Cuisine palestinienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La cuisine palestinienne est constituée d'aliments consommés par les Palestiniens, ce qui inclut les habitants des territoires palestiniens, d'Israël, les habitants des camps de réfugiés palestiniens des pays voisins ainsi que la diaspora palestinienne. La cuisine palestinienne provient des populations qui se sont installées en Palestine, en particulier pendant le califat omeyyade. Par la suite, elle a eu des influences perses (califat abbasside) et finalement de fortes influences turques dues aux populations arrivées pendant l'Empire ottoman. Elle est semblable aux autres cuisines du Levant, notamment les cuisines libanaise, syrienne et jordanienne.

Les palestiniens mangent plusieurs fois par jour, le repas principal étant au moment du déjeuner. Les styles de cuisine varient d'une région à l'autre, les ingrédients et les traditions étant généralement liées au climat de chaque région. Le riz et diverses sortes de kebbeh sont courants en Galilée, les repas en Cisjordanie sont souvent plus copieux et à base de pain taboun, de riz et de viande, et les habitants de la plaine côtière consomment également du poisson, des fruits de mer et des lentilles. Dans la bande de Gaza, le piment est fréquemment utilisé. Les repas sont généralement pris à domicile mais il est devenu courant de manger à l'extérieur, en particulier lors des fêtes, où sont servis des plats légers tels que des salades, des trempettes et des brochettes de viande.

La région est également à l'origine de nombreux desserts, certains préparés de façon régulière et d'autres réservés aux occasions particulières. La plupart des douceurs palestiniennes sont des pâtisseries fourrées avec des fromages sucrés, des dattes ou divers fruits à coque tels que des amandes, des noix et des pistaches. La consommation des boissons varie aussi en fonction des fêtes, par exemple lors du Ramadan, où des jus de caroube, tamarin et d'abricot sont consommés après le coucher du soleil. Le café est consommé tout au long de la journée, les boissons alcoolisées ne sont pas très répandues mais certaines, telles que l'arak ou la bière sont consommées par les chrétiens palestiniens et les musulmans moins conservateurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Palestine a un passé riche et de ce fait, sa cuisine a reçu des apports de plusieurs cultures. Après avoir été conquise par les Arabes, la Palestine est devenue une province de la Grande Syrie sous le nom de Jund Filastin. De ce fait, la cuisine palestinienne est, en de nombreux points, semblable à la cuisine syrienne, en particulier en Galilée. Les plats syro-palestiniens actuels ont généralement été influencés par les apports arabes, arabo-persans et turcs[1].

Les arabes qui ont conquis la Syrie et la Palestine avaient des traditions culinaires simples, essentiellement basées sur l'utilisation de riz, d'agneau, de yaourt et de dattes[2]. Cette cuisine simple n'a que peu évolué pendant plusieurs siècle, jusqu'à l'arrivée des abbassides dont la capitale était Bagdad. À l'époque, Bagdad se trouvait en terre perse et la culture persane culture fut intégrée à la culture arabe entre le IXe et le XIe siècle, au fur et à mesure que les idées diffusaient dans le califat abbasside[1]. Le géographe arabe Al-Maqdisi a parlé de la cuisine palestinienne en ces termes:

« De Palestine proviennent des olives, des figues séchées, des raisins, de la caroube... de Jérusalem viennent des fromages et les célèbres raisins des espèces connues sous les noms dAinuni et de Duri, d'excellentes pommes... ainsi que des pignons de pin de la variété appelée Quraish-bite, qui n'ont d'équivalent nulle part... de Sughar and Baysan proviennent des dattes, la mélasse appelée dibs et du riz. »

— [3]

Four communal, taboun, en Palestine. Photo prise en 1898-1914 par l'American Colony de Jérusalem.

La cuisine ottomane - la Palestine a été intégrée à l'Empire ottoman en tant que province en 1512-1514 - était en partie constituée de ce qui était devenu, à l'époque, une cuisine arabe "riche". Après la guerre de Crimée, de nombreuses communautés telles que les Bosniaques, les Grecs, les Français et les Italiens, se sont installées dans la région, en particulier dans les aires urbaines comme Jérusalem, Jaffa et Bethléem. Les cuisines de ces communautés, et en particulier la cuisine des Balkans, ont contribué au caractère de la cuisine palestinienne[1],[4]. Jusque dans les années 1950-1960, les principaux ingrédients de la population rurale palestinienne étaient l'huile d'olive, l'origan et le pain cuit dans un four simple appelé taboun[5]. G. Robinson Lees, en 1905, observait que "Le four ne se trouve pas dans la maison mais dans un bâtiment qui lui est propre, propriété conjointe de plusieurs familles dont le devoir est de le maintenir chaud."[6]

