Isidore Isou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Isidore Isou, de son vrai nom Jean-Isidore Isou Goldstein, né le 29 janvier 1925 à Botosani, en Roumanie, et mort le 28 juillet 2007 à Paris, est un poète, peintre, cinéaste, dramaturge, romancier et économiste français du XXe siècle. Il est le créateur du lettrisme (1945).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille juive, Isidore Goldstein fut formé par un père sévère et ambitieux. Enfant surdoué, il s'est précocement passionné pour les œuvres des grands auteurs de la littérature et de la philosophie. Selon son témoignage, il lisait Dostoïevski à treize ans, Karl Marx à quatorze, Proust à seize. C'est au cours de ces lectures, qu'en 1942, à seize ans et demi, il aura l'intuition d'un nouveau système poétique et musical, quand, à la lecture d'une phrase de Keyserling : « le poète dilate les vocables », une erreur de traduction l'a conduit à confondre « vocable » avec « voyelle », comprenant ainsi, dans sa langue roumaine natale, que « le poète dilate les voyelles ». Aussitôt, il rédige le Manifeste de la poésie lettriste, dont il dira que « réalisant l'universalité, nous créons une internationalité égale pour toutes les langues indifféremment de leur importance. Le profit et la perte de chaque nation étant égaux, nous réussirons à réaliser le vieux rêve de toute poésie. Que la poésie devienne transmissible n'importe où et qu'elle surpasse. La poésie lettriste, la première vraie internationale. »

Dans le même temps, il énoncera les lois d'une méthode de création qui prendra plus tard le nom de La Créatique ou la Novatique (1942-1976), et à partir de laquelle il redéfinira et transformera à peu près tous les domaines de la culture, des sciences aux arts en passant par les techniques, la philosophie, la théologie et la vie.

Fuyant les désastres de la Seconde Guerre mondiale, en compagnie de Serge Moscovici, il s’établit définitivement à Paris, au cœur du quartier Saint-Germain-des-Prés où il arrive clandestinement en août 1945, après un périple périlleux de plusieurs semaines à travers l'Europe. Dans sa valise, les notes et les textes rédigés dans son pays natal, parmi lesquels figurent les manuscrits de ses premiers ouvrages.

Son souhait de propagation de ses conceptions le conduit à rencontrer des personnalités du monde intellectuel, Pierre Albert-Birot, André Gide, Tristan Tzara ou André Breton, par exemple.

Le 8 janvier 1946, Isidore Isou organise avec Gabriel Pomerand, son premier disciple, la première manifestation lettriste, qui sera le point de départ du groupe qui s'organisera autour de lui. Désireux de publier son œuvre manifeste, Introduction à une nouvelle poésie et à une nouvelle musique, il obtiendra le soutien de Raymond Queneau et de Jean Paulhan, grâce auxquels l'ouvrage paraîtra à La Nouvelle Revue française (NRF) en avril 1947. C'est à la suite d'un scandale organisé au Théâtre du Vieux Colombier, lors d'une représentation d'une pièce de Tristan Tzara, que Gaston Gallimard acceptera de publier, en octobre de la même année, un ouvrage défini comme un roman, mais prenant la forme de « mémoires », L'Agrégation d'un Nom et d'un Messie, sur lequel Georges Bataille, dans sa revue Critique, écrira des pages aussi belles que grinçantes : « La vie du jeune Isou est celle de tout adolescent pourri de littérature (et d'innombrables connaissances), mais projeté à travers le monde par une impudence qui bouscule — et veut bousculer : Isou est infiniment grossier, sans mœurs et sans raison. » En réalité, la matière autobiographique de cette Agrégation visait en fait un but unique, celui de la démonstration l'accumulation d'un personnage parfait, réussi et vivant.

Suivront régulièrement de nouvelles et nombreuses publications en relation avec différents secteurs de la connaissance : Le surréalisme et André Breton (1948), L'économie politique et l'érotologie (1949), Les arts plastiques (1950), Le roman et la prose (1950), Le cinéma (1951), Le théâtre (1952), qui constitueront les premiers fondements d'un désir plus global de transformer radicalement la société, en s'appuyant sur les concepts d'« externité » (la jeunesse) et de créativité généralisée.

En 1951, en marge du Festival de Cannes, aura lieu la projection de Traité de bave et d'éternité, son film « ciselant » et « discrépant », dont une des principales originalités réside dans la dissociation de la bande-son et de la bande-image, et dont Jean Cocteau réalisera l'affiche. C'est à l'occasion de cette projection que Guy Debord rejoint pour quelque temps le mouvement lettriste, avant de s'en séparer dès 1952 pour fonder l'internationale lettriste, puis le mouvement situationniste.

En 1954, La Marche des jongleurs, l'une de ses premières pièces, sera montée par Jacques Polieri au théâtre de Poche.

Parallèlement, il anime le groupe lettriste au Salon Comparaisons, où il se lie d'amitié avec les peintres Andrée Bordeaux-Le Pecq, Rodolphe Caillaux et Maurice Boitel.

Au cours des années suivantes, Isidore Isou développera ces fondements pour les enrichir encore ; à ceux-ci, s'ajouteront de nouvelles découvertes, dans les sciences, la psychologie, le droit, les mathématiques, par exemple[réf. nécessaire]. En dehors de son premier film, son œuvre cinématographique compte aujourd'hui une vingtaine de réalisations, tandis que son œuvre plastique, dont les débuts datent de 1944, figure dans des collections importantes sans toutefois avoir encore fait l'objet d'une grande rétrospective.

En 1965 il enregistre le rituel somptueux pour la sélection des espèces.

Naturalisé Français dans les années 1980, Isidore Isou s'est éteint le 28 juillet 2007, à l'âge de 82 ans. Ses cendres se trouvent au funérarium du Père-Lachaise, à Paris.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les révélations fondamentales pour la musique et la poésie autant que pour l’esthétique en général qui sont définies dans le premier ouvrage publié en 1947 à la NRF par Isidore Isou, Introduction à une nouvelle poésie et à une nouvelle musique, marqueront des générations d’artistes. Les commissaires de la récente manifestation Dadada 1916-2006 auront, exactement quarante ans après les découvertes majeures de cet ouvrage, l’occasion de réaffirmer que « la recherche lettriste d’Isou exercera par la suite une influence déterminante sur les théorisations et expérimentations futures de la poésie concrète, visuelle en en anticipant les contenus mêmes. » L’Agrégation d’un nom et d’un messie qui paraîtra la même année explicite sa vision multiplicatrice de la création.

Ces premières sommes seront propagées grâce à plusieurs coups d’éclat retentissants, comme celui du Théâtre du Vieux Colombier où, contre Tristan Tzara, il annonce la naissance d’une révolution poétique. Il rencontre les principaux intellectuels que compte le monde littéraire de son époque, notamment, André Breton auquel, en vain, il a tenté de s’allier. Grâce à ses écrits, sa fracassante démarche lui permet non seulement de se faire un nom, mais également, par la fondation même d’un nouveau mouvement culturel, de dépasser toutes les écoles antérieures faisant encore autorité dans le panorama parisien de l’après-guerre.

Au-delà du bouleversement de la poésie et de la musique, Isou rénovera également l’ensemble des domaines artistiques, en particulier le théâtre (Fondements pour la transformation intégrale du théâtre, 1952) ou le cinéma (Esthétique du cinéma, 1952), sans oublier les arts plastiques avec l’invention de l’hypergraphie, basée sur l'organisation esthétique de lettres et de signes (1950), de l’Art Infinitésimal, basé sur des particules esthétiques imaginaires (1956), de l’Art Supertemporel, basé sur la participation infinie du public (1960), et plus récemment de l'excoordisme, basé sur les extensions et les coordinations de formes concrètes, imaginaires, ou inimaginables (1991-1992).

Des années 1950 aux années 1990, Isou sera l'auteur de plusieurs centaines d’œuvres plastiques, depuis sa série de toiles Les Nombres de 1952 jusqu'à ses œuvres excoordistes de 1991, en passant par ses fameux objets de « méca-esthétique » de 1960 et 1962, qui furent reconstitués en 1987 sous l'impulsion d’Éric Fabre, mécène et collectionneur, lors d'une rétrospective de l'artiste.

Isidore Isou investira également d’autres champs fondamentaux de la connaissance. Notamment l’économie politique avec son prophétique « Soulèvement de la jeunesse » qui mettra pour la première fois au premier plan l’importance de la jeunesse comme force authentiquement créatrice et révolutionnaire. Grâce aux efforts inlassablement répétés par son fondateur et les nombreux disciples qui se succéderont, la « dictature lettriste » survivra à tous les groupes éphémères ou néo-dada promus par les musées et le marché de l’art par de toujours nouvelles explorations, découvertes et publications, ainsi que la réalisation de très nombreuses œuvres dans les domaines les plus variés.

Son œuvre romanesque abondante se développera autour d’ouvrages théoriques et « pratiques » essentiels tel que Les Journaux des Dieux, roman « hypergraphique » où les mots se mêlent aux dessins et autres signes, précédée d'un Essai sur la définition, l’évolution et le bouleversement total du roman et de la prose (1950) qui apporte un regard neuf sur l’histoire et le devenir de cet art. S'ensuivront deux autres romans hypergraphiques : Initiation à la Haute Volupté (1960), et Jonas ou Le corps à la recherche de son âme (1984), édité par Broutin. Avec Introduction à une esthétique imaginaire, de 1956, Isou définit un art basé l’imagination et les virtualités idéatiques dont s’inspireront d’une certaine manière les expressions conceptuelles qui jalonnent les années soixante et soixante-dix. La marque toujours plus novatrice de ce visionnaire concernera également le cinéma où son film Traité de bave et d'éternité (1951) dévoile la discrépance, c'est-à-dire une disjonction totale entre le son et l’image, reprise par Guy-Ernest Debord, et influencera et la Nouvelle vague et l'underground américain.

Dans le domaine économique, son Traité d’économie nucléaire, portant en sous-titre Le Soulèvement de la jeunesse , paru en 1949, met en évidence les véritables forces novatrices qui animent les sociétés humaines par la révélation de l’apport fondamental des couches externes et exclues de la population dont il démontre qu’elles sont seules capables d’aboutir à une « révolution créatrice permanente » pratique et spirituelle. Cet ouvrage combat un système scolaire sclérosé qui véhicule les valeurs fragmentaires et dépassées des idéologies héritées de l’humanisme idéaliste ou du marxisme pour proposer, notamment, un ensemble de réformes juventistes parmi lesquelles les plus importantes sont représentées par la nécessité d'accorder à tous les jeunes un crédit de lancement et d’instaurer la rotation systématique des hommes politiques aux postes de responsabilité.

Sa méthode de création, La Créatique ou la Novatique (1941–1976), permettra également à Isidore Isou d’investir le champ des sciences humaines (Manifeste pour une nouvelle psychokladologie et une nouvelle psychothérapie, 1971) et des sciences exactes avec, en particulier, les publications de Introduction à un traité de mathématiques (1964), Introduction à la géométrie para-stigmatique (1979), ou encore, Fondements pour une nouvelle physique, suivis de Fondements pour une nouvelle chimie (1987).

L'édification cohérente et exhaustive de ce dessein créateur trouve son apogée dans la refonte globale de la société tendant vers les valeurs inédites d’une société « paradisiaque ».

Ouvrages choisis[modifier | modifier le code]

  • Introduction à une nouvelle poésie et à une nouvelle musique, Gallimard, 1947
  • L'Agrégation d'un nom et d'un messie, Gallimard, 1947
  • Réflexions sur M. André Breton, Ed Lettristes, 1948
  • Précisions sur ma poésie et moi, Escaliers de Lausanne, 1950
  • Les journaux des Dieux, précédés de Essai sur la définition, l'évolution et le bouleversement total du roman et de la prose, Escaliers de Lausanne, 1950
  • Amos ou introduction à la métagraphologie, Arcanes, 1953 et Éd. La Termitière, 2000 - ISBN 2-914343-00-0
  • Esthétique du cinéma, Ion, 1952
  • Fondements pour la transformation intégrale du théâtre, 1952, T 1, Bordas, 1953; T 2, CICK, 1970
  • Histoire philosophique illustrée de la volupté à Paris, SPE Alger, 1960
  • Œuvres de spectacle, (1951-1954), Gallimard, 1964
  • Traité d'économie nucléaire. Le Soulèvement de la Jeunesse, T 1, Escaliers de Lausanne, 1949; T 2 et T 3, CICK, 1971
  • Manifeste pour une nouvelle psychopathologie et une nouvelle psychothérapie, Lettrisme, 1971
  • Isou ou la Mécanique des femmes, Escaliers de Lausanne, 1949
  • Traité de bave et d'éternité, Éd. Hors Commerce, 2000 - ISBN 2-910599-74-4
  • Contre l'internationale situationniste (1960-2000), essai, Éd. Hors Commerce - ISBN 2-910599-75-2
  • Peinture lettriste, 105 p., Éd. Rocher J.p., 2000 - ISBN 2-911361-30-X
  • Mémoires sur forces futures des arts plastiques et leur mort, Cahiers de l’externité, 2000 - ISBN 2-912982-00-6
  • Introduction à l’esthétique imaginaire, Cahiers de l’externité, 2000 - ISBN 2-912982-04-9
  • Mes définitions sur l’œuvre de Jean Cocteau, 64 p., Al Dante, 2000 - ISBN 2-911073-64-9
  • Réflexions sur André Breton, préface de Philippe Blanchon, 32 p., Al Dante, 2000 - ISBN 2-911073-65-7
  • Antonin Artaud torturé par les psychiatres
  • Précisions sur ma poésie et moi, suivi d'un entretien de l'auteur avec Roland Sabatier, Éd. Exils, 2003 - ISBN 2-912969-45-X
  • Manifestes du soulèvement de la jeunesse (1950-1966), postface de Roland Sabatier, Al Dante 2004 - ISBN 2-84761-195-9
  • La Créatique ou la novatique - 1941-1976, 1 200p., Éd. Leo Scheer, 2004 - ISBN 2-84761-040-5
  • Les lettristes sont irrécupérables, Essai, Éd. Jannink, 2005 - ISBN 2-916067-04-3

