Ralf Schumacher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ralf Schumacher

Ralf Schumacher en 2008

Ralf Schumacher en 2008

Surnom Monsieur frère
Ralfie
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Drapeau de l'Allemagne Hürth-Hermülheim (Allemagne)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Qualité Pilote automobile
Nombre de courses 180
Pole positions 6
Podiums 27
Victoires 6

Ralf Schumacher, né le à Hürth-Hermülheim, près de Cologne en Allemagne, est un pilote automobile allemand, qui a notamment disputé le championnat du monde de Formule 1 de 1997 à 2007. En 180 départs en Formule 1, il a inscrit 329 points, remporté six courses, obtenu vingt-sept podiums, six pole positions et huit meilleurs tours en course. Ralf Schumacher a terminé à deux reprises, en 2001 et 2002, à la quatrième place du championnat du monde des pilotes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Frère cadet de Michael Schumacher, Ralf commence à pratiquer le kart dès l'âge de trois ans dans la ville de Kerpen, où vivent ses parents. En 1995 il finit troisième du championnat d'Allemagne de Formule 3 et remporte en fin de saison le prestigieux Grand Prix de Macao de Formule 3. En 1996, il décide d'orienter sa carrière vers le Japon, où il remporte le championnat de Formula Nippon et termine 3e du Championnat de Grand Tourisme japonais.

1997-1998: Jordan[modifier | modifier le code]

Ralf effectue ses débuts en Formule 1 en 1997 avec Jordan à l'occasion du Grand Prix d'Australie. Malgré ses bons résultats dans les disciplines inférieures (avec il est vrai un matériel de tout premier ordre), la légitimité de Ralf à accéder à la Formule 1 est remise en cause par bon nombre d'observateurs, pour qui la principale qualité de Ralf est surtout son prestigieux patronyme. Surnommé "Monsieur Frère" par le paddock, Ralf démontre pourtant d'indéniables qualités de vitesse en terminant sur le podium dès sa troisième course (Grand Prix d'Argentine). La suite de sa saison est toutefois plus délicate puisqu'il subit progressivement la loi de son équipier Giancarlo Fisichella, avec lequel il entretient des rapports peu amicaux. Ralf fait également preuve en piste d'une fougue parfois mal contrôlée: en Argentine, c'est au prix d'un dépassement musclé sur son coéquipier Fisichella qu'il s'en va conquérir son premier podium. Puis, en Italie, il expédie hors-piste le Britannique Johnny Herbert à très haute vitesse. Mais c'est surtout son accrochage avec son frère Michael au départ du GP du Luxembourg qui reste dans les mémoires. Pourtant, la responsabilité de l'accrochage semble incomber à Fisichella, auteur d'une manœuvre inconsidérée sur Ralf au premier freinage.

Toujours chez Jordan en 1998, Ralf réalise un début de saison catastrophique (en partie imputable à son écurie) qui semble mettre en péril son avenir en F1. Il doit attendre le GP de Grande-Bretagne, en juillet, pour marquer son premier point de l'année, au terme d'une remarquable prestation sous la pluie. Cette course marque le véritable point de départ de son championnat et quelques semaines plus tard, il termine 2e du GP de Belgique (derrière son équipier Damon Hill) puis 3e du GP d'Italie.

1999-2004: Williams[modifier | modifier le code]

En 1999 il s'engage chez Williams. Au volant d'une voiture moyennement compétitive, équipée du vieux moteur Supertec, il fait montre de belles qualités de finisseur et accroche la sixième place du championnat des pilotes, en inscrivant la totalité des points de son équipe. Il monte à trois reprises sur le podium, et passe proche de la victoire au GP d'Europe, où une crevaison l'oblige à céder la première place de la course.

Ralf Schumacher lors du GP des États-Unis 2003.

