Italie (époque romaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des provinces de l'Empire romain après 120. La Gaule Cisalpine, indiquée dans cette carte, fut en réalité annexée à l'Italie dès la fin de la république en -42

À l'époque de la Rome antique, dans les derniers siècles de la République puis sous l'Empire la notion d'Italie évolua pour parvenir à désigner la péninsule italique dans sa totalité, de Brindisi jusqu'aux Alpes, cependant elle ne concerna jamais les îles, sauf dans la période post tétrarchique (IVe siècle). Il s'agissait déjà d'un territoire très vaste et marqué au départ par une très grande diversité ethnique et sociale. Malgré la diffusion de la romanisation, cette Italie unifiée par Rome, comme celle d'aujourd'hui, garda toujours de forts particularismes locaux.

Extension du toponyme[modifier | modifier le code]

Selon les témoignages d’Hécatée de Milet, sans doute, puis d’Antiochos de Syracuse[1] et de Timée de Tauroménion[2], le terme d’Italie, appelée aussi Oenôtrie, renvoyait à l’origine à une partie très limitée du Bruttium antique, d’abord à la région qui se trouve au sud de l’isthme séparant le golfe de Skylletion et celui d’Hipponion (aujourd’hui golfes de Squillace et de Sant’Eufemia), puis à celle qui s’étend entre Laos, sur le versant tyrrhénien, et Métaponte[3], sur le versant ionien, et enfin à l’ensemble de la Grande-Grèce.

Le terme d'Italie désigna ensuite la partie de la péninsule située au sud de l'Aesis (Esino), borne de la Gaule cisalpine. La limite entre l'Italie et la Gaule cisalpine fut plus tard portée au Rubicon.

Sous Auguste, le terme d'Italie désigna l'ensemble de la péninsule, jusqu'aux Alpes. Plus précisément, l'Italie désigna la partie de la péninsule divisée en régions. Les Alpes cottiennes en étaient exclues.

Au Bas-Empire, le terme d'Italie fut utilisé pour qualifier un diocèse : le diocèse d'Italie, comprenant, outre la péninsule, les provinces insulaires de Corse, de Sardaigne et Sicile ainsi que les provinces alpestres des Alpes cottiennes et de Rhétie. L'Italie désigna aussi une préfecture : la préfecture d'Italie, composé des diocèses d'Italie, d'Illyrie et d'Afrique.

L'Italie romaine : une exception face aux provinces[modifier | modifier le code]

Une portion de la Table de Peutinger, copie d'époque renaissance d'une carte romaine du IVe siècle, montrant au centre le sud de l'Italie.

Sous la République et pendant le Haut Empire, on ne considéra jamais que la Sicile, la Sardaigne et la Corse fissent partie de l'Italie. De même, sous l'empire, une partie de l'Italie actuelle dépendait des provinces des Alpes : Alpes cottiennes ou Rhétie. Les limites de l'Italie, dans le nord de la péninsule ont, en effet, été changeantes : de nombreux peuples s'en disputaient le territoire : peuples italiotes, Ligures, Étrusques puis Celtes et Romains. La présence Celte fut suffisamment forte et influente pour que le nord de notre actuelle Italie fut longtemps considéré comme une partie du monde celtique et nommé Gaule cisalpine[4]ou Gaule Transpadane[5]. À ce titre ce fut la seule partie de la péninsule qui fut effectivement une province romaine, la province de Gaule Cisalpine. Après César cependant cette province disparaît, devenant à part entière un morceau de l'Italie.

Le territoire de l'Italie, qui fut le premier champ d'expansion de la puissance romaine, fut intégré à l'empire naissant selon des modalités variables : colonies romaines et latines, traités d'alliance (Fœdus), confiscation du territoire. Jamais cependant l'Italie ne fut considérée comme une province, ce terme étant réservé à l'administration des territoires non italiques. Si le mot provincia est parfois utilisé par certaines de nos sources en relation avec des fonctions en Italie ce n'est jamais dans son sens administratif ou technique mais dans son sens le plus large, celui de "district relevant d'un magistrat", ainsi à l'époque tardive le Digeste parle-t-il de la provincia du préfet de la Ville, ainsi trouve-t-on aussi sous la République le terme provincia utilisé pour la gestion des forêts de la péninsule. Même lorsque l'Italie n'eut plus aucun privilège par rapport aux provinces, après la Tétrarchie, le pouvoir romain évita toujours le mot province, lui substituant celui de région (regio, regiones).

En effet après la Guerre sociale le destin des Italiens et des Romains ne faisait plus qu'un et la péninsule se distinguait fortement des autres territoires contrôlés par Rome. L'avènement de l'empire renforça dans un premier temps cette situation, l'Italie jouissant d'un prestige inégalé, de privilèges forts en même temps que d'une position hégémonique militaire mais aussi économique dans la Méditerranée. Seulement les Italiens, en effet, étaient tous citoyens romains grâce au droit du sol (Jus Soli), néanmoins ce privilège était aussi accordé au colonies romaines dans les provinces et aux villes bénéficiant du Jus Italicum. L'intégration progressive des provinces à l'Empire, leur romanisation juridique et culturelle, leur développement économique et social, relativisa, au IIIe siècle, cette exception italienne. Le IIe siècle de notre ère marque un tournant : dans certains domaines le poids des provinces commence à dépasser celui de l'Italie, l'administration de l'Italie se rapproche de celle des provinces. Les difficultés du IIIe siècle et les réformes post-tétrachiques mettent définitivement fin à l'exception, même si le poids du prestige passé reste. L'éloignement des empereurs, la fondation d'une nouvelle capitale en Orient et les divisions nées des invasions barbares voient une Italie à nouveau divisée entrer dans le Haut Moyen Âge.

L'œuvre d'Auguste[modifier | modifier le code]

Les onze régions d’Auguste

La réorganisation augustéenne paracheva l'intégration de l'ancienne Gaule cisalpine dans l'Italie : les régions nord de la péninsule, de la Ligurie à la Transpadane (actuelle Lombardie) entraient pleinement dans l'Italie. Cette dernière se vit divisée en onze régions administratives.

Numéro Dénomination usuelle Composantes
Regio I Latium et Campania (Latium et Campanie)
  • Le Latium, comprenant :
    • Le Latium vetus (Vieux Latium) ;
    • Le Latium novum (Nouveau Latium) ou Latium adiectum (Latium ajouté) ;
  • La Campanie, comprenant :
    • La Campanie proporement dite ;
    • La Picentine.
Regio II Apulia et Calabria (Apulie et Calabre) L'Apulie, partie de l'ancienne Grande-Grèce, comprenant l'Apulie proprement dite (Daunienne et Peucetienne) et la Messapie (Calabri et Salentini)
Regio III Lucania et Bruttium (Lucanie et Bruttium) L'Oesnotrie, partie de l'ancienne Grande-Grèce, comprenant :
  • La Lucania (Lucanie) ;
  • Le Bruttium.
Regio IV Samnium (Samnium) -
Regio V Picenum (Picenum) -
Regio VI Umbria (Ombrie) et Ager Gallicus
  • L'Umbria (Ombrie proprement dite), en deçà de l'Apenin ;
  • La Volumbria (Volonbrie), par-delà l'Apenin ;
  • L'Ager Gallicus.
Regio VII Etruria (Étrurie) -
Regio VIII Aemilia (Emilie) -
Regio IX Liguria (Ligurie) -
Regio X Venetia et Histria (Vénétie et Istrie) -
Regio XI Transpadana (Transpadane) -

L'Italie est alors la partie la plus privilégiée de l'empire : tous ses habitants libres sont citoyens romains et sont exemptés de l'impôt direct, à l'exception du nouvel impôt sur les héritages créé pour financer les besoins militaires (retraite des vétérans).

Sous l'Empire[modifier | modifier le code]

à partir du IIe siècle[modifier | modifier le code]

La place de l'Italie dans l'empire, au deuxième siècle, commence à perdre de sa prépondérance. La romanisation des provinces, et pour certaines l'intégration bien entamée de leurs élites au sein des ordres équestre et sénatorial ont amoindri le caractère exceptionnel de l'Italie. Même si les Italiens restent majoritaires au sénat quasiment jusqu'à la fin du siècle, l'entrée de provinciaux a changé la donne politique. Le deuxième siècle voit l'empire gouverné par des empereurs issus de familles provinciales qui sont toutefois d'origine italienne : Trajan et Hadrien issus de l'Espagne, Antonin le Pieux de Narbonnaise. Dès les premières années du siècle, Trajan a dû réglementer la présence des sénateurs en Italie, les obligeant à posséder une partie importante (un tiers) de leurs terres en Italie : selon Pline le Jeune (VI, 19), certains sénateurs habitaient en effet en Italie comme dans une hôtellerie, tels des voyageurs. La mesure n'eut qu'un effet limité et fut réitérée par Marc Aurèle mais dans une moindre mesure (un quart des terres).

