Largentière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Argentière (homonymie) ni L'Argentière-la-Bessée.
Largentière
La ville de Largentière
La ville de Largentière
Blason de Largentière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière (chef-lieu)
Canton Largentière (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Ligne
Maire
Mandat
Jean-Roger Durand
2014-2020
Code postal 07110
Code commune 07132
Démographie
Population
municipale
1 822 hab. (2011)
Densité 252 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 37″ N 4° 17′ 39″ E / 44.5436111111, 4.2941666666744° 32′ 37″ Nord 4° 17′ 39″ Est / 44.5436111111, 4.29416666667  
Altitude Min. 147 m – Max. 420 m
Superficie 7,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Largentière

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Largentière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Largentière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Largentière

Largentière (prononcé [laʁ.ʒɑ̃.ˈjɛʁ ]) est une commune française, située dans le département de l'Ardèche et une des deux sous-préfectures du département. Elle se nomme L'Argentèira en occitan.

Ses habitants sont appelés les Largentiérois. Elle est la deuxième plus petite sous-préfecture de France après Castellane dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Géographie[modifier | modifier le code]

Largentière, sous-préfecture de l'Ardèche, est située dans la vallée de la Ligne, à 10 kilomètres environ au sud d'Aubenas et à 85 kilomètres environ au sud-ouest de Valence.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Largentière est limitrophe de six communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche, et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Tauriers Chassiers Vinezac Rose des vents
Sanilhac N
O    Largentière    E
S
Montréal Uzer

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune s'appelle L'Argentèira en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Largentière

Initialement nommée Segualeriæ (Ségualières) jusqu'au XVIIIe siècle, la cité doit son nom actuel à des mines de plomb argentifère qui furent au centre de conflits incessants entre les comtes de Toulouse et les évêques de Viviers qui les exploitèrent du Xe siècle au XVe siècle.

Le passage des troupes de Simon de Montfort est attesté à Largentière en novembre 1213.

Ancienne propriété des évêques de Viviers, barons de Largentière, elle garde de ce passé un patrimoine architectural remarquable : la cité médiévale, le château (XIIe-XVe siècle), l'église gothique Notre-Dame-des-Pommiers du XIIIe siècle ; sur la chaire en pierre est gravée une inscription en occitan datée de 1490 : « hieu Pierre Guarnier de Colens ay donat aquesta chadiera al convent ».

En 1562, les protestants de la famille de Montbrison à Versas saccagérent le cloître des Récollets.

Porte des Récollets

Largentière fut une petite ville industrielle au XXe siècle avec l'exploitation de plomb argentifère par la société Peñarroya qui se prolongea, avec des difficultés, jusqu'en 1982. Aujourd'hui elle est surtout (en dehors de la saison estivale, très touristique) un centre administratif (administrations départementales et préfectorales) grâce à sa fonction de sous-préfecture de l'Ardèche et éducatif (Lycée hôtelier de Largentière, Collège public de La Ségalière, Collège privé Le Portalet Notre-Dame). Son tribunal est aujourd'hui fermé mais le bâtiment accueille des services administratifs.

Dans le contexte de la fin de la guerre d’Algérie, en 1962, de nombreux harkis et leur famille, originaires de la région de Nemours (en Algérie), sont rapatriés par la demi-brigade de fusiliers marins, qui aidera à leur installation sur le territoire de la commune. C'est ainsi que sera créée la cité de « Neuilly-Nemours », ainsi qu'un hameau de forestage[2].

Jusqu'en 1982, la ville était desservie par la voie ferrée (PLM puis SNCF) venant de Saint-Sernin. L'ancienne gare a été démolie ; le site de la gare est maintenant occupé par la gendarmerie et la caserne des pompiers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Largentière

Les armes de Largentière se blasonnent ainsi :
D'azur au château d'argent flanqué de deux échauguettes couvertes et sommé d'une tour crénelée, girouettée du même, le tout maçonné et ajouré de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 19 décembre 1976
(décès)
Félicien Blanc SFIO puis PS négociant en fruits, conseiller général
décembre 1976 mars 1977 Pierre Brule PS  
mars 1977 juin 1995 André Monteil RPR conseiller général
juin 1995 mars 2001 Edmont Laffont DVD  
mars 2001 réélu mars 2014 Jean-Roger Durand[3] UDF puis UDI (NC) Directeur d'hôpital
conseiller général depuis 2001
Les données manquantes sont à compléter.

La commune de Largentière fusionna en 1974 avec celle de Tauriers, puis Tauriers fut rétabli en commune indépendante en 1989.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 822 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 793 1 706 1 952 2 250 2 919 2 879 3 088 3 214 3 160
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 281 2 992 3 144 3 135 2 962 2 783 2 697 2 820 2 472
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 354 2 283 2 165 1 887 2 043 1 855 2 021 1 777 1 673
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 819 2 888 2 782 2 520 1 990 1 942 1 834 1 805 1 822
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


L'augmentation de la population entre 1962 et 1968 est due, d'une part à l'arrivée de nombreux harkis pour qui un camp d'accueil avait été construit, d'autre part par l'arrivée d'ouvriers mineurs venus du nord de la France ou des pays du Maghreb employés dans la mine.

À la suite de la fermeture de la mine elle subit une perte de démographie importante. En 1989 Tauriers se sépare de Largentière et redevient une commune indépendante.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La société Peñarroya exploite la mine jusqu'en 1982 dont sont extraits du plomb, du zinc, de l'argent[7]. Cette mine avait précédemment appartenu à la famille Rothschild[8]. La fermeture de la mine et la crise du textile conduisent à un déclin de l'activité industrielle.

Les laboratoires Oméga-Pharma, un important groupe pharmaceutique belge, y ont installé l'un de leurs quatre sites de production français dans un ancien moulinage de Palluat, entièrement restauré, situé le long de la rivière Ligne. C'est là qu'est produite, entre autres, la célèbre Jouvence de l'Abbé Soury.

Largentière est aussi le siège de l'entreprise familiale Gineste-Voyages (autocars, organisation de voyages).

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Fêtes médiévales : chaque été, en juillet et août, ont lieu à Largentière d'importantes "Fêtes médiévales" (Le Temps des Chevaliers, animations en costume médiéval et spectacles, la fête Argentaria, qui a lieu tous les deux ans, etc. Se renseigner auprès de l'Office Intercommunal de Tourisme du Val-de-Ligne qui organise aussi des visites guidées toute l'année).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albin Mazon, Histoire de Largentière,‎ 1904, 592 p. (lire en ligne)
  • (fr) Michaud J. G.(1980), Les gisements de plomb-zinc des Malines et de Largentière ; Chron. Recherche Minière, BRGM, FRA (1980), no 454 ; p. 36-64, 17 ill., Chronique Recherche Minière 454, mars/avril 1980

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]