En 2000, la mise au point du nouveau moteur BMW ne lui permet pas de franchir un nouveau palier. À nouveau, il monte à trois reprises sur le podium, mais sans jamais être en mesure de rivaliser avec les meilleurs. Les choses changent à partir de 2001, où le moteur BMW s'affirme comme le bloc le plus puissant du plateau, et où les pneus Michelin (dont Williams est le partenaire no 1) brillent en plusieurs occasions. Ralf Schumacher remporte son premier GP à Imola, puis récidive au Canada et en Allemagne. Sa victoire au Canada est particulièrement notable car acquise devant son frère Michael. C'est la première fois de l'histoire de la Formule 1 que deux frères réalisent un doublé en course. Mais malgré ces beaux résultats, Ralf, dont la Williams-BMW manque de fiabilité et de compétitivité sur certains circuits, ne parvient pas à jouer un rôle dans la lutte pour le championnat, qu'il termine en 4e position. Ses prestations sont également en partie éclipsées par celles de son nouvel équipier, le débutant colombien Juan Pablo Montoya. Même si ce dernier s'avère au final moins performant que Ralf, il fait preuve en piste d'un brio et d'une audace qui semblent parfois manquer à l'Allemand.

En 2002, Ralf Schumacher s'impose en début de saison au GP de Malaisie. Un exploit qu'il est incapable de renouveler par la suite, tant la domination de son frère Michael et de Ferrari est écrasante. Plus embêtant, au sein de sa propre écurie, Ralf se fait progressivement déborder par Montoya qui s'il ne remporte aucune course, termine devant lui au championnat.

La saison 2003 semble confirmer la stagnation des Williams-BMW. Mais à partir du GP de Monaco, grâce à une parfaite adaptation aux nouveaux pneus Michelin, les monoplaces germano-britanniques s'affirment comme l'arme absolue. Ce dont profite Ralf pour se relancer dans la course au titre mondial grâce notamment à deux victoires consécutives au Nürburgring et à Magny-Cours, deux épreuves où il marque les esprits en dominant Montoya. Mais les espoirs de Ralf sont douchés par une fin de saison catastrophique, marquée notamment par un sévère accident lors d'essais privés à Monza qui l'oblige à déclarer forfait pour le GP d'Italie quelques jours plus tard, en raison de vertiges.

En 2004, revenue à un niveau moyen, la Williams ne permet pas à Ralf de briller. Plus grave, il est victime d'un violent accident dans les premiers tours du GP des États-Unis à Indianapolis, le 20 juin. Dans le virage relevé de l'ovale, le plus rapide du circuit, l'un de ses pneus crève et la Williams heurte le mur ceinturant la piste avec une très grande violence, par l'arrière. La décélération est telle que Ralf perd connaissance, et plusieurs minutes interminables s'écoulent avant que les secours n'atteignent enfin la voiture (une intervention très tardive qui sera dénoncée par de nombreux observateurs). Relevé avec plusieurs vertèbres fracturées, Ralf doit observer une longue convalescence et n'effectue son retour à la compétition que pour les trois dernières manches de la saison. En signant une probante deuxième place sur le sélectif tracé de Suzuka, Ralf évacue tous les doutes sur sa capacité à piloter au plus haut niveau et rassure du même coup son futur employeur Toyota avec lequel Ralf s'était engagé peu de temps avant son accident.

2005-2007: Toyota[modifier | modifier le code]

Arrivé comme prévu chez Toyota en 2005, Ralf connaît une première partie de saison délicate au cours de laquelle il se fait nettement dominer en vitesse pure par son coéquipier Jarno Trulli. Malchanceux, il est également victime d'un nouveau gros accident à Indianapolis lors de la première journée d'essais, dans le même virage que l'année précédente, ce qui le contraint à céder sa place au pilote essayeur Ricardo Zonta (cet accident, causé par une défaillance d'un pneu, sera à l'origine du forfait des écuries équipées de pneus Michelin). Mais il met à profit ses qualités de finisseur pour décrocher de solides résultats en fin de saison (notamment un podium au GP de Hongrie et un autre en Chine) et terminer devant Trulli au championnat, à la 6e place. Toujours chez Toyota en 2006, il subit les performances irrégulières de son écurie, et malgré un podium en Australie, réalise une saison assez discrète. Il termine encore devant Trulli à la fin de la saison.

Ralf Schumacher à Brands Hatch en 2008 sur sa Mercedes DTM.