D'autres facteurs qui assuraient sa prééminence sur l'empire changent peu à peu en une inflexion qui dure tout au long du siècle et a commencé au premier siècle. Les légions désormais fixées aux frontières de l'empire, dans des provinces éloignées, régionalisent peu à peu leur recrutement. La part des Italiens dans l'armée diminue, celle des provinciaux augmente, même si les Italiens n'ont jamais abandonné les postes d'officiers comme ceux de centurions, les régions traditionnelles de recrutement militaire en Italie ne sont plus mises à contribution qu'exceptionnellement, à l'occasion de la création de nouvelles légions par exemple, comme ce fut le cas sous Marc Aurèle.

Pendant longtemps ces observations étaient appuyées par le tableau d'une Italie romaine sur le déclin, touchée par une grave crise économique, la dépopulation et finalement incapable de s'opposer à la concurrence des provinces. S'il est vrai que dans certains domaines des provinces ont su capter des marchés assurés auparavant par l'Italie comme la céramique sigillée, il est difficile d'extrapoler une situation générale. Le déplacement des productions de sigillées de l'Italie en Gaule correspond aussi à l'émergence sur le Rhin de la demande des légionnaires. Par ailleurs on peut, avec Moses Finley, minimiser l'importance globale de ces productions dans l'économie antique. Inversement une partie des chercheurs les considèrent comme un marqueur de déplacements économiques plus importants mais moins visibles dans nos sources. Dans cette perspective quelques chantiers de fouilles exemplaires ont reçu une exposition très forte et ont semblé parfois résumer le destin de l'Italie et de son économie au deuxième siècle. C'est le cas de la villa de Settefinestre vers Cosa, qui voit ses productions décliner puis est abandonnée vers 160-170. Là encore il est risqué de généraliser l'histoire - même brillamment reconstituée - d'une seule région, et de vouloir en tirer des enseignements pour toute l'Italie. D'autres régions montrent au contraire un dynamisme agraire et économique, comme la région d'Aquilée. Il semble aussi qu'il faille comprendre les nombreuses importations venant des provinces non pas comme le signe d'un déclin de l'Italie mais plutôt comme la résultante de la taille disproportionnée du marché romain et d'une situation technologique qui faisait que certains transports maritimes à longue distance étaient plus économiques que des transports terrestres à moyenne distance. L'Italie a elle seule ne peut nourrir Rome, les importations rendent compte de ce fait plus que d'un déclin que l'on peine de plus en plus à voir au deuxième siècle. De même le déclin démographique n'est plus placé avant la peste antonine et les conséquences de cette dernière sont discutées et peu claires.

La place symbolique de l'Italie n'est guère atteinte non plus, et elle est l'objet de la sollicitude des empereurs qui résident pour la plupart sur son territoire à l'exception des empereurs engagés dans des guerres (Trajan, Marc Aurèle) et d'Hadrien, voyageur par goût et peut-être par volonté politique. L'institution des fondations alimentaires par Trajan, tout autant qu'au besoin d'aider certains Italiens peu fortunés témoigne de la sollicitude de l'empereur pour la terre italienne et ses citoyens. Néanmoins cette sollicitude avait aussi un revers : un contrôle approfondi sur l'autonomie municipale des nombreuses cités de la péninsule. C'est à travers l'institution des curateurs qu'il se manifeste. On n'interprète plus cependant aujourd'hui le curateur comme l'expression d'une volonté impériale de mainmise sur les cités, et l'on connaît mieux, depuis les travaux de F. Jacques, la distance qu'il peut avoir avec la cité qu'il doit surveiller ponctuellement. Le principe d'une surveillance par l'administration impériale s'imposait cependant.

Hadrien voulut-il l'approfondir encore ? Il confia l'Italie à quatre consulaires portant le titre de légats d'auguste propréteur, titre utilisé pour les gouverneurs de province. Le tollé soulevé dans le sénat fit que la mesure fut annulée par son successeur. Elle répondait pourtant à un réel besoin : les régions d'Italie avaient besoin d'une administration plus hiérarchisée, en particulier dans le domaine de la justice civile (droit des tutelles). Aussi Marc Aurèle créa-t-il en 165 les juridiques (iuridici) qui exerçaient dans des districts au découpage géographique assez changeant. La zone située dans les 100 milles autour de Rome dépendait quant à elle du préfet de la Ville qui vit ses prérogatives augmentées sous les Sévères. Hors de cette zone, et pour des affaires graves ou touchant aux intérêts de l'empereur, ou encore à des questions de maintien de l'ordre, le préfet du prétoire pouvait intervenir, comme ils le firent vers 168, forçant la cité de Saepinum à respecter le droit des pasteurs transhumants. Vers 214-217, Caracalla institue des correcteurs investis de pouvoirs analogues à ceux des gouverneurs de provinces. La fonction reste cependant exceptionnelle et concerne l’Italie tout entière qui conserve son indivisibilité traditionnelle[6].

