Friedrich Dürrenmatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Friedrich Dürrenmatt

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Friedrich Dürrenmatt en 1989.

Naissance 5 janvier 1921
Konolfingen, Drapeau de la Suisse Suisse
Décès 14 décembre 1990 (à 69 ans)
Neuchâtel, Drapeau de la Suisse Suisse
Langue d'écriture allemand

Œuvres principales

Friedrich Dürrenmatt, né le 5 janvier 1921 à Konolfingen dans le canton de Berne et mort le 14 décembre 1990 à Neuchâtel, est un écrivain, auteur de roman policier, dramaturge et peintre suisse de langue allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils d'Ulrich Dürrenmatt, célèbre satiriste, poète et politicien bernois, Friedrich Dürrenmatt hérite son esprit provocateur qui caractérisera ses travaux ultérieurs. En fait, son grand-père a inspiré Dürrenmatt tout au long de sa carrière. Il écrira : « Mon grand-père a été envoyé en prison pendant dix jours à cause d'un poème qu'il avait écrit. Je n'ai pas encore été ainsi honoré. Peut-être est-ce ma faute, ou peut-être le monde a-t-il tellement périclité qu'il ne se sent plus offensé lorsqu'il est sévèrement critiqué. »

Après une adolescence mouvementée, il réussit finalement à passer son examen de maturité en 1941 et poursuit ses études à l'université de Berne. Il y étudie la littérature allemande et l'histoire de l'art, mais aussi les sciences.

Après un bref passage à l'université de Zurich, où il étudie la littérature allemande et la philosophie, Dürrenmatt interrompt ses études en 1946 et s'essaie à la dramaturgie en s'inspirant de Brecht, Kafka et de Lessing. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il a 24 ans. Il écrit alors sa première pièce de théâtre Les Fous de Dieu (Es steht geschrieben), une comédie lyrique et apocalyptique qui provoque un scandale après sa première, le 19 avril 1947, ce qui le rend célèbre bien au-delà des frontières suisses. En 1946, (le 11 octobre) il épouse l'actrice Lotti Geissler, avec qui il aura trois enfants : Peter (1947), Barbara (1949), et Ruth (1951).

Au cours des années suivantes, il lutte pour gagner sa vie comme écrivain et pour surmonter un diabète handicapant. Il se met à écrire des nouvelles, des romans policiers, et des pièces radiophoniques pour subsister, mais il n'a jamais renoncé à écrire des pièces de théâtre. C'est pendant ces premières années de création qu'il écrit Le Juge et son bourreau (Der Richter und sein Henker) et Le Soupçon (Der Verdacht), deux romans policiers qui paraissent sous forme de feuilleton dans des journaux. Il perce en 1952 avec la comédie Le Mariage de Monsieur Mississippi (Die Ehe des Herrn Mississippi) dans laquelle il commence à formuler son propre style théâtral, une obscurité, un monde irréel peuplé par des pesonnages qui, bien qu'effroyablement vrais, sont souvent déformés par la caricature. Le dramaturge a trouvé que cette comédie sombre était le moyen le plus efficace d'exposer la nature grotesque de la condition humaine. Le Mariage de Monsieur Mississippi provoque de fortes réactions de la part du public de Dürrenmatt et l'établit comme l'un des auteurs dramatiques européens les plus influents de son époque. Ces œuvres de jeunesse contiennent de nombreux éléments macabres et sombres, traitent de meurtre, de châtiment et de la mort et se terminent souvent en pointe.

En 1956, il atteint pour la première fois un public international avec La Visite de la vieille dame (Der Besuch der alten Dame). La pièce est montée entre autres à New York, Rome, Londres et Paris et se voit décerner de nombreux prix dont le Drama Critics' Circle Award et le prix Schiller.

Le 19 février 1962, en pleine guerre froide, Friedrich Dürrenmatt publie sa pièce qui deviendra un grand classique : « Les Physiciens » (Die Physiker). En 1966, il connaîtra également le succès avec une autre pièce de théâtre : Le Météore (Der Meteor).