Correspondance[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Je préfère mon nouveau dégoût à l'ancien goût dégoûtant. »
  • « Je crois que de moi on a déjà dit tout le mal qu'on puisse dire. Ce qui me semble original et rare reste le bien qu'on puisse découvrir dans mes actions. »
  • « Chaque victoire de la jeunesse a été une victoire contre les mots. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Lemaître, Isou, 1954, Le Cheval Marin
  • Roland Sabatier, L'Œuvre plastique et romanesque d'Isidore Isou Revue Berenice, N° 4, Lucarini Editore, Rome, 1982
  • Frédérique Devaux Entretiens avec Isidore Isou 1991 La Bartavelle
  • Frédérique Devaux Traité de bave et d'éternité, Ed. Yellow Now, 1992
  • Entretien d'Isidore Isou avec Roland Sabatier, in La Termitière, n°8, 1999-2000. à télécharger
  • Frédéric Acquaviva, "interview avec lsidore Isou" in Revue et corrigée n°49, 2001
  • Isidore Isou, Les Lettristes sont irrécupérables jusqu'à la société de l'éternité concrète, paradisiaque, collection "L'art en écrit", éditions Jannink, Paris, 2005
  • Roland Sabatier, "Isidore Isou : La problématique du dépassement", in "Du surréalisme en héritage : les avant-gardes après 1945" (actes du colloque éponyme, à Cerisy du 2 au 12 août 2006), revue Melusine n° XXVIII (éd. L'Age d'Homme, 2008)
  • Frédéric Acquaviva, "Isou, l’édité", in Revue d’histoire du lettrisme n°2, 2007
  • Frédéric Acquaviva, "Isou 2.0" in Catalogue Isidore Isou, pour en finir avec la conspiration du silence, Institut culturel français, 2007
  • Frédéric Acquaviva, "Isidore Isou", Cahiers du Refuge n°163, Centre international de poésie Marseille, 2007
  • Eric Monsinjon, L'esthétique d'Isidore Isou, in revue Toth, N°1, 2008
  • Anne-Catherine Caron, "Isidore Isou sau zorii unei societati paradisiace" (Isidore Isou ou l'aube de la Société Paradisiaque), Revue Cultura, no 4/31, Bucarest, janvier 2008.
  • Anne-Catherine Caron "Il Lettrismo al di là della femminilitudine", précédé de "L'apport du Lettrisme et du Juventisme au mouvement de libération des femmes" d'Isidore Isou, Edition bilingue italien/français, Zero Gravità, Sordevolo, 2008.
  • Bernard Girard, Lettrisme, l’ultime avant-garde,Dijon, Les presses du réel, 2010
  • [catalogue] « Lettrisme: vue d’ensemble sur quelques dépassements précis », Textes de R. Bonaccorsi, I. Isou, R. Sabatier, Ph. Blanchon, S. Ricaldone, C. Goldstein, A-C. Caron, E. Fabre, Editions Villa Tamaris-La Nerthe, 2010
  • Guillaume Robin, Lettrisme. Le bouleversement des arts, Paris, Éditions Hermann, 2010
  • Fabrice Flahutez, Le lettrisme historique était une avant-garde,Dijon, Les presses du réel, 2011. (ISBN 978-2-84066-405-5).
  • [catalogue] "Isidore Isou, Hypergraphic Novels 1950-1984", Institut Culturel Roumain, Stockholm, dirigé par F. Acquaviva avec des textes de Isou, Acquaviva, Magnusson, Eram, Broutin, Sabatier et Lemaître, 2012
  • [catalogue] "Bientôt les lettristes, 1946-1977", Paris, Passage de Retz (textes de F.Acquaviva, B. Blistène, N. Luici-Goutnikov et Isidore Isou, Wolman, Lemaître, Brau, Sabatier), 2012
  • Frédéric Acquaviva, Lemaître, une vie lettriste, Paris, Editions de la Différence, 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]