Defend New Zealand sont à l'origine celles d'un poème écrit dans les années 1870 par l'immigrant irlandais Thomas Bracken, franc-maçon habitant Dunedin.

Une compétition est tenue en 1876 pour la composition de la musique pour accompagner le poème, avec récompense de 10 guinées pour le gagnant. Celui-ci est John Joseph Woods, de Lawrence. Il compose la musique tout d'un trait un soir en apprenant de l'existence de la compétition.

La chanson devenant de plus en plus populaire au XIXe siècle et au début du XXe siècle, en 1940 le gouvernement néo-zélandais achète les droits d'auteur et en fait la chanson nationale (et non un hymne national officiel) du pays, à temps pour le centenaire de celui-ci. Elle a été utilisée en tant que telle lors des Jeux du Commonwealth (alors appelés les Jeux de l'Empire Britannique) dès 1950, et a été utilisée aux Jeux olympiques pour la première fois lors des Jeux olympiques d'été de 1972, à Munich, suite à quoi une campagne commence pour faire qu'elle devienne hymne national.

En 1976 on lance une pétition, présentée au parlement, pour demander son instauration en tant que hymne national. Elle le devient le 21 novembre 1977 après l'autorisation d'Élisabeth II du Royaume-Uni, mais à titre égal que God Save the Queen, jusqu'alors seul hymne national officiel du pays.

Une version alternative officielle pour chant collectif a été composée par Maxwell Fernie et annoncée par le alors Minister of Internal Affairs Allan Highet.

Protocole[modifier | modifier le code]

Le ministère de la culture néo-zélandais est responsable des hymnes nationaux. Il recommande de jouer God Save the Queen lors des évènements ayant trait à la loyauté à la Couronne, ou en présence de la reine, un ou des membres de la famille royale britannique, ou le gouverneur général de Nouvelle-Zélande. God Defend New Zealand est particulièrement approprié lors des évènements intéressant l'identité nationale néo-zélandaise.

Paroles[modifier | modifier le code]

God Defend New Zealand a trois couplets, chacun en anglais avec traduction en maori. On ne chante le plus souvent que le premier couplet de chaque version, généralement le maori en premier. On peut également chanter les second et dernier couplets de la version anglophone, mais les troisième et quatrième sont rarement utilisés.

La version maori a été écrite en 1878 par Thomas H. Smith, juge à Auckland, sur demande du gouverneur général George Edward Grey. Elle a été traduite en anglais en 1979 par l'ancien Māori Language Commissioner Timoti S. Kāretu ; cette traduction est sous copyright jusqu'en 2079. Le copyright de la version originelle en anglais, celle de Bracken, est expirée depuis 1948 (50 ans après la mort de son auteur).

Il y a débat sur la signification de « Pacific's Triple Star », et aucune explication officielle. Les théories proposent plusieurs options : les trois plus grandes îles du pays (Nord, Sud et Stewart/Rakiura), les trois étoiles sur le blason de l'Église anglicane de Nouvelle-Zélande, les trois étoiles du drapeau de Te Kooti (leader maori du XIXe siècle), ou le système Alpha Centauri (cette dernière est improbable, étant donnée que Proxima Centauri ne fut découverte qu'en 1915).

Version courte[modifier | modifier le code]

Paroles en anglais Paroles en maori

God of Nations at thy feet
In the bonds of love we meet;
Hear our voices we entreat;
God defend our free land;

Guard Pacific’s triple star;
From the shafts of strife and war;
Make her praises heard afar
God defend New Zealand.

E Ihoā Atua,
O ngā iwi mātou rā;
Āta whakarongona,
Me aroha noa;

Kia hua ko te pai
Kia tau to ata whai;
Manaakitia mai
Aotearoa

Version complète[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]