Cuisines régionales[modifier | modifier le code]

Il y a trois régions culinaires principales en Palestine: la Galilée, Gaza et la Cisjordanie (qui a ses propres sous-régions culinaires)[7]. En Galilée, le boulghour et la viande (de bœuf ou d'agneau) sont des ingrédients de base qui sont souvent combinés pour donner une variété de plats allant du plat familial à l'accompagnement. En Cisjordanie, les plats sont particulièrement copieux, contrairement aux plats du nord du Levant. Les plats principaux sont à base de riz, de pain pita et de viande rôtie. L'ingrédient de base de la cuisine de Gaza est le poisson, en raison de la proximité de la mer Méditerranée. À Gaza, la cuisine est fortement influencée par la cuisine égyptienne et les assaisonnements les plus courants sont les piments, l'aneth et l'ail. Bien que chaque région offre une cuisine diversifiée, les Palestiniens ne se limitent pas à la cuisine de leur région et les recettes diffusent entre les régions. L'isolation de Gaza des autres régions limite toutefois la diffusion de sa cuisine.

Galilée[modifier | modifier le code]

Un plat de kebbeh garni de feuilles de menthe

La cuisine de Galilée ressemble fortement à la cuisine libanaise, en raison des importants échanges entre la Galilée et le Liban avant la fondation d'Israël. Les spécialités locales sont un certain nombre de plats mélangeant le boulghour, des épices et de la viande, connus sous le nom de kebbeh ou kubbi. Par exemple, le kebbeh bi-siniyee se compose de viande hachée de bœuf ou d'agneau mélangé à du poivre, du piment de la Jamaïque et d'autres épices, le tout cuit dans une croûte de boulghour. Il peut s'agir d'un plat principal. Le kebbeh nayeh est une variante de kebbeh avec de la viande crue, plutôt servi comme accompagnement. Comme la viande est crûe, les éventuels restes sont cuits ou frits le lendemain[4],[8].

Le manakish est un plat fréquent au petit-déjeuner. Il s'agit d'une sorte de pizza garnie de fromage, d'huile d'olive, d'origan, de sésame, d'oignons avec des épices et une sauce piquante. Il se marie bien avec une tasse de thé, des légumes frais, des herbes, des olives et du labneh. Le lahm bi ajeen (littéralement: viande avec de la pâte) ou sfiha est semblable au manakish.

L'un des plats de fête de Galilée se compose de viande rôtie (par exemple de l'agneau) et d'un mélange de riz et d'agneau émincé, assaisonné avec plusieurs épices et généralement garni de persil haché et de fruits à coque grillés[4]. Le shish kebab, ou lahme mashwi, et le chich taouk sont des brochettes de viande et sont souvent servies après un assortiment d'entrées appelé maza[8].

Le maza est un assortiment d'entrées qui comprend notamment du houmous (parfois garni de viande), du baba ganousch, du taboulé, du labneh, des feuilles de vigne (souvent farcies à la viande, parfois aux légumes), des kebbeh, des olives, etc. L'akkawi est un fromage à pâte molle consommé dans tout le Moyen-Orient, originaire de la ville côtière d'Acre (Akka)[9].

Cisjordanie[modifier | modifier le code]

Du musakhan

Le musakhan est un plat principal assez répandu, originaire de la région de Jénine et Tulkarem dans le nord de la Cisjordanie. Il se compose de pain taboun garni de poulet rôti, d'oignons frits, de baies de sumac des corroyeurs, de piment de la Jamaïque et de pignons de pin[8]. Le maklouba est un plat de riz et d'aubergines cuites au four, mélangés avec du chou-fleur, des carottes et du poulet ou de l'agneau, le tout cuit dans une cocotte et retourné. Il s'agit d'un plat datant du XIIIe siècle et répandu dans tout le Levant mais plus particulièrement en Palestine[10].

Un plat de mansaf

Le mansaf est un plat traditionnel du centre de la Cisjordanie et de la région du Néguev, élaboré à l'origine par la population bédouine de la Palestine ancienne. Il est généralement préparé pour des occasions telles que les fêtes, mariages et autres rassemblements. Il consiste en de grands morceaux d'agneau sur du pain taboun recouvert de riz jaune. On verse par-dessus une sorte de yaourt épais à base de lait de chèvre, le jameed, ce qui lui donne un goût distinctif[11]. Le plat est aussi garni de pignons de pin et d'amandes grillés[4]. La tradition veut que l'on mange ce plat avec la main droite. Par politesse, les convives prennent des morceaux de viande à la main pour les servir à leur voisin[11].

