Nick Heidfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nick Heidfeld

{{{alternative}}}

Nick Heidfeld en 2011

Surnom Computer Kid, Quick Nick
Date de naissance 10 mai 1977 (37 ans)
Lieu de naissance Drapeau de l'Allemagne Mönchengladbach (Allemagne)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemand
Années d'activité de 2000 à aujourd'hui
Qualité Pilote automobile
Équipe Prost Grand Prix
Sauber
Jordan Grand Prix
Williams F1 Team
BMW Sauber F1 Team
Lotus Renault GP
Nombre de courses 183
Pole positions 1
Podiums 13
Victoires 0

Nick Lars Heidfeld est un pilote automobile allemand né le 10 mai 1977 à Mönchengladbach. Il évolue en Formule 1 depuis la saison 2000 et a couru pour l'écurie allemande BMW Sauber F1 Team de 2006 à 2009. Il a débuté chez Prost Grand Prix et couru pour l'écurie Sauber. Il pilote pour Lotus Renault GP en 2011 en remplacement de Robert Kubica blessé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Après six années de karting, Nick Heidfeld débute dans le sport automobile en 1994 dans le championnat d'Allemagne de Formule Ford. Successivement victorieux en catégorie 1600 cm³ puis 1800 cm³, il passe au championnat d'Allemagne de Formule 3 en 1996. Troisième du championnat pour sa première année dans la discipline, il remporte le titre en 1997, avec en prime une victoire de prestige dans le Grand Prix de Monaco de Formule 3. Couvé par Mercedes, il passe en 1998 à la Formule 3000, dans une écurie (le West Junior Team) spécialement créée pour lui par la firme à l'étoile. Dès sa première saison, il passe proche de la consécration, mais doit finalement s'incliner face au redoublant colombien Juan Pablo Montoya lors de la dernière manche du championnat. Mais en 1999, parallèlement à ses activités de pilote essayeur pour le compte de McLaren-Mercedes en Formule 1, il ne laisse aucune chance à ses adversaires et remporte facilement le titre.

Les débuts en Formule 1 chez Prost Grand Prix[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld accède à la Formule 1 en 2000 au sein de l'écurie française Prost-Peugeot. Même si la légitimité d'Heidfeld à accéder en Formule 1 est incontestable compte tenu de son brillant parcours, beaucoup d'observateurs voient dans ce recrutement les prémices d'un futur rapprochement entre Prost et Mercedes (rapprochement qui n'aura pas lieu). Au sein d'une équipe en pleine crise, Heidfeld connaît un début de saison très délicat avant de prendre progressivement ses marques. S'il n'inscrit aucun point au championnat, il fait bonne impression en prenant progressivement l'ascendant sur son expérimenté coéquipier Jean Alesi.

La période Sauber[modifier | modifier le code]

Passé chez Sauber en 2001, Heidfeld ne tarde pas à monter sur son premier podium, à l'occasion du GP du Brésil. Suite à l'annonce de la retraite de Mika Häkkinen à la fin de la saison, les portes de McLaren-Mercedes semblent devoir s'ouvrir pour Heidfeld (alors toujours sous contrat avec Mercedes), mais Nick subit un véritable camouflet lorsque l'écurie anglo-allemande lui préfère son équipier Kimi Räikkönen, jugé plus prometteur. Il reste finalement chez Sauber où malgré deux nouvelles saisons très correctes, sa carrière semble s'enliser dans le ventre mou du peloton.

Passage chez Jordan[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld sur Jordan au Grand Prix du Canada 2004

Non retenu par Sauber pour 2004, il trouve refuge chez Jordan Grand Prix, une équipe alors en pleine dégringolade et en proie à d'importants soucis financiers. Bien que relégué le plus souvent dans la deuxième partie du peloton, Heidfeld impressionne en dominant largement son équipier, l'espoir italien Giorgio Pantano, et en donnant le sentiment de porter à bout de bras la moribonde écurie irlandaise. Il termine notamment septième du Grand Prix de Monaco, et huitième du Grand Prix du Canada.

Dans le giron BMW[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld lors des essais du Grand Prix des États-Unis 2005 sur Williams-BMW.
Nick Heidfeld au Grand Prix de Turquie 2009.

Malgré ces belles prestations, il reste longtemps dans l'incertitude quant à son avenir en Formule 1 au cours de l'hiver 2004-2005. À l'issue d'un long test comparatif face au Brésilien Antônio Pizzonia, il est titularisé pour la saison 2005 chez Williams-BMW aux côtés de l'Australien Mark Webber.

