Coux (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coux.
Coux
Le village de Coux
Le village de Coux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Canton Privas
Intercommunalité Communauté de communes Privas Rhône et Vallées
Maire
Mandat
Jean-Pierre Jeanne
2014-2020
Code postal 07000
Code commune 07072
Démographie
Gentilé Couxois, Couxoises
Population
municipale
1 708 hab. (2011)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 06″ N 4° 37′ 16″ E / 44.735, 4.6211111111144° 44′ 06″ Nord 4° 37′ 16″ Est / 44.735, 4.62111111111  
Altitude Min. 170 m – Max. 807 m
Superficie 12,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Coux

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Coux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coux

Coux est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Couxois et les Couxoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune d'Ardèche, en région Rhône-Alpes, se situant sur la départementale 104, sur l'axe Loriol-sur-Drôme - Aubenas. Cette départementale suit la vallée de l'Ouvèze qui prend sa source dans les montagnes ardéchoises pour se jeter dans le Rhône. Situé à 489 mètres d'altitude, elle fait partie du canton de Privas.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lyas Rose des vents
Privas N Flaviac
O    Coux    E
S
Alissas Chomérac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Jean-Louis Bonhomme UDF  
mars 2008 en cours Jean-Pierre Jeanne DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 708 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
935 1 105 1 024 1 158 1 268 1 279 1 290 1 301 1 386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 511 1 546 1 222 1 260 1 270 1 145 1 151 1 153 1 190
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 074 1 114 1 091 837 841 844 812 803 844
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
832 806 953 1 418 1 501 1 464 1 560 1 568 1 662
2011 - - - - - - - -
1 708 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

le « Bacha »
  • Typiquement locale, le Bacha, est une tradition qui s'était perdue depuis les années 1950. Réhabilitée par Jean-Louis Bonhomme dès le début de son premier mandat à la mairie, il propose invariablement cette cérémonie à chaque nouveau couple qui, se lance dans l'aventure conjugale.

La tradition expliquée par le maire, Jean-Louis Bonhomme :" le Bacha, c'est ainsi que l'on nomme, dans le vieux pays ardéchois, les bassins qui recueillent l'eau d'une fontaine, laissant ensuite le trop-plein s'en aller alimenter d'autres vasques ou se perdre dans les prés. Celui du village est surmonté d'une pierre taillée en forme d'éventail. Daté de 1911, il fait partie du patrimoine architectural couxois et il a, comme en ont souvent les lieux singuliers, sinon sa légende, du moins sa tradition. Depuis quelque 80 ans, les anciens du village, gardiens des us et coutumes, conseillent aux jeunes mariés, au sortir de la mairie, de se rendre jusqu'à cette fontaine jaillissante. Puis, se tenant par les épaules, de se pencher au-dessus du bassin et d'appliquer leur front sur la pierre, de part et d'autre de l'arrivée d'eau. On dit alors qu'ils jourtent le bacha "". Cette coutume aurait pour promesse d'assurer à l'attelage des nouveaux mariés un bel et solide avenir. Bien des anciens d'ici vous le confirmeront… ».

  • Le Fabricou est un quartier se trouvant en plein cœur du village couxois. Situé à proximité de l'Ouvèze, il est particulièrement plébiscité par les jeunes pour son charme et sa tranquillité. Il accueillait dans le temps une usine de coton, un mini-golf et est aujourd'hui occupé par la salle des fêtes.

C'est également un endroit où peuvent se retrouver les pêcheurs (en patois, pouêtre) pour une journée de détente.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]