Genestelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Genestelle
Le château de Craux.
Le château de Craux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Antraigues-sur-Volane
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Aubenas-Vals
Maire
Mandat
Robert Thiolliere
2014-2020
Code postal 07530
Code commune 07093
Démographie
Gentilé Genestellois
Population
municipale
285 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 43′ 10″ N 4° 23′ 39″ E / 44.7194444444, 4.39416666667 ()44° 43′ 10″ Nord 4° 23′ 39″ Est / 44.7194444444, 4.39416666667 ()  
Altitude Min. 349 m – Max. 1 345 m
Superficie 21,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Genestelle

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Genestelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Genestelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Genestelle

Genestelle est une commune française située dans le département de l'Ardèche, en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Genestellois et Genestelloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Genestelle est limitrophe de huit communes[2], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Laviolle Gourdon Saint-Joseph-des-Bancs Rose des vents
Antraigues-sur-Volane N Saint-Michel-de-Boulogne
O    Genestelle    E
S
Asperjoc Saint-Andéol-de-Vals Saint-Étienne-de-Boulogne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du village de Genestelle est de type méditerranéen à influence montagnarde du fait de l'altitude et de la proximité du plateau ardéchois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune, attesté au moins depuis le XIVe siècle (Genestella[3]), provient de l'occitan « genestèla », signifiant « jeune taillis de genêts, petite lande couverte de genêts »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Raymonde Duplan    
mars 2008 mars 2014 France Moulin[5]    
mars 2014 en cours Rémi Tastevin ou assimilé    
Les données manquantes sont à compléter.

Genestelle fait aujourd'hui partie de la Communauté de communes du pays d'Aubenas Vals

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 285 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 050 1 134 1 691 1 700 1 975 2 142 2 175 2 282 1 465
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 527 1 328 1 411 1 282 1 290 1 203 1 140 1 132 1 133
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 055 1 100 1 003 819 732 627 588 523 443
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
364 311 271 268 260 269 278 279 285
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Marie : la messe célébrée le jour de la Saint Pascal (17 mai) est l'occasion d'implorer le saint patron de la châtaigne pour que la récolte soit fructueuse.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Craux : construit au XII° siècle, il a été profondément remanié depuis. Il a cependant conservé ses deux imposantes tours d'angles. Le Dauphin Charles II, futur Louis XI, y vint chercher de l'aide dans sa lutte contre les Bourguignons et les Anglais. Au début du XVI° siècle, il appartenait à la famille d'Ucel. La dernière châtelaine connue se nommait Jeanne de Fabrias. Il est aujourd'hui propriété de la commune de Genestelle.

Laissé à l'abandon, le château a commencé à reprendre vie lors du tournage du film Le Secret par Robert Enrico. Cependant les dégradations continuaient. Une association s'est constituée pour le restaurer : Chantiers Rhône-Alpes, aidée par la commune. Le château est site classé depuis 1981.

Le château de Craux
Sur les chemins de Genestelle

Une légende[modifier | modifier le code]

En contrebas du château coule une source dont l'eau est teintée de rouge. On a longtemps raconté dans le pays qu'il s'agissait du sang de personnes égorgées dans les entrailles du château[8]. La réalité est plus terre-à-terre : il s'agit d'une source ferrugineuse.

Fête votive[modifier | modifier le code]

Autour du 15 août a lieu la fête du village avec concours de pétanque (doublettes et triplettes), bals gratuits avec orchestre. Ces animations sont organisées par le comité des fêtes de Genestelle.

Le ramassage des châtaignes règlementé[modifier | modifier le code]

À l'automne, le ramassage des châtaignes est pratiqué sur l'ensemble de la commune principalement par les castanéiculteurs mais aussi par les particuliers qui possèdent une châtaigneraie. La châtaigneraie est un verger de châtaigniers. À ce titre, elle est entretenue par les propriétaires (plantations de nouveaux arbres, greffes, élagage d'arbres, entretien du sol...). Par conséquent, le ramassage des châtaignes est strictement réservé aux propriétaires. Par arrêté municipal, durant toute la période de récolte, l'accès aux châtaigneraies ainsi que le ramassage des châtaignes même tombées sur les routes ou sur des terrains communaux sont strictement interdits sous peine d'amende. Il est également strictement interdit de fumer dans les bars de Genestelle, tout comme dans n'importe quel autre lieu public

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_genestelle_07093.html
  2. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr,‎ 2007 (consulté le 29/11/2011)
  3. Charrié Pierre (1979), Dictionnaire topographique du département de l'Ardèche, Paris, Librairie Guénégaud
  4. Trésor du Félibrige
  5. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. une habitante du village, Hélène Terrisse, en a fait un roman : La légende des Escourchades