Grand Prix automobile de Turquie 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix de Turquie 2011

Tracé de la course

Drapeau Circuit d'Istanbul Park

Données de la course
Nombre de tours 58
Longueur du circuit 5,34 km
Distance de course 309,72 km
Résultats
Vainqueur 2011 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
h 30 min 17 s 558
(vitesse moyenne : 205,596 km/h)
Pole position 2011 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 25 s 049
(vitesse moyenne : 225,950 km/h)
Record du tour en course 2011 Drapeau de l'Australie Mark Webber,
Red Bull-Renault,
min 29 s 703
(vitesse moyenne : 214,227 km/h)

Le Grand Prix automobile de Turquie 2011 (2011 Formula 1 DHL Turkish Grand Prix), disputé le 8 mai 2011 sur le Circuit d'Istanbul Park, est la 843e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950, la quatrième manche du championnat 2011 et la septième édition du Grand Prix de Turquie comptant pour le championnat du monde.

Sebastian Vettel, champion du monde en titre et leader du championnat, décroche sa quatrième pole position en quatre courses avant de remporter sa troisième victoire de la saison. Son coéquipier Mark Webber assure le doublé pour Red Bull Racing en terminant deuxième. Le podium est complété par Fernando Alonso, qui réalise son meilleur résultat en 2011. À l'issue de la course, Sebastian Vettel conforte sa première place au championnat du monde des pilotes, avec 93 points sur 100 possibles. Il devance Lewis Hamilton et Mark Webber. Au championnat des constructeurs, Red Bull marque 43 points grâce à son doublé et accroît son avance sur McLaren et Ferrari.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Cette section est en cours de réécriture ou de restructuration importante. Les informations peuvent être modifiées à tout moment par le ou les utilisateurs ayant apposé ce bandeau.
Bandeau apposé par LoupDragon42 (lui écrire) • août 2014

Pneumatiques[modifier | modifier le code]

DRS[modifier | modifier le code]

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 38 s 670
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 40 s 072 + 1 s 402
3 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 1 min 40 s 132 + 1 s 462
4 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld Renault 1 min 40 s 338 + 1 s 668
5 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov Renault 1 min 40 s 401 + 1 s 731
6 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 1 min 40 s 421 + 1 s 751

La première séance d'essais libres du Grand Prix de Turquie commence sur une piste détrempée. La température ambiante est de 10 °C et il pleut. Les pilotes s'élancent dès le début de la session pour un tour d’installation mais les conditions de roulage sont très difficiles car il y a beaucoup d'eau sur la piste.

Jérôme d'Ambrosio signe le premier tour chronométré en 1 min 49 s 518 alors que la séance a commencé depuis 25 minutes. Sébastien Buemi prend ensuite la tête avec un tour bouclé en 1 min 41 s 632 et un autre en 1 min 41 s 306. Il cède ensuite la place à Fernando Alonso qui, après trente-sept minutes, établit un temps de référence de 1 min 40 s 897.

Plusieurs pilotes se relaient ensuite en tête du classement. Nico Rosberg tourne en 1 min 40 s 072 et Alonso reprend sa position en 1 min 38 s 670. La séance est interrompue sur drapeau rouge alors qu’il reste 26 minutes lorsque Sebastian Vettel sort de la piste et tape violemment le muret, détruisant sa monoplace sans toutefois se blesser[2].

La Red Bull accidentée B7 est ramenée dans son stand où les mécaniciens cachent sa partie arrière sous une bâche puis occultent leur stand par des paravents, ce qui est interdit lors d’un week-end de Grand Prix : Red Bull s'expose ainsi à une amende de la FIA.

La séance est relancée alors qu'il reste un moins de vingt minutes. Si le meilleur temps de Fernando Alonso n'est pas battu, Buemi, Pastor Maldonado et Paul di Resta sortent, sans dommage de la piste. Michael Schumacher, quant à lui, effectue trois sorties de piste, sans conséquence pour sa monoplace[3],[4].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la seconde séance d'essais libres[5]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 26 s 456
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 26 s 521 + 0 s 065
3 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 27 s 033 + 0 s 577
4 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 1 min 27 s 063 + 0 s 607
5 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 27 s 149 + 0 s 693
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 1 min 27 s 340 + 0 s 884

La température ambiante est de 14 °C et celle de la piste de 18 °C au départ de la seconde séance d'essais libres du Grand Prix de Turquie. Contrairement à la première séance, il ne pleut pas et que la piste est pratiquement sèche.

