Diaspora palestinienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La diaspora palestinienne s'est constituée au cours de la Guerre israélo-arabe de 1948-1949 et de la guerre des Six Jours de 1967. La diaspora prend en compte les Palestiniens domiciliés en dehors de Palestine avec un statut de réfugiés (cf Réfugiés palestiniens), mais également des exilés et Palestiniens citoyens de nationalité autre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1967[modifier | modifier le code]

Durant la guerre de Palestine de 1948, environ 750 000 Palestiniens s'enfuirent ou furent expulsés de leur terre. Les circonstances et les causes de cet exode sont sujets à controverses entre historiens et commentateurs du conflit israélo-palestinien. Malgré le vote de la résolution 194 par l'Assemblée générale des Nations unies réclamant le droit pour ces réfugiés du retour sur leur terre, les protagonistes ne trouvèrent aucun accord et formèrent ce qui devint la diaspora palestinienne.

La perte totale de la terre pour certains, leur occupation par des colons israéliens pour d'autres étaient les causes premières des migrations. La guerre de 1948 provoqua un accroissement considérable de la population de Cisjordanie du fait de l'afflux de grand nombre de réfugiés[1].

Entre 1952 et 1961, 165 000 personnes quittèrent la Cisjordanie. 120 000 s'installèrent en Transjordanie et un peu plus de 40 000 dans les pays du Golfe. Cette tendance se renversa entre 1961 et 1967; environ 125 000 personnes s'installèrent aux États-Unis ou dans les pays du Golfe avec le Koweït en tête contre 25 000 en Jordanie[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après 1948: Cette émigration massive a entraîné un développement inégal entre les deux rives du Jourdain. L'accroissement du poids industriel de la rive Est y entraîna l'implantation de grands établissements industriels et une plus grande productivité. Le gouvernement jordanien a encouragé l'émigration palestinienne pour deux raisons. La première a un but économique, car les sommes rapatriées en Jordanie par les émigrés constituaient une source de revenus importante pour le pays. La seconde a un but politique, car ainsi le gouvernement a réussi à apporter une solution au problème du chômage qui toucha les jeunes Palestiniens[3]. Cette politique a entraîné la fuite des cerveaux palestiniens, a transformé la rive Ouest en une nation de petits commerçants et de paysans, et a bloqué le développement économique de la région[3].

Après 1967[modifier | modifier le code]

À la suite de la guerre de 1967, la Cisjordanie est occupée par Israël qui décide d'annexer la partie arabe de Jérusalem. Cette guerre provoqua un exode massif des habitants de la Cisjordanie vers la rive Est. 254 000 nouveaux réfugiés s'installèrent en Transjordanie, 15 000 furent originaires de la bande de Gaza et 230 000 de Cisjordanie. La population de la Cisjordanie baisse alors de 23 %[4]. Les départs de juin 1967 sont liés aux bombardements aériens et aux combats, les départs suivants sont plutôt liés à la politique d'annexion menée par Israël ou à cause de la dégradation de leurs conditions de vie[5].

Chiffres[modifier | modifier le code]

La diaspora s'est répandue surtout dans les pays du Moyen-Orient voisins d'Israël (chiffres indicatifs) :

Ces fortes populations font peser un lourd poids sur la stabilité politique de certains de ces pays (Jordanie, Liban et Syrie notamment).

Vivent en 2004 sur le territoire de l'ancienne Palestine mandataire (Israël + Cisjordanie + bande de Gaza):

Environ 350 000 Palestiniens sont dispersés entre divers pays du Golfe persique et d'autres pays musulmans (Pakistan, Turquie, Azerbaïdjan).

Le Monde diplomatique propose deux cartes concernant la diaspora palestinienne :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Les Palestiniens au Koweït : histoire d'une réussite inachevée (1948-1990), éditions L'Harmattan, Assia MOHTAR KAÏS, 2004, ISBN 2747575330.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Les Palestiniens au Koweït p. 89
  2. Les Palestiniens au Koweït p. 89.
  3. a et b Les Palestiniens au Koweït p. 90
  4. Les Palestiniens au Koweït p. 91
  5. Les Palestiniens au Koweït p. 92
  6. Chile: Palestinian refugees arrive to warm welcome.
  7. 500.000 descendientes de primera y segunda generación de palestinos en Chile.