Les œuvres de Dürrenmatt regorgent de critique sociale, satire et exagérations absurdes. Il était d'avis que seule la comédie peut encore venir à bout des rapports embrouillés et complexes du XXe siècle et qu une histoire n'est pensée jusqu'au bout que lorsqu'elle a pris la « pire tournure possible », (imprévisible et qui ne surgit que par hasard). Dans les années 1970 et 1980, Dürrenmatt tient de nombreux discours devant un public international. Il visite les États-Unis, Israël, la Pologne et le camp de concentration d'Auschwitz.

Dramaturge mondialement reconnu, Dürrenmatt est également un peintre : « l'écriture est sa profession, et la peinture sa passion ».

Vue au-dessus du Centre Duerrenmatt

En 1983, sa femme Lotti décède. L'année suivante, il épouse l'actrice, régisseur et journaliste Charlotte Kerr (1927-2011). Le 14 décembre 1990 Friedrich Dürrenmatt s'éteint dans sa propriété de Neuchâtel à la suite d'une crise cardiaque. En 2000 et conformément à ses dernières volontés, le Centre Dürrenmatt Neuchâtel est créé, pour exposer non seulement son œuvre littéraire mais aussi son œuvre picturale, moins connue du public.

Son œuvre continue à vivre grâce à la reprise de ses pièces. Par exemple : Le Minotaure jouée au théâtre du Berthelot par la compagnie Frissons volants en 2010.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Romans policiers[modifier | modifier le code]

Autres romans et récits[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

Pièces radiophoniques[modifier | modifier le code]

  • Der Doppelgänger, 1946, première diffusion en 1961)
  • Le Procès pour l'ombre de l'âne (Der Prozess um des Esels Schatten, 1951)
  • Entretien nocturne avec un homme méprisé (Nächtliches Gespräch mit einem verachteten Menschen, 1952)
  • Stranitsky et le Héros national (Stranitsky und der Nationalheld 1952)
  • Hercule et les écuries d'Augias (Herkules und der Stall des Augias, 1954)
  • La Panne (Die Panne, 1956)
  • Soirée d'Automne (Abendstunde im Spätherbst, 1957)
  • Hercules et les Écuries d'Augias ; Le Procès pour l'ombre de l'âne ; L'Entreprise de la Véga ; Soirée d'automne : quatre pièces pour la radio, traduction de Jean-Pierre Porret, Éditions Rencontre, 1961.

Essais et discours[modifier | modifier le code]

Textes autobiographiques[modifier | modifier le code]

Conférences[modifier | modifier le code]

  • Vom Sinn der Dichtung in unserer Zeit, 1956
  • Israel Lebensrecht

Scénarios de films[modifier | modifier le code]

  • Scénario pour le téléfilm Le juge et son bourreau - Der Richter und sein Henker, 1957
  • Récit et scénario pour le film Es geschah am hellichten Tag, 1958

Éditions bilingues français-allemand[modifier | modifier le code]

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Max Frisch-Friedrich Dürrenmatt, Correspondance (Briefwechsel) (19..), Carouge-Genève, Zoé, 1999

Fonds manuscrit[modifier | modifier le code]

En 1987, Dürrenmatt a légué son fonds manuscrit à la Confédération suisse à la condition que cette dernière fonde des Archives littéraires suisses. Celles-ci furent créées et inaugurées en 1991 au sein de la Bibliothèque nationale suisse.

Œuvre picturale[modifier | modifier le code]

Catalogues et livres sur l'oeuvre picturale[modifier | modifier le code]

Sur Dürrenmatt[modifier | modifier le code]

Éditions en allemand[modifier | modifier le code]

Prix importants[modifier | modifier le code]

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

La Promesse (Das Versprechen)[modifier | modifier le code]

Grec cherche Grecque[modifier | modifier le code]

  • Grieche sucht Griechin, 1966

La Panne (Die Panne)[modifier | modifier le code]

  • La più bella serata della mia vita, 1972 (La Plus belle soirée de ma vie) de Ettore Scola

Le Juge et son bourreau[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • Dans la série américaine Esprits criminels saison 7 épisode 21 (Comme un aimant), un agent cite une phrase de Friedrich Dürrenmatt : "Il n'y a que dans l'amour et le meurtre que nous sommes vraiment sincères".
  • Une locomotive de l'entreprise de transports des CFF porte son nom.
Train Durrenmatt

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :