Mercedes-Benz CLR

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mercedes-Benz CLR
Marque Drapeau : Allemagne Mercedes-Benz
Années de production 1999
Production 3 exemplaires
Classe LMGTP
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) V8 à 90°
Position du moteur Longitudinale centrale arrière
Cylindrée 5721 cm3
Puissance maximale 700 ch (514,5 kW)
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Boîte séquentielle X-Trac/Mercedes 6 rapports
Poids et performances
Poids à vide 914 kg
Vitesse maximale 349 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Châssis Monocoque carbone
Suspensions Doubles triangles
Dimensions
Longueur 4 893 mm
Largeur 1 999 mm
Hauteur 1 012 mm
Empattement 2 670 mm
Chronologie des modèles
Précédent Mercedes-Benz CLK LM

La Mercedes-Benz/AMG CLR est une voiture de compétition de catégorie LMGTP (Le Mans Grand Touring Prototype) issue de la lignée des Mercedes-Benz CLK GTR et Mercedes-Benz CLK LM et créée spécifiquement pour les 24 heures du Mans 1999, une des éditions les plus captivantes de la légendaire course de par le nombre de forces en présence. Elle s’y montra assez compétitive mais devint surtout célèbre à cause d’une série de spectaculaires accidents dus à une mauvaise conception aérodynamique qui entraînèrent rapidement son retrait de la compétition.

Conception[modifier | modifier le code]

Issue des Mercedes-Benz CLK GTR et surtout des Mercedes-Benz CLK LM, la CLR est dotée d’une carosserie monocoque en fibre de carbone. Elle est plus basse de 10 centimètres que sa devancière, la CLK LM, plus étroite et plus légère de 50 kilogrammes. De nombreux tests ont été réalisés en soufflerie pour améliorer l’aérodynamique. La voiture fut testée sur des dizaines de milliers de kilomètres sur des circuits assez plats comme Hockenheim et Homestead.

Engagement aux 24 heures du Mans 1999[modifier | modifier le code]

Trois voitures furent engagées par Mercedes dans la compétition, les numéros 4, 5 et 6.

Durant la session de qualification du jeudi soir, le premier coup de théâtre survint lorsque la n°4 pilotée par Mark Webber s’envola dans le virage d’Indianapolis pour retomber le long d’un rail de sécurité. Le pilote était sauf mais déjà des doutes subsistèrent quant à la sécurité des Mercedes CLR. La voiture fut reconstruite à partir de zéro le vendredi et commença l’échauffement du samedi matin. Cette-fois, Mark Webber atteignait la bosse juste avant le virage de Mulsanne quand sa voiture décolla et fit un looping aérien. Des photographes réussirent à immortaliser ce moment, la voiture en plein air. Personne ne fut blessé. Cette voiture, confiée à Webber, Tiemann et Gounon, fut forfait pour l’épreuve.

L’engagement des deux autres voitures dans la course fut maintenu part Norbert Haug. Les voitures reçurent toutefois des modifications et les pilotes eurent comme consigne de ne pas suivre de trop près d’autres voitures sur les bosses.

À peine cinq heures après le départ, la CLR n°5 pilotée par Peter Dumbreck, qui suivait une Toyota GT-One, décolla et effectua un looping peu avant le virage d’Indianapolis puis s’écrasa sur la zone boisée jouxtant la piste. L’évènement fut filmé par les caméras de télévision et diffusé en direct. À la suite de ce spectaculaire accident, Mercedes prit la décision de se retirer de la course et fit rentrer la CLR n°6 pilotée par Bernd Schneider.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les Mercedes CLR ne furent jamais réengagées en compétition. Testées sur des circuits plats, le circuit des 24 Heures plus accidenté ne leur convenait pas. La n°6, qui n'a pas été accidentée, existe toujours.

Notes et références[modifier | modifier le code]