En plus de ces plats, les régions de Cisjordanie élaborent des confitures de fruits. Dans la région d'Hébron, la vigne est la culture principale. Les familles de la région récoltent les grains au printemps et en été pour en faire divers produits tels que des raisins, des confitures et de la mélasse (dibs)[8],[12]. La région de Bethléem, en particulier la ville de Beit Jala et le village de Jifna, est connue pour ses abricots et confitures d'abricots, de même que Tulkarem pour ses olives et son huile d'olive[8].

Gaza[modifier | modifier le code]

La cuisine de la bande de Gaza est influencée à la fois par l'Égypte voisine et par sa position sur la côte méditerranéenne. L'aliment de base de la majorité des habitants de Gaza est le poisson. L'industrie de la pêche à Gaza est importante. Le poisson y est souvent servi grillé ou frit, après avoir été farci de coriandre, d'ail, de piments rouges, de cumin, et mariné dans un mélange de coriandre, piments rouge et citrons hachés[13],[14]. L'influence égyptienne se fait sentir dans l'usage des piments, de l'ail et de la blette dans l'assaisonnement des plats[8]. Le zibdieh, est un mets élaboré dans plat en argile et qui se compose de crevettes cuites dans un ragoût de tomates pelées, d'ail, de piments et d'huile d'olive[15]. Les crabes sont cuits puis farcis avec une pâte de piments rouges appelée shatta[13].

Le sumaghiyyeh est un plat originaire de Gaza, à base de baies de sumac broyées et trempées dans l'eau, mélangées avec du tahini. Le mélange est ajouté à des blettes tranchées, de morceaux de bœuf mijotés et de pois chiches, le tout assaisonné à l'aneth, à l'ail et aux piments. Ce plat est souvent dégusté froid avec du pain (khoubz). La rummaniyya est préparée de diverses manières selon la période de l'année et est faite avec des pépins de grenade, des aubergines, du tahini, de l'ail, des piments et des lentilles. Le fukharit adas est un ragoût de lentilles, cuit longuement et aromatisé avec des piments rouges émincés, de l'aneth, de l'ail et du cumin. Il est traditionnellement préparé en hiver et au début du printemps[13].

Le qidra est un mets de riz nommé d'après le plat en terre et le four dans lesquels il est cuit. Le riz est cuit avec dans le plat des morceaux de viande, souvent de l'agneau, des gousses d'ail entières, des pois chiches, de la cardamome et d'autres épices telles que le curcuma, la cannelle, le piment de la Jamaïque, la noix de muscade et le cumin. Le fatteh ghazzawiyyeh est un plat de riz cuit dans un bouillon de viande et aromatisé avec des épices douces telles que la cannelle. Le riz est alors disposé en couche sur un pain fin appelé farasheeh ou markouk, couvert de beurre clarifié et surmonté de poulet ou d'agneau farci. Ce plat est accompagné d'une sauce au citron et aux piments verts[13].

Types de plats[modifier | modifier le code]

Types de pains[modifier | modifier le code]

Des sfiha

On trouve en Palestine plusieurs variétés de pains. Ceux-ci incluent notamment le khoubz, le pain pita et le taboun. Le khoubz est un pain de tous les jours et est similaire au pain pita. Il fait souvent office de couvert: en déchirant un morceau de la taille d'une bouchée, il est possible de s'en servir pour ramasser du houmous ou du fūl[8]. Le markouk est un pain azyme très fin, presque transparent lorsqu'il est déplié[16]. Le taboun tire son nom du four dans lequel il est cuit[8].

Femme palestinienne cuisant du pain markouk près de Bethléhem

Il y a plusieurs mets de type sandwich et pizza en Palestine, notamment les manakish, sfiha, fatayer and shawarma. Le manakish est un pain plat, souvent recouvert de zahtar et d'huile d'olive[8]. Les sambousek et fatayer sont des beignets cuits au four ou frits, farcis de viande hachée, d'oignons ou de snobar (pignons de pin)[8]. Les fatayer sont généralement de forme triangulaire et contrairement aux sambousek, ils peuvent être fourrés aux épinards ou au zahtar.

Le sfiha est un petit pain plat agrémenté d'agneau et de piments rouges cuits ou de tomates. Les shawarma sont généralement sous forme d'un long rouleau de pain khoubz rempli de lamelles de viande d'agneau ou de poulet et de concombres et navets marinés, de tomates, d'oignons et de tahini[8]. Les shawarma peuvent également être servis sous forme de tranches d'agneau sur une assiette, avec du tahini en accompagnement[17]. Les falafel sont des boulettes frites de fèves ou de pois chiches avec du persil et des oignons. Ils sont souvent servis et mangés enveloppés dans du khoubz[8].

Mahashi[modifier | modifier le code]

Une portion familiale de waraq al-'ainib

Les plats mahashi sont composés de légumes farcis tels que des aubergines, potirons, courges, pommes de terre et carottes, ainsi que des feuilles de vigne, de chou et parfois de blette. La préparation des mahashi est longue et délicate, c'est pourquoi ils sont souvent préparés la veille. Dans un même foyer, le roulage et la farcissure sont souvent assurés par plusieurs femmes pour répartir les efforts[18].

Le waraq al-'ainib (feuilles de vignes ; plat plus connu sous le nom de dolma dans les pays occidentaux et les Balkans), est un plat mahashi réservé aux grandes occasions. Les feuilles de vignes sont généralement enroulées autour d'un mélange de viande hachée, de riz blanc et de tomates en dés. La viande n'est pas toujours présente dans ce plat. Le waraq al-'ainib est ensuite cuit et servi à la douzaine sur une grande assiette, et accompagné de rondelles de pommes de terre bouillies, de carottes et de morceaux de viande d'agneau. Les kousa mahshi sont des courges ou courgettes farcies des mêmes ingrédients que les waraq al-'ainib et sont généralement servis en accompagnement de grands repas. Quand ils sont préparés en grand nombre, on les appelle waraq al-'ainib wa kousa[8].

Trempettes et accompagnements[modifier | modifier le code]

Une assiette de houmous garni de paprika, d'huile d'olive et de pignons de pin

Les trempettes et accompagnements tels que le houmous, le baba ganousch ou moutabal et le labneh sont courants au petit-déjeuner et au dîner.

Le houmous est un accompagnement de base de la cuisine palestinienne. Son ingrédient principal, les pois chiches, est consommé par l'être humain depuis plus de 10 000 ans[19]. Ils étaient consommés en Palestine ancienne avant l'an 4000 av. J.-C. Les pois chiches étaient l'une des premières plantes cultivées en Mésopotamie et étaient une nourriture de rue commune dans la Rome antique[20]. En Palestine, les pois chiches sont souvent servis en tant que houmous bi tahini, bouillis et broyés puis mélangés à du tahini (pâte de sésame) et parfois du jus de citron[21]. Il est souvent badigeonné d'huile d'olive et parfois garni de paprika d'origan et de pignons de pin; ces derniers sont plus particulièrement utilisés en Cisjordanie[22]. Les pois chiches peuvent aussi être mélangés à du fūl medames (pâte de fèves), ce qui donne un plat très différent, au goût distinctif et de couleur brune, le mukhluta[8]

Le baba ganousch est un caviar d'aubergine, utilisé comme trempette, avec plusieurs variantes. Toutes sont à base d'aubergines grillées et réduites en purée, avec du tahini, recouvertes d'huile d'olive, et peuvent ensuite être assaisonnées avec de l'ail, des oignons, des piments, des graines de cuminbroyées, de la menthe et du persil[23]. Le moutabal en est une variante plus épicée qui tire son piquant des piments verts[24].

Le jibneh arabieh ou jibneh baida est un fromage semblable à la feta et servi avec les plats mentionnés ci-dessus[8]. L'akkawi est une variété courante de jibneh baida, à la texture plus lisse et au goût moins salé[25]. Le labneh est un lait fermenté servi soit sur une assiette avec de l'huile d'olive et du zahtar, soit dans un sandwich de khoubz[8].

Salades[modifier | modifier le code]

Taboulé avec de la laitue et des tranches de citron

La salade palestinienne la plus courante est la salatat bandura (salade de tomates). Il s'agit de tomates en dés et de concombres, avec de l'huile d'olive, du persil, du jus de citron et du sel. Selon la région, elle peut aussi comporter de la ciboule et de l'ail[26].

Le taboulé est une salade méditerranéenne originaire du Levant, à base de persil, de boulghour, de tomates en dés et de concombres, assaisonnée de jus de citron et de vinaigre. Le plus grand plat de taboulé au monde a été préparé en 2006 par des cuisiniers palestiniens à Ramallah en Cisjordanie[27].

Le fatouche est une salade de pain grillé, persil, concombre haché, radis, tomates et ciboule, avec du sumac[28]. Le dagga est une salade de Gaza généralement préparée dans un plat en argile et est un mélange de tomates écrasées, de gousses d'ail, de piments rouges, d'aneth et d'huile d'olive. On l'arrose de jus de citron au moment de servir[13].