En 2007, toujours aux côtés de Jarno Trulli, Ralf Schumacher participe pour la première fois à un championnat du monde sans la présence de son illustre frère sur la grille. L'allemand réalise un début de saison catastrophique où il ne parvient jamais à prendre la mesure de son équipier, en qualification comme en course. Le 1er octobre 2007, il annonce qu'il quittera l'ecurie Toyota après le GP du Brésil fin octobre.

DTM[modifier | modifier le code]

Début décembre 2007, Ralf Schumacher participe sur le circuit de Jerez à des essais privés pour le compte de la nouvelle écurie Force India, mais la faiblesse de ses performances lui ote toute chance de décrocher un volant de titulaire[1]. Trois semaines plus tard, il annonce d'ailleurs qu'il prend une année sabbatique[2], avant de se laisser convaincre par Mercedes de participer en 2008 au championnat DTM[3].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

  • 180 Grands Prix disputés
  • 6 victoires
  • 329 points marqués
  • 6 pole positions
  • 27 podiums
  • 8 meilleurs tours
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Podiums Records du tour Points inscrits Classement
1997 B&H Total Jordan Peugeot 197 Peugeot V10 Goodyear 17 0 0 1 0 13 11e
1998 Benson & Hedges Jordan 198 Mugen V10 Goodyear 16 0 0 2 0 14 10e
1999 Winfield Williams FW21 Supertec V10 Bridgestone 16 0 0 3 1 35 6e
2000 BMW Williams F1 Team FW22 BMW V10 Bridgestone 17 0 0 3 0 24 5e
2001 BMW Williams F1 Team FW23 BMW V10 Michelin 17 1 3 5 5 48 4e
2002 BMW Williams F1 Team FW24 BMW V10 Michelin 17 0 1 6 0 42 4e
2003 BMW Williams F1 Team FW25 BMW V10 Michelin 15 3 2 3 1 58 5e
2004 BMW Williams F1 Team FW26 BMW V10 Michelin 12 1 0 1 0 24 9e
2005 Panasonic Toyota Racing TF105
TF105B
Toyota V10 Michelin 18 1 0 2 1 45 6e
2006 Panasonic Toyota Racing TF106
TF106B
Toyota V8 Bridgestone 18 0 0 1 0 20 10e
2007 Panasonic Toyota Racing TF107 Toyota V8 Bridgestone 17 0 0 0 0 5 16e

Victoires en Championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

# Année Manche Date Grand Prix Circuit Ecurie Voiture
1 2001 04/17 15 avril 2001 Saint-Marin Imola Williams-BMW FW23
2 2001 08/17 10 juin 2001 Canada Montréal Williams-BMW FW23
3 2001 12/17 29 juillet 2001 Allemagne Hockenheim Williams-BMW FW23
4 2002 02/17 17 mars 2002 Malaisie Sepang Williams-BMW FW24
5 2003 09/16 29 juin 2003 Europe Nurburgring Williams-BMW FW25
6 2003 10/16 6 juillet 2003 France Magny-Cours Williams-BMW FW25

Résultats en DTM[modifier | modifier le code]

Année Voiture Équipe Courses disputés Victoires Pole positions Podiums Records du tour Points inscrits Classement
2008 Mercedes C-Class 07 TRILUX AMG-Mercedes 11 0 0 0 0 3 14e
2009 Mercedes C-Class 09 TRILUX AMG-Mercedes 10 0 0 0 0 9 11e
2010 AMG-Mercedes C-Klasse 09 HWA Team 11 0 1 0 1 3 14e
2011 AMG-Mercedes C-Klasse 09 Salzgitter AMG Mercedes 10 0 0 2 0 21 8e
2012 DTM Mercedes AMG C-Coupé HWA Team 10 0 0 0 0 10 17e

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ralf Schumacher prêt à quitter le circuit lesoir.be; 7 décembre 2007
  2. Ralf Schumacher annonce son retrait de la F1 pitstop.com; 30 décembre 2007
  3. (en) Ralf confirms Mercedes DTM deal autosport.com; 18 février 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :