Saint-Julien-Chapteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Julien.
Saint-Julien-Chapteuil
Image illustrative de l'article Saint-Julien-Chapteuil
Blason de Saint-Julien-Chapteuil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Canton Saint-Julien-Chapteuil
Intercommunalité Communauté de communes du Meygal
Maire
Mandat
André Ferret
2014-2020
Code postal 43260
Code commune 43200
Démographie
Gentilé Capitolien
Population
municipale
1 864 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 09″ N 4° 03′ 42″ E / 45.0358, 4.061745° 02′ 09″ Nord 4° 03′ 42″ Est / 45.0358, 4.0617  
Altitude Min. 771 m – Max. 1 408 m
Superficie 28,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-Chapteuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-Chapteuil

Saint-Julien-Chapteuil est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les sucs du Meygal à Saint-Julien-Chapteuil.

C’est une commune de moyenne montagne, sur le territoire de laquelle se dressent plusieurs sucs dépassant les 1000 mètres et faisant partie du massif du Meygal :

- au nord : le mont Chanis (alt. 1 231 m), le mont Rouge (1 159 m), le Peyre de Bard (1 200 m), le suc de la Faye (1 106 m) ;
- à l’est : le Mounier (1 407 m, point culminant de la commune), dont les flancs nord, ouest et sud appartiennent à la commune ;
- au sud : la Tortue (1 327 m) et le Montcharret (1 199 m), dont les flancs nord se situent dans la commune ;
- au centre, à 1 km environ du bourg de Saint-Julien, s’élève le suc de Chapteuil (1 031 m), remarquable par ses orgues basaltiques, et porteur d’une tour ruinée.

Le suc de Monac, même s’il semble indissociablement lié, visuellement et picturalement, au bourg de Saint-Julien, est sis en réalité dans la commune voisine de Saint-Pierre-Eynac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chapteuil pourrait bien avoir été, dans l’antiquité, la capitale primitive de la nation vellave, installée dans le Velay. Plusieurs éléments portent à le supposer, en premier lieu le nom Chapteuil lui-même, dérivé de Capitolium, mot par lequel les peuples du groupe ligure, dont aurait fait partie le peuple des Vellaves, avaient coutume de désigner le siège du gouvernement ; ensuite le fait qu’à l’origine, ce sont les seigneurs de Chapteuil qui portaient le titre de comptour du Velay ; et enfin la circonstance que des ateliers monétaires étaient autrefois établis à Monedeyres (dans l’actuelle commune de Queyrières), c’est-à-dire à peu de distance du Capitole, selon l’usage ligure[réf. nécessaire].

La localité de Saint-Julien s’est développée autour d’un prieuré fondé à la fin du XIe siècle par un groupe de moines bénédictins que les seigneurs de Chapteuil avaient fait venir de la Chaise-Dieu.
En 1733, Jean Pierre de Surrel (1686-1756) fit l'acquisition du fief de Saint-Julien, qui restera en possession de la famille de Surrel de Saint-Julien jusqu'à la Révolution française.
La commune a été créée entre 1790 et 1794 par la fusion des communes éphémères de Saint-Julien[1] et Chapteuil[2].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Mont-Mégal[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Julien-Chapteuil se blasonnent ainsi :

D'azur au lion d'argent, armé et lampassé de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Rue principale du bourg de Saint-Julien, avec le suc de Monac à l'arrière-plan
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1944 Jean Barriol    
1944 1947 Gabriel Layes    
1947 1959 Louis Boyer    
1959 1971 Auguste Rouzier    
1971 1989 Paul Reynaud    
1994 2008 André Raveyre DVG Conseiller général (1998-2011)
2008 en cours
(au 28 août 2014)
André Ferret[3] DVG  

La commune englobe, outre le gros bourg de Saint-Julien, les villages et hameaux suivants : Rocherols et Montchanis (tous deux situés au pied du mont Chanis), le Villaret, la Faye, Bourgeneuf, Bard, les Ardennes, Chaumard, Neyzac (Bas et Haut), les Couderts, Chapteuil (au pied du suc de Chapteuil, du latin capitolium), Bacelles, Peyrebrune, la Chapuze, Sumène, Auteyrac, Jalazou, le Betz, Chanalez, le Fraisse, les Chiers, Bellerut, les Vignettes, Saint-Marsal, les Gonnets et la Chapelette.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2008, Saint-Julien-Chapteuil comptait 1 870 habitants (soit une augmentation de 4 % par rapport à 1999). La commune occupait le 5 344e rang au niveau national, alors qu'elle était au 5 071e en 1999, et le 30e au niveau départemental sur 260 communes.


En 2011, la commune comptait 1 864 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 205 2 151 2 467 2 440 2 721 2 548 3 115 2 620 2 641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 646 2 878 2 802 3 144 3 305 3 219 3 298 3 168 3 316
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 384 3 421 2 920 2 635 2 384 2 296 2 287 2 105 1 820
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 762 1 646 1 499 1 569 1 664 1 804 1 886 1 877 1 867
2011 - - - - - - - -
1 864 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,4 %, 15 à 29 ans = 13,4 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 23,4 %, plus de 60 ans = 25,6 %) ;
  • 52 % de femmes (0 à 14 ans = 18,2 %, 15 à 29 ans = 13,8 %, 30 à 44 ans = 17,7 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 30,2 %).
Pyramide des âges à Saint-Julien-Chapteuil en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
1,5 
10,6 
75 à 89 ans
14,4 
14,3 
60 à 74 ans
14,3 
23,4 
45 à 59 ans
20,0 
20,2 
30 à 44 ans
17,7 
13,4 
15 à 29 ans
13,8 
17,4 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,4 
7,4 
75 à 89 ans
11,8 
14,9 
60 à 74 ans
15,6 
21,9 
45 à 59 ans
20,3 
20,8 
30 à 44 ans
19,4 
16,1 
15 à 29 ans
14,4 
18,5 
0 à 14 ans
17,1 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Julien[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Julien.

L'église Saint-Julien est située un peu en hauteur par rapport au bourg. Les débuts de la construction remontent au XIIe siècle. Elle est classée au titre des monuments historiques depuis 1907[7].

Chapelle du hameau de la Chapelette[modifier | modifier le code]

Le hameau de la Chapelette, dans l’extrême sud de la commune, possède une chapelle dédiée à saint Barthélémy, dont la nef et l’abside actuelles semblent d’origine romane (XIe et XIIe siècles), mais dont la façade ouest et le clocher sont des reconstructions datant du XVIIe siècle. Bien qu’elle ait été mentionnée pour la première fois en 1210, des sarcophages mérovingiens trouvés à proximité suggèrent cependant qu’il s’agit d’un lieu de culte plus ancien encore. À l’intérieur, on note une statue naïve de saint Barthélémy portant, après avoir été écorché vif, sa propre dépouille. (Inscrite MH 1982[8] ; propriété privée.)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jules Romains, de son vrai nom Louis Henri Jean Farigoule (26 août 1885 à Saint-Julien-Chapteuil - 14 août 1972 à Paris), écrivain français.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Saint-Julien-Chapteuil sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 20 juillet 2012.
  2. Chapteuil sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS
  3. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Saint-Julien-Chapteuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 février 2011)
  6. « Résultats du recensement de la population de la Haute-Loire en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 février 2011)
  7. « Église Saint-Julien », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice no PA00092857 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :