Jaujac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jaujac
Jaujac : pont du Chastelas sur le Lignon.
Jaujac : pont du Chastelas sur le Lignon.
Blason de Jaujac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Thueyts
Intercommunalité communauté de communes Source de l'Ardèche
Maire
Mandat
René Souléliac
2014-2020
Code postal 07380
Code commune 07107
Démographie
Gentilé Jaujaquois, Jaujaquoises
Population
municipale
1 184 hab. (Modèle:Dernière populati*/ on commune de France)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 16″ N 4° 15′ 25″ E / 44.6377777778, 4.25694444444 ()44° 38′ 16″ Nord 4° 15′ 25″ Est / 44.6377777778, 4.25694444444 ()  
Altitude Min. 332 m – Max. 1 207 m
Superficie 24,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Jaujac

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Jaujac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jaujac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jaujac

Jaujac est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Jaujaquois et les Jaujaquoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Sis au sein de la Cévenne ardéchoise, le village de Jaujac est situé à 15 kilomètres à l'ouest d'Aubenas et à 50 kilomètres au nord-ouest de Montélimar, dans le département de la Drôme.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Jaujac est limitrophe de neuf communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche, à savoir :

Elles sont réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Thueyts Meyras Fabras Rose des vents
La Souche N Saint-Cirgues-de-Prades
O    Jaujac    E
S
Laboule Rocles et Joannas Prunet

Relief[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Tanargue et Serre de la Croix de Bauzon.

L'altitude du territoire communal varie de 332 à 1 207 mètres, entre la vallée du Lignon et les serres du Tanargue et de la Croix de Bauzon. Le bourg principal de Jaujac est bâti sur les pentes d'un ancien volcan couvert d'une châtaigneraie. Les chaussées basaltiques issues de ce volcan sur six kilomètres sont parmi les plus imposantes d'Europe et forment une chaussée des géants. La localité comprend le col de la Croix de Millet, situé à 776 mètres d'altitude.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le massif du Tanargue est de constitution majoritairement granitique. Localement, sur certaines parties du relief, le granite subit une métamorphose suite à son altération progressive, donnant alors naissance à des roches métamorphiques comme des schistes, des gneiss et même du grès[2]. Consécutivement aux éruptions passées des volcans de la commune, on note également des roches d'origine volcaniques comme des basaltes, notamment sous formes de coulées basaltiques. Jaujac fait partie du bassin houiller de Lalevade d'Ardèche, aujourd'hui inexploité[3]. Ce charbon trouve son origine par la présence d'une enclave de terrain stéphanien (schisto-gréseux) au sein de la vallée du Lignon.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lignon (Ardèche).

Jaujac est traversée d'ouest en est par la rivière le Lignon.

Climat[modifier | modifier le code]

Assez froid en hiver et chaud l'été mais à cause des montagnes environnantes les températures restent assez fraîches particulièrement au coucher du soleil.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom traditionnel des habitants est Los Jaujaquencs en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Jaujac

Les armes de Jaujac se blasonnent ainsi :
D'azur à deux lévriers rampants et affrontés d'or.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Château de Castrevieille.

Albin Mazon, citant Louis de Montravel, note en 1499 l'existence de trois co-seigneurs : Louis de Lévis, baron de La Voulte seigneur dominant pour les deux tiers, Antoine de Balazuc seigneur de Montréal et Noble Guillaume de Jaujac. Par des jeux d'alliance, le fief devint la propriété de la famille Clastrevielle ou Castrevielle, dont le nom s'éteint en 1668, Blanche de Castrevielle, Jaujac, Rocles, Saint Pierre de Malet, épousant Henri de Montvallat, comte d'Antraigues.

Le château de Jaujac porte le nom de cette famille et la commune a adopté son blason.

Sur un plan spirituel, Jaujac semble rattaché à Viviers depuis des temps très anciens (VIIIe siècle). Sur le plan temporel, on trouve trace d'un Albert de Jaujac en 1216, puis de ses descendants. La famille de Jaujac fut liée par mariage aux maisons de Montlaur[4] d'Anduze et de Joyeuse. La famille de Montlaur fut suzeraine d'Aubenas jusqu'au XVIIe siècle. En 1611, Marie de Maubec-Montlaur marquise d'Aubenas épouse Jean-Baptiste d'Ornano.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 184 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 496 1 509 1 578 1 696 2 208 2 272 2 327 2 371 2 510
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 872 2 739 2 509 2 544 2 563 2 522 2 527 2 533 1 859
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 763 1 770 1 674 1 492 1 325 1 244 1 186 1 040 918
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 047 1 093 1 077 1 085 1 020 1 065 1 167 1 181 1 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mai 1973 Jean Delenne PCF Médecin, conseiller général
mai 1973 mars 1977 Pierre Rouvière    
mars 1977 juin 1994 Emilien Perre PS  
juin 1994 mars 1998 Pierre Rouvière    
mars 1998 septembre 2010 Jean-Pierre Bardine[7] PCF  
octobre 2010 en cours René Souléliac DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le pont romain ;
  • Le Lignon et sa turbine hydro-électrique ;
  • Le volcan et sa source d'eau ferrugineuse ;
  • Les coulées basaltiques ;
  • Le château du Bruget ;
  • Le château de Castrevieille ;
  • Le quartier ancien du Chastelas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr,‎ 2007 (consulté le 06/09/2010)
  2. « Description géologique du massif du Tanargue », sur http://lachenaie.over-blog.fr,‎ 2009 (consulté le 20/02/2011)
  3. A-E Mitard, « Le Bassin houiller de Lalevade d'Ardèche », sur http://www.persee.fr, Revue de géographie alpine,‎ 1927 (consulté le 20/02/2011)
  4. http://www.ardeche-evasion.com/chateau-des-montlaur-k1-18703.html
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Église de Jaujac

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Albin Mazon, L'ancienne paroisse de Jaujac, Privas, Imprimerie Centrale de l'Ardèche,‎ 1898

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :