Péreyres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Péreyres
Cascade du Ray-Pic
Cascade du Ray-Pic
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Burzet
Intercommunalité Communauté de communes Ardèche des Sources et Volcans
Maire
Mandat
Hervé Méjean
2014-2020
Code postal 07450
Code commune 07173
Démographie
Population
municipale
51 hab. (2011)
Densité 4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 40″ N 4° 15′ 16″ E / 44.7778, 4.254444° 46′ 40″ Nord 4° 15′ 16″ Est / 44.7778, 4.2544  
Altitude Min. 676 m – Max. 1 400 m
Superficie 12,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Péreyres

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Péreyres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Péreyres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Péreyres

Péreyres est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune majoritairement située dans la Cévenne ardéchoise, Péreyres possède divers hameaux : le Chabron, le Chambon, le Peyral. On note aussi la présence de fermes au sein du plateau ardéchois comme celle de Pra-Plot. La localité est connue pour sa cascade du Ray-Pic mais aussi pour les gorges de Piedmoula, l'ancien cratère de la Fialouse, ou la Balme du Curé. Péreyres possède une baie sauvage "la myrtille" qui pousse sur les flancs des montagnes. Le ramassage de la myrtille a lieu en juillet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Péreyres est limitrophe de quatre communes, toutes situées dans le département de l'Ardèche[1], à savoir :

Ces quatre communes sont réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Sagnes-et-Goudoulet Lachamp-Raphaël Rose des vents
N Labastide-sur-Bésorgues
O    Péreyres    E
S
Burzet

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Péreyres et la plupart des hameaux municipaux sont reliés par la route départementale 215 C, qui relie Lachamp-Raphaël à Burzet.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bourges (rivière).

La Bourges, cours d'eau affluent de la Fontolière et sous-affluent l'Ardèche, traverse Péreyres peu après sa source sur la commune voisine de Lachamp-Raphaël. La Bourges, rivière encaissée, possède un régime cévenol caractéristique, avec un étiage estival sévère et de hautes-eaux d'automne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Commune indépendante depuis 1854.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Yves Bonnet[2]   Retraité SNCF
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 51 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
480 440 465 439 437 465 465 401 404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
409 382 375 327 308 303 262 215 149
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
102 75 63 62 62 55 53 53 51
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La cascade du Ray-Pic
  • La cascade du Ray-Pic, où l'eau de la rivière la Bourges dégringole de plus de 30 mètres en suivant une coulée de lave qui forme une cascade d'orgues basaltiques. C'est un site classé depuis 1931, on y accède par un sentier ombragé et aménagé en pente douce. L'accès, devenu dangereux, est interdit par arrêté municipal depuis 2008, une réouverture étant prévue en 2012 ;
  • Ferme Pra-Plot, classée monument historique en 1985 ;
  • Église Saint-Régis, en pierre de pays datant du XVIIIe siècle. Elle a été rénovée avec la pose de nouveaux vitraux en 2009.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Chaque année, le dernier samedi et dimanche de juillet, Péreyres fête la myrtille avec diverses animations pour mettre en valeur cette baie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr,‎ 2007 (consulté le 06/03/2011)
  2. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :