Villevocance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Vocance.
Villevocance
Une église néogothique au centre du village.
Une église néogothique au centre du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Annonay-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin d'Annonay
Maire
Mandat
Thomas Toularastel
2014-2020
Code postal 07690
Code commune 07342
Démographie
Population
municipale
1 258 hab. (2011)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 32″ N 4° 35′ 20″ E / 45.2256, 4.588945° 13′ 32″ Nord 4° 35′ 20″ Est / 45.2256, 4.5889  
Altitude Min. 380 m – Max. 912 m
Superficie 9,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Villevocance

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Villevocance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villevocance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villevocance
Liens
Site web villevocance.fr

Villevocance est une commune française, située dans le nord du département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

En 1910, un village regroupé dans un environnement cultivé.

La commune de Villevocance est située à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de la ville d'Annonay, dans la vallée de la Cance. Cette vallée, en amont d'Annonay, est communément appelée la "Vocance". La commune s'étend de part et d'autre de la rivière, sur une surface de 9 km2. L'habitat principal s'est installé sur les pentes douces exposées au sud. Prés et forêts occupent les pentes plus prononcées exposées au nord. Le village s'est d'abord regroupé autour du confluent de la Cance avec son affluent le Malbuisson.

Dans la Vocance, Villevocance est la bourgade la plus proche d'Annonay. Pour y venir depuis ce chef-lieu de canton, il faut cependant franchir quelques kilomètres de gorges. À la sortie, la vallée qui s'élargit a permis à Villevocance de devenir l'agglomération la plus importante de ce secteur.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Villevocance est limitrophe de 4 communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Annonay Rose des vents
Vanosc N Roiffieux
O    Villevocance    E
S
Vocance

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune peut provenir du latin "villa (ferme) in Valcantia" ou du français moyenâgeux "Ville (village) en Vocance". Le mot Vocance (ancienne orthographe "Vaucance") est une simplification de "Vallis Cantia" (vallée de la Cance). Quant au mot "Cance", il provient sans doute du celtique "canto" qui signifie "brillant" mais peut indiquer aussi une limite. Ce pourrait être alors le rappel du temps où la rivière servait de frontière entre les seigneuries d'Argental au nord et de Mahun au sud[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune preuve d'habitat très ancien ne semble avoir été retrouvée sur Villevocance. Par contre, les restes d'un oppidum pré-gaulois sont toujours visibles au sommet du Chirat blanc, sur la commune voisine de Vocance.

Au Moyen Âge, la commune est citée dans les possessions des seigneuries locales, Argental et Mahun. En 1200, la vallée a subi un passage des Sarrazins. En 1586, on y subit une épidémie de peste...

Une route peut-être pas très fréquentée à l'époque!

Au XIXe siècle, moulins à farine et moulinages textiles utilisent la force hydraulique de la rivière. Quatre auberges relais y accueillent les voyageurs et les muletiers. La population arrive à dépasser les 1000 habitants. En 1877, une nouvelle église est construite dans un style néogothique. En 1904, un nouvel itinéraire est percé pour la traversée du village, avec un nouveau pont sur le Malbuisson. En 1906 et 1908, deux bâtiments scolaires sont construits. Malgré tout, la commune connaît l'exode rural et sa population descend jusqu'à 516 habitants en 1954. La deuxième partie du XXe siècle apporte à Villevocance une succession de nouveautés. Des constructions nouvelles voient le jour, la population s’accroît rapidement, la construction d'équipements collectifs s'ensuit, et la vie culturelle et associative se développe.

Un habitat maintenant très étendu.
  • 1956: installation de l'eau courante.
  • 1967: lotissement des Fouilletières.
  • 1973: lotissement du Mont Brun.
  • 1979: lotissement des Gras Prés.
  • 1985: construction de la salle polyvalente.
  • 1986: mise en route de la station d'épuration.
  • 1990: début des travaux de la nouvelle mairie.
  • 1991: ouverture de la Maison d'Accueil des Personnes Âgées.
  • 1999: construction de la Maison du Bois.
  • 2009: restauration de la traversée du village.
  • 2013: ouverture de la Maison Mourier.

En 2013, la commune recense 1279 habitants.