À ce stade, Williams-BMW représente la plus belle opportunité de sa carrière mais il ne dispose pas, comme il l'imaginait, d'une monture capable de viser la victoire. Le châssis n'est en effet pas une grande réussite et les désaccords de plus en plus profonds entre Williams et BMW ne tardent pas à tirer l'ensemble de l'équipe vers le bas. Après un début de saison marqué notamment par une seconde place au GP de Monaco, performance qu'il réédite au GP d'Europe après avoir signé la pole position, Heidfeld retombe progressivement dans l'anonymat, non sans avoir la satisfaction de régulièrement prendre le meilleur en course sur son coéquipier Mark Webber, plus rapide que lui en qualifications. Sa saison s'arrête prématurément en raison d'un gros crash lors d'essais privés à Monza, puis d'une blessure à l'épaule après un accident de vélo.

Particulièrement apprécié par BMW, il rejoint en 2006 les rangs de la nouvelle écurie BMW Sauber F1 Team, fruit du rachat de Sauber par BMW. Plus performant que son coéquipier Jacques Villeneuve, il confirme sa solidité en ramenant régulièrement des points à son employeur et termine neuvième du classement pilotes avec 23 points.

2007 s'annonce sous de meilleurs auspices car Nick Heidfeld commence par une série de trois quatrièmes places consécutives lors des premiers Grand Prix de la saison. Il parvient à monter deux fois sur le podium (second au Canada et troisième en Hongrie) et réalise la meilleure saison de sa carrière. Il finit cinquième avec 61 points.

Il est logiquement reconduit pour 2008 chez le constructeur allemand. Cette fois il est battu sur l'ensemble de la saison par son coéquipier Robert Kubica, avec une différence de 15 points entre les deux pilotes au classement final. Toutefois les progrès du constructeur allemand lui permettent de signer de bons résultats : il finit à quatre reprises à la deuxième position, finissant sixième du championnat. Mais le déficit de performance de l'écurie en 2009 ne lui permet pas de réitérer ces résultats.

Mercedes Grand Prix puis BMW Sauber F1 Team[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld lors des essais du Grand Prix du Japon sur BMW Sauber.

Le 4 février 2010, il est annoncé comme pilote de réserve chez Mercedes Grand Prix. L'équipe possède donc un trio de pilotes allemands avec Michael Schumacher et Nico Rosberg. Le 26 mars 2010, il est élu président du Grand Prix Drivers' Association, l'association des pilotes de Formule 1 et succède à Pedro de la Rosa, désormais titulaire chez BMW Sauber F1 Team.

En août 2010, Mercedes Grand Prix le libère de son contrat et il s'engage avec le manufacturier Pirelli, nouveau manufacturier exclusif de la Formule 1 à compter de la saison 2011, pour assurer le développement de ses pneumatiques[1].

Le 14 septembre 2010, Peter Sauber annonce le remplacement de Pedro de la Rosa par Nick Heidfeld à compter du Grand Prix de Singapour, le contrat est signé le 17 septembre[2]. Pirelli recrute alors le français Romain Grosjean pour le remplacer[3].

Heidfeld dispute les cinq derniers Grands Prix de la saison et inscrits six points qui lui permettent de se classer dix-huitième du championnat, sans pour autant conserver son baquet chez Sauber pour la saison suivante.

Demi-saison chez Renault[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld termine sur le podium du Grand Prix de Malaisie.

À la suite de l'accident de Robert Kubica lors d'un rallye quelques semaines avant le début de la saison[4], il est appelé par l'écurie Renault pour participer à une séance d'essais à Jerez, le 12 février 2011, lors de laquelle il signe le meilleur temps. Le 16 février, il est confirmé au poste de titulaire par Lotus-Renault pour pallier l'absence de Kubica[5].

Pour son retour en course, Heidfeld rate ses qualifications à cause d'une gêne provoquée par Michael Schumacher, se qualifiant dix-huitième, et se classe douzième de la course[6]. Lors de la course suivante, sixième des qualifications, il passe en deuxième position derrière son compatriote Sebastian Vettel dès le départ et se maintient dans les premières positions durant toute la course. Il profite de l'accrochage entre Fernando Alonso et Lewis Hamilton pour prendre la troisième place du Grand Prix[7], signant son premier podium depuis le Grand Prix de Malaisie 2009.

En Chine, il se qualifie encore derrière Petrov, en seizième position, et termine douzième. En Turquie, il se classe septième puis termine huitième en Espagne après être parti dernier suite à un souci mécanique. À Monaco, il se qualifie quinzième et profite de différents faits de course impliquant les pilotes placés devant lui pour terminer huitième. Au Canada, victime d'un accrochage avec Kamui Kobayashi alors qu'il était cinquième, il abandonne pour la première fois de l'année. Lors du Grand Prix d'Europe, il termine dixième avant de marquer les quatre points de la huitième place en Grande-Bretagne. Il abandonne à domicile et en Hongrie. Jugé en retrait face à son coéquipier Vitaly Petrov pourtant moins expérimenté, bien que le devançant au championnat pilote, l'Allemand est qualifié de déception par Éric Boullier et est remplacé par Bruno Senna à partir du Grand Prix de Belgique[8],[9].