La salatah arabieh or « salade arabe » accompagne la plupart des repas. Elle est constituée principalement de laitue romaine, de tomates et de concombres. La laitue est coupée en longues bandes puis hachée de manière à obtenir de fins brins, les tomates et concombres sont coupés en dés. Le persil haché finement et la menthe lui donnent un goût particulier. l'assaisonnement final se fait avec une pincée de sel, un jus de citron frais et de l'huile d'olive[29].

Mets sucrés[modifier | modifier le code]

Un plat de kenafeh

Les desserts palestiniens incluent notamment les baklava, le halva et le kenafeh, ainsi que d'autres pâtisseries à base de semoule et de blé. Les baklava sont des pâtisseries faites de fines feuilles de pâte phyllo, fourrées à la pistache et au noix et édulcorées au miel[8]. Le burma til-kadayif, ou burma, très populaire à Jérusalem-Est, est fourré des mêmes ingrédients que les baklava mais sa forme est cylindrique et il est fait de de pâte de kenafeh au lieu de la pâte phyllo. Le halva est une confiserie à base de semoule sucrée et servie en tranches. Le mouhalabiyeh est un gâteau de riz fait avec du lait et recouvert de pistaches ou d'amandes[8].

Le kenafeh (kenafeh bil-Jibn), est une pâtisserie connue dans le monde arabe et en Turquie, originaire de la ville de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie et datant du début du XVe siècle. Cette pâtisserie est fait de cheveux d'anges (filaments de pâte) et d'un fromage sucré avec du miel. La couche supérieure est souvent colorée en orange avec du colorant alimentaire et recouverte de pistaches broyées. Le kenafeh de Naplouse est célèbre, notamment parce qu'il contient un fromage local appelé nabulsi[8].

En-cas[modifier | modifier le code]

En Palestine, il est courant pour l'hôte de servir à ses invités des fruits frais, des fruits secs, diverses noix et graines et des dattes. On sert également des graines rôties et salées de pastèque, de courge et de tournesol, ainsi que des pistaches et des noix de cajou. les graines de pastèque, appelée bizir al-bateekh, sont souvent consommées en discutant, en jouant au cartes, en fumant le narguilé, avant ou entre les repas[14].

Structure du repas[modifier | modifier le code]

Tous les aspects de la culture palestiniennes sont liés à l'alimentation, qu'il s'agisse de la vie quotidienne ou des occasions particulières telles que les mariages et jours de fête[30]. Les repas forment un cycle et il y en a généralement deux principaux et plusieurs intermédiaires, comme le café, les fruits et sucreries, et le dîner. Comme dans la plupart des cultures arabes, ce sont des moments partagés en famille et les repas peuvent durer 1 à 2 heures selon le moment de la journée. Contrairement à d'autres cultures, le repas principal est le déjeuner, tandis que le petit-déjeuner et le repas du soir sont plus légers[25].

  • L'iftur (« petit-déjeuner ») est constitué d’œufs frits, d'olives, de labneh, d'huile d'olive ou de confitures. On y sert également du houmous bi tahini[25].
  • Gheda est un terme qui désigne le déjeuner, généralement prix tard dans l'après-midi. C'est le repas le plus copieux de la journée et les ingrédients principaux incluent le riz, l'agneau, le poulet, des légumes cuits et des mahashi[8],[25].
  • L'asrouneh, qui dérive du mot aasr ("après-midi") désigne les divers fruits et légumes servis après le gheda[25].
  • 'Asha désigne le repas du soir, généralement pris entre 20 heures et 22 heures. L'asha est plus simple que le gheda et inclut les fatayer, houmous bi tahini, diverses salades et une sorte d'omelette appelée ijee[25].
  • Le 'hilew: douceurs servies après ou juste avant l'asha, ainsi qu'aux invités. Il s'agit souvent de baklava ou de mouhalabiyeh.
  • Shay wa Kahwe: le thé et le café sont servis tout au long de la journée: avant, pendant, après et entre l'iftur, le gheda et l'asha.