Patrimoine naturel et bâti[modifier | modifier le code]

Un itinéraire piétonnier a été aménagé dans le cours du Malbuisson.
  • Le ruisseau du Malbuisson, dans sa traversée du village a profité récemment d'aménagements piétonniers. Plus en amont, et en lisière de forêt, la rive gauche du ruisseau a accueilli en 1990 un arboretum de 80 arbres. Sa signalétique a été rénovée en 2011.
  • L'école publique a obtenu en 2010 le label d'éco-école.
  • L'église néo-gothique Saint-Sulpice (1877), est aujourd'hui rattachée à la paroisse catholique Sainte-Claire d'Annonay-Vocance[3],[4]

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune recense 26 associations. Mais la palette d'activités est plus importante dans la mesure où une certaine intercommunalité associative fonctionne de fait entre les cinq communes de la vallée.

En 2013, l'ancienne étude notariale restaurée, la "Maison Mourier", est devenu le siège de la Bibliothèque, de la cantine scolaire, et de nouvelles salles associatives.

La Forêt des Contes en Vocance[modifier | modifier le code]

Une conteuse de la Forêt des Contes (ici en plein air au Monestier).

La "Forêt des Contes en Vocance", créée en 1991, a pu s'installer en 1999 dans l'extension de la salle polyvalente, "La Maison du Bois". Cette association s'est fait peu à peu apprécier. Elle compte actuellement trois personnes salariées, deux bénévoles à plein temps et une dizaine de bénévoles occasionnels. Ses animateurs sont maintenant demandés dans la région Rhône-Alpes, dans le cadre notamment de convention avec des communautés territoriales. Ses activités et ateliers gardent comme base le conte et la parole. Beaucoup d'interventions ont lieu en milieu scolaire, mais aussi auprès d'adultes: dans le cadre d'ateliers, de spectacles, de veillées, de balades contées et de découvertes de l'environnement[5]

Evènements[modifier | modifier le code]

  • en janvier les Puces des Couturières.
  • au printemps un Festival de théâtre.
  • en juin la Fête de la Musique.
  • en juillet la vogue avec retraite aux flambeaux.
  • en été Festival de Contes ou Fête du Chemin.
  • en novembre le Marché aux Cadeaux.
  • pour Noël un spectacle avec feu d'artifice.

Vie économique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune a pu recenser

  • 22 commerces et services médicaux
  • 19 artisans
  • 3 entreprises dans le secteur du bois qui totalisent une trentaine d'emplois: fabrication de palettes, fabrication de charpentes, import-export.
La nouvelle mairie, réinstallée au début des années 1990.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Bernard Mounier    
mars 2008   Thomas Toularastel[6]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 258 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
820 715 884 854 965 906 923 1 025 1 018
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 032 1 004 929 820 840 836 851 808 759
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
712 684 684 534 560 552 558 522 516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
558 600 665 908 1 026 1 089 1 111 1 132 1 231
2011 - - - - - - - -
1 258 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population est montée à plus de 1000 habitants en milieu de XIXe siècle. L'exode rural l'a fait ensuite diminuer de moitié jusqu'au milieu du XXe siècle. L'arrivée d'une population de citadins a provoqué depuis 1950 un mouvement et une progression inverses.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

L'entrée Est du village.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Vial "Vocance en Vivarais; des origines au début du XIXe siècle" (1983).
  • Bernard Vial, André Coront-Ducluzeau: "1789-1799: la Révolution française en vallée de la Vocance" (1989).
  • Albin Mazon, "Voyage autour d'Annonay" (1901).
  • Guide officiel de l'Union Touristique Ardèche Verte (1991).
  • archives et bulletins municipaux.
  • reportages du Dauphiné et notamment articles du 29 août 2013 de François Bassaget.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), « Communes - Géoportail », sur http://www.geoportail.gouv.fr,‎ 2014 (consulté le 31 juillet 2014)
  2. Bernard Vial, Vocance en Vivarais
  3. site de la paroisse Sainte Claire d’Annonay-Vocance
  4. site 40000clochers.com
  5. « le site de La Forêt des Contes en Vocance ( Ardèche ) »
  6. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011