Les pilotes s'élancent vite en piste et Nico Rosberg signe le premier tour chronométré significatif en 1 min 30 s 545 après dix minutes. Vitaly Petrov tourne ensuite en 1 min 29 s 926, Lewis Hamilton en 1 min 29 s 030 et son coéquipier Jenson Button en 1 min 29 s 022. Hamilton reprend son bien en 1 min 28 s 345 mais Button reprend à nouveau la tête avec un tour bouclé en 1 min 28 s 222. Rosberg tourne alors en 1 min 28 s 215 et son coéquipier Michael Schumacher en 1 min 28 s 165.

Alors qu'il reste un peu plus d'une heure dans cette séance, Sebastian Vettel est encore bloqué dans son stand où ses mécaniciens tentent de réparer sa monoplace abîmée lors de sa violente sortie de piste du matin. Les mécaniciens n'auront pas le temps nécessaire pour réparer sa monoplace et le champion du monde ne montera pas en piste.

À mi-séance, Petrov reprend la tête du classement avec un tour en 1 min 27 s 517 mais Nico Rosberg fait mieux quelques minutes plus tard en 1 min 26 s 961. Peu après, Fernando Alonso tombe en panne à l'entrée de la voie des stands après avoir effectué un tête-à-queue en piste. Il reste trente minutes lorsque Jenson Button, en pneus tendres, établit le meilleur temps de la séance en 1 min 26 s 456[6]. À l'issue de la session, on trouve quatre moteurs Mercedes aux quatre premières places[7].

Lors de cette session, Pastor Maldonado et Michael Schumacher sont à nouveau sortis de la piste, sans dommage[8]. Jérôme d'Ambrosio a écopé d’une pénalité de cinq places sur la grille de départ du Grand Prix pour avoir ignoré les drapeaux jaunes lors de la sortie de piste de Pastor Maldonado à la sortie du virage 8[9].

Troisième séance, le samedi de 11 h à 12 h[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[10]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 26 s 037
2 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 1 min 26 s 038 + 0 s 001
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 1 min 26 s 404 + 0 s 367
4 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 26 s 420 + 0 s 383
5 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 26 s 578 + 0 s 541
6 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 1 min 26 s 726 + 0 s 689

Le ciel est bleu, la température de l'air de 15 °C et celle de la piste de 28 °C au départ de la troisième et dernière séance d'essais libres du Grand Prix de Turquie. Sebastian Vettel est un des premiers à s'élancer en piste pour vérifier le bon fonctionnement de sa Red Bull RB7, sévèrement endommagée lors de la première séance d'essais du vendredi matin.

Après plusieurs tours d'installation de Jarno Trulli et Paul di Resta puis de l'ensemble des pilotes, Jérôme d'Ambrosio signe, au bout de douze minutes, le premier tour chronométré en 1 min 34 s 464. Le Belge améliore son temps en 1 min 33 s 312 puis 1 min 32 s 603 avant que d'autres pilotes se relaient en tête du classement comme Michael Schumacher (1 min 27 s 619), son coéquipier Nico Rosberg (1 min 27 s 358) et Vettel (1 min 27 s 134). Mark Webber est en mesure de prendre la tête du classement par deux fois mais est gêné à la fin de son tour à chaque fois.

En fin de séance, les pilotes remontent en piste avec des pneus tendres afin de préparer la qualification de l'après-midi. Sébastien Buemi prend alors la tête en 1 min 27 s 080 avant d’être détrône par Felipe Massa (1 min 26 s 883) et son coéquipier Fernando Alonso (1 min 26 s 819) qui rejoint ensuite son stand à cause d'un problème technique. Rosberg remonte en tête de la hiérarchie avec un tour bouclé en 1 min 26 s 446 mais Schumacher améliore en 1 min 26 s 038.