Repas à l'extérieur[modifier | modifier le code]

Un maqhah à Jérusalem sous l'Empire ottoman, 1858
  • Les mata'im (restaurants) offrent un grand choix mezzé froids. En particulier, on y sert du houmous bi tahini, du mukhluta, et parfois une dizaine de sortes de taboulés, de fatouche, de salades d'aubergine, de piments et de chou rouge, et d'autres plats cuisinés par le chef. Les kebbeh et sfiha sont les principales entrées chaudes servies. Généralement, les restaurants servent peu de repas copieux et servent plutôt des plats tels que les chich kebab, chich taouk, du carré d'agneau et des blancs de poulet[31].
  • Les al-maqhah (cafés) servent des boissons chaudes et froides et non alcoolisées, et sont généralement réservés à la clientèle masculine qui peut y jouer aux cartes, au backgammon et y fumer le narguilé[31].
  • Les coffee shops: on les trouve dans les quartiers modernes des villes principales. Bien qu'ils utilisent ce nom anglais, les consommations servies sont aux goûts du Moyen-Orient. Ce sont des lieux de rassemblement pour une clientèle plus jeune, masculine et féminine, qui peut y fumer le narguilé et y boire du café et du thé. Ces établissements ne servent généralement pas de nourriture.
  • Les mahal 'hilewayet sont des établissements situés dans les souks des villes principales, qui servent des douceurs traditionnelles telles que le kenafeh, les baklava et des biscuits à l'anis[32].
  • Les mahal falafel[33] sont des échoppes servant principalement des falafel et des shawarma[34].

Boissons[modifier | modifier le code]

Femmes palestiniennes moulant du café, 1905

En Palestine, pendant la période chaude de l'année et le Ramadan, il est courant de faire des jus de fruits chez soi[8]. En hiver, on prépare du sahlab, une boisson chaude à base de lait sucré et de salep, avec des noix, des copeaux de noix de coco et de la cannelle[35].

L'arak est une boisson couramment consommée par les palestiniens chrétiens et certains musulmans moins observants. C'est une boisson alcoolisée anisée, translucide, et que l'on mélange à de l'eau pour l'adoucir, ce qui lui donne une couleur blanchâtre. On boit de l'arak avec les mezzé, ainsi qu'au cours des fêtes, mariages et rassemblements[8]. On consomme également de la bière en Palestine. La seule brasserie des territoires palestiniens se trouve à Taybeh en Cisjordanie. Elle produit également de la bière sans alcool pour la clientèle musulmane[36]. Les sodas sont également répandus dans les foyers palestiniens, et il y a une usine d'embouteillage de Coca-Cola à Ramallah, ainsi que des centres de distributions à Gaza, Hébron et Naplouse[37]. Il y avait une usine Pepsi-Cola à Gaza mais elle a fermé en 2007[38].

Café et thé[modifier | modifier le code]

Le café est servi le matin et au long de la journée, tandis que le thé est plutôt siroté le soir. Le thé est généralement parfumé à la menthe (na'ana) ou à la sauge (maramiyyeh). Le café est généralement préparé à la turque ou à la manière arabe. Le café « à l'arabe » est semblable au café turc mais parfumé à la cardamome et habituellement non édulcoré[8].

Chez les Bédouins et la plupart des populations arabes de la Palestine, le café amer ou gahwah sadah ("café nature") était un signe d'hospitalité. Le café était servi selon un rituel: l'hôte ou son fils aîné servait les invités, assis selon leur âge et leur rang, dans le sens des aiguilles d'une montre, en versant le café (contenu dans une casserole en laiton) dans de très petites tasses. La politesse voulait que chaque invité n'accepte que 3 tasses de café et finisse la dernière en disant « daymen », ce qui se traduit par « toujours », mais signifie : « puissiez-vous toujours avoir les moyens de servir du café »[39].

Cuisine de fête[modifier | modifier le code]

Les plats de fêtes, celles-ci comprenant les fêtes familiales et religieuses à la fois des musulmans et des chrétiens, diffèrent fortement des plats de la vie quotidienne.

Ramadan[modifier | modifier le code]

Autrefois pendant le ramadan, le musaher d'une ville criait et jouait du tambour pour réveiller les habitants pour le repas d'avant-jeûne, le suhoor ("de l'aube"), généralement entre 4 heures et 6 heures du matin. Il s'agit d'un repas léger, avec du labneh, du fromage, du pain, des œufs (frits ou pochés) et diverses boissons. L'appel à la prière du muezzin indiquait le début du jeûne (saoum)[30].

La rupture du jeûne, ou iftar, débute traditionnellement avec la consommation de dattes et d'une boisson fraîche. Les Palestiniens font des boissons à base de tamarin (tamar hindi), de réglisse (sous), de caroube (kharroub) ou d'abricots (qamar eddine)[8]. Le tamar hindi est préparé en laissant tremper du tamarin dans l'eau pendant plusieurs heures, il est ensuite pressé, édulcoré et mélangé à de l'eau de rose et du jus de citron[30]. Le kharroub est préparé de la même façon à partir de la caroube[8].Le qamar eddine est fait à partir d'abricots séchés que l'on fait ensuite bouillir avant de refroidir[30].

