Mars (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mars.
Mars
Église de Saint Romain le Désert
Église de Saint Romain le Désert
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Saint-Agrève
Intercommunalité Communauté de communes Val'Eyrieux
Maire
Mandat
Henri Guillot
2014-2020
Code postal 07320
Code commune 07151
Démographie
Population
municipale
274 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 20″ N 4° 19′ 19″ E / 45.0222, 4.321945° 01′ 20″ Nord 4° 19′ 19″ Est / 45.0222, 4.3219  
Altitude Min. 759 m – Max. 1 138 m
Superficie 18,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Mars

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Mars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mars

Mars est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située sur le bord du Lignon, Mars est limitrophe avec le département de la Haute-Loire et notamment de la commune du Chambon-sur-Lignon. Son altitude moyenne est d'environ 1 020 mètres. Elle fait partie du plateau Vivarais-Lignon, plateau à forte identité protestante marqué par les guerres de religions.

Essentiellement agricole, la commune s'étend sur 1 500 hectares dont une partie est occupée par le golfe du Chambon. La commune connaît quelques sites volcaniques comme Montréal et Hugons, qui sont les derniers promontoires d'origine volcanique en allant vers l'est. Mais l'essentiel des terres est granitique. Le climat est rigoureux et on connaît de grandes périodes d'enneigement durant l'hiver ou de grands froids. L'hiver 2004-2005 a été marqué par de très grandes chutes de neige et « la burle », vent qui soulève la neige, a constitué des congères de 5 mètres de haut aux Hugons cette année-là.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Le Chambon-sur-Lignon Devesset Rose des vents
Mazet-Saint-Voy N Saint-Agrève
O    Mars    E
S
Fay-sur-Lignon Intres Saint-Jean-Roure

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur une voie romaine, la commune de Mars prend ce nom seulement au début du XXe siècle, vraisemblablement parce qu'il y avait alors plus d'habitants au lieu-dit Mars et que la pratique protestante est d'une telle importance qu'un temple vient d'y être construit. Auparavant, elle se nommait Saint-Romain-le-Désert. L'église romane de Saint-Romain-le-Désert est particulièrement bien située permettant de voir les Alpes à l'est et la chaîne des Cévennes à l'ouest se terminant par le Mezenc. Au XVIe siècle, la paroisse de Saint-Romain a été marquée par les guerres de religion qui ont détruit le château de Montréal comme celui du bourg de Saint-Agrève en 1575 (commune limitrophe). Une grande foire réunissait les habitants au lieu-dit Mars au début du printemps. Elle ne réunit plus personne aujourd'hui.

Le tourisme est important et on compte 270 résidences secondaires. Un petit hôtel/restaurant, un camping, ainsi que des gîtes proposent de l'hébergement. Les actifs sont artisans, agriculteurs, bûcherons, ou travaillent au bourg des communes proches. Un héliciculteur s'est installé en 2003 et se lance dans la production d'escargots de mars.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2001 Aimé Abel    
mars 2001 réélu mars 2014 Henri Guillot[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 274 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350 568 627 545 909 870 873 896 924
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
836 845 868 850 875 913 948 930 937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
900 877 891 797 749 750 720 651 582
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
493 396 295 244 181 216 273 279 276
2011 - - - - - - - -
274 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La voie romaine de "Valence au Puy en Velay"
  • L'église romane de Saint Romain le Désert du XIe siècle
  • Le temple protestant de Mars
  • "Montréal", ancien volcan où restent quelques orgues basaltiques et quelques traces du château détruit durant les guerres de religion
  • Flossac ou château de Maleval, une maison forte du XVIIe siècle.
  • L'architecture en granit et les toits en lauzes
  • "Hugons" un hameau sur un promontoire basaltique avec quelques orgues visibles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Commune de résidence de l'artiste Gilles Roussi.
  • Commune familiale du dessinateur scénariste et romancier Bruno Claret.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011