À bien des égards le deuxième siècle est pour l'Italie un siècle de transition, de recul de sa prééminence, mais en aucun cas le déclin qu'une historiographie dépassée a voulu voir jusque dans les années 1970, en s'appuyant entre autres sur les thèses de M. Rostovtseff.

Italia suburbicaria sous le gouvernement de Rome Italia annonaria, avec pour capital Mediolanum (Milan)

À partir de la fin du IIIe siècle[modifier | modifier le code]

Entre 268 et 273, Aurélien transforme la correcture instituée par Caracalla en une fonction permanente[7].

À partir de la crise du IIIe siècle, la situation de l'empire se détériore constamment. Les problèmes économiques, les incursions barbares et les guerres civiles avaient mené à une désintégration presque complète de l'empire. Des réformes drastiques sont mise en oevre par Dioclétien (284-305) et la division de l'Empire romain est consommée sous Constantin Ier. En 293, Milan était déjà devenue la capitale de Empire romain d'Occident, mais, en 330 Constantinople devient la capitale de l'empire d'orient, de fait l'administration et la cour impériale se déplacent vers Constantinople. Constantin fait également déplacer la flotte italienne basée à Misenum et Ravenne pour le Pont. Il favorise aussi la diffusion de la religion chrétienne (313, édit de Milan) en supprimant les freins à cette diffusion, et s'allie réellement avec l'Église.

Le christianisme devient la seule religion officielle de l'empire en 380 sous Théodose Ier. Après la mort de ce dernier en 395, l'Empire romain d'Occident n'est plus constitué que de l'Italie. La capitale occidentale est déplacée de Mediolanum (Milan) à Ravenne en 402. Alaric, roi des Wisigoths, met à sacs Rome en 410, pour la première fois depuis 800 ans. Quelques décennies plus tard le nord de l'Italie est attaquée par les Huns d'Attila.

D'après le Notitia Dignitatum, après les années 420, l'Empire d'Occident avec l'Afrique et l'Illyrie est gérée par un praetorio Prefectus Italiae , un vicarius, et un comes rei militaris. Les régions ont été gouvernées par huit consulares, deux correctores et quatre praesides.

consulares correctores praesides
  • Venetiae et Histriae
  • Aemiliae
  • Liguriae
  • Flaminiae et Piceni annonarii
  • Tusciae et Umbriae
  • Piceni suburbicarii
  • Campaniae
  • Siciliae
  • Apuliae et Calabriae
  • Lucaniae et Bruttiorum
  • Alpium Cottiarum
  • Samnii
  • Sardiniae
  • Corsicae.

Les empereurs, dirigeant des forces barbares, contrôlent peu leurs frontières et leurs côtes qui sont perpétuellement attaquées. En 476, avec la chute de Romulus Augustule, l'empire d'occident disparaît. L'Italie reste gouvernée par Odoacre quelques années jusqu'à l'invasion des Goths puis, un siècle plus tard, après les invasions successives des byzantins et des Lombards, elle est divisée en plusieurs royaumes. La Réunification de l'Italie ne se reproduira ensuite qu'au XIXe siècle

Article connexe : Italie médiévale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaine, I, 12, 3 ; I, 35 et I, 73, 3 ; Strabon, Géographie, VI, 1, 4, 254 ; et Étienne de Byzance, s. v. Bρέttoς.
  2. D'après Denys d'Halicarnasse, op. cit., I, 73 ; et Strabon, op. cit., III, 136 et V, 24 ; Pseudo-Aristote, De mir. ausc., 78.
  3. L'actuel Metaponto, hameau de la commune de Bernalda.
  4. la Gaule d'avant les Alpes
  5. Gaule d'au-delà du Pô
  6. Léon Homo, Nouvelle histoire romaine, Fayard,‎ 1969 (résumé)
  7. Camille Jullian, Les transformations politiques de l'Italie sous les empereurs romains : 43 av. J.-C. - 330 ap. J.-C., Thorin,‎ 1884 (résumé)

Source[modifier | modifier le code]

  • Strabon Geografia, IV, 6; V, 1-4; VI, 1

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]