Endurance[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld participe, au sein de l'équipe Rebellion Racing avec Nicolas Prost et Neel Jani, aux 24 Heures du Mans 2012 et termine quatrième. En 2013, cet équipage est reconduit au 24 Heures du Mans et gagne la course du Petit Le Mans. Aux 24 Heures du Mans 2014, il termine de nouveau quatrième avec l'équipe Rebellion Racing, avec Nicolas Prost et Mathias Beche.

Formule E[modifier | modifier le code]

En 2014, Nick Heidfeld s'engage avec Venturi Grand Prix pour disputer le Championnat de Formule E FIA de monoplaces électriques aux côtés de Stéphane Sarrazin[10]. Lors de la manche inaugurale, à Beijing, sa course est marquée par un violent accrochage avec Nicolas Prost dans le dernier virage alors que les deux hommes se battaient pour la victoire[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld réside en Suisse avec sa compagne Patricia avec laquelle il a eu trois enfants : Juni, née en juillet 2005, Joda, né en juillet 2007 et Justus, né en août 2010. Le frère de Nick, Sven Heidfeld, est également pilote automobile.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld au volant de la BMW Sauber F1.06 lors d'une séance d'essais libres du GP de Monaco 2006

À l'issue du Grand Prix de Hongrie 2011.

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Meilleurs tours Podiums Abandons Points inscrits Classement
2000 Gauloises Prost Peugeot AP03 Peugeot V10 Bridgestone 17 0 0 0 0 11 0 20e
2001 Red Bull Sauber Petronas C20 Petronas V10 Bridgestone 17 0 0 0 1 6 12 8e
2002 Sauber Petronas C21 Petronas V10 Bridgestone 17 0 0 0 0 3 7 10e
2003 Sauber Petronas C22 Petronas V10 Bridgestone 16 0 0 0 0 4 6 14e
2004 Jordan Ford EJ14 Ford V10 Bridgestone 18 0 0 0 0 7 3 18e
2005 BMW Williams F1 Team FW27 BMW V10 Michelin 15 1 0 0 3 5 27 11e
2006 BMW Sauber F1 Team F1.06 BMW V8 Michelin 18 0 0 0 1 4 23 9e
2007 BMW Sauber F1 Team F1.07 BMW V8 Bridgestone 17 0 0 0 2 3 61 5e
2008 BMW Sauber F1 Team F1.08 BMW V8 Bridgestone 18 0 0 2 4 0 60 6e
2009 BMW Sauber F1 Team F1.09 BMW V8 Bridgestone 17 0 0 0 1 2 19 13e
2010 BMW Sauber F1 Team C29 Ferrari V8 Bridgestone 5 0 0 0 0 1 6 18e
2011 Lotus Renault GP R31 Renault V8 Pirelli 11 0 0 0 1 3 34 11e

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
1999 Mercedes-Benz CLR AMG-Mercedes Christophe Bouchut / Peter Dumbreck Abandon
2012 Lola B10/60-Rebellion LMP1 Rebellion Racing Nicolas Prost / Neel Jani 4e
2013 Lola B10/60-Rebellion LMP1 Rebellion Racing Nicolas Prost / Neel Jani 40e
2014 Rebellion R-One-Toyota LMP1 Rebellion Racing Nicolas Prost / Mathias Beche 4e

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heidfeld avec Pirelli
  2. (en) Heidfeld remplace de la Rosa à partir du GP de Singapour, sur sauber-motorsport.com, consulté le 15 septembre 2010
  3. Pirelli recrute Grosjean
  4. http://www.sports.fr/cmc/f1/201105/kubica-gravement-blesse-en-rallye_332476.html?sitemap sports.fr
  5. Nick heilfeld confirmé par Lotus Renault GP en 2011, sur lotusrenaultgp.com, consulté le 17 février 2011
  6. « Boullier félicite Petrov », sur eurosport.fr (consulté le 10 avril 2011)
  7. « Vettel a compté sur lui », sur eurosport.fr (consulté le 10 avril 2011)
  8. Olivier Ferret, « Officiel : Senna remplace Heidfeld à Spa », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 24 août 2011 (consulté le 24 août 2011)
  9. « Bruno Senna nouveau pilote titulaire de Lotus Renault GP », sur lotusrenaultgp.com,‎ 24 août 2011 (consulté le 24 août 2011)
  10. http://www.autohebdo.fr/monoplace/formule-e/article-28-61-26823/260614-formule-e-st%C3%A9phane-sarrazin-et-nick-heidfeld-avec-team-venturi
  11. (en) « Formula E opens with spectacular crash involving Nick Heidfeld and Nicolas Prost as Lucas di Grassi claims win », sur The Telegraph,‎ 13/09/2014 (consulté le 19/09/2014)

Sur les autres projets Wikimedia :