Finalement Sebastian Vettel signe, pour un millième d'avance, le meilleur temps de la session en 1 min 26 s 037. Jaime Alguersuari a, pour sa part, effectué un tête-à-queue, sans dommage. Après le retour de sa monoplace au stand, le pilote espagnol a pu prendre part à la fin de la séance[11],[12].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

C'est sous le soleil que commence la première partie de la séance de qualifications, la température de l'air est de 18 °C et la piste est à 36 °C tandis que l'humidité est à 30 %.

Kamui Kobayashi entre en piste le premier devant Vitantonio Liuzzi et Jérôme d'Ambrosio. Liuzzi réalise le premier tour chronométré en 1 min 32 s 524 alors que Kobayashi est en panne dans l'entrée de la voie des stands : les commissaires de piste doivent pousser sa monoplace jusqu'au stand Sauber. Paul di Resta fixe le meilleur temps en 1 min 29 s 420, mais Sebastian Vettel s'empare de la première place en 1 min 27 s 039 et devance son équipier Mark Webber, Nico Rosberg, Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Michael Schumacher.

Les Mc Laren haussent leur niveau et occupent les troisième et quatrième places derrière les Red Bull Racing tandis que, comme lors du Grand Prix de Chine, les pilotes Lotus Renault GP prennent le risque de ne sortir qu'en toute fin de séance : Vitaly Petrov se hisse à la sixième place mais Nick Heidfeld n'est que douzième. La monoplace de Kamui Kobayashi reste bloquée dans les stands et le Japonais ne peut pas établir le moindre temps qualificatif[13]. Il est néanmoins autorisé à prendre le départ depuis la dernière place de la grille au regard de ses performances en essais libres[14]. En fin de séance, Felipe Massa s'empare de la première place en réalisant un tour en 1 min 27 s 013, en pneus tendres. Les éliminés de cette séance sont Heikki Kovalainen, Jarno Trulli, Jérôme d'Ambrosio, Vitantonio Liuzzi, Timo Glock, Narain Karthikeyan et Kamui Kobayashi[15].

La deuxième partie de la séance de qualifications débute avec l'entrée en piste des pilotes Mercedes Grand Prix Michael Schumacher et Nico Rosberg. Le septuple champion du monde signe le premier temps de référence en 1 min 27 s 458 mais est rapidement battu par Webber puis par Vettel qui signe le meilleur tour du week-end en 1 min 25 s 610. Vettel devance Hamilton, Webber, Alonso, Button, Massa, Rosberg, Pérez, Buemi et Barrichello. Dans les derniers instants et alors qu'il était hors du Top 10, Vitaly Petrov atteint la sixième position, juste devant Massa. Les pilotes chaussent alors tous leurs pneus tendres afin d'améliorer leur temps pour tenter d’entrer en Q3. Rosberg se place au deuxième rang à deux dixièmes de Vettel, et Heidfeld se qualifie en dixième position : Lotus Renault GP a deux voitures en Q3 pour la première fois de la saison[16]. Les éliminés de la session Q2 sont Rubens Barrichello, Adrian Sutil, Paul di Resta, Pastor Maldonado, Sergio Pérez, Sébastien Buemi et Jaime Alguersuari[17].

Pour la dernière partie des qualifications, Vitaly Petrov entre le premier en piste, suivi par Alonso et Button. Le Russe réalise un tour lancé en 1 min 26 s 411, temps amélioré successivement par Button et Alonso. Quelques secondes plus tard, Webber réalise 1 min 25 s 454 mais son équipier Vettel décroche le nouveau meilleur temps du week-end en 1 min 25 s 049. Il devance Webber, Hamilton, Alonso, Button et Petrov tandis que Massa, Schumacher, Rosberg et Heidfeld n’ont pas encore pris la piste. À seulement trois minutes de la fin, tous les pilotes sont en piste sauf les pilotes Red Bull Racing, virtuellement tous deux en première ligne du Grand Prix.

Aucun pilote ne parvenant à battre le temps des pilotes Red Bull, Sebastian Vettel signe sa quatrième pole position de la saison, la cinquième de suite. Il devance Webber, Rosberg, Hamilton, Alonso, Button, Petrov, Schumacher, Heidfeld et Massa[18],[19].

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[20]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 1 min 27 s 039 1 min 25 s 610 1 min 25 s 049
2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 1 min 27 s 090 1 min 26 s 075 1 min 25 s 454
3 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 1 min 27 s 514 1 min 25 s 801 1 min 25 s 574
4 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren-Mercedes 1 min 27 s 091 1 min 26 s 066 1 min 25 s 595
'5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 1 min 27 s 349 1 min 26 s 152 1 min 25 s 851
6 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 1 min 27 s 374 1 min 26 s 485 1 min 25 s 982
7 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Renault 1 min 27 s 475 1 min 26 s 654 1 min 26 s 296
8 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 1 min 27 s 697 1 min 26 s 121 1 min 26 s 646
9 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld SREC Renault 1 min 27 s 901 1 min 26 s 740 1 min 26 s 659
10 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 1 min 27 s 013 1 min 26 s 395 Pas de temps
11 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello SREC Williams-Cosworth 1 min 28 s 246 1 min 26 s 764
12 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil SREC Force India-Mercedes 1 min 27 s 392 1 min 27 s 027
13 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 1 min 27 s 625 1 min 27 s 145
14 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Cosworth 1 min 27 s 396 1 min 27 s 236
15 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 1 min 27 s 778 1 min 27 s 244
16 Drapeau de la Suisse Sébastien Buemi SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 27 s 620 1 min 27 s 255
17 Drapeau de l'Espagne Jaime Alguersuari SREC Toro Rosso-Ferrari 1 min 28 s 055 1 min 27 s 572
18 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen Lotus-Renault 1 min 28 s 780
19 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Lotus-Renault 1 min 29 s 673
20 Drapeau de l'Italie Vitantonio Liuzzi HRT-Cosworth 1 min 30 s 445
21 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Virgin-Cosworth 1 min 30 s 692
22 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 1 min 30 s 813
23 Drapeau de la Belgique Jérôme d'Ambrosio Virgin-Cosworth 1 min 30 s 445
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 33 s 103 (107 % de 1 min 27 s 013)
Np. Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari Pas de temps
  • Kamui Kobayashi, victime d'un problème mécanique, n'a pas participé aux séances de qualification mais a été repêché par les commissaires de course.
  • Jérôme d'Ambrosio est pénalisé de cinq places pour avoir ignoré des drapeaux jaunes lors des essais libres : il est rétrogradé de la 20e à la 24e place sur la grille de départ.
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix de Turquie 2011
La grille de qualification du Grand Prix de Turquie 2011.
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix de Turquie 2011
La grille de départ du Grand Prix de Turquie 2011.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Sebastian Vettel, en costume Red Bull, sourit aux caméras.
Vettel remporte sa troisième victoire de la saison au Grand Prix automobile de Turquie.

Derek Warwick (146 départs en Grands Prix de Formule 1 dont 2 meilleurs tours en course et 4 podiums, vainqueur des 24 Heures du Mans 1992) a été nommé par la FIA conseiller pour aider dans leurs jugements le groupe des commissaires de course lors de ce Grand Prix. Il a déjà rempli cette fonction lors des Grands Prix d'Espagne et de Hongrie en 2010[21].

Le Grand Prix de Turquie débute sous un temps ensoleillé. Timo Glock connaît un problème de boîte de vitesses lors de sa mise en grille et regagne immédiatement son stand où ses mécaniciens ne parviennent pas à résoudre l'incident : seuls vingt-trois pilotes prennent donc le départ du Grand Prix[22]. À l'extinction des feux, Nico Rosberg prend un excellent envol et passe Mark Webber dès le départ pour le gain de la deuxième place. Au premier passage sur la ligne, Sebastian Vettel mène devant Rosberg, Webber, Fernando Alonso, Jenson Button, Lewis Hamilton, Michael Schumacher, Vitaly Petrov, Nick Heidfeld et Felipe Massa. Sergio Pérez doit rentrer aux stands au ralenti pour changer son museau endommagé.

Dans le second tour, Schumacher s'accroche avec Petrov en voulant défendre sa position et doit rentrer aux stands changer son aileron avant. Après cinq tours, Vettel possède quatre secondes d’avance sur Webber, qui a dépassé Rosberg en utilisant l’aileron arrière ajustable. Rosberg a maintenant Alonso dans ses échappements et les deux pilotes McLaren Mercedes sont à deux secondes de la Ferrari. Hamilton prend alors le meilleur sur son coéquipier et passe cinquième. Au septième tour, Button reprend l'avantage sur Hamilton alors que Rosberg perd une place en faveur d'Alonso. À l'arrière, Michael Schumacher entame sa remontée et roule en dix-neuvième position.