Lors de l'iftar, les dattes sont suivies d'une soupe de lentilles, de légumes ou de frikeh. Le frikeh est une préparation de blé vert grillé et concassé. Pour la soupe (shurbat frikeh), il est cuit dans du bouillon de volaille. De nombreux plats différents et de toutes les tailles sont servis pendant l'iftar. parmi les petits plats, on trouve le bamia (okra en sauce tomate), la mloukhiya (ragoût de corète potagère) et le maqali, un assortiments de tomates, aubergines, pommes de terres, piments et courgettes grillés. Le frikeh, nature ou pilaf, est souvent servi en accompagnement. Chaque foyer prépare de la nourriture supplémentaire, la même que celle consommée dans le foyer, pour en offrir aux voisins ou à ceux qui n'en ont pas les moyens[30].

Desserts de fêtes[modifier | modifier le code]

Le qatayef est un dessert palestinien réservé à la période du ramadan. On les trouve aussi bien dans les foyers qu'à la vente dans la rue[40]. Le terme qatayef désigne le dessert lui-même mais plus spécifiquement la pâte qui sert de base pour sa confection. La pâte est versée dans un plat circulaire chaud, lui donnant l'apparence d'une crêpe, à ceci près qu'un seul côté est cuit puis replié sur lui-même. On remplit le chausson ainsi obtenu soit avec du fromage de chèvre (non salé), soit avec des noix moulues et de la cannelle. Il est ensuit cuit puis servi avec un sirop chaud ou du miel[41].

Les ka'ak bi 'awja sont des biscuits à base de semoule. Ils peuvent être fourrés aux dattes ou aux noix et s'appellent alors ma'amoul. Il s'agit d'un dessert traditionnel préparé par les chrétiens à Pâques[42], mais on en prépare aussi à la fin du ramadan pour l'Aïd el-Fitr, ainsi que pour l'Aïd al-Adha[30],[43]. Pendant le Mawlid — la fête commémorant la naissance du prophète Mahomet — on prépare des zalabieh, qui sont de petites boules croustillantes de pâte frite que l'on plonge ensuite dans du sirop[42].

Pour la naissance d'un enfant, on prépare un dessert appelé mughli qui est fait de riz broyé, de sucre et d'un mélange d'épices, le tout garni d'amandes, de pignons de pins et de noix. La première dent d'un enfant est célébrée avec un bol de blé ou d'orge sucrés. Pour la circoncision d'un enfant, on sert des baklava et des burma. Les familles chrétiennes en deuil préparent une petite brioche appelée rahmeh, qui est consommée en mémoire du défunt et pour bénir son âme. Après une messe funèbre, l'Église grecque orthodoxe sert un plateau de blé cuit et recouvert de sucre et de confiseries[42].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Revisiting our table… Nasser, Christiane Dabdoub, This week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd,. juin 2006, Accessed on 2008-01-08(en)
  2. (en) ABC of Arabic Cuisine ArabNet. Accessed on 2007-12-25.
  3. (en)le Strange, 1890, pp.18-19.
  4. a, b, c et d (en) An In­tro­duction to Palestinian Cui­sine: Typical Palestinian Dishes This Week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. July 2001, Accessed on 2007-01-07.
  5. (en) Modernity and Authenticity: The Evolution of the Palestinian Kitchen Qleibo, Ali, This week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. Décembre 2006, Accessed on 2008-01-09.
  6. (en)G. Robinson Lees (1905): Village Life in Palestine, Longmans, Green, and Co., p. 95
  7. (en) Palestinian Flavour Mustafa, Sufian; This Week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. Août 2001, Accessed on 2008-01-08.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y (en) Cuisine Institute for Middle East Understanding (IMEU) 2006-01-16. Accessed on 2007-12-18
  9. Types of Cheese in the Middle East Fayed, Saad. New York Times Company.
  10. (en) Upside-Down Rice and Eggplant Casserole Maqluba Clifford A. Wright. Accessed on 2007-12-19.
  11. a et b (en) Said K. Aburish, Children of Bethany; The Story of a Palestinian Family, I. B. Taurus,‎ 1998, 69–70 p. (ISBN 1850431094)
  12. (en) Sample Area Background: Beit Ummar Christian Peacemaker Teams. Accessed on 2007-07-22.
  13. a, b, c, d et e (en) The Foods of Gaza al-Haddad, Laila, This week in Palestine. Turbo Computers & Software Co. Ltd. June 2006, Accessed on 2008-01-07.
  14. a et b (en) The rich flavors of Palestine Farsakh, Mai M. Institute for Middle East Understanding (IMEU), (Originally published by This Week in Palestine) 2006-06-21 Accessed on 2007-12-18
  15. (en) Al Sammak Ghornata This week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. December 2001 Accessed on 2008-01-07
  16. (en) Our Arab American Story Visionalist. Accessed on 2007-12-23
  17. (en) Shawarma - The Arabian Taco Campres, Lance. Gomideast. Accessed on 2007-12-19
  18. (en) An In­tro­duction to Palestinian Cui­sine: Typical Palestinian Dishes Nasser, Christiane Dabdoub. July 2001, Accessed on 2008-01-08
  19. (en) Tannahill p. 25
  20. (en) Brothwell & Brothwell, p. 105–107
  21. (en) Hummus, a Palestinian staple Lalie Ibrahim. Institute for Middle East Understanding, 2006-03-31.
  22. (en) Palestinian Hummus, The San Francisco Chronicle, Food Section, 2007-04-04.
  23. (en) Palestinian Cuisine & Recipes: Baba Ghanoush Harvey, Brad. Whats 4 Eats, International Recipes & Cooking Around the World. Accessed on 2007-12-20.
  24. (en) Recipe of the Month: Mutabbal (Eggplant salad) This Week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. Août 1999, Accessed on 2008-01-08.
  25. a, b, c, d, e et f (en) Meals of the Day This Week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. March 2002, Accessed on 2008-01-07.
  26. (en) Farsoun, Samih K.Culture and customs of the Palestinians (2004) Greenwood Publishing Group: pp.65-66
  27. (en) One for the record books Institute for Middle East Understanding. 2006-06-14. Accessed on 2007-12-19.
  28. (en) Fattoush The New York Times Company. 2006-07-26. Accessed on 2007-12-23
  29. (en) Qleibo, Ali. Tamarind, Tomatoes and Dried Yoghurt The Aesthetics of the Palestinian Cuisine This Week in Palestine. Juin 2006.
  30. a, b, c, d, e et f (en) The Palestinian kitchen: Foods of Ramadan Mustafa, Sufian. Institute for Middle East Understanding, (Extracted from This Week in Palestine). 2007-09-22. Accessed on 2007-12-23.
  31. a et b (en) Restaurants Mustafa, Sufian. This week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. November 2002
  32. (en) Zalatimo Sweets This week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. Juin 1998, Accessed on 2008-01-09.
  33. (en) Kershul, Kristine K. Arabic, a language map. Bilingual Books Incorporate. ISBN 0-944502-18-0
  34. (en) Abu Shanab (Uncle Mustache) Falafel This week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd
  35. (en) « Culture and Attraction: Gastronomy » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-07 Centre for Cultural Heritage Preservation
  36. (en) Where the West Bank meets Bavaria BBC News Martin Asser, September 2007
  37. (en) Middle East Rumors The Coca-Cola Company. 2006-12-31. Accessed on 2007-12-19.
  38. (en) Soft Drink Fizz Goes Flat in Gaza TIME Tim McGirk, December 13, 2007. Accessed on 2009-09-19
  39. (en) A Taste of Palestine: Menus and Memories (1993). Aziz Shihab. Corona Publishing Co. p.5 ISBN 978-0-931722-93-6
  40. (en) Qatayef (Ramadan pancakes) This Week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. 2007-07-09 Accessed on 2008-01-07.
  41. (en) Ramadan in the Old City This week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. Novembre 2004, Accessed on 2008-01-08.
  42. a, b et c (en) Dishes for Special Occasions Khoury, Samia, This Week in Palestine, Turbo Computers & Software Co. Ltd. Juin 2006, Accessed on 2008-01-07
  43. (en) A tale of two Easters:Easter Cookies with Dates (Kaak bi Ajwa) Saekel, Karola. Institute for Middle East Understanding (IMEU), (originally published by the San Francisco Chronicle). 2007-04-04. Accessed on 2007-12-18

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Christiane Dabdoub Nasser, Classic Palestinian Cookery, Saqi Books, Londres, 2001, ISBN 0-86356-548-4
  • (en) Christiane Dabdoub Nasser, Classic Palestinian Cuisine, Saqi Books, Londres, 2008, ISBN 0-86356-618-9
  • (en) Aziz Shihab, A Taste of Palestine: Menus and Memories, Corona Publishing Co. ISBN 0-931722-93-4