Petrov est le premier à rentrer aux stands au huitième tour. Il est imité par Massa et Hamilton au tour suivant, Webber, Alonso, Rosberg et Heidfeld au dixième tour, Vettel au onzième et Button au treizième. Après les premiers arrêts aux stands, Vettel mène devant Webber avec trois secondes d'avance, Alonso est à cinq secondes, suivent ensuite Hamilton, Rosberg, Massa, Button, Petrov, Heidfeld et Sébastien Buemi. Alonso, à six secondes de Vettel, possède plus de dix secondes d'avance sur Hamilton, harcelé par Rosberg, Massa et Button. À l'arrière, Schumacher est désormais seizième.

Petrov comme précédemment, entre le premier au stand au dix-neuvième tour, Hamilton rentre au vingtième tour, Webber au vingt-et-unième, Rosberg et Heidfeld au vingt-deuxième, Alonso et Massa au tour suivant, Vettel au vingt-cinquième et Button, sur une stratégie à trois arrêts, au vingt-sixième tour. Le Britannique est victime d’un incident lors du changement de pneus et perd deux secondes dans les stands. Au vingt-septième tour, Vettel possède huit secondes d'avance sur Webber et Alonso, qui ne sont séparés que de six dixièmes. Hamilton pointe au quatrième rang, à vingt-six secondes de la première place et possède dix secondes d’avance sur Petrov, Massa, Button, Rosberg et Heidfeld, ces cinq pilotes étant séparés par trois secondes. Schumacher est quant à lui remonté à la dixième place.

Alonso dépasse Webber au vingt-neuvième tour et tourne dans les mêmes temps que Vettel, toujours en tête avec neuf secondes d’avance. À l'arrière, la bataille pour la cinquième place fait rage entre Petrov, Massa, Button, Rosberg et Heidfeld. Rosberg, qui chute peu à peu dans la hièrarchie, opère un troisième changement de pneus au trente-troisième tour, imité par Hamilton, Petrov et Massa au tour suivant. Tout comme son coéquipier Button lors de l'arrêt précédent, l'arrêt se passe mal pour Hamilton qui perd une dizaine de secondes. Webber rentre au trente-cinquième tour, Alonso au tour suivant, Button au trente-neuvième et Vettel au quarantième.

Après la troisième salve d'arrêts aux stands, Vettel est leader avec sept secondes d’avance sur Alonso et Webber est à trois secondes de la Ferrari. Derrière, Hamilton accuse quarante-deux secondes de retard et Rosberg est cinquième devant Button, Petrov, Heidfeld, Massa et Schumacher. Rosberg effectue son quatrième et dernier arrêt au quarante-quatrième tour, imité par Webber au passage suivant. Alonso rentre au quarante-sixième tour, Hamilton, Heidfeld et Massa font de même au passage suivant et Vettel au quarante-septième tour. Entretemps, Paul di Resta abandonne alors qu’il était quatorzième[23].

Ayant opté pour une stratégie à trois arrêts, Button perd du temps en piste et cède sa quatrième place à Hamilton. De plus, il est désormais sous la menace de Nico Rosberg. À huit tours de la fin, Webber prend l'avantage sur Alonso et conserve sa deuxième place jusqu’à l'arrivée. Au drapeau à damier, Vettel décroche son troisième succès de la saison devant son équipier Webber, qui assure le doublé de Red Bull Racing. Alonso décroche son premier podium de l’année[24]. et devance Hamilton, Rosberg, Button, Heidfeld, Petrov, Buemi[25] et Kobayashi[26], les pilotes Renault ayant pris l'avantage sur Buemi[27] dans les dernières boucles du Grand Prix[28],[29].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[30]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel SREC Red Bull-Renault 58 1 h 30 min 17 s 558 (205 596km/h) 1 25
2 2 Drapeau de l'Australie Mark Webber SREC Red Bull-Renault 58 + 8 s 807 2 18
3 5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso SREC Ferrari 58 + 10 s 075 5 15
4 3 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton SREC McLaren -Mercedes 58 + 40 s 232 4 12
5 8 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg SREC Mercedes 58 + 47 s 539 3 10
6 4 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button SREC McLaren-Mercedes 58 + 59 s 431 6 8
7 9 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld SREC Renault 58 + 1 min 00 s 857 9 6
8 10 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov SREC Renault 58 + 1 min 08 s 168 7 4
9 18 Drapeau de la Suisse Sébastien Buemi SREC Toro Rosso-Ferrari 58 + 1 min 09 s 394 16 2
10 16 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi SREC Sauber-Ferrari 58 + 1 min 18 s 021 24 1
11 6 Drapeau du Brésil Felipe Massa SREC Ferrari 58 + 1 min 19 s 823 10
12 7 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher SREC Mercedes 58 + 1 min 25 s 444 8
13 14 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil SREC Force India-Mercedes 57 + 1 tour 12
14 17 Drapeau du Mexique Sergio Pérez SREC Sauber-Ferrari 57 + 1 tour 15
15 11 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello SREC Williams-Cosworth 57 + 1 tour 11
16 19 Drapeau de l'Espagne Jaime Alguersuari SREC Toro Rosso-Ferrari 57 + 1 tour 17
17 12 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado SREC Williams-Cosworth 57 + 1 tour 14
18 21 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Lotus-Renault 57 + 1 tour 19
19 20 Drapeau de la Finlande Heikki Kovalainen Lotus-Renault 56 + 2 tours 18
20 25 Drapeau de la Belgique Jérôme d'Ambrosio Virgin-Cosworth 56 + 2 tours 23
21 22 Drapeau de l'Inde Narain Karthikeyan HRT-Cosworth 55 + 3 tours 22
22 23 Drapeau de l'Italie Vitantonio Liuzzi HRT-Cosworth 53 + 5 tours 20
Abd. 15 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta SREC Force India-Mercedes 44 Hydraulique 13
Np. 24 Drapeau de l'Allemagne Timo Glock Virgin-Cosworth 0 Boîte de vitesses 21

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Après-course[modifier | modifier le code]

Écuries sur le podium[modifier | modifier le code]

Écuries dans les points[modifier | modifier le code]

Écuries hors des points[modifier | modifier le code]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[35]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 93
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton McLaren-Mercedes 59
3 Drapeau de l'Australie Mark Webber Red Bull-Renault 55
4 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 46
5 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 41
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Ferrari 24
7 Drapeau de l'Allemagne Nick Heidfeld Renault 21
8 Drapeau de la Russie Vitaly Petrov Renault 21
9 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 20
10 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Sauber-Ferrari 8
11 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Mercedes 6
12 Drapeau de la Suisse Sébastien Buemi Toro Rosso-Ferrari 6
13 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Force India-Mercedes 2
14 Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta Force India-Mercedes 2
Constructeurs[36]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 148
2 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 105
3 Drapeau de l'Italie Ferrari 65
4 Drapeau du Royaume-Uni Renault F1 Team 42
5 Drapeau de l'Allemagne Mercedes Grand Prix 26
6 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 8
7 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Ferrari 6
8 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 4

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Turquie 2011 représente :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 2011 FORMULA 1 DHL TURKISH GRAND PRIX Practice 1 », sur formula1.com (consulté le 6 mai 2011)
  2. Julien Delfosse, « Première erreur de l’année pour Vettel », sur toilef1.com,‎ 6 mai 2011 (consulté le 6 mai 2011)
  3. Daniel Thys, « Alonso est le plus rapide sous la pluie. Fernando devance les Mercedes et les Renault. », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 6 mai 2011 (consulté le 6 mai 2011)
  4. Gregory Demoen, « Alonso le plus rapide, Vettel sort sous la pluie », sur toilef1.com,‎ 6 mai 2011 (consulté le 6 mai 2011)
  5. (en) « 2011 FORMULA 1 DHL TURKISH GRAND PRIX Practice 2 », sur formula1.com (consulté le 6 mai 2011)
  6. Julien Delfosse, « Button, premier d’une séance dominée par Mercedes », sur toilef1.com,‎ 6 mai 2011 (consulté le 6 mai 2011)
  7. Daniel Thys, « McLaren et Button s’installent en tête. Quatre moteurs Mercedes aux quatre premières places », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 6 mai 2011 (consulté le 6 mai 2011)
  8. Julien Delfosse, « Maldonado enchaîne les fautes à Istanbul », sur toilef1.com,‎ 6 mai 2011 (consulté le 6 mai 2011)
  9. Gregory Demoen, « D'Ambrosio pénalisé de cinq places sur la grille », sur toilef1.com,‎ 6 mai 2011 (consulté le 7 mai 2011)
  10. (en) « 2011 FORMULA 1 DHL TURKISH GRAND PRIX Practice 3 », sur formula1.com (consulté le 7 mai 2011)
  11. Daniel Thys, « Sebastian Vettel prend la tête avant la qualification. Le champion du monde est de retour aux affaires. », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 7 mai 2011)
  12. Julien Delfosse, « EL3 : Vettel bat Schumacher d'un millième ! », sur toilef1.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 7 mai 2011)
  13. Julien Delfosse, « Sauber : Problème mécanique pour Kobayashi à Istanbul », sur toilef1.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  14. Olivier Ferret, « Kobayashi repêché, Di Resta réprimandé. Tout le monde s’en sort bien », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  15. D. Thys, « La pole est pour Vettel... comme d’habitude ! Q1 - 20 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  16. Gregory Demoen, « Lotus Renault GP : Les deux R31 en Q3 », sur toilef1.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  17. D. Thys, « La pole est pour Vettel... comme d’habitude ! Q2 - 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  18. D. Thys, « La pole est pour Vettel... comme d’habitude ! Q3 - 10 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  19. Julien Delfosse, « Qualifs : Cinquième pole consécutive pour Vettel ! », sur toilef1.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  20. (en) « 2011 FORMULA 1 DHL TURKISH GRAND PRIX Qualifying », sur formula1.com (consulté le 7 mai 2011)
  21. Olivier Ferret, « Warwick 4ème commissaire en Turquie », sur statsf1.com,‎ 4 mai 2011 (consulté le 4 mai 2011)
  22. Sandrine Bouchard, « Une seule Virgin a fait la course. Glock n’a pas pu prendre le départ », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 9 mai 2011)
  23. Sandrine Bouchard, « Force India a eu un après-midi difficile. Pas de point et une seule voiture à l’arrivée », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 9 mai 2011)
  24. Gregory Demoen, « Ferrari : Premier podium de la saison pour la Scuderia ! », sur toilef1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 9 mai 2011)
  25. Sandrine Bouchard, « Buemi ajoute 2 points à son compteur. Belle course du Suisse. », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 9 mai 2011)
  26. Arnaud Courtoisier, « Kobayashi a arraché un point. Il a tenu sa promesse. », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 9 mai 2011)
  27. Julien Delfosse, « Lotus Renault GP : Heidfeld devance Petrov à Istanbul », sur toilef1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 9 mai 2011)
  28. D. Thys, « Vettel : la victoire dans un fauteuil ! Webber assure le doublé pour Red Bull. », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  29. Gregory Demoen, « Course : Vettel fait sa loi en Turquie ! », sur toilef1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  30. (en) « 2011 FORMULA 1 DHL TURKISH GRAND PRIX Race », sur formula1.com (consulté le 8 mai 2011)
  31. « Turquie 2011 Qualifications », sur statsf1.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  32. « Turquie 2011 Meilleurs tours », sur statsf1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  33. Julien Delfosse, « Turquie : Les meilleurs tours en course », sur toilef1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 9 mai 2011)
  34. « Turquie 2011 Tours en tête », sur statsf1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  35. « Turquie 2011 Championnat pilotes », sur statsf1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  36. « Chine 2011 Championnat constructeurs », sur statsf1.com,‎ 17 avril 2011 (consulté le 7 mai 2011)
  37. « Sebastian VETTEL Pole positions », sur statsf1.com,‎ 7 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  38. « Sebastian VETTEL Victoires », sur statsf1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  39. « Red Bull Racing Victoires », sur statsf1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  40. « Statistiques Constructeurs Par doublé », sur statsf1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  41. « Renault Victoires », sur statsf1.com,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  42. Olivier Ferret, « Le record de dépassements en F1 battu en Turquie », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 12 mai 2011 (consulté